Direct Soir n°18 29 jun 2006
Direct Soir n°18 29 jun 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°18 de 29 jun 2006

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : PPDA sur tous les fronts

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Directsoir t Jeudi 29 juin 2006 6 L’ACTU FRANCE PATRICK POIVRE D’ARVOR/La passion d’informer Depuis plus de vingt ans, il est aux commandes du journal de 20h sur TF1. C’est un écrivain reconnu, un acteur dans l’action humanitaire. Tout le monde l’appelle PPDA. Quelle impression vous a fait Lionel Jospin après le 20h d’hier ? Il m’a paru étonné qu’on estime qu’il déclarait sa candidature. C’était un étonnement feint. En réalité, il était très content de son effet. Aujourd’hui, vous sentez-vous acteur ou observateur de l’actualité ? Un journaliste est d’abord un observateur, un témoin, mais pour un certain nombre de sujets, je pense qu’il peut peser. Pas forcément sur la vie politique, mais plutôt sur des engagements, notamment humanitaires, ou sur une façon de s’intéresser à d’autres aspects de l’actualité. Votre durabilité à la TV face à tous les transferts ? Je crois que le débat sur les seniors a été tranché lors de France-Espagne ! Le statut d’écrivain occupe-t-il une place prépondérante dans votre vie ? L’écriture prend de plus en plus d’importance dans ma vie. J’ai commencé assez tôt, avant même d’être journaliste, à 17 ans, avec Les enfants de l’aube. Depuis, j’ai écrit un grand nombre de livres, notamment avec mon frère. Le prochain sera d’ailleurs avec lui. Il paraîtra à la rentrée aux éditions Gallimard : Disparaître. Un héros de votre dernier roman dit : « Plus on m’adule, plus je me déteste. » Cela vous correspond-t-il ? Disons que je n’ai pas une considération énorme pour tout ce qui est regard extérieur et jugement, S. MASSON/CORBIS Rachel Bourlier Ses engagements Patrick Poivre d’Arvor figure incontournable du PAF. Choisi par Jean-Pierre Elkabbach, il fait ses débuts au journal de 20h d’Antenne 2, le 23 février 1976. Jusqu’en 1983, il est à la fois rédacteur en chef adjoint et présentateur du JT de 20h. Le journaliste sera également aux commandes du journal de la mi-journée, Antenne 2 midi. En 1983-1984, il est producteur et présentateur de l’émission A nous deux, toujours sur Antenne 2. Il quitte ensuite le service public pour rejoindre canal+ à sa création, avant de rallier très rapidement TF1. que ce soit d’ailleurs positif ou négatif. Mais je pense qu’on donne beaucoup à tous ces métiers de lumière. Pourtant, il existe des gens qui méritent beaucoup plus l’intérêt que chacun de nos faits et gestes. Mais c’est comme ça, il faut faire avec, je pense que ça ne mérite ni l’adulation ni le mépris d’ailleurs. Vous êtes souvent considéré comme un personnage de roman. Acceptez-vous cette définition ? Il m’est davantage arrivé d’événements peutêtre qu’à beaucoup de gens. Et dans ma vie, j’ai toujours décidé de vivre jusqu’au bout mes passions. Oui, j’aime en effet le romanesque et la EN COUV. vision un peu romantique des choses. Il doit y avoir un peu de tout cela. Vous aimez les livres et ceux qui les écrivent. Vol de nuit sera toujours à l’antenne à la rentrée sur TF1 ? Oui, et je suis très heureux de cette émission. J’ai vu que malheureusement d’autres programmes disparaissent, comme Culture et dépendances sur France 3, et je crois que Campus, sur France 2, ne va pas rester sous sa forme actuelle. Je crois donc que Vol de nuit va être encore plus indispensable. Les quotidiens gratuits, tel Direct Soir, ontils permis de trouver de nouveaux lecteurs ? Journaliste Ecrivain Acteur humanitaire BALTER/SIPA Patrick poivre d’Arvor a publié trente-cinq livres, dont près d’une quinzaine avec son frère Olivier. Le prochain, Disparaître, sera d’ailleurs cosigné avec lui chez Gallimard, et sortira à la rentrée. C’est la première fois que les deux frères s’essayent ensemble au roman. Ils ont signé des ouvrages historiques et photographiques. « J’aime les héros. Que ce soit Byron, Surcouf ou Saint-Exupéry, j’aime ce compagnonnage », affirme Patrick. Avec Disparaître, on retrouve un style très maîtrisé, une langue et une musique… on se laisse emporter par l’écriture. LYDIE/SIPA TELBA/OH/SIPA Si cela permet d’amener un nouveau lectorat ou de retrouver un lectorat qui avait quitté le journalisme, c’est une très bonne chose, évidemment. De la même manière que le livre de poche a incontestablement relancé l’intérêt pour la lecture. Il ne faut surtout pas s’en plaindre. Ce qui est triste, c’est que, pendant ce temps-là, des journaux sont en difficulté. Et je trouve qu’à chaque fois qu’un journal meurt, c’est un peu de la liberté de la presse qui disparaît. Mais vive le regain de la lecture et de la lecture des journaux ! Pouvez-vous nous parler de La maison de Solenn ? Pour moi c’est important, cela fait plus d’un an et demi qu’elle est ouverte et elle a reçu plusieurs dizaines de milliers d’adolescents en consultation. Le professeur Rufo me disait l’autre jour que le succès était évident, même trop important. Il y a une belle réussite quant au taux de guérison et je me dis que Solenn, là où elle est, doit être heureuse de savoir qu’elle a pu par son nom, par son expérience et son témoignage aider d’autres adolescents dans la détresse. C’est dit Olivier et Patrick Poivre d’Arvor « L’écriture à deux me plaît beaucoup, c’est tellement rare de réussir à trouver son jumeau, qui plus est quand c’est son frère. » www.directsoir.net Ambassadeur de l’Unicef pour la France, Patrick Poivre d’Arvor est aussi très investi dans la cause des adolescents en souffrance. La maison de Solenna vu le jour grâce à la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France. Elle a déjà reçu plusieurs dizaines de milliers d’adolescents. Patrick Poivre d’Arvor reste toujours très discret dans ses actions. Ainsi, les droits d’auteur de Elle n’était pas d’ici et Lettre à l’absente, consacrés à sa fille Solenn, ont été reversés à l’association. Il est vrai que le journaliste n’hésite pas à apporter son aide, qu’elle soit de nature financière ou autre.
www.directsoir.net DANS LES KIOSQUES Quittez la ville ! Le mot d’ordre est clair dans le dernier numéro de L’Express. L’hebdo analyse le boom des « néoruraux », ces citadins pour lesquels le bonheur est dans le pré. 1 2 3 4 5 TOPDESTOPS « CARS » TOUJOURS EN POLE POSITION MEILLEURES ENTRÉES CINÉMA HEBDO Avec près d’un million d’entrées en deux semaines, Cars (1) conserve sa position sur la ligne d’arrivée. Belle performance, donc, pour l’ultime collaboration entre PIXAR et DISNEY, qui aura donné naissance à des succès mondiaux comme Toy Story et Le monde de Nemo. (=) CARS (QUATRE ROUES) Buena Vista International (e) SCARY MOVIE 4 Buena Vista International (e) LA RUPTURE United International Pictures (e) LA COLLINE A DES YEUX Twentieth Century Fox (-3) POSEIDON Warner Bros LÉGENDE : (+1) = progression d’une place (-3) = perte de trois places (e) = nouvelle entrée Source : cbo-boxoffice.com Anne Deverre, Nicolas Cailleaud, Allan Van Darc, Théo Phan MINISTÈRE DE L’INTÉRIEUR h Attention, casse-tête assuré ! Si vous avez besoin d’un passeport d’ici les vacances d’été, sachez que sa version papier n’existe plus. Désormais, vous aurez un passeport biométrique, quel que soit le pays que vous visiterez. Une formalité ? Oui et non. Les photos d’identité sur ces documents sont maintenant soumises à de rudes exigences, et on pourrait croire qu’on se paye notre tête ! Jugez plutôt : NATIONALITÉ/Le mérite de la citoyenneté h Revaloriser la naturalisation française. C’est le souhait qui anime le président de la République en visite à Tours aujourd’hui pour remettre des décrets de naturalisation. Une visite symbolique qui intervient en plein débat sur l’expulsion des enfants scolarisés de familles sans papiers, dont le sursis accordé par Nicolas Sarkozy expire demain. Depuis avril dernier, le Conseil interministériel à l’intégration a rendu obligatoire cette cérémonie de naturalisation auprès des préfets. Selon son entourage, Jacques Chirac entend insister sur « l’honneur de devenir Français, un statut qui confère des droits mais aussi des devoirs ». Plus de 150 000 étrangers sont naturalisés chaque année. VACANCES/PASSEPORTS : ATTENTION À LA PHOTO Les sites à consulter http://www.interieur.gouv.fr/Rubrique « Zoom sur : photos d’identité ». Le site présente une série de photos refusées et acceptées : de quoi se faire une idée. www.annuaire-photographie.com Il y a moins de risques à faire ses photos d’identité directement chez un photographe. Ce site permet de trouver le labo le plus proche de chez soi. Photo d’identité : 35 x45mm obligatoire ! la photo, en couleurs sur fond clair, doit montrer la tête et les épaules dégagées. Pas le droit de sourire en montrant ses dents, d’avoir les yeux rouges ou fermés, d’incliner la tête, d’avoir des montures de lunettes trop épaisses ni une mèche de cheveux devant l’œil ; la distance du menton au front doit être comprise entre 3,2 et 3,6 cm… www.dossierfamilial.com Outre une photo d’identité en bonne et due forme, les papiers à fournir pour obtenir un passeport sont légion. Le site en précise la liste. www.photomaton.fr Si vous vous retrouvez avec une liasse de clichés refusés, vous pouvez vous les faire rembourser. Le site explique comment. FRANCE G. JULIEN/AFP PHOTO DE L’ADN AU COUPABLE 1 En utilisant les tests ADN, depuis 1988, les experts de la police scientifique apportent des preuves à charge ou à décharge. L’analyse ADN est sûre à 99,99%. Les empreintes génétiques s’imposent comme étant l’outil indispensable des enquêteurs. 2 L’acide désoxyribonucléique (ADN) constitue une empreinte unique pour chaque individu. Sa structure, en forme de double hélice, fut découverte en 1953. C’est seulement en 1985 que le Britannique Alec Jeffreys mit au point la technique permettant d’identifier un individu. 3 Cheveux, salive, sang, sperme ou peaux mortes sont autant d’éléments qui peuvent être prélevés sur les lieux du crime. L’analyse porte ensuite sur les brins d’ADN afin d’identifier le génome. Les experts peuvent même travailler sur des échantillons incomplets ou anciens et les reconstituer. 4 Parmi les affaires les plus connues où l’analyse ADN a joué un rôle crucial : le cas du tueur en série Guy Georges ; l’hérédité rejetée d’Aurore Drossart, qui n’était pas la fille d’Yves Montand ; Jean-Claude Bonnal, dit « le Chinois », condamné pour six meurtres ; et Denis Waxin, emprisonné à perpétuité pour les viols et les meurtres de plusieurs enfants. Directsoir t Jeudi 29 juin 2006 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :