Direct Soir n°152 16 mai 2007
Direct Soir n°152 16 mai 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°152 de 16 mai 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : Cannes 2007 : Diane Kruger maîtresse de cérémonie

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
DR Directsoir N°152/Mercredi 16 mai 2007 14 CULTURE SPECTACLE Clowns russes déjantés Après une tournée triomphale, les célèbres clowns du Teatre Licedei de Saint-Pétersbourg présentent leur spectacle à l’humour corrosif au théâtre du Rond-Point. D’affreux gamins, prêts à tout pour supprimer leur père. C’est l’histoire d’une famille « frappadingue ». Un père porté sur la vodka, une mère enceinte qui use de tous les stratagèmes pour empêcher son mari de partir, et quatre bambins à grosses lunettes et coiffés au pétard, tous plus dangereux les uns que les autres. Pour tuer le temps, ces joyeux marmots tentent de supprimer leur père, par tous les moyens possibles et imaginables. Semianyki — qui signifie « famille » en russe — est un spectacle de clowns dans la pure tradition du burlesque. Les tableaux s’enchaînent rapidement, sans temps mort. Les gadgets en tout genre et les bruitages rappellent l’ambiance déjantée des dessins CONCERT animés de Tex Avery. Le tout est soutenu par une musique habilement choisie : de Chopin à Björk, en passant par Louis Prima. Les artistes, issus du célèbre Teatr Licedei de Saint Petersbourg, font preuve d’une formidable énergie sur scène… mais aussi dans le public.Arrosage, bataille d’oreillers, le spectateur a son rôle à jouer dans ce spectacle à l’humour corrosif. Semianyki. Jusqu’au 24 juin. De 8,5 euros à 30 euros. Théâtre du Rond-Point, 2 bis avenue Franklin D.Roosevelt, Paris 8e. Tel. : 01 44 95 98 21. Retour aux sources pour Alagna Engagé tantôt à Covent Garden, à Londres, au Staatsoper de Vienne ou au Metropolitan Opera de New-York, Roberto Alagna n’oublie pas la France. On retrouve le ténor français, d’origine sicilienne, dans la série des Grandes Voix, au Théâtre des Champs-Elysées. Roberto Alagna y donne un récital en forme d’autoportrait, avec un programme essentiellement français et sicilien. L’artiste interprète des airs de Gluck, Meyerbeer, Halévy ou Massenet, extraits du répertoire du grand opéra, celui qui a fait la gloire du chanteur lyrique. Roberto Alagna, le 18 mai au Théâtre des Champs-Elysées. 15 avenue Montaigne, Paris 8e. Tel. : 01 49 52 50 50. TOP DES TOPS DR 1 Prête-moi ta main Studio Canal jkle 2 Le parfum TF1 Vidéo COMIQUE ARTS Les 20 ans d’Anne Roumanoff - Best of et nouveautés ■ Aussi cynique que subtile, Anne Roumanoff dispose d'une inimitable capacité à croquer notre société en deux bouchées cinglantes. Observatrice assidue des petites situations quotidiennes et analyste comique des problèmes de la République, l’humoriste a l'œil avisé et la langue acérée. Dans le spectacle créé à l'occasion de ses vingt ans de carrière, rien ne lui échappe et tout prête à rire : ANPE, chirurgie esthétique, ménopause et job oppressant. Anne Roumanoff innove, tout en remettant au goût du jour ses plus gros succès. Anne Roumanoff a 20 ans, jusqu’au 18 mai. Casino Rhul, 1 Promenade des Anglais, Nice. Tel. : 04 97 03 12 22. Azur et Asmar Les fils de Lady Chatterley 3 4 TF1 Vidéo l’homme 5 MK2 Universal Pictures jkle jkle jkle jkle Meilleures ventes de films en DVD. Prête-moi ta main : des situations fortes et justes, des dialogues qui font mouche : on ne s’ennuie pas avec les aventures de ce faux couple. Alain Chabat ressuscite un peu de l’esprit des Nuls dans cette comédie sentimentale. Quant à Charlotte Gainsbourg, aux antipodes des personnages qu’elle a interprétés jusqu’ici, elle fait peau neuve dans ce rôle drôle, provocant et pétulant. Légende : (e) nouvelle entrée - Source : DR DR THÉÂTRE Autant en emporte l’éventail ■ Comme souvent chez Goldoni, tout commence autour d’une place vénitienne. Cette fois-ci, c’est un éventail qui est au cœur de l’intrigue. Qui évente récolte la tempête ? Passant de mains en mains, l’innocent accessoire provoque un trouble incroyable avant d’arriver à destination. Une fois encore, Carlo Goldoni restitue à merveille l’ambiance de la Sérénissime au 18 e siècle. Pour les trois cents ans de la naissance de l’illustre Italien, c’est un beau cadeau que le théâtre de l’Odéon fait à son public. Il Ventaglio, Carlo Goldoni. Jusqu’au 20 mai, à 20h. Odéon, Théâtre de l’Europe, place de l’Odéon, Paris 6e. Tél. : 01 44 85 40 40. La fin de l’adolescence LIVRE ■ En 2005, Nina Bouraoui avait été consacrée par le prix Renaudot, juste récompense pour cet écrivain singulier. Depuis ses débuts littéraires en 1991, elle n’a cessé son travail d’introspection par les mots, évoquant notamment son enfance franco-algérienne et son homosexualité. Son nouveau roman, Avant les hommes, n’est pas à proprement parler autobiographique, mais on y retrouve les thèmes chers à l’auteur. Le narrateur, Jérémie, est un garçon solitaire et gay, tourmenté par un amour impossible. De son écriture épurée et envoûtante, Nina Bouraoui nous décrit l’attente, l’angoisse, la montée du désir et les frustrations qui caractérisent l’adolescence. Avant les hommes, de Nina Bouraoui. Editions Stock, 11 €. A. FERRIER/DR
NENAINOUS-CATARINA-LEGRAND/GAMMA DR www.directsoir.net Jusqu’au 27 mai, tous les regards seront à nouveau braqués sur les fameuses marches cannoises. Le Jack l’éventreur de l’Amérique Dans Zodiac, le réalisateur David Fincher évoque l’histoire vraie d’un serial killer qui a terrorisé les Etats-Unis à la fin des années 60. Ce film est en compétition officielle à Cannes. En lice pour la Palme d’or au Festival de Cannes, Zodiac sort demain sur les écrans français. Le film est inspiré de l’histoire d’un célèbre et mystérieux tueur en série, qui a sévi à la fin des années 60 dans la région de San Francisco, en Californie. Ce criminel, auteur d’une trentaine de meurtres, n’a jamais été arrêté. Le serial killer n’a eu de cesse de ridiculiser la police, en envoyant de nombreux messages codés. Le réalisateur David Fincher, qui avait été révélé par Seven, revient ainsi à un genre qu’il connaît bien. Mais Zodiac est moins un film sur un meurtrier que sur l’obsession dévorante de quelques hommes pour cette affaire. Le long-métrage est centré sur trois personnages qui vont se consacrer corps et âme à l’enquête : Robert Graysmith (Jake Gyllenhaal), un timide dessinateur de presse, le journaliste Paul Avery Dinguerie surréaliste ■ Un sourd-muet et deux drogués ratent l’enlèvement du chien d’une milliardaire plantureuse. Avec cette histoire loufoque, Benoît Delépine et Gustave Kervern rendent hommage au surréalisme. Le DVD éclaire la démarche poursuivie par le duo grolandais, notamment grâce à la présence en bonus d’un commentaire sur le film et d’un documentaire sur le mouvement surréaliste. Avida, de Benoît Delépine et Gustave Kervern. Studio Canal, 19,82 €. DR (Robert Downey Jr.) et l’inspecteur David Toschi (Mark Ruffalo). Graysmith écrira par la suite deux livres sur son expérience. Toschi et Avery eux ne s’en remettront jamais. Zodiac, déjà sorti aux Etats-Unis, a récolté les louanges des critiques, mais a dérouté le public américain. Rebelote en France ? Zodiac, en salle demain. 60 e, moteur ! Ça tourne Le 60 e Festival de Cannes débute ce soir. Petit tour d’horizon cinématographique de cette nouvelle édition. Cette année plus que jamais, sagesse oblige, le festival au grand âge se veut fédérateur et convie à cette soixantième édition tous les cinémas. Celui d’auteur, d’abord, qui sera valeureusement représenté par le sulfureux Mexicain Carlos Reygadas (Luz silenciosa), le Russe Alexandre Sokurov (Alexandra) et le très attendu nouveau film du Hongrois Béla Tarr (Man from London, adaptation de Georges Simenon). L’adrénaline et les paillettes ne seront Rassemblement de valeurs sûres et confirmées, le Festival de Cannes n’accueille cette année qu’un seul premier film en compétition officielle : Persepolis, adaptation de la BD de l’Iranienne Marjane Satrapi qui est passée elle-même derrière la caméra. pas non plus en reste, avec le retour du survolté Quentin Tarantino, qui viendra présenter son hommage déjanté aux films de série B (Death Proof). L’auteur farfelu de Pulp Fiction retrouvera sur la Croisette de multiples compatriotes, comme David Fincher, le réalisateur de Seven, dont le Zodiac est déjà célébré par la critique. Steven Soderbergh CULTURE 15 CINÉMA et son Ocean 13 sont également très attendus : la montée des marches (Brad Pitt, Al Pacino, Matt Damon, George Clooney, etc.) devrait à elle seule justifier la couleur du tapis rouge. Anniversaire oblige, on retrouvera aussi des habitués, dont la fidélité ne s’est jamais démentie au fil des ans, comme les multirécompensés frères Coen (No Country For Old Men), Gus Van Sant (Paranoid Park), Emir Kusturica — qui sera là avec Prometsle moi. Quant au maître de Hong Kong, Wong karwai, c’est à sa nouvelle fresque My Blueberry Nights (avec Norah Jones) qu’il reviendra ce soir d’ouvrir les hostilités avec la poésie chic qu’on lui connaît. Côté français, c’est à deux petits nouveaux qu’il incombera de défendre les couleurs tricolores. Bien connus du grand public, c’est pourtant la première fois que Christophe Honoré (Les chansons d’amour) et Catherine Breillat (Une vieille maîtresse) sont sélectionnés en compétition officielle.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :