Direct Soir n°154 22 mai 2007
Direct Soir n°154 22 mai 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°154 de 22 mai 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,5 Mo

  • Dans ce numéro : Johnny Depp pirate d'Hollywood

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Directsoir N°154/Mardi 22 mai 2007 6 EN COUVERTURE L’ACTEUR LE PLUS ROCK’N ROLL DU CINÉMA AMÉRICAIN REVIENT SOUS LES TRAITS DU FLAMBOYANT JACK SPARROW, ÉCUMEUR DES SEPT MERS ET BANDIT AU GRAND CŒUR. GROS PLAN SUR JOHNNY DEPP, ACTEUR HORS NORME ET IMPRÉVISIBLE, AU GOÛT DU RISQUE AFFIRMÉ. Johnny DeppPrince des pirates MAID/VISUAL
DISNEY ENTERPRISES www.directsoir.net On l’avait laissé pour mort, abandonné aux tentacules d’une pieuvre impitoyable. Mais le capitaine Jack Sparrow est de retour, pour le plus grand bonheur de ses admirateurs, petits et grands. C’est en effet aujourd’hui que sort sur les écrans le troisième et dernier épisode de la saga Pirates des Caraïbes, sous-titré Jusqu’au bout du monde. Une série dont les deux premiers volets ont connu un immense succès (plus de 1,65 milliard de dollars de recettes), en grande partie grâce à un casting efficace. Outre le vétéran australien Geoffrey Rush, oscarisé en 1996, on retrouve à l’affiche Orlando Bloom, nouvelle coqueluche des adolescentes depuis Le seigneur des anneaux, ainsi que la jeune et belle Keira Knightley, découverte dans Joue-la comme Beckham. Mais surtout, l’affection du public va au charismatique Jack Sparrow, pirate loufoque et épris de liberté incarné par Johnny Depp. Un personnage sur mesure pour l’acteur américain, qui semble avoir pris depuis le début de sa carrière un malin plaisir à aller là où on ne l’attendait pas et à casser l’image de bellâtre pour midinette dans laquelle ses premiers rôles auraient pu l’enfermer. Pour donner corps au capitaine du Black Pearl, Johnny Depps’est inspiré du guitariste des Rolling Stones, Keith Richards, tant pour le style vestimentaire que pour son air ahuri et sa gestuelle théâtrale. Il a même poussé l’hommage au musicien jusqu’à l’inviter à jouer un petit rôle dans le troisième opus. Et pas n’importe quel rôle, puisque c’est le propre père de Jack Sparrow que campe Keith Richards. Une manière de jeter un pont entre les deux passions du comédien : le cinéma, bien sûr, et la musique. NAISSANCE D’UNE VOCATION C’est avec une guitare que le petit Johnny découvre sa sensibilité artistique. Après un spectacle de gospel, organisé par son oncle pasteur, il prend goût à la musique et commence, comme de nombreux adolescents, à gratter l’instrument dans sa chambre. Rapidement, il rejoint un groupe local, d’abord baptisé The Flame. Fort d’une petite célébrité dans la région, le groupe est renommé The Kids, nom jugé plus vendeur, et participe à une tournée d’Iggy Pop, dont il assure la première partie. De quoi faire tourner la tête à ces ados de Floride. Dès lors, Johnny Deppn’a plus trop la sienne aux études et rêve d’une carrière de rock-star. Deux ans plus tard, il part avec les membres de son groupe à Los Angeles, pour tenter de percer sur la scène californienne. Mais la réussite n’est pas encore au rendezvous, et les musiciens en herbe doivent se rabattre sur des petits boulots alimentaires. A cette époque, John Christopher Deppest vendeur de stylos par correspondance. Il se marie brièvement à une maquilleuse, Lori Allison. Celle-ci lui présente l’acteur Nicolas Cage, qui à son tour organise une rencontre avec son agent. L’entrevue débouchera sur un petit rôle dans un long-métrage, en 1984. Déjà un carton, puisqu’il s’agit des Griffes de la nuit, de Wes Craven, film culte du cinéma d’épouvante qui lança la série des Freddy. L’expérience est une révélation pour Johnny Depp, qui décide de s’inscrire au Loft Studio, à Los Angeles, pour y suivre des cours de comédie. La décision sera payante, puisque dès la sortie de l’école, il enchaîne les rôles secondaires, dont les cachets lui permettent de commencer à vivre correctement. En 1986, il participe EN COUVERTURE 7 Il a tourné avec les plus grands metteurs en scène. Chacun des films où figure Johnny Deppcrée l’événement. La sortie du troisième volet de Pirates des Caraïbes devrait éclipser, l’actualité cannoise, le temps d’une journée. Il débute sur grand écran dans Les griffes de la nuit, en 1984 « Je me targue d’avoir fait des choix sans jamais penser aux risques éventuels pour ma carrière ni me soucier de ce que Hollywood pourrait penser. » notamment au tournage de Platoon, dirigé par Oliver Stone. SEX-SYMBOL Peu de temps après, Johnny Deppdécroche son premier rôle principal, dans une série pour teenagers, 21 Jump Street. Pendant trois saisons, il incarne l’inspecteur Tom Hanson, un jeune policier membre d’une unité spéciale, qui infiltre les campus pour enquêter sur des délits commis par des étudiants. La série va connaître un immense succès et propulser Johnny Deppau rang d’idole des jeunes filles. Son visage le dispute à celui de Tom Cruise sur les posters qui tapissent les chambres adolescentes. La case du beau ténébreux en blouson de cuir, du séducteur de bal de promo, semble trop étroite pour cet amateur de grands espaces et de vastes horizons. Et son nouveau statut de tombeur irrésistible, déclenchant l’hystérie de ses groupies à chaque apparition, commence à lui peser. C’est pourtant ce statut, et sa popularité grandissante, qui lui ouvrent les portes du cinéma. Le passage au grand écran d’un héros de série télévisée est toujours un exercice périlleux. Rares sont ceux qui parviennent à faire oublier le personnage qu’ils ont incarné pendant plusieurs années lorsqu’ils tentent l’aventure du long-métrage. Johnny Depple sait et va dès son premier film affirmer une originalité et une curiosité artistique dont il se fera une règle. RENCONTRE DÉCISIVE Il choisit de travailler avec John Waters, réalisateur singulier et iconoclaste, qui s’est fait remarquer avec les films kitschs et cultes Pink Flamingos et Hair Spray. Sous sa direction, Johnny Depptient le premier rôle du très satirique Cry Baby, qui sort en 1990. La même année, il accepte le script d’Edward aux mains d’argent. Son interprétation, illuminée et poétique, d’un jeune monstre de la nature pourvu de ciseaux en guise de doigts, qui découvre l’amour, est unanimement saluée. Plus important, sur le plateau, Johnny Depprencontre deux personnes qui joueront un grand drôle dans sa vie. D’abord, Winona Ryder, avec qui il partage l’affiche et à laquelle il se liera pendant plusieurs années. Et surtout le réalisateur Tim Burton, dont il deviendra l’acteur fétiche. DISNEY ENTERPRISES



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :