Direct Soir n°17 28 jun 2006
Direct Soir n°17 28 jun 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°17 de 28 jun 2006

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : Foot : vive la France

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
Directsoir t Mercredi 28 juin 2006 4 EN EXCLUSIVITÉ INTERVIEW DOMINIQUE PERBEN « Les radars, ça agace, mais c’est efficace » Le ministre des Transports était hier soir l’invité du « Grand 8 » sur Direct8. Valérie Trierweiler et Dominique Souchier l’ont interrogé sur les questions d’actualité (Chirac, EADS, le permis à points) et sur sa candidature à la mairie de Lyon. Pensez-vous que Jacques Chirac a eu raison de soutenir son Premier ministre à la télévision avant le 14 juillet ? La grande force de la V e République, c’est de permettre au président de s’exprimer. Le 14 juillet, c’est un peu un autre exercice : le bilan de l’année écoulée, converser avec des journalistes. Il est apparu nécessaire au président de dire un certain nombre de choses avant la fin de la session parlementaire, à la fin de la semaine. Le president n’exclut pas d’être de nouveau candidat. Vous y croyez ? C’est à lui de dire ce qu’il a dire. On ne peut pas connaître la situation de début 2007. La Constitution ne fixe pas de limites. Il appartient au président d’apprécier la situation internationale, nationale et personnelle. Si Jacques Chirac était candidat, voteriezvous pour lui ou pour Nicolas Sarkozy ? J’ai envers le président un sentiment de Il faut faciliter le retour vers le permis Repères Boris Ehrgott, Clovis Casali, Louise Annaud loyauté. La probabilité que vous évoquez est peu envisageable. Si le président était candidat, Nicolas Sarkozy ne le serait pas. Comment interprétez-vous le retour de Lionel Jospin, auteur d’une tribune dans la journal Le Monde sous le titre « La France ne peut pas s’offrir un rendez-vous manqué avec le peuple en 2007 » ? Ce texte est très jospinien. Le principal n’est pas dit. Le but de l’article, c’est dire « je suis là ». J’entends : « je suis candidat ». Dans l’affaire EADS, nous voilà au terme des 72 h que Thierry Breton s’était laissées pour apporter des solutions à la crise. Où en sommes-nous ? L’origine de la crise boursière, c’est l’annonce d’un retard dans la production de l’A380 pour des raisons de développement industriel. Il ne s’agit pas d’erreurs de conception de l’avion. Il s’agit d’une organisation de la production. L’entreprise doit expliquer aux actionnaires comment elle va respecter les nouveaux délais. Un an de retard sur un projet de cette ampleur n’est pas d’une excessive gravité. Après un retrait de permis, faudra-t-il continuer à attendre six mois pour avoir le droit de le repasser ? Il n’est pas question de modifier le système des sanctions sur les petites infractions MOUSSE/ABACA/POOL-REA comme les dépassements de moins de 20 km/h de la vitesse autorisée sanctionnées par une amende de 45 à 90 € et le retrait d’un point. C’est justement grâce au contrôle de la vitesse et à sa réduction que nous avons obtenu les résultats extraordinaires depuis quatre ans en matière de sécurité routière. En revanche, attention à la conduite sans permis. Les conséquences pénales et civiles peuvent être considérables. Le droit de repasser le permis est indépendant des raisons pour lesquelles on vous l’a retiré. Il faut faciliter le retour vers le permis. Je pense que le délai de six mois d’attente obligatoire avant de le repasser est trop long et n’a pas d’utilité. Le stage de responsabilisation des risques routiers après le retrait doit-il être obligatoire ? Je pense que ça peut poser des problèmes d’organisation. Les échos que j’ai de ces stages sont très positifs. Il faut vraiment faire prendre conscience aux gens de leur responsabilité. Est-il vrai que les tribunaux administratifs annulent le retrait une fois sur trois ? Je ne connais pas ce pourcentage. Il me paraît étonnant, il n’y a pas tant de recours que ça. J’ai envie de proposer à ces personnes de visiter le service des grands accidentés dans les hôpitaux. Garde des Sceaux Les Transports Mairie de Lyon DENIS/REA Quelles seront vos autres propositions ? Je souhaite qu’on avance vraiment sur la lutte contre la conduite sous l’emprise du canabis, qu’on fasse le point sur la mise en œuvre des tests salivaires et donc des possibilités de contrôle, et que nous débattions pour améliorer la sécurité des deux-roues. Nous avons fait des progrès : en 2005, le nombre de tués est de 4 975. Les radars, d’accord ça agace, mais c’est terriblement efficace. Et puis il y a tout le travail en profondeur, sur l’alcoolémie par exemple. La campagne pour dire qu’il faut qu’il y ait un copain qui ne boive pas. Tout le monde connaît « Sam » maintenant. Il faut continuer. Vous avez déclaré que vous seriez candidat à la mairie de Lyon en 2008. Est-ce réaliste alors que votre emploi du temps de ministre vous maintient toute la semaine à Paris ? Je passe trois jours par semaine à Lyon et il m’arrive de faire des allers-retours. Je me partage entre la ville où je vis et où je travaille. Je suis Premier vice-président du conseil général du Rhône, je mène donc la vie de tous les élus de France. J’ai promis de refuser tout nouveau poste, de ne me consacrer qu’à Lyon et d’y rester toute la durée de mon mandat si je suis élu. C’est un véritable travail à plein temps. BALTEL/SIPA JEAN AYISSI/AFP
Vous avez toujours pensé que la confiance, ça se manifeste. LOUEZ VOTRE APPARTEMENT ET FINANCEZ VOS ÉTUDES SANS CAUTION PARENTALE * * Sous réserve d’acceptation de votre dossier. Offre de crédits sans caution parentale réservée aux étudiants affiliés et/ou adhérents LMDE. Voir conditions en agence. Vous êtes étudiant, vous devez trouver un logement, financer vos études : devenir autonome ! C’est là que vous avez particulièrement besoin de signes de confiance. Si vous êtes affilié et/ou adhérent LMDE, la Banque Populaire vous propose de financer vos frais d’installation et vos études sans caution parentale*. Une première ! Et un signe tangible de confiance ! Banque Fédérale des Banques Populaires, 5 rue Leblanc, 75511 Paris Cedex 15 - Société anonyme au capital de 948 888 660 euros - Siren 552 028 839 - RCS Paris. AP Jeunes/06-06/Photographe : N. Richez/www.uniteam.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :