Direct Soir n°155 23 mai 2007
Direct Soir n°155 23 mai 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°155 de 23 mai 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : Hommage à Hergé : le père de Tintin aurait 100 ans

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Directsoir N°155/Mercredi 23 mai 2007 6 EN COUVERTURE GEORGES RÉMI, DIT HERGÉ, EST NÉ VOICI UN SIÈCLE ET UN JOUR. DÉCÉDÉ LE 3 MARS 1983, DES SUITES D’UNE LONGUE MALADIE, IL AURA ENTRE- TEMPS RÉVOLUTIONNÉ LE NEUVIÈME ART, ET CRÉÉ LE HÉROS DE BANDE DESSINÉE LE PLUS POPULAIRE AU MONDE : TINTIN. Anniversaire Cent bougies pour le père de Tintin AFP
D. LEBRUN/PHOTNEWS/GAMMA www.directsoir.net S’il ne s’était éteint le 3 mars 1983, Georges Rémi, alias Hergé, aurait soufflé cent bougies hier. Le père de Tintin a donné vie au héros de bande dessinée le plus populaire de la planète. Il a également changé le visage du neuvième art. Il était normal que cette année 2007 rende hommage à Hergé et son héros. A Paris, le Centre Pompidou lui a consacré cet hiver une exposition. La Belgique, patrie d’Hergé et de la bande dessinée, met elle aussi cet artiste à l’honneur. Une fresque inaugurée le 10 janvier dernier, date de naissance de Tintin, pare le grand hall de la gare du Midi, à Bruxelles. De Stockholm à Barcelone, en passant par Québec, les manifestations consacrées au reporter et à son créateur fleurissent partout pour ce centenaire (voir encadrés p.8). Tintin n’est pas le seul héros créé par Hergé. Les deux garnements Quick et Flupke, Totor, Jo, Zette et Jocko, héros des aventures de la famille Legrand, et quelques autres séries sortiront de l’imagination d’Hergé. Mais l’histoire du dessinateur est liée de manière indissociable à celle du reporter. En premier lieu, le succès d’Hergé est celui de Tintin. Ses aventures ont été éditées à plus de 200 millions d’exemplaires, et traduites en plus de quarante langues et patois, comme le picard ou, plus récemment, le savoyard. Au fil des années, les vies du héros et de son créateur se sont mêlées, allant parfois jusqu’à se confondre. TINTIN ET HERGÉ, INSÉPARABLES Hergé effectue ses études secondaires dans un institut catholique d’Ixelles,au sud-est de Bruxelles. C’est à cette époque qu’il entre chez les scouts et devient « Renard curieux ». Il publie ses premiers dessins dans des périodiques scouts. Tintin porte les traces de cette période. Eternel combattant du bien contre le mal, apôtre de la bonne action et personnage coincé entre l’adolescence et l’âge adulte, il est l’archétype du parfait boy-scout. En 1925, Hergé est engagé au Vingtième siècle, un journal catholique politiquement marqué à droite. En 1929, il est nommé rédacteur en chef du supplément jeunesse : Le Petit Vingtième. C’est dans les pages de ce périodique que Tintin voit le jour, le 10 janvier 1929. Dans les deux premiers volumes de ses aventures, Hergé emmène Tintin en URSS, puis au Congo. A partir du troisième volet, Tintin en Amérique, Hergé commence à se documenter sur les univers que Tintin explore. Les trois premiers opus des aventures de Tintin et Milou se font pourtant les projections des positions anticommunistes, coloniales et antiaméricaines véhiculées par la droite catholique de son époque. Le véritable tournant intervient au moment du Lotus bleu. Hergé est mis en relation avec Tchang Tchong-jen, étudiant chinois à l’Académie royale des Beaux- Arts de Bruxelles. Au contact de Tchang, Hergé se confronte à la réalité chinoise. Au début des années 1930, le Japon envahit la Mandchourie, suite à un attentat contre une voie ferrée japonaise dans la province chinoise. L’incident, probablement organisé par le Japon pour avoir un prétexte à l’invasion, est relaté dans le Lotus bleu. Dans cet album, le personnage de Tchang fait son apparition. Il deviendra par la suite un ami de Tintin, que ce dernier sauvera dans Tintin au Tibet. Dans la vie, Hergé et Tchang Tchong-jen deviendront de proches amis. Cet épisode est symbolique de l’influence de Tintin sur Hergé. Car ce sont les critiques nées après les premiers albums qui sont à l’origine de la remise EN COUVERTURE 7 Il y a un siècle et un jour naissait Georges Rémi, qui deviendra plus tard Hergé, et créera le célèbre Tintin. Aucun auteur ne peut se réduire à son œuvre. Mais les existences de Tintin et d’Hergé sont entremêlées. A tel point qu’on se demande parfois lequel est le père de l’autre. Tintin et Tchang : amis pour la vie Le souci du détail d’Hergé lui donnait un travail colossal. En 1950, il fonde les Studios Hergé, qui lui permettent de déléguer. Des dessinateurs aussi prestigieux que Bob de Moor ou Edgar P.Jacobs (Blake et Mortimer) y collaboreront. en question d’Hergé. Si l’univers de Tintin s’en trouve bouleversé, la relation du dessinateur au monde et à l’autre ne l’est pas moins. Le titre de l’ouvrage de Benoît Peeters, Hergé, fils de Tintin, est éclairant à ce sujet. Car les albums qui suivent sont souvent l’occasion pour Hergé de traiter un sujet d’actualité politique. Dans L’île noire, le sujet est l’impression de faux billets par l’Allemagne pour déstabiliser les économies voisines. Le sceptre d’Ottokar est le récit d’une Anschluss (invasion en allemand) manquée. Le lien entre l’homme et l’oeuvre est présent aussi dans les périodes troubles de la vie d’Hergé. Pendant la guerre, il travaille pour Le Soir, quotidien contrôlé par l’occupant allemand. Or, dans L’étoile mystérieuse, paru en 1942, Tintin prend part à une expédition emmenée par des scientifiques issus essentiellement de pays neutres ou appartenant à l’Axe. Ses adversaires, dans les premières éditions, battent pavillon américain. Ils sont financés par un certain Bohlwinkel qui, affublé d’un nez crochu et d’épaisses lèvres, prend les traits que les caricatures antisémites de l’époque confèrent aux Juifs. Plus tard, à la fin des années 1950, Hergé traverse une grave crise personnelle. Il divorce de sa première femme en 1960. Il est ensuite en proie à la dépression, et des cauchemars où tout est blanc reviennent fréquemment dans ses nuits. L’univers de Tintin au Tibet, paru en 1960, offre un parallèle saisissant avec l’état d’esprit d’Hergé à ce moment de sa vie. C’est sans doute l’album le plus sombre de toute la série. Fait inhabituel, Tintin est à plusieurs reprises au bord du découragement, et la blancheur des décors de l’Himalaya est à mettre en rapport avec celle des rêves de son créateur. En outre, le scénario de cet opus est une longue et difficile quête, celle d’Hergé vers un bonheur perdu. UN UNIVERS IMMUABLE MAIS SURPRENANT Hergé et son héros à culottes de golf et houppette se ressemblent beaucoup, mais l’univers des Aventures de Tintin va bien au-delà du jeune reporter. Tintin est un héros plutôt lisse. Le récit d’Hergé est toujours limpide : c’est la « ligne claire », l’apport majeur d’Hergé à la bande dessinée. Visuellement, le dessin est précis, documenté et simple, les contours systématiques et les couleurs en aplat. Le format des cases subit peu de variations. Cet ensemble donne une incroyable lisibilité à l’œuvre, et permet au lecteur de trouver immédiatement ses repères. Ce formalisme limpide permet au lecteur de trouver ses repères malgré des décors toujours changeants. Car au fil de ses aventures, Tintin explore les fonds J. BRINON/AP



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :