Direct Soir n°162 4 jun 2007
Direct Soir n°162 4 jun 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°162 de 4 jun 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : Alain Juppé, les priorités du ministre de l'écologie

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Directsoir N°162/Lundi 4 juin 2007 8 EN COUVERTURE Je veux que mes premiers mots soient pour toi, Alain Juppé. Je veux t’associer à ce rassemblement Extrait du discours d’investiture à la candidature à l’élection présidentielle de Nicolas Sarkozy, le 14 janvier 2007. Michèle Alliot-Marie et Alain Juppé aux côtés du candidat Nicolas Sarkozy, lors du congrès de l’UMP, à Paris, le 14 janvier 2007. aux OGM. Il faut en discuter. Nous ne résoudrons pas toutes les contradictions. Mais je suis sûr que nous pouvons aboutir à un plan d’actions ambitieux qui marquera l’entrée dans une nouvelle ère », explique le ministre-blogueur. « L’ESSENTIEL » Des propos inattendus sous la plume de l’ancien Premier ministre « droit dans ses bottes », à qui il avait tant été reproché, en 1995, de ne pas assez avoir accompagné ses réformes de dialogue. Alain Juppé semble bien décidé à dessiner son nouveau portait : moins technocrate, plus humain. Adouci, en quelque sorte. Doux, il l’est aussi quand il évoque Jacques Chirac. Leur première rencontre date de 1976. TROIS ÉCLAIRAGES… P.BERNARD/ABACA Celui qui dix-neuf ans plus tard deviendra le cinquième président de la V e République est alors à Matignon. Alain Juppé a 31 ans et devient conseiller technique au cabinet du Premier ministre. Pendant près de 30 ans, les deux hommes construiront leur carrière politique côte à côte : de la mairie de Paris au sommet de l’Etat, en passant par le RPR puis l’UMP. Jusqu’à la chute de 2004. Le député-maire de Bordeaux abandonne ses mandats et s’exile au Québec. De retour en France à l’été 2006, le très fidèle chiraquien annonce son soutien à Sarkozy dès la fin de cette même année. Le 16 mai dernier, quelques heures après la passation des pouvoirs entre l’ancien et le nouveau président, Alain Juppé écrit sur son blog, s’adressant à Jacques CUMUL ■ Non seulement le nouveau ministre de l’Ecologie ambitionne de reconquérir son fauteuil de député de Gironde, mais aussi envisage-t-il de ne pas abandonner la mairie de Bordeaux. Il annonce qu’il sera candidat à sa propre succession en 2008. « Je serai au moins deux ou trois jours à Bordeaux et le reste du temps au téléphone », explique-t-il. A. DEVOUARD/REA Chirac : « Ce qui restera, c’est la relation personnelle, presque charnelle, que vous avez su créer avec les Français. Vous leur avez dit que vous les aimiez. Ils l’ont senti. Ils vous le rendent. N’est-ce pas là l’essentiel ? » A Bordeaux, Alain Juppé a donc décidé de jauger sa propre relation avec les électeurs. Et plutôt deux fois qu’une : pas question de démissionner de son fauteuil de maire de Bordeaux, fonction qu’il briguera à nouveau en 2008. Difficile de concilier le double emploi du temps de ministre et de maire ? Pas pour Alain Juppé qui ne se départit pas de son assurance : « Je l’ai déjà fait dans le passé, répond-t-il, lorsque j’étais Premier ministre ». * www.al1jup.com P.HOUNSFIELD/GAMMA UN AN AU QUÉBEC ■ Son expérience politique sera un apport considérable, avaient espéré ses collègues de l’Enap. L’été 2005, l’arrivée d’Alain Juppé dans cette université donnera lieu à une vive polémique. Le quotidien Le Devoir publiera une lettre signée par 35 universitaires condamnant cette embauche. VU PAR Serge Lepeltier ministre de l’Ecologie de mars 2004 à juin 2005. « Déjà à l’automne 2000, il avait appréhendé l’enjeu. » ■ « J’avais émis des réserves sur l’élargissement des compétences du ministère, craignant que l’écologie soit diluée mais la nomination d’Alain Juppé a renversé cette inquiétude. Sur le plan politique, il n’a plus rien à prouver et on voit bien que sa mission première est l’écologie. Il dit que c’est au Québec que lui est venue sa préoccupation pour l’environnement. Ce n’est pas vrai : il s’y est intéressé beaucoup plus tôt. A l’automne 2000, pendant les journées parlementaires du RPR au Croisic, j’avais fait un atelier sur le réchauffement climatique. Cela n’a intéressé qu’une dizaine de parlementaires, mais parmi eux Alain Juppé était au premier rang et il prenait des notes. Après, il est venu me voir et m’a posé des questions. Déjà, il avait appréhendé l’enjeu. Je ne suis pas inquiet quant à sa capacité à négocier avec les autres membres du gouvernement. Il a été ministre des Affaires étrangères et secrétaire général du RPR. il a une connaissance des rapports de force. » « DROIT DANS SES BOTTES » ■ Automne 2005 : malgré l’opposition des syndicats, le Premier ministre Alain Juppé refuse de retirer son projet de réforme de la Sécurité sociale et des régimes spéciaux. Deux ans plus tard, il est contraint de démissionner après la défaite de la droite aux élections législatives anticipées. VERNIER/JBV NEWS
2 Zéro abonnement.complication.. wffit ""'"'fQuip6. """"". 1 ZéroL.. TNT, ç'bt11 -Pour'- Pour. la TNT vou._.. JI 1 tnWUl'I0...\111 titOtpf:IOn.c'"'IDIIC.. 1 TNT ltl ou\IIW fOIUDcllt HW Y01,. O « 



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :