Direct Soir n°15 26 jun 2006
Direct Soir n°15 26 jun 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°15 de 26 jun 2006

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,2 Mo

  • Dans ce numéro : Ségo, c'est go ! Ségolène Royal fait encore parler d'elle

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
Directsoir t Lundi 26 juin 2006 10 L’ACTU MONDE K. WILLENS/AFP Dernière minute Otage israélien : la tension monte La capture d’un soldat israélien par des activistes proches du Hamas, hier matin à Gaza, débouche sur une véritable crise. On apprenait ce matin, de source israélienne, que si le jeune soldat de 19 ans n’était pas rendu vivant, Jérusalem envisageait de « neutraliser » le gouvernement palestinien issu du Hamas. En raison de la double nationalité française de l’otage, le Quai d’Orsay a décidé de se joindre aux efforts des diplomates arabes pour dénouer la crise. IRAK/LE GOUVERNEMENT REPREND LA MAIN Alors que les alliés se retirent, al-Maliki propose un plan de réconciliation nationale. h « Nous savons que la réconciliation doit être un processus mené par les Irakiens. » C’est ce qu’a déclaré hier soir la Maison Blanche. Malgré la persistance des violences, la force multinationale est en train de passer la main aux autorités irakiennes. Hier, le contingent japonais a commencé son retrait d’Irak, qui devrait s’achever d’ici à la fin du mois de juillet. Déjà, lundi dernier, le Premier ministre irakien, Nouri al-Maliki, annonçait que la force multinationale basée dans la province méridionale d’Al-Mouthana – soldats australiens, britanniques et japonais – se retirerait le mois prochain. Les forces irakiennes géreront seules cette région. C’est une première en Irak depuis l’invasion en mars 2003. Une passation de pouvoir qui pourrait s’apparenter à un cadeau empoisonné. Les violences sont sans Bérengère De Termont, Samuel Rousseau répit. La branche irakienne d’al-Qaida a affirmé avoir exécuté quatre otages russes et 24 personnes ont été tuées à travers l’Irak. De son côté, Nouri al-Maliki a présenté un plan de réconciliation nationale pour tenter d’enrayer les violences confessionnelles, entre chiites et sunnites. Il espère intéresser les factions restées en marge du processus politique. Notamment des groupes sunnites tenus pour responsables de la majorité des attaques. Ce plan promet notamment d’amnistier ceux qui n’ont pas commis de crime de sang. A l’exception de quelques députés, les parlementaires, toutes tendances confondues, ont bien accueilli le projet. 1- Bombardement à Baquba le 25 juin. 2- Libération de 500 prisonniers d’Abu Ghraïb. 3- Retrait des troupes japonaises d’Irak. HUMANITAIRE/LES MILLIARDAIRES S’UNISSENT Bill Gates fait des émules. Son rival Warren Buffet va lui faire don de sa fortune pour soutenir sa Fondation. h Ils sont milliardaires, rivaux, mais amis. Warren Buffet possède, après Bill Gates, la plus grosse fortune du monde, un confortable pactole de 40 milliards de dollars. Trop d’argent pour un seul homme ? Oui selon lui, s’il n’est pas dépensé avec sens. Il y a quelques jours, Bill Gates annonçait se retirer des affaires dans deux ans pour consacrer son argent à ses œuvres caritatives : The Billand Melinda Gates Foundation. Warren Buffet fera de même. Il léguera plus de 27 milliards de dollars (soit 68% de sa fortune) à la fondation Gates. Sept autres milliards i ront à ses propres fondations. L’humanitaire semble donc concerner de plus en plus les milliardaires américains. Ce n’est pas un hasard. Ces deux hommes ont beaucoup en commun : tous deux sont partis de rien, tous deux ont tout gagné. Bill Gates a créé le système d’exploitation « Windows » pour Microsoft, qui est devenu une référence mondiale. Buffet, lui, est un génie de la finance, un « gourou » de l’investissement, selon ses pairs. Une force tranquille, qui a su aller vers les valeurs sûres : Coca, Gillette ou même Disney. Il a aussi bâti sa réputation en faisant les bons choix dans le domaine des assurances. Une fortune bâtie tout au long d’une vie, qui sauvera des vies en luttant contre les maladies infectieuses qui ravagent les pays en développement. Buffet, comme Gates, a compris que l’on peut beaucoup donner quand on a beaucoup reçu. ALI YUSSEF/AFP WATHIQ KHUZAEI/AFP NICOLAS ASFOURI/AFP LE MAGAZINE « ELLE » EN LANGUE ARABE DESIRÉE SADEK Et un de plus ! Elle Oriental, 39 e édition internationale du magazine féminin, a été lancé vendredi dernier à Beyrouth. Dans un premier temps, vous trouverez cette nouvelle édition dans les kiosques du Liban, de l’Egypte, de la Jordanie et du Maghreb. Pas d’inquiétude pour celles qui pèchent côté langues O. Le mensuel sera édité en langues française et arabe. L’édition pan-arabe en langue arabe suivra la française en octobre. L’UE, FAIT GRISE MINE DEVANT L’UKRAINE Ioulia Timochenko, la « dame de fer » de la révolution orange ukrainienne, est de retour aux affaires. Bruxelles se souvient qu’elle a failli priver l’UE du gaz russe l’hiver dernier. Or, « la dame à la natte blonde » veut s’attaquer aux accords gaziers entre Kiev et Moscou, qu’elle juge « opaques ». Alors que l’Union peine à mettre en place une politique énergétique commune, et que le prix du pétrole atteint des sommets, cette prise de position pourrait nuire à l’Union. DÉCENTRALISATION : APRÈS L’ESPAGNE, L’ITALIE ? L’Italie vote depuis hier pour décider si ses régions disposeront de pouvoirs d’autonomie accrus. Ce référendum, décidé par Berlusconi quand il était au pouvoir, prévoit de doter les régions de prérogatives fortes en termes d’éducation, entre autres, selon le modèle des Länders allemands. La gauche dénonce une réforme qui séparerait les riches des pauvres. La droite veut moderniser le pays et prouver que sa défaite aux dernières législatives n’est pas définitive. Mais à l’heure actuelle, aucune estimation ne peut dire si les Italiens diront « Si » ou « No ». L’ARME FATALE La Kalachnikov restera la plus grande tueuse du monde pendant vingt ans encore. Triste constat qui ressort d’un rapport publié aujourd’hui, en marge d’une conférence de l’Onu sur la lutte contre le commerce illicite des armes légères. En cause : la production du fusil d’assaut, quasiment pas réglementée. GARANICH/REUTERS
& Franz Clara Il n’y a pas d’amour impossible. LE NOUVEAU ROMAN DE Philippe LABRO Albin Michel Ph Denis Felix



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :