Direct Soir n°176 22 jun 2007
Direct Soir n°176 22 jun 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°176 de 22 jun 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : Elvis Presley la légende

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
BETTMAN/CORBIS Directsoir N°176/Vendredi 22 juin 2007 8 EN COUVERTURE Je ne connais absolument rien à la musique. Pour faire ce que je fais, je n’en ai pas besoin. Avec ses parents, Gladys et Vernon, en 1958, avant son départ pour l’Allemagne, où il effectuera deux ans de service militaire. de plus en plus pauvres au niveau vocal. Qu’importe, il correspond au personnage que l’Amérique tout entière réclame. Il n’ose en sortir qu’en de trop rares occasions. L’homme n’apparaît presque plus derrière le personnage. Seul son corps traduit la chute d’Elvis Aaron Presley. Il prend du poids, devient bouffi, se bourre de médicaments, a des trous de mémoire. Le King déprime, mais son pays se voile la face et continue à l’acclamer. L’être humain mis au monde par Gladys en janvier 1935 n’existe plus, coupé du monde et prisonnier de son public. Il peut mourir. C’est chose faite le 16 août 1977. Elvis Presley est retrouvé en fin d’aprèsmidi, inanimé dans la salle de bain de Graceland. Ses funérailles, organisées dès le surlendemain, seront dignes L’énigme DE SA MORT… En 1969, Elvis pose avec sa fille Lisa-Marie et Priscilla, qu’il a épousée deux ans plus tôt à Las Vegas. Le couple divorcera en 1973. d’un président. Plus de 30 000 personnes y assistent. Aujourd’hui encore, la sépulture du King est visitée par plus d’un demimillion de personnes par an. Dans sa grandeur comme dans sa chute, Elvis a symbolisé l’Amérique. Il était l’Amérique. C’est sans doute pour cela que, de New York à Los Angeles, ils sont encore nombreux à ne pas croire à sa mort. Ils n’ont peut-être pas tort. Elvis Presley est l’homme par qui est venue la libération des mœurs outre-Atlantique. Les fruits de cette émancipation sont toujours présents, la légende du King toujours vivante. La culture rock lui doit beaucoup. ELVIS VOULAIT-IL DISPARAÎTRE ? ■ Les théories sur la question ne manquent pas. Le King traversait une mauvaise passe financière. Il venait de perdre dix millions de dollars dans une opération liée à la mafia. En fin de carrière, prisonnier de son image et de ses fans, il souhaitait peut-être changer de vie. Il avait d’ailleurs imaginé les scénarios d’une fausse mort. LE MANNEQUIN DE CIRE ■ La dépouille du King était-elle dans son cercueil, ou etait-ce un mannequin de cire ? Son apparence rajeunie, ses mains, dont les traces du temps avaient disparu, et un favori tombant viennent renforcer ce doute. Certains croient déceler un système de réfrigération pour éviter que la cire fonde. FOTOBLITZ/STILLS F. CAROLL/SYGMA/CORBIS VU PAR Jesse Garon, « king » français du rockabilly « Ce qu’il invente, c’est le rockabilly, un son nouveau, une nouvelle façon de s’exprimer » Jesse Garon. « L’arrivée d’Elvis a révolutionné la musique, mais surtout les comportements. C’est une libération qui commence, une émancipation. Tout ce qui était trop bridé s’est libéré grâce à sa musique. Ce n’est pas un président, c’est un musicien qui change tout. Musicalement, le rock’n’roll existait déjà, depuis la fin des années 1930, chanté par des Noirs. Elvis arrive 15 ans plus tard. En fait, ce qu’il invente, c’est le rockabilly, un son nouveau, une nouvelle façon de s’exprimer. Ça, c’est très rare. C’est sa grande réalisation. On peut dire qu’Elvis était un maître. Ni un auteur, ni un compositeur, mais il a eu le génie de faire la croisée des chemins musicaux. La starification, c’est autre chose. Il existe des artistes avec du charisme, mais comme Presley… Quand je l’ai vu, ça a été un choc, comme chez beaucoup d’adolescents. Pourtant, si on l’analyse, on ne voit pas ce qui a provoqué cela. C’est un ensemble. Les médias changeaient, la télé s’installait. C’est le premier à avoir vécu ça. On en rêve tous, quand on est adolescent. Mais à partir de ses 19 ans, il a vécu reclus, et il est mort jeune, à 42 ans. » Jesse Garon est à l’affiche de Génération rock’n’roll, le 23 juin à l’Olympia. LES OBJETS MANQUANTS ■ L’inventaire de Graceland a montré que certains de ses objets préférés avaient disparu. Le soir suivant sa mort, un homme lui ressemblant embarque pour Buenos Aires, sous le nom de John Burrows, son pseudonyme préféré. Une semaine avant sa mort, un million de dollars disparaît de l’un de ses comptes, qui ne sera jamais retrouvé. LECOEUVRE/ABACA
EN EXCLUSIVITÉ AU GRAND REX PRÉCÉDÉ DE LA FÉÉRIE DES EAUX A PARTIR DU 28 NOVEMBRE AU 11 DÉCEMBRE 2007 Eric Caro/Bonne Pioche. Complétez votre séance de cinéma par la visite des Étoiles du Rex, le parcours-spectacle de 50 minutes pour petits et grands. Les créateurs de « La Marche de l’Empereur » vous invitent à un nouveau voyage... BONNE PIOCHE PRÉSENTE NOËL 2007 AU CINÉMA RÉSERVATIONS www.legrandrex.com Rapido Résa au 08 92 68 05 96* Fnac ou directement aux caisses du cinéma LE REX, 1 BD POISSONNIÈRE, 75002 PARIS - MÉTRO BONNE NOUVELLE *0,34 € TTC/Min



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :