Direct Soir n°174 20 jun 2007
Direct Soir n°174 20 jun 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°174 de 20 jun 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : Dominique Strauss-Kahn veut moderniser le PS

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
Directsoir N°174/Mercredi 20 juin 2007 16 CULTURE MUSIQUE Razorlight, tranchant mais pas rasoir Razorlight a un atout de taille : le leader du groupe, Johnny Borrell. Sur scène, le chanteur, généralement vêtu de blanc, possède le magnétisme d’un Mick Jagger. Côté vie privée, ce bourreau des cœurs a multiplié les victimes et a récemment fait succomber l’actrice Kirsten Dunst. Moins sensible à sa plastique, la presse spécialisée a en revanche fustigé une attitude jugée hautaine, estimant qu’il n’est pas raisonnable d’avoir des chevilles aussi gonflées quand on porte des pantalons serrés. Razorlight n’a cure des moqueries, puisque le succès ne s’est pas démenti depuis trois ans. Dans le sillage des Libertines, le groupe a été révélé en 2004 avec un premier disque, Up All Night, en forme de chronique des nuits londoniennes. Le sautillant single Golden Touch s’est classé dans la catégorie des chansons qu’on peut fredonner à l’infini sous sa douche. Pour son deuxième album, sorti l’année dernière, le quatuor a encore affiné son écriture. Il s’éloigne du rock foutraque des débuts pour lorgner vers le son lyrique d’un Bruce Springsteen. A nouveau, l’énergique Into the Morning ou la ballade douce-amère America ont conquis les premières places des charts britanniques. Ce soir, Razorlight est à l’affiche de l’Olympia. Le francophile Johnny Borrell tiendra sans aucun doute à se montrer à la hauteur. Comme dans un récent Taratata, peut-être gratifiera-t-il le public parisien d’une reprise délicate de Je suis venu te dire que je m’en vais. Razorlight, ce soir à 20h à l’Olympia, 28, boulevard des Capucines, Paris 9e. La bonne ADRESSE LITTLE ITALY DANS PARIS Les voyages sucrés et sonores de Babet DR Le Veramente, « Vraiment », est « veramente » une très bonne adresse italienne. Une décoration magnifique dans les tons gris et noirs, un service « aux petits oignons » et une carte exquise. Probablement un des meilleurs italiens de la capitale, situé dans une partie du VII e arrondissement où le calme règne le week-end. Les entrées, entre 10 et 20 €, proposent du traditionnel (charcuteries, tomates mozzarella et légumes grillés), mais aussi des choses rares et délicates, comme le carpaccio de poulpe Le groupe a assuré la première partie des Rolling Stones l’an dernier au Stade de France. ou d’espadon ainsi que le sauté de moules, gambas et palourdes. En plat (de 13 à 25 €), une douzaine de recettes de pâtes dont les originales pennes en papillotes, ou les tagliolinis au citron, mais aussi un des meilleurs risottos (aux gambas, ou nature à l’huile de truffe). Des plats de viandes, côte de veau aux artichauts, filet de bœuf au pistou, ou de poissons, émincé d’espadon, bar en papillote ou friture, sont aussi parfaits et copieux. Un sans-faute. Veramente, 2, rue de Sedillot, Paris 7e. Tél. : 01 45 51 95 82. ■ Elisabeth Maistre a une vie en forme de joyeux cataclysme. Seul membre féminin du groupe valentinois Dionysos, cela fait plus de 10 ans qu’elle arpente les scènes de France et d’Europe, avec son violon et l’incomparable énergie qui caractérise ce groupe de rock excentrique. Sous le nom de Babet, elle a sorti il y a quelques mois son premier album solo, Drôle d’oiseau, qui redescend la température de quelques degrés. Seule, mais pleine d’idées, elle a confectionné des chansons rêveuses, où sa voix clairet légère évoque des territoires lointains, des souvenirs touchants, des histoires d’amour, sur des sonorités folk acoustique. Ce soir à Lille, elle sera accompagnée d’un musicien et d’un DJ. Drôle d’oiseau, Babet, V2. En concert ce soir à Lille, le 25 à Paris (La Cigale), le 6 juillet à Evreux, le 8 à Valenciennes, le 15 aux Francofolies de la Rochelle. DR RESTAURANT Pour la 7 e fois, MC Solaar récolte le tempo ■ Septième album pour Claude M’Barali. Sobrement intitulé Chapitre 7, le nouvel opus de MC Solaar est fidèle à l’univers du rappeur : une prosodie percussive et musicale, des textes engagés mais sans violence sur des mélodies inspirées de la musique latine (Paris Samba), du R’n’B (Coup d’œil dans le métro) et du rock (Da Vinci Claude). MC Solaar ne s’éloigne pas du rap populaire qui l’a fait connaître 16 ans plus tôt avec Bouge de là, sans oser l’originalité. Reste donc à savoir si le Chapitre 7 parviendra à se faire une place dans le paysage discographique, à l’heure du slam et d’un rap plus revendicatif. Chapitre 7, MC Solaar, Warner Music, 13 €. DR « Seinfeld », rien sur tout DR DVD Définie par ses propres créateurs comme une « série sur rien », Seinfeld a dynamité les règles du genre de la sitcom. Construite autour du personnage de Jerry Seinfeld, la série raconte le quotidien d’un groupe d’amis, adultes immatures égarés sur les bas-côtés de l’adolescence, capables de disserter des heures sur la cape de Superman, mais incapables de s’engager dans la moindre relation sérieuse. La huitième saison de cette série géniale marque le départ du scénariste Larry David et voit Jerry Seinfeld prendre seul les commandes. Cynique, ironique et déjantée, cette sitcom est un modèle du genre. Seinfeld, saison 8. Gaumont Columbia Tristar Home Video, 40 €. « Deadwood », western moderne Plus qu’un simple western, Deadwood est une série politique. Car dans cette ville imaginaire de l’Ouest américain du temps de la ruée vers l’or, on parle plus qu’on ne dégaine. Entre trafic d’influence et jeu de pouvoir, cette série, qui combine – à l’image de Rome – les personnages historiques et ceux de fiction, offre une lecture de l’Histoire poussiéreuse et crapuleuse, plus réaliste que ne l’a jamais présentée le cinéma. Cette seconde saison reprend la construction de la ville où elle en était, dans la boue, et fait définitivement rentrer le patron de saloon Al Swearengen, victime de calculs rénaux, dans le panthéon des anti-héros de légende. Deadwood saison 2, Paramount,40 €. DR
Jouez et gagnez avec INTERACTIVE JEUX 17 21 Une semaine paradisiaque à l’île Maurice 10 jours et 8 nuits en demi-pension pour deux personnes à l’hôtel Beau Rivage 5*au départ de Paris, comprenant 2 billets d’avion A/R en classe économique, le transfert aéroport/hôtel, en dehors des vacances scolaires. Pour participer au jeu et recevoir les questions, envoyez SUN par SMS au 72100 5 CAMÉSCOPES NUMÉRIQUES 2 CHANCES DE GAGNER ! En plus du grand tirage au sort qui aura lieu le 26/06/2007 vous pouvez peut-être gagner DES IPOD SHUFFLE DES DRAPS DE BAIN DIRECT8 APPEL AUX LECTEURS Cette page est la vôtre ! Envoyez-nous vos messages personnels, réactions ou commentaires sur l’actualité à l’adresse : lejournal@directsoir.net objet : courrier des lecteurs Mineurs, demandez l’autorisation à vos parents. 72100 : 0,50 € par envoi + coût d’un SMS, 4 SMS par participation. JEU DIRECTSOIR Ile Maurice : jeu gratuit sans obligation d’achat, valable du 21/05/2007 au 25/06/2007. Le règlement complet du jeu est déposé en l’étude Maître Frédéric NADJAR, huissier de justice, 18, avenue Charles-de-Gaulle, 92200 Neuilly-sur-Seine. Le dit règlement ainsi que les conditions de remboursement sont disponibles gratuitement sur simple demande auprès de CELLCAST INTERACTIF, JEU DIRECT SOIR Ile Maurice,43, boulevard Malesherbes, 75008 PARIS. (Dotations : des iPod shuffle d’une valeur unitaire de 89 € TTC, 1 séjour pour deux personnes à l’Ile Maurice d’une valeur de 6000 € TTC, 5 camescopes numérique JVC d’une valeur unitaire de 300 € TTC, 9 draps de bain Direct8 d’une valeur unitaire de 50 € TTC). Liste non exhaustive. Visuels non contractuels.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :