Direct Soir n°157 25 mai 2007
Direct Soir n°157 25 mai 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°157 de 25 mai 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (222 x 292) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,5 Mo

  • Dans ce numéro : Martin Scorsese le cinéma au coeur

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
DR Directsoir N°157/Vendredi 25 mai 2007 10 ECONOMIE APPLE Et le Mozart de l’informatique créa l’iPod L’iPod est devenu en six ans le plus gros succès de la marque à la pomme. Apple a réussi à faire d’un simple baladeur numérique un objet culte que tout le monde s’arrache. Le célèbre « Say hello to iPod » a révolutionné le monde musical. Dans les mains de Mick Jagger, à la ceinture de Paris Hilton, à la une des magazines, sur les plateaux de tournage, dans les boîtes de nuit branchées, dans le sac des fashion victims, dans les cours de récréation des quartiers huppés, l’iPod est partout. Il fait même son apparition au sein de l’industrie automobile : après la Smart et la Coccinelle, la BMW dispose d’un nouvel adaptateur pour l’iPod. Mieux, il entre dans les musées et devient guide audio au Mori Art Museum de Tokyo, ou plus proche, au château de Chenonceau. Ce baladeur musical, pas plus grand qu’un jeu de cartes, bouleverse les habitudes des mélomanes. Il n’est pas seulement un simple gadget, il permet aussi et surtout de stocker un maximum de chansons. Le petit boîtier d’Apple, au design simple mais tendance, connaît un fabuleux destin et contribue aux bons résultats du groupe.Avec plus de 100 millions de modèles vendus depuis sa création en 2001, sa popularité est telle que son nom est devenu synonyme de lecteurmp3. La « iPodmania » a commencé. L’iPod Shuffle, dernier-né des iPod. B.NATHALIE/FIGHTPOD L’interview de la SPÉCIALISTE iPod est plus qu’un simple lecteur de musique : c’est une extension de votre personnalité et un moyen idéal d’emporter partout vos musiques préférées. Mary J. Blige, chanteuse TROIS HOMMES À L’ORIGINE DU PROJET Lorsqu’il le présente en octobre 2001, SteveJobs, le charismatique PDG d’Apple, ne se doute pas qu’il tient entre ses mains ce qui va devenir un phénomène de société. Cette année-là, l’entreprise, basée dans la ville américaine de Cupertino, dans l’Etat de Californie, décide de se diversifier vers l’électronique grand public. Jobs fait appel à un homme : Tony Fadell. Cet ingénieur de 31 ans, inventif, créatif et surtout visionnaire, veut créer un petit baladeur fonctionnant avec un minuscule disque dur et lui associer un service de vente en ligne. Une idée qu’il avait déjà proposée à RealNetworks, en vain. Mais le concept sortira des cartons et Fadell intègre la « pomme » en février 2001. En dix mois, entouré d’une trentaine de personnes, il développe le concept iPodiTunes-Music Store. Le succès de l’iPod lui revient sans nul doute. Le design de l’appareil est confié au britannique Jonathan Ive, le père des célèbres iMac et iBook aux couleurs translucides. « Les acteurs de l’industrie informatique sont obsédés par la performance. Il en résulte des designs froids et sans âme », déclare Jonathan Ive. C’est pourquoi l’iPod aura des contours ronds et un revêtement doux au toucher. Nathalie B., organisatrice de soirées « FightPod » QUAND SONT NÉES LES SOIRÉES « FIGHTPOD » ? Les soirées FightPod sont apparues pour la première fois à Paris en 2005. C’est Chryde, du site internet La blogothèque, qui a imaginé ce concept surprenant. Depuis, il a été repris à Nantes et au Canada. Il s’agit d’une bataille, d’un duel de lecteursmp3. Le nom est un mélange entre l’iPod et « fight », en référence au film Fight Club de David Fincher. Une soirée FightPod : les papiers roses récompensent les meilleures play-lists. COMMENT SE DÉROULENT CES BATAILLES ? Chacun peut s’inscrire gratuitement pour participer à ces combats. Toutes les marques de lecteursmp3 sont autorisées, on ne se limite pas à l’iPod. Après un tirage au sort, deux fans de musique s’affrontent en confrontant leur play-list par lecteurmp3 interposé. Le public vote en choisissant un papier rose ou noir. Celui qui récolte le plus de papiers de sa couleur est le grand vainqueur. ET LE PUBLIC ? Nous n’avons pas d’adolescents dans nos soirées. Jeux, musique, photos, vidéos… l’iPod peut tout stocker. Oubliés les écouteurs traditionnellement noirs ou métallisés. Ceux de l’iPod seront blancs, du jamais vu. Un signe caractéristique de ralliement pour tous les détenteurs de l’objet fétiche. SteveJobs suit le projet de près et insiste pour que l’utilisation de l’appareil soit d’une grande simplicité afin de ne pas rebuter les plus réfractaires à la technologie. Pas de touche inutile ni de bouton superflu, la commande se fait grâce à une molette de sélection tactile. Il est désormais possible de copier ses CD, télécharger des titres sur Internet et en stocker plus de 1000. Un chiffre en constante augmentation. En 2006, la capacité s’est étendue à plus de 20 000 chansons suivant le modèle. UN SUCCÈS SANS PRÉCÉDENT SteveJobs, qui est à l’origine de l’ordinateur Apple II, a vu juste. L’iPod devient un objet qu’il faut avoir, ses ventes s’accélèrent, les accros du son ne se séparent plus de leur juke-box. Musique classique au supermarché, jazz dans le métro ou encore salsa dans une salle d’attente, tout cela est possible grâce à ce lecteurmp3 dissimulé dans une poche intérieure. Plusieurs modèles sont créés : l’iPod mini en cinq coloris éclatants, l’iPod Nano en 2005, sept fois Ce sont surtout des jeunes âgés de 20 à 30 ans, des boulimiques de musique ! EST-CE POUR AUTANT LA FIN DU CD ? Je ne pense pas. Les majors réussiront toujours à vendre leurs albums. Nous téléchargeons légalement sur Internet. Grâce à ces soirées, le public découvre des artistes inconnus, « underground », et des petits labels. Le FightPod, c’est avant tout la découverte. www.fightpod.com www.martialfunk.com DR
J-F. BOURKE/ZEFA/CORBIS DR www.directsoir.net En quelques années, l’iPod est devenu un objet incontournable pour des millions d’utilisateurs. REVENUS ANNUELS DU GROUPE APPLE DE 2002 À 2006 (en millions de dollars) 20 000 15 000 10 000 5 000 0 5 743 Ordinateurs de bureau 6 181 2002 2003 2004 2005 2006 Ordinateurs portables 100 millions c’est le nombre d’iPod vendus depuis sa commercialisation en 2001 8 289 plus petit que l’original et l’iPod Shuffle, de la taille d’un chewing-gum, pour les petits budgets. Les stars de la chanson, comme le célèbre groupe de rock U2, prêtent leur image à des éditions spéciales. Les campagnes de publicités sont modernes : des silhouettes noires dansent au rythme de l’iPod sur des fonds colorés. Apple choisit aussi de diffuser sur leur site web une version revisitée de sa fameuse publicité, « 1984 », qui, à l’époque, annonçait l’arrivée du Mac en rendant hommage au roman éponyme de George Orwell. Quelques années plus tard, un détail a changé : on y découvre un iPod accroché à la ceinture de la lanceuse de marteau. Mais le lecteurmp3 ne serait pas ce qu’il est sans le logiciel iTunes.Accessible sur Windows et Mac OS, il permet de télécharger des morceaux sur le disque dur et de les classer dans la bibliothèque de l’ordinateur. Le site iTunes Music Store s’ouvre et propose la chanson pour moins d’un dollar. La « pomme » a gagné son pari, faire d’Apple un groupe spécialisé dans l’informatique et le numérique. SteveJobs souligne humblement : « iPod a ranimé la passion, qu’ont pour la musique, des millions de personnes à travers le monde. Nous sommes enchantés d’y avoir contribué. » 13 931 iPod Autres 19 315 Source : Apple ■ Les ventes du groupe sont au beau fixe. Avec ses nouveaux MacBook, ses logiciels et l’image de marque que lui confère l’iPod, Apple est parvenu à redresser son activité morose. Apple vend deux fois plus d’ordinateurs aujourd’hui qu’il y a cinq ans, mais l’iPod dépasse largement ces ventes de Mac. Apple a publié un chiffre d’affaires pour 2006 de 19,31 milliards de dollars, en hausse de 38,6% sur un an. DR ■ Le tout premier logo de la marque représentait Isaac Newton sous un arbre duquel pendait une pomme. Il est vite remplacé, sur une idée de Rob Janoff, par une pomme aux couleurs de l’arc-en-ciel avec une morsure sur le côté droit pour éviter de la confondre avec le logo d’Apple Corps, maison de disques fondée par les Beatles. L’autre raison avancée : éviter de la confondre avec une tomate. Apple souhaite se démarquer de son concurrent direct de l’époque, IBM. Depuis 2001, le ton n’est plus multicolore mais monochrome, plus adapté au marché. L’iMac 24 ». ■ En novembre dernier, le groupe Microsoft a lancé son baladeur numérique, Zune. L’objectif est de concurrencer le géant Apple et son incontournablemp3. Construit par le Japonais Toshiba, le Zune ressemble étrangement à l’iPod : même forme, même couleurs acidulées, même commande. Mais Microsoft possède un atout important. L’écran vidéo est plus grand et le lecteur bénéficie d’une connexion wifi. A l’image ■ Apple ne serait pas le groupe que l’on connaît sans SteveJobs et SteveWozniak, surnommés « les deux Steve ». Dans le garage des Jobs, en Californie, ils élaborent un appareil qui deviendra le célèbre Macintosh. A l’époque, Jobs travaille chez ECONOMIE 11 LE « I » Une lettre qui vaut de l’or ■ La neuvième lettre de l’alphabet porterait-elle bonheur ? Elle est pour Apple une marque de fabrique. L’iMac est commercialisé en 1998 et bouleverse, après le Macintosh, le monde de l’informatique par son design. Le clavier et la souris sont assortis à la couleur de l’ordinateur, seulement 88 touches afin que le clavier ne soit pas plus large que l’écran. Un vrai succès. L’iMac sera vendu à plus de six millions d’exemplaires. Suivra l’iBook, un iMac portable, en 1999. MICROSOFT Un concurrent nommé « Zune » LES « STEVE » Un doublon gagnant EN SAVOIR PLUS APPLE Le fruit défendu pour logo DR L’iPhone, voué à « révolutionner la téléphonie mobile », selon SteveJobs. La « pomme », logo mythique, est passée de multicolore à monochrome en 2001. du géant américain, Microsoft a créé son service de vente de musique en ligne. Ce sera le Zune Market Place. L’internaute peut choisir parmi deux millions de titres uniquement téléchargeables sur un Zune. Là encore, nouvelle ressemblance avec iTunes MusicStore : le prix pour obtenir un titre de musique ne dépasse pas un dollar. Reste à savoir si Microsoft parviendra à concurrencer Apple qui semble pour le moment intouchable. Atari, Wozniak chez Hewlett-Packard. La suite, tout le monde la connaît. Les deux acolytes quittent la société en 1985 pour désaccord mais seront rappelés quelques années plus tard. Depuis 1997, SteveJobs est le PDG d’Apple. CRÉATION L’iPhone, le nouveau bébé Apple ■ « Tout comme le Mac, qui a révolutionné l’industrie de l’informatique à sa sortie en 1984 et l’iPod l’industrie musicale en 2001, l’iPhone va révolutionner la téléphonie mobile. » Voilà la déclaration faite en janvier dernier par SteveJobs, lors de la présentation du MacWorld Expo 2007 à San Francisco. La sortie de ce téléphone high-tech est prévue pour le mois de juin aux Etats-Unis. Les pays européens devront attendre la fin de l’année pour bénéficier de ce nouveau produit. L’Asie, début 2008. L’iPhone cumulerait plusieurs fonctions : à la fois mobile, iPod et navigateur internet. Autre annonce de SteveJobs : la commercialisation de l’Apple TV qui devrait être baptisée « iTV ». DR



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :