Direct Soir n°179 27 jun 2007
Direct Soir n°179 27 jun 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°179 de 27 jun 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : Ségolène Royal objectif PS

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
Directsoir N°179/Mercredi 27 juin 2007 10 ÉCONOMIE Michelin Histoire d’un pari gonflé D’une entreprise familiale auvergnate à une multinationale leader mondial des pneumatiques, Michelin a su se développer tout au long du siècle, dans le respect des valeurs de qualité, de sécurité et d’innovation. C’EST UN PRODUIT AUSTÈRE – BIEN QU’INDISPENSABLE – ET POURTANT MICHELIN A SU RENDRE LE PNEU PRESQUE SÉDUISANT grâce aux nombreuses innovations technologiques et à l’entremise d’un personnage sympathique et connu de tous : le Bibendum. Autre marque d’originalité, cette enseigne du CAC 40 a tenu à conserver son siège en province, à Clermont-Ferrand, berceau de son succès. C’est là, en Auvergne, que les frères Michelin, André le plus âgé et Edouard, prennent la tête en 1889 d’une société spécialisée dans le caoutchouc, créée par Aristide Barbier et Edouard Daubrée en 1832. Sous le nom de Michelin et Cie, l’entreprise se lance alors dans l’invention d’un patin de frein en caoutchouc : « The Silent » (le « Silencieux »). DU VÉLO À LA VOITURE Un jour de l’année 1891, un cycliste arrive à l’usine pour se procurer de quoi réparer les bandages collés sur la jante de sa bicyclette. Mais à l’époque, ce genre de réparation nécessite plusieurs heures de travail et une nuit entière de séchage. Edouard Michelin imagine alors ce que pourrait être un pneu facilement réparable. La même année, l’entreprise dépose les premiers brevets de pneus démontables et réparables en un quart d’heure. La victoire du cycliste Charles Terront sur ces nouveaux pneus Michelin, lors de la course Paris-Brest-Paris, permet de les faire connaître au grand public. Interview d’un SPÉCIALISTE F. GUIZIOU/HEMIS La production des usines Michelin, répartie sur 69 sites industriels dans 19 pays, s’élève à 190 millions de pneus. Le radial a vraiment achevé le développement mondial de Michelin Les frères Michelin se spécialisent ainsi dans le pneu pour vélos, mais ils croient déjà en l’avenir du pneumatique pour véhicules, car si cela marche pour l’un, cela devrait fonctionner pour les autres moyens de transport. Ils en donnent la preuve en 1895, lors de la course automobile Paris-Bordeaux-Paris. Pour ces 1 200 km de routes, André et Edouard conduisent « l’Eclair », un véhicule qu’ils ont eux-mêmes construit et qui est équipé pour la première fois de pneumatiques. Ils ne sortent pas vainqueurs de cette compétition, mais l’exploit est là : il est Luc Boedt, spécialiste de l’hévéa OÙ SE SITUENT LES PRINCIPALES PLANTATIONS D’HÉVÉA DANS LE MONDE ? QUELLE EST LEUR ÉVOLUTION ? Elles se trouvent surtout en Extrême-Orient, c’est-à-dire en Malaisie et en Indonésie, dans une moindre mesure en Afrique de l’Ouest et du Centre, et un peu en Amérique latine. Le nombre de plantations diminue parce que l’hévéa est remplacé par des palmiers à huile (pour la production d’huile végétale), qui nécessitent les mêmes conditions climatologiques et entrent en production au bout de 3 ans, contre 7 ans pour l’hévéa. Le rendement financier est donc beaucoup moins élevé pour l’hévéa. désormais possible de « rouler sur l’air ».Une révolution qui offre plus de confort, une économie de carburant et un gain de vitesse. En 1898, la voiture électrique « Jamais contente », équipée de pneus Michelin, franchit le mur des 100 km/h. Sept ans plus tard, l’usine installée près de la place des Carmes couvre désormais sur 30 hectares et s’étend même hors des frontières de l’Hexagone. Dès 1906, Michelin installe sa première manufacture à l’étranger et fait le choix de Turin. Ensuite, ce sera au tour des Etats-Unis, à Milltown, dans le New Jersey. QUELS SONT LES ATOUTS DU CAOUTCHOUC NATUREL ? C’est une énergie verte, renouvelable, qui peut remplacer le caoutchouc synthétique. La molécule du caoutchouc naturel est beaucoup plus longue, ce qui lui permet de mieux adhérer à l’acier (ce qui est intéressant pour des produits comme le pneu). Pour une voiture de tourisme, le pneu est constitué à 25% de caoutchouc naturel et à 75% de caoutchouc synthétique. Mais pour les pneus d’avions ou de Formule 1, la proportion est de 40% de naturel contre 60% de synthétique, car du fait de sa composition moléculaire il y a moins d’échauffement, et donc le pneu n’éclate pas. 102 C’est le nombre de victoires en Formule 1 que Michelin a remportées jusqu’en 2006, date à laquelle l’entreprise a choisi de se retirer du circuit. UNE MARQUE RÉVOLUTIONNAIRE « Michelin a toujours cherché à connaître les besoins du client, avant de mettre un produit sur le marché », explique Stéphane Nicolas, historien du patrimoine Michelin. C’est ainsi que la marque invente, en 1913, la roue de secours en acier démontable, puis en 1923 le premier pneu pour véhicule de tourisme à basse pression le « Confort », capable de parcourir 15 000 km. Les inventions se succèdent, toutes les plus ingénieuses les unes des autres. En 1929, naît la « Micheline », équipée d’un pneu pour le rail. L’année QUELLES SONT SES PRINCIPALES UTILISATIONS ? Les pneus représentent 90% de son utilisation. Mais le caoutchouc naturel sert aussi dans le milieu médical, notamment pour les préservatifs, ainsi que pour les autocollants. POURQUOI LE CAOUTCHOUC NATUREL SUBIT-IL LA CONCURRENCE DU CAOUTCHOUC SYNTHÉTIQUE ? Le caoutchouc synthétique, fabriqué à base de pétrole, concurrence le naturel pour des raisons économiques et de qualité. Le synthétique permet l’uniformité de la production, alors que le caoutchouc naturel, étant un produit naturel, ne vérifie pas cette constance dans le temps. D. MAILLAC/REA
DR www.directsoir.net La saga des pneus Michelin commence sur un vélo, en 1891. qui suit, Michelin dépose le brevet du pneu à chambre incorporée. Et en 1932, apparaît le « Superconfort », à très basse pression. Contre les dérapages, l’entreprise crée le pneu « Top », sculpté de lamelles, en 1934. Mais la grande innovation sera celle du pneu radial, dont la carcasse est constituée d’une ceinture métallique en fils d’acier formant des arceaux droits. Michelin dépose le brevet en 1946 et applique cette nouvelle technologie aux poids lourds en 1952, aux engins de génie civil en 1959, aux avions en 1981 et aux motos en 1984. Pour l’historien, « le radial a vraiment achevé le développement mondial de Michelin », sous la direction de François Michelin, petit-fils du fondateur Edouard, resté aux commandes de l’entreprise de 1955 à 1999. C’est d’ailleurs lui qui érige le groupe au rang de numéro un mondial du secteur. En 1994, sous l’impulsion d’Edouard Michelin, le fils de François, le groupe lance le pneu « Energy » à faible résistance au roulement. Réduire ce facteur permet de faire des économies de carburant, ce LE MARCHÉ MONDIAL 2005 PAR FABRICANT ■ Source : Tire Business - Août 2006. DR André et Edouard Michelin. 1895 : André et Edouard conduisent l’Eclair lors de la course automobile Paris-Bordeaux-Paris, soit 1 200 km de routes à 25 km/h. Ce véhicule, qu’ils ont eux-mêmes construit, est équipé pour la première fois de pneumatiques. qui diminue ainsi les émissions de dioxyde de carbone dans l’atmosphère. Ce thème est une priorité que le groupe s’est fixée dès ses origines. « Michelin est une entreprise qui a une longue expérience et qui défend aujourd’hui des valeurs qu’elle a toujours défendues, comme l’économie de carburant, le respect de l’environnement et la sécurité », explique Stéphane Nicolas. Et pour promouvoir ses valeurs, « Michelin est toujours à l’affût de nouvelles idées, de nouveaux matériaux, de nouvelles architectures [de pneus,ndlr]. L’entreprise compte 4 500 chercheurs sur 120 000 personnes et consacre 4% de son chiffre d’affaires en recherche et développement. Ce qui est énorme », ajoute-t-il. UNE STRUCTURE STABLE Autre force de Michelin : sa structure juridique en commandite par actions qui la protège des offres publiques d’achat hostiles. « Sa structure juridique offre à l’entreprise une très grande stabilité qui lui a permis de traverser les crises. Cette structure remonte déjà à l’époque des frères Michelin, qui étaient des gens extrêmement visionnaires », précise Stéphane Nicolas. Cette structure a sans doute facilité la prise de fonction de Michel Rollier comme gérant de l’entreprise, suite à la mort d’Edouard Michelin en mai 2006. Cette même année, Michelin est numéro un mondial, au coude à coude avec le japonais Bridgestone, avec une production répartie sur 69 sites industriels dans 19 pays, et s’élevant à 190 millions de pneus. Acteurs locaux 18% Bridgestone 18,2% Michelin 17,7% Goodyear 17,3% Acteurs de taille moyenne 28,8% DR DR LE BIBENDUM Meilleur logo du siècle ECONOMIE 11 LA MAISON MICHELIN ■ « Regarde, avec des bras et des jambes, cela ferait un bonhomme ! » lance Edouard Michelin à son frère, en regardant les hautes piles de pneus qui décorent l’entrée du stand Michelin, lors de l’Exposition universelle et coloniale de Lyon, en 1894. Quatre ans plus tard, naît le Bibendum, devenu aujourd’hui un personnage universellement sympathique et identifiable. Il a d’ailleurs été élu meilleur logo du siècle en 2000. Plus connu à l’étranger sous le nom de « Bonhomme Michelin », il sert à transmettre des messages, notamment au client. Il devient donc le porte-parole à l’entreprise. Autre atout de ce personnage emblématique : il est construit à partir du produit que vend la marque qu’il représente. Mais pourquoi cette couleur blanche, qui contraste d’ailleurs avec celle des pneus ? A l’époque, les pneumatiques étaient emballés de papier de soie blanc, pour protéger les produits de luxe qu’ils étaient en ce temps. LES GUIDES Les cartes et les étoiles ■ « Cet ouvrage paraît avec le siècle ; il durera autant que lui. » Voici ce qui est écrit dans l’avant-propos du premier Guide Michelin, publié en 1900. Le pari des deux visionnaires, Edouard et André Michelin, est plus que réussi. Plus de 1,4 milliard de pages a été imprimées depuis le lancement, il y a 107 ans, de ce premier Guide qui couvre aujourd’hui 21 pays. A l’origine, le Guide Michelin est offert gracieusement aux chauffeurs et l’objectif est de leur transmettre toute l’information qui leur est nécessaire « pour approvisionner (leur) automobile, pour la réparer, pour (leur) permettre de se loger et de se nourrir, de correspondre par poste, télégraphe ou téléphone ». Dix ans après cette publication inédite, Michelin édite les premières cartes routières de France. « Guide et carte se complètent. L’un vous dirige dans les villes, l’autre dans la campagne. Ils sont étudiés de façon que vous puissiez facilement passer du Guide à la carte et réciproquement. » Tout au long du 20 e siècle, la marque ne cessera d’affiner ce type d’informations, en publiant des plans détaillés de villes ainsi que les premiers atlas routiers (1987). Michelin développe aussi depuis 1926 les Guides régionaux, plus connus aujourd’hui sous le nom de la collection Guide Vert et tournés vers le tourisme et la culture. La même année, la marque invente les « étoiles », pour les bonnes tables. En 2000, les inspecteurs ont attribué le sésame « 3 étoiles » à 23 restaurants. En 2006, Michelin a vendu 14 millions de cartes-plans-atlas, ainsi que 2 millions de guides touristiques et reçu 440 millions de visites sur le site internet viamichelin, crée en 2000 pour préparer ses déplacements. Une anecdote : La première édition du Guide Michelin. Le Bibendum Michelin. c’est avec le Guide Michelin à la main que les Américains ont débarqué et libéré Bayeux, Cherbourg, Caen… HISTOIRE La trop courte présidence d’Edouard Michelin ■ Le 26 mai 2006, Edouard Michelin, arrière-petit-fils du fondateur (prénommé lui aussi Edouard), meurt dans le naufrage du bateau à bord duquel il était parti pêcher avec un ami – également disparu, Guillaume Normant –, au large de l’île de Sein, dans le Finistère. Agé de 42 ans, ce père de six enfants avait pris la succession de son père François à la tête de l’entreprise Michelin en 1999, faisant ainsi de lui le plus jeune dirigeant du CAC 40. Dès 1989, le jeune ingénieur diplômé de Centrale intégrait le groupe, gravissant progressivement les échelons d’apprenti à PDG. On lui doit la modernisation de la manufacture ainsi que le développement d’une stratégie de communication, jusque-là inexistante. « Il a profondément renouvelé l’image de l’entreprise, ouverte sur l’extérieure, car il avait très bien perçu qu’il fallait ancrer l’entreprise dans la mondialisation », explique Stéphane Nicolas, historien du patrimoine Michelin. Michel Rollier, son cousin et cogérant, a pris la direction de l’entreprise à la suite de sa disparition. Edouard Michelin. DR HEKIMIAN/JBV NEWS



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :