Direct Soir n°161 1er jun 2007
Direct Soir n°161 1er jun 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°161 de 1er jun 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,5 Mo

  • Dans ce numéro : Vanessa Paradis divine

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
R. MELLOUL/CORBIS/SYGMA Directsoir N°161/Vendredi 1 8 ENQUÊTE er juin 2007 La grande chance que j’ai, c’est de pouvoir dire stop quand j’en ai envie. C’est un privilège de ne faire que ce que j’ai au fond de mon cœur. Le 20 mars 2001, avant de monter sur la scène de l’Olympia Vanessa Paradis et Serge Gainsbourg. Finalement elle dit oui à Jean Becker pour le film Elisa, où elle incarne une jeune orpheline à la recherche de son père (qui n’est autre que Gérard Depardieu). La comédienne prend donc son temps et tourne peu – à peine 5 films à son palmarès. Quand on y regarde d’un peu plus près, les rôles choisis par Vanessa ont (presque) tous ce point commun d’incarner des personnages avec une grande soif d’absolu. Entre Colette, la prostituée au grand cœur de Mon Ange de Serge Frydman (2005), et Adèle, la jeune suicidaire qui s’éprend d’un lanceur de couteau lui aussi suicidaire (incarné par Daniel Auteuil) de La fille sur le pont (Patrice Leconte, 1999), il y a des similitudes évidentes. Vanessa le reconnaît à demi-mots : « J’aime les rôles intenses, qui laissent beaucoup de traces(…) Je fais peu de films et quand j’en fais j’ai vraiment envie de faire des voyages ». Pourtant, Vanessa refuse de se laisser TROIS RÉVÉLATIONS… BENAINOUS-DUCLOS GAMMA A 16 ans, Vanessa avait déjà connu le succès, et l’agitation médiatique qui l’accompagne. enfermer dans un seul registre. Pour preuve, son rôle dans la comédie d’action de Patrice Leconte Une chance sur deux, où elle partage l’affiche aux côtés de deux monstres sacrés (Jean-Paul Belmondo et Alain Delon), ou plus récemment la comédie complètement déjantée des frères Poiraud, Atomik Circus : Le Retour de James Bataille, où elle interprète pour la première fois au cinéma une chanteuse (elle participe au passage à la bande originale du film). La boucle est bouclée. Entre le cinéma et la chanson, Vanessa refuse de choisir… et va même plus loin. ARTISTE SUR PAPIER GLACÉ Vanessa est aussi devenue au fil des années une icône de mode. Chanel repère très tôt sa photogénie et son aptitude à incarner un certain chic parisien. L’aventure commence dès 1991, avec un spot signé Jean-Paul Goude qui fera le LES PETITS SECRETS DE VANESSA SES MODÈLES ■ Depuis toute petite, Vanessa admire Romy Schneider, Marylin Monroe et Gene Kelly. Elle a eu la chance de rencontrer un de ses modèles, Jeanne Moreau, le temps d’un « tourbillon » plein de grâce au festival de Cannes (photo), avant de finalement tourner avec elle (Un amour de sorcière, René Manzor, 1997). Son rêve depuis toujours : figurer dans une comédie musicale. Elle aurait adoré jouer dans Chicago. tour du monde : la lolita, transformée en oiseau de paradis, sifflote et se balance dans une cage géante à 15 mètres du sol (pour la petite histoire, Vanessa a refusé de se faire doubler et a suivi un stage de trapèze à l’école du cirque d’Annie Fratellini). L’aventure ne s’arrête pas là, puisque quelques années plus tard elle renoue avec la grande maison parisienne en devenant l’ambassadrice chic et glamour de deux nouvelles lignes de sac à main. Un joli press-book à faire pâlir de jalousie plus d’une starlette, mais qui ne l’impressionne guère. Vanessa, presque gênée d’être connue, ne veut pas faire la course à Hollywood et se dit avant tout « très maman ». En attendant peutêtre un troisième enfant, on la retrouvera dès la fin de l’année sur les écrans de cinéma dans le dernier volet du triptyque de Guillaume Nicloux, La clef, aux côtés de Marie Gillain et de Guillaume Canet. SA GARDE-ROBE SAINLOUIS/STILLS/GAMMA ■ Vanessa est l’incarnation parfaite de la tendance « boho » (bohémienne chic). Sa garderobe est éclectique : tour à tour en longue robe rétro des années 1920 ou en jean troué et chaussures de marche. Elle a pendant longtemps admiré Azzedine Alaïa, mais ses faveurs vont aujourd’hui à KarlLagerfeld et Chanel, dont elle ne manque aucun défilé. VUE PAR Sa sœur, Alysson Paradis Quand on donne tout si tôt, c’est normal de privilégier ensuite sa vie personnelle. Alysson Paradis, actrice. ■ Tout est arrivé très vite pour Vanessa. Elle a été propulsée sur le devant de la scène à 14 ans, et a eu son premier enfant à 26. Quand on donne tout si tôt, c’est normal de privilégier ensuite sa vie personnelle. Avec Vanessa, nous sommes très complémentaires, on est très « copines ». On ne se voit pas très souvent bien sûr, mais on essaie de garder une relation de sœurs normale. Maman y tient beaucoup, c’est elle qui nous donne cet équilibre. Vanessa n’a pas particulièrement été mon modèle. Je n’ai pas choisi de faire ce métier pour faire comme elle. Mais je pense qu’elle m’a quand même influencée. J’étais la petite sœur, et comme toutes les petites sœurs on a envie d’imiter sa grande sœur ! SES PETITS PLUS BEAUTÉ ■ Vanessa dort beaucoup et pratique (un peu) le jogging. Coté alimentation, la jeune femme est végétarienne. Elle ne mange ni viande ni poisson, et préfère les céréales, les fruits ou encore les steaks de tofu. Vanessa vit la moitié de l’année à la campagne, dans un paisible petit village du sud de la France entouré de forêts de pins et de chênes. B.DECOIN/VISUAL PRESS AGENCY
*La vie est belle * Brillant, tout simplement. Finition entièrement métal• Ecran LCD 2.2 » aspect miroir Appareil photo 2 mégapixels• Bluetooth stéréo www.lge.com



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :