Direct Soir n°173 19 jun 2007
Direct Soir n°173 19 jun 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°173 de 19 jun 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : Jean-Louis Borloo ministre d'état en charge de l'écologie

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
P.BERNARD/ABACA 4 Directsoir N°173/Mardi 19 juin 2007 20 22 EN JEUX COUVERTURE François Fillon a annoncé, en fin de matinée, le remaniement ministériel consécutif aux élections législatives. Comme pressenti, Jean-Louis Borloo, qui occupait le ministère de l’Economie, des Finances et de l’Emploi, succède à Alain Juppé, démissionnaire. Jean-Louis Borloo A la tête de l’Environnement BIO EXPRESS ■ Né le 7 avril 1951 à Paris. ■ Avocat au barreau de Paris. ■ Marié à Béatrice Schönberg. ■ Elu maire de Valenciennes en 1989. ■ Conseiller régional du Nord-Pasde-Calais de 1992 à 1993. ■ Elu député du Nord en 1993. ■ Ministre délégué à la Ville et à la Rénovation urbaine de 2002 à 2004. ■ Ministre de l’Emploi, du Travail et de la Cohésion sociale de 2004 à 2005. ■ Ministre de l’Emploi, de la Cohésion sociale et du Logement de juin 2005 à mai 2007. ■ Ministre de l’Economie, des Finances et de l’Emploi de mai 2007 à juin 2007. Ca y est : le nouveau gouvernement Fillon est annoncé. Le changement le plus important est l’accession de Jean- Louis Borloo au ministère de l’Ecologie, du Développement et de l’Aménagement durable (Medad). Il succède à Alain Juppé, qui a présenté sa démission. Par conséquent, il est remplacé à Bercy par Christine Lagarde. C’est la première fois qu’une femme occupe le très stratégique poste de ministre de l’Economie et des Finances. Pour Jean- Louis Borloo, le défi s’annonce de taille. Mais son passé consacré à l’écologie devrait lui permettre de le relever. MINISTRE D’ÉTAT Si certains ont voulu lui imputer d’avoir soulevé la polémique sur la TVA sociale, Jean-Louis Borloo n’a aucunement souffert de ces critiques, et il a pu apprécier la solidarité gouvernementale fraîchement cimentée. Si beaucoup ont affiché une réserve de façade, comme Patrick Devedjian, qui refusait, hier soir sur Canal+, de désigner des « boucs émissaires », préférant parler de « responsabilité collective », d’autres avaient émis des réserves. Ainsi, un ministre, cité par Le Figaro sous couvert d’anonymat, rejetait hier l’éventualité d’une nomination de l’ancien maire de Valenciennes : « C’est impossible. Cela aurait l’air d’une promotion, alors qu’à cause de lui, on a perdu cent députés. » Et bien, le président de la République a tranché : le super-ministère de l’Ecologie, dont le périmètre avait été étendu, conformément à l’engagement souscrit auprès de Nicolas Hulot pendant la campagne présidentielle, demeure un portefeuille valorisant. D’ailleurs, comme pour Alain Juppé, le nouveau patron du Medad reçoit le titre de ministre d’Etat – il est le seul du nouveau gouvernement a bénéficier de cette distinction. Enfin, cette partie de chaises musicales pourrait aussi avoir été dictée par la nécessité d’un rééquilibrage. Ce matin, la presse indiquait que quelques Il a été, avec Brice Lalonde, Haroun Tazieff et Noël Mamère, l’un des fondateurs du parti Génération écologie, en 1991. Une offre comme celle-là, ça ne se refuse pas. (Le Parisien) personnalités auraient exprimé leurs doutes sur la capacité de Jean-Louis Borloo, jugé trop « social », à conduire les affaires économiques du pays. La proposition de François Fillon, acceptée par le chef de l’Etat, illustre le souci du gouvernement de respecter la solidarité de l’équipe. Il n’y a plus, désormais, d’échéance éléctorale en vue. Nicolas Sarkozy et François Fillon peuvent engager leur combat pour la réforme. Jean-Louis Borloo a prouvé par ses succès à Valenciennes ses capacités d’homme d’action. P.VERDY/POOL/ABACAPRESS
Crédit photo : Corbis Just et Raymond, footballeurs du mercredi Reims, pépinière de champions depuis1956 1956 : Just Fontaine et Raymond Kopa font vibrer la France entière en finale de la première coupe d’Europe de footballavec la mythique équipe du Stade de Reims. La Cité champenoise affirmait alors un sacré tempérament sportif, couronné en 2006 par le titre de ville française consacrant le plus de moyens au sport par habitant. Des sports de masse aux activités plus confidentielles, du sport loisir à la compétition de haut niveau, les 190 000 Rémois peuvent pratiquer toutes les disciplines grâce à une puissante dynamique associative mais aussi un solide réseau de grands équipements et d’installationsde proximité : 57 terrains de sport dans tous les quartiers, 26 gymnases, 6 piscines couvertes, un nouveau stade Delaune qui sort de terre, des collections de médailles... Dans la Cité des Sacres, désormais à 45 min de Paris en TGV, le sport est roi. Et si votre histoire se vivait à Reims ? www.reims.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :