Direct Soir n°182 2 jui 2007
Direct Soir n°182 2 jui 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°182 de 2 jui 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,8 Mo

  • Dans ce numéro : Blaise Compaoré, président du Burkina Faso, Afrique majeure

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Directsoir N°182/Lundi 2 juillet 2007 8 EN COUVERTURE Quand les cheveux [la Côte d’Ivoire] prennent feu, les yeux et les oreilles [le Burkina] ne doivent pas se réjouir, parce qu’ils seront tous carbonisés. L’Observateur, quotidien burkinabé, à propos de la crise en Côte d’Ivoire. Blaise Compaoré, au centre, fut l’artisan de la paix et de la réconciliation entre deux ennemis d’hier en Côte d’Ivoire : Laurent Gbagbo, président (à g.) et Guillaume Soro, chef des rebelles. Ces derniers ont signé un accord de paix sous l’égide du président burkinabé, à Ouagadougou, en mars 2007. l’Ecole militaire interarmées du Cameroun, à Yaoundé. Première étape d’un cursus qui va le conduire en France, au Maroc puis en Côte d’Ivoire. Arrivé à Montpellier en 1975 pour suivre une spécialisation à l’Ecole d’infanterie, l’apprenti officier reste trois ans dans l’Hexagone avant de s’envoler pour le Maroc afin de parachever sa formation. Devenu en 1980 commandant du Centre national burkinabé d’entraînement commando, il fait la rencontre de Thomas Sankara avec qui il prendra la tête du pays avec le Conseil national de la révolution. Ainsi débute la Révolution voltaïque. L’objectif des deux jeunes capitaines, qui peuvent compter sur le soutien des organisations syndicales et des formations politiques d’extrême gauche, est de changer de fond en comble l’économie du pays et de En quelques CHIFFRES… bouleverser les structures de la société en transférant le pouvoir « des mains de la bourgeoisie vers celles des classes populaires ». Le nouveau régime, qui prône la rupture avec l’impérialisme et le néocolonialisme, entend mener une politique axée sur la satisfaction des besoins essentiels de la population et l’émancipation des femmes. Ses premières mesures sont symboliques : le pays, jusqu’alors Haute-Volta, est rebaptisé Burkina Faso et un nouveau drapeau ainsi qu’un nouvel hymne national sont adoptés. Très vite, Sankara met en place un contrôle très strict de la société, qui se traduit par l’interdiction des partis politiques, la restriction du pouvoir syndical, la création à travers le pays de Comités de défense de la Révolution, et la surveillance des activités associatives. La DR Révolution s’enlise. En octobre 1987, Compaoré remplace Sankara, qui a été assassiné. Cela fera donc 20 ans à l’automne prochain que Blaise Compaoré dirige le Burkina Faso. DE LA NATION À L’UNION Aujourd’hui, le jeune officier révolutionnaire a laissé la place à un chef d’Etat respecté sur la scène internationale. Président en exercice de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest depuis le mois de janvier, il a défini ses priorités pour l’intégration et l’unité régionale : la lutte contre la pauvreté, l’extension des infrastructures et le développement de l’hydroélectricité. Des objectifs concrets qui témoignent du pragmatisme de l’homme. Envers et contre tout. ■ Etat enclavé d’Afrique de l’Ouest, le Burkina Faso cumule les handicaps. Pays aride et pauvre en matières premières, ses ressources énergétiques sont quasi inexistantes. Premier producteur africain de coton – 70% de ses exportations –, il est fortement tributaire des cours mondiaux. Malgré un taux de croissance moyen d’environ 5% sur les dix dernières années, le Burkina ne parvient pas à échapper à la misère et reste classé 174 e sur 177 selon l’indice de développement humain établi par l’ONU – le revenu annuel moyen par habitant s’élève à 255 euros. La main-d’œuvre spécialisée y est rare et le taux d’alphabétisation dépasse tout juste les 20%. VU PAR René Otayek, directeur de recherche au CNRS, spécialiste de l’Afrique de l’Ouest. Le drapeau du Burkina Faso LE BURKINA FASO : LES ENJEUX DU DÉVELOPPEMENT ISSOUF SANOGO/AFP « Blaise Compaoré est le père de la nation » ■ Lorsque Blaise Compaoré s’empare du pouvoir en 1987, sa priorité est de décrisper le climat politique. Il s’applique pour cela à réconcilier les différents acteurs de la société (chefferie traditionnelle, syndicats, fonction publique). Au début des années 1990, l’adoption d’une nouvelle Constitution, d’essence libérale, fait entrer le Burkina Faso dans une ère de transition démocratique. De nombreuses réformes sont adoptées, notamment dans le domaine économique, ce qui permet au pays d’acquérir une respectabilité internationale et de gagner la confiance des grands bailleurs de fonds. C’est à cette époque que la France décide de faire du Burkina une vitrine de son aide au développement en Afrique, en lieu et place de la Côte d’Ivoire, qui commence à montrer des signes de crise. Aujourd’hui, même si la légalité constitutionnelle est respectée, la situation n’est pas idyllique. Bien que théoriquement admise, l’alternance n’est pas possible dans les faits. L’opposition est morcelée et manque cruellement de ressources financières. Le Burkina reste une sorte de démocratie tutélaire dans laquelle Blaise Compaoré joue le rôle de père de la nation. Pour le moment, il ne semble pas prêt à céder les rênes du pouvoir. Il s’emploie d’ailleurs à faire en sorte qu’aucun dauphin n’émerge. Surtout, les migrations massives vers les pays voisins (Côte d’Ivoire, Ghana) pèsent sur le développement économique. A la recherche de moyens de financement, le Burkina Faso s’est lancé dans un vaste programme de modernisation des structures du pays : réorganisation du secteur public, restructuration du secteur bancaire, assouplissement de la réglementation du commerce, des prix, de l’emploi et des investissements, etc. En 2005, le pays a privatisé 27 de ses 59 entreprises publiques dans le coton, la téléphonie ou l’hôtellerie. La décision du G8, la même année, d’annuler la dette de 18 pays très pauvres, parmi lesquels le Burkina Faso, a permis de soulager en partie les finances du pays. DR
Espace offert par Direct Soir. Créa : www.paradeyes.net + www.mentysdesign.com Un événement Avec La Région en concert Yannick Noah• Ayo• Diam’s exceptionnel FFF• Lily Allen• JoeyStarr• Paolo Nutini Sean Lennon• !!! • Les Motivés• Trust Mass Hysteria• The Magic Numbers Le Peuple de l’herbe• Mademoiselle K Oxmo Puccino & the Jazzbastards Adrienne Pauly• Renan Luce The Sunshine Underground• Nelson M.A.P.• Garland Jeffreys *0,34 euros/min Zenzile Location : Fnac, Carrefour, Géant, Hyper U, www.Fnac.com, 0892 697 687* Virgin, www.ticketnet.fr, et points de vente habituels Infos Bus Province : www.planetefestivals.com 6,7,8 Juillet 07 Paris Longchamp Ms. Lauryn Hill• Sum 41• Kaiser Chiefs Abd Al Malik• Grand Corps Malade Editors• Superbus• Sinclair• Eiffel Gentleman• Marcel et son Orchestre No One Is Innocent• The Skatalites Kaolin• Tokyo Ska Paradise Orchestra Les Blérots de Ravel• Karpatt Stuck In The Sound• Les Fatals Picards Samarabalouf• DJ Moule• DJ Missill A suivre… www.solidays.com Avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication, du Ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports, du Ministère des Affaires Étrangères, du Ministère de la Défense, de l’INPES, de la MILDT, de la Sécurité Routière, d’Air France, de la SACEM, de l’UCPA et de France Galop.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :