Direct Soir n°159 30 mai 2007
Direct Soir n°159 30 mai 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°159 de 30 mai 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : Politique : Martin Hirsch en mission contre la pauvreté

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
Directsoir N°159/Mercredi 30 mai 2007 10 ECONOMIE Lacoste L’épopée du crocodile Quand, au printemps 1927, un journaliste américain croise René Lacoste dans les rues de Boston, à la veille d’un match de Coupe Davis, et le surnomme l’Alligator, il ne se doutait pas que le champion français allait révolutionner le tennis et le monde du sport en inventant le polo Lacoste. L’HISTOIRE DU CROCODILE LE PLUS CONNU DU MONDE COMMENCE À LA SUITE D’UN PARI. Le capitaine de l’équipe de France avait promis à René Lacoste une superbe malle en peau de crocodile s’il gagnait son match. Pour les spectateurs américains, friands de ces histoires en forme de défis, l’amalgame est vite fait et dans la mémoire du public, le jeune tennisman français, connu pour ne jamais lâcher sa proie, restera « le crocodile ». Dès 1927, René Lacoste arbore fièrement sur son blazer un croco à la gueule grande ouverte. Le « terrible saurien » est entré dans la légende du tennis, bientôt il s'affichera sur les célèbres polos Lacoste. A leur retour d'Amérique, les quatre Mousquetaires de l’équipe de France de Tennis – Henri Cochet, Jean Borotra, René Lacoste et Jacques Brugnon – sont des héros. Ils vont dominer le tennis mondial, à Wimbledon, Forest Hill et Roland-Garros, jusqu'au début des années 1930. « DES CHEMISETTES D’UN NOUVEAU GENRE » En 1929, René Lacoste remporte les Internationaux de France de Roland-Garros. Il porte depuis quelque temps un lot de chemises confectionnées à Londres pour son usage personnel. Ces nouvelles chemises font sensation sur les courts. Elles permettent, dira-t-il, « de mieux supporter la chaleur sur les courts américains ». Le tissu en maille absorbe parfaitement la transpiration et les manches courtes et la coupe ajustée Interview de PHILIPPE LACOSTE LACOSTE B. ANNEBICQUE/CORBIS SYGMA La vraie originalité est que, pour la première fois dans l’histoire de la mode, un logo apparaissait à l’extérieur d’un vêtement. Bernard Lacoste « LA 1212 » ET SON CROCO Avant de se lancer dans l’extension des collections, d’exporter la marque et de proposer de nouoffrent un nouveau confort au jeune sportif français. « A cette époque, nous jouions tous en chemise de ville blanche avec boutons, boutons de manchettes et col. Il me fallait quelque chose de plus pratique et de plus sain. J’ai pensé alors aux chemisettes des joueurs de polo. J’ai demandé à un couturier d'ajouter un col à ces « polo » et j’ai commencé à porter ces chemisettes d’un nouveau genre. On n’a pas tardé à les fabriquer industriellement (…) ». C’est à ce moment qu’entre en scène André Gillier, propriétaire de l’une des plus grosses et des plus anciennes affaires de bonneterie de Troyes. Les deux hommes décident de s’associer, l’un possédant l’appareil industriel et l’expérience du textile, l’autre, dont le nom est tout un symbole, veillera sur la marque et le style. En 1933, la société « La Chemise Lacoste » est née et le premier catalogue publié dans la foulée. Portée par les exploits de son fondateur, la chemise Lacoste symbolise les nouveaux codes du sport tels qu’on les entend aujourd’hui, tout en restant fidèle aux valeurs traditionnelles. Elle est appelée la « 1212 », elle est blanche, en petit piqué, frappée du crocodile, et répond aux besoins spécifiques d’une petite élite de sportifs.Avec ce polo, avec ces valeurs et l’idée du sport qu’il véhicule, René Lacoste crée plus qu’une mode, c’est un style de vie. Le sportswear est né. Philippe Lacoste, directeur des relations extérieures QUELS SONT LES OBJECTIFS DE LA FONDATION RENÉ LACOSTE ? La fondation René Lacoste est une fondation d’entreprise qui a été créée pour essayer de donner aux jeunes l’envie de faire du sport, d’y trouver l’esprit d’équipe, le dépassement de soi. COMMENT EST VENUE L’IDÉE DE CETTE FONDATION ? C’est une idée familiale. René Lacoste a souvent aidé les jeunes sportifs. Il le faisait de façon individuelle, et nous, pour honorer sa mémoire [René Lacoste est décédé en octobre 1996,ndlr], nous avons décidé de le faire de façon internationale et structurée. QUELLES SONT LES ACTIONS SUR LE TERRAIN DE LA FONDATION ? On a participé à la création de centres Fête le mur [association de Yannick Noah,ndlr]. On soutient la fondation Gol de Letra, que l’on aide pour la création d’un centre sportif dans un quartier défavorisé, au Brésil. On s’est associé à l’ONG Don Bosco Ashalayam, parrainée par Fabien Galthié [ancien capitaine de l’Equipe de France de rugby,ndlr] qui est active en Inde. DR veaux coloris, René Lacoste laisse la « 1212 » faire son chemin. Il épouse Simone Thion de la Chaume, spectatrice assidue des matchs de tennis, ellemême championne de golf. Elle est sacrée championne de Grande-Bretagne en 1927 et décroche par la suite, à treize reprises, le titre de championne de France.Avec madame Lacoste, l’univers du golf fait son entrée à la Chemise Lacoste. Quasi obligatoire sur les courts de tennis, la couleur blanche va caractériser pendant de nombreuses années le polo Lacoste. Ce qui le rend unique est sa matière : « le jersey petit piqué ». Il s’agit d’une structure particulière de maille qui donne au coton une étonnante légèreté. Le principe en est simple : sur le métier circulaire, toutes les aiguilles ne sont pas utilisées en même temps. Ce procédé explique le relief de la chemise Lacoste, fait de multiples petites alvéoles. Révolutionnaire dans ses formes et ses matières, le polo Lacoste l’est aussi pour son style. D’après Bernard Lacoste, fils de René, « la vraie originalité est que pour la première fois dans l’histoire de la mode, un logo apparaissait à l’extérieur d’un QUEL SOUVENIR A LAISSÉ VOTRE GRAND-PÈRE DANS LE TENNIS FRANÇAIS ? Mon grand-père a été très actif pour découvrir de nouveaux talents. A l’époque, il s’était occupé du joueur roumain Ilie Nastase, pour qu’il puisse participer à Roland-Garros [il est devenu n°1 mondial,ndlr]. Il a toujours eu envie de faire progresser le tennis, et il l’a fait à sa façon. Il a été très impliqué toute sa vie au sein de la Fédération française de tennis, dont il a été président [de 1940 à 1943,ndlr]. DR
UNDERWOOD & UNDERWOOD/CORBIS www.directsoir.net René Lacoste, le fondateur. vêtement. » René Lacoste a fait de son crocodile, le seul qui ne mord pas, un des logos les plus célèbres et les plus identifiables au monde. Avec sa gueule ouverte, immobile sur ses quatre pattes, la posture du croco puissant et tenace a à peine évolué depuis 1933. Il a subi un léger lifting en 2002, s’est aminci, allongé et simplifié. Une étude réalisée en 2004 dans dix pays confirme l’exceptionnelle notoriété de la marque dans le monde : 73% de la population de ces pays connaît le nom du crocodile. En France, ce chiffre atteint 96%. UNE MARQUE INDÉMODABLE La Chemise Lacoste a abordé le nouveau siècle avec confiance. En 2001, elle habille l’équipe de France de tennis, qui remporte la Coupe Davis pour la neuvième fois de son histoire. La société est présente sur tous les marchés de la mode : textile, maroquinerie, lunetterie, parfumerie. Pour la première fois, elle présente ses collections sur les podiums et défile à Paris et New York. Elle s’offre même les services du fameux réalisateur chinois Wong Kar-Wai, multicouronné au Festival de Cannes et auteur de In the Mood For Love. 230 C’est le poids, en grammes, du polo 1212. 20 km de coton et 3 boutons de nacre posés à la main sont nécessaires pour la fabrication du véritable polo Lacoste EVOLUTION DU CHIFFRE D’AFFAIRES * LACOSTE Une chose est sûre, le polo a encore de beaux jours devant lui. Il contribue, sous ses différentes déclinaisons, au succès de la marque. Pour l’homme, la femme et l’enfant, 90 modèles sont disponibles avec des classiques comme le « piqué Stretch », le « super light » ou le « coton Pima ». 50 millions d’articles Lacoste sont vendus chaque année, représentant un chiffre d’affaires de gros de 1,475 milliard d’euros. En 2004, les Etats-Unis sont devenus le premier marché pour Lacoste. Le crocodile est vendu dans 110 pays grâce à ses 925 boutiques Lacoste et plus de 2 000 corners. Sans renier la fameuse « 1212 », Lacoste explore de nouveaux terrains. Chaque année, la marque choisit un créateur extérieur à la mode et lui demande de « réinterpréter » le polo classique. Tom Dixon, le créateur de mobilier, est le premier à jouer le jeu. Il crée le « Polo Eco » et le « Polo Techno », deux inventions audacieuses qui replacent Lacoste dans l’air du temps. Comme le soulignait Bernard Lacoste, « il y a trois périodes dans l’histoire de Lacoste. Des origines au début des années 1960, Lacoste est une marque de chemises. Entre 1960 et 1990 environ, c’est une marque de vêtements. Depuis une dizaine d’années, c’est une marque de style de vie ». ■ Chaque année, 50 millions d’articles Lacoste sont vendus dans 110 pays, à travers un réseau de magasins de sport, de détaillants spécialisés, dans les 925 boutiques Lacoste et plus de 2 000 corners. Ce qui représente ainsi, au 1 er janvier 2007, *un chiffre d’affaires de gros de 1,475 milliard d’euros. (source : Lacoste) M. ESCUDER/EUROPA PRESS/GAMMA LACOSTE DR RALPH LAUREN : L’Américain ■ Le plus américain des stylistes a commencé au début des années 1960, en vendant des cravates à Manhattan. Avec la marque Polo, il réussit à réunir dans ses collections le style « bon chic-bon genre » de la côte Est et le style « cow-boy » de l’Ouest. Les Américains aisés ont tout de suite adoré l’aspect décontracté mais chic, actuel mais authentique, de ces produits. Aujourd'hui, le groupe pèse plus de 2,5 milliards de dollars. Ralph Lauren renoue avec le sport cet été en habillant le tournoi de tennis de Wimbledon. ■ Deux bandes blanches croisées et encadrées d’un rectangle, le logo Scapa, facilement identifiable, est l’une des raisons du succès de la marque belge. Née en 1967, l’enseigne haut de gamme est associée à divers sports tels que le polo, le golf, le hockey ou le tennis. Fabriqué en Belgique, le style Scapa est très classique, avec quelques touches plus modernes. La marque a commencé par vendre des pulls, des kilts et des parkas, avant de produire, une dizaine d’années plus tard, une collection complète pour homme, femme et enfant. Tokyo, Milan, Paris ou Anvers, Scapa est vendue dans le monde entier, à travers 50 boutiques exclusives et environ 500 magasins multimarques. ECONOMIE 11 HACKETT : Le Britannique ■ Créée en 1987 et appartenant au groupe suisse de luxe Richemont, la marque Hackett est, avec la marque argentine « la Martina », la griffe la plus portée sur les terrains de polo. Installée à Londres, à Jermyn Street, le temple de la chemise londonienne, la marque habille autant les golden boys de la City, le quartier financier de la capitale, que les joueurs de polo du monde entier. Le chic très british de la marque se retrouve de New Delhi à Saint-Moritz, de Cambridge à Dubaï. Une griffe plébiscitée sur les terrains de polo. SCAPA : Le Belge Une marque qui n’a que deux ans. ACTEURS DU MARCHÉ DR Le style BCBG made in USA. EDEN PARK : Côté rugby ■ À l’origine d’Eden Park, cinq rugbymen internationaux qui évoluent dans le club français de rugby à XV du Racing Club de France. Le 2 mai 1987, lors de la finale contre Toulon, les joueurs entrent sur la pelouse avec un noeud papillon rose autour du cou. La marque est née et s’appelle Eden Park, du nom du stade de la ville d’Auckland en Nouvelle Zélande, où évolue la fameuse équipe des All Blacks. Le petit noeud rose est aujourd’hui distribué dans plus de 200 points de vente et est devenu fournisseur officiel de l’équipe de France de rugby. VICOMTE ARTHUR : Le dernier-né ■ Déjà présente en Europe, aux Etats-Unis, au Japon et au Brésil, la marque Vicomte Arthur n’a que deux ans et représente pourtant un chiffre d’affaires de plus de 1,5 million d’euros. La jeune enseigne s’inscrit sur le marché du sportswear haut de gamme. Preuve de ce positionnement, une vitrine à Paris rue du Faubourg-Saint-Honoré. Polos, pulls, cravates, ceintures, écharpes et boutons de manchettes, les produits signés Vicomte Arthur – du nom de son fondateur, Arthur de Soultrait – se distinguent par leurs couleurs vives. DR M. SEGAR/REUTERS



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :