Direct Soir n°145 3 mai 2007
Direct Soir n°145 3 mai 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°145 de 3 mai 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,1 Mo

  • Dans ce numéro : Bill Gates le milliardaire bienfaiteur

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
C. RAYNAUD DELAGE Directsoir N°145/Jeudi 3 mai 2007 14 CULTURE DANSE Parole(s) de hip-hop Si les mots flanchent, la danse vient à la rescousse. Le danseur Hamid Ben Mahi livre une part de son expérience dans « Faut qu’on parle », qui se joue au Théâtre national de Chaillot. Mémoire, dignité, métissage : c’est le sens de la création de Hamid Ben Mahi et de Guy Alloucherie. « Je m’enfermais dans la danse comme pour oublier la réalité », se souvient Hamid Ben Mahi. Il a travaillé les mouvements et apprivoisé en autodidacte les codes du hip-hop. Le danseur a longtemps parlé avec son corps. Puis un jour, les mots sont venus exprimer ce que les mouvements ne pouvaient plus dire. Hamid Ben Mahi n’est pas tout à fait seul sur scène, puisque, sur l’écran derrière lui, défilent des visages et des morceaux de vie.Accompagné du metteur en scène Guy Alloucherie, Hamid est retourné à la cité des Aubiers à Bordeaux, son quartier d’enfance. Avec une caméra, les deux hommes ont capté le quotidien des habitants, leurs rêves et leurs colères, et, surtout, enregistré leurs paroles. Hamid danse, de plus en plus vite, avec une énergie qui ne semble jamais s’épuiser. Quand il arrête son mouvement, il ne RENDEZ-VOUS En mai, fêtez les beaux livres reprend même pas son souffle. Trop de choses à dire. Le danseur s’est approprié la parole et entend bien la redistribuer à tous. Il pourrait être enragé mais à la colère se substitue le langage pour raconter son histoire, son univers, sa danse. « Je suis né en France, j’ai vécu en France, mes parents sont algériens et ce que je recherche, c’est comprendre pourquoi on se sent montré du doigt, coupable… », explique le trentenaire. Il raconte les coups durs, le racisme au quotidien, mais parle surtout solidarité et métissage. Pour lui, pas question de rester uniquement dans l’esthétisme : « Etre sur un plateau, c’est donner du sens ». Faut qu’on parle ! Théâtre national de Chaillot. Salle Gémier, 1, place du Trocadéro, Paris 16e. Tél. : 01 53 65 30 00. Jusqu’au 12 mai. MUSÉE ARTS Les bonnes œuvres du docteur La Caze ■ Que serait le Louvre sans la Bethsabée de Rembrandt, La brioche de Chardin et le Gilles de Watteau ? En un mot, que serait le Louvre sans la donation que le docteur Louis La Caze fit en 1869 ? Habituellement, tous ces chefs-d’œuvre sont présentés en ordre dispersé parmi d’autres dans les salles du musée. Pour quelques semaines, la salle de la chapelle, habillée à la mode d’un salon du 19 e siècle, accueille la collection à nouveau réunie. Le visiteur pourra voir ces tableaux, comme Manet, Bonvin ou Fantin-Latour les avaient découverts. Bel hommage que rend le Louvre à l’un de ses plus importants bienfaiteurs, à son goût, à son œil et à son geste généreux et désintéressé. La collection La Caze. Musée du Louvre, jusqu’au 9 juillet. ■ Depuis 19 ans, le mois de mai fait la part belle aux livres d’art à Paris. Cette année encore, venez retrouver les éditeurs privés et publics, et plongez-vous dans l’univers d’un peintre, d’un bâtiment, d’un architecte, ou d’un designer ; redécouvrez les secrets des jardins, des arts décoratifs, ou de l’histoire de l’art. Cette fois-ci, même les plus jeunes pourront participer à ce rendez-vous puisque certaines maisons d’édition leur réservent des ouvrages. Le mai du livre d’art. Du 3 au 31 mai. Informations : www.mai-livredart.com (ouvrages compris entre 7 € et 250 €). TOP DES TOPS DR 1 SPIDER-MAN 3 Gaumont Columbia Tristar Films jkle 2 LES VACANCES DE MR. BEAN Studiocanal NEXT J’VEUX PAS LE PRIX A PAYER 3 4 TFM Distribution QUE TU T’EN 5 Wild Bunch AILLES UGC Distribution jkle jkle jkle jkle Un super-record pour Spider-Man 3. Fait inédit dans l’histoire du box-office, le troisième volet de Spider-Man, sorti avant-hier, pulvérise le record français du nombre d’entrées en un jour, jusque-là détenu par Taxi 2. Au total, plus de 804 000 spectateurs se sont pressés pour aller le voir… Légende : (e) nouvelle entrée — Source : www.cbo-boxoffice.com J.-G. BERIZZI/RMG DR légende THÉÂTRE Gad Elmaleh fait son show ■ Le comédien prépare actuellement un nouveau spectacle prévu pour l’automne. En attendant, Gad Elmaleh raconte à ses fans lillois sa légendaire habileté sportive ou évoque la dispute d’un couple dans une grande enseigne suédoise… L’humoriste proposera au public des sketches extraits de son spectacle L’autre c’est moi, mais aussi des nouveautés à découvrir. Gad Elmaleh, ce soir, jeudi et vendredi à 20h30 au Théâtre Sébastopol, place Sébastopol, 59000 Lille. Tél. : 03 20 54 44 50. LIVRE Pierre Rival régale ■ Paul, critique gastronomique, a une prédilection pour la tête de veau et les belles femmes. Afin de résorber ses difficultés financières, ce bon vivant a l’idée de fonder une agence d’escorte culinaire. Il va accompagner de riches clients dans les restaurants étoilés de Paris et de province. Avec Alimentation générale, Pierre Rival, lui-même chroniqueur gastronomique, signe un roman rabelaisien. Si l’histoire relève du domaine de la fiction, les restaurants et les plats sont bien authentiques. Un livre épicé, truculent et savoureux qui se déguste comme une escalope de saumon à l’oseille ou un homard à la vanille. Alimentation générale, de Pierre Rival. Flammarion, 144 p., 14 €. DR
J.C. LOTHER DR www.directsoir.net Une randonnée pour l’amitié ★★★★★ Kad Merad et Bruno Solo : un nouveau duo comique pour le deuxième long-métrage d’Olivier Doran, Pur week-end. Un week-end de rêve à la montagne s’annonçait pourtant bien. Et puis, patatras ! Cinq prix récompenseront cinquante films. Assoiffés de vie « Si le vent soulève les sables » de Marion Hänsel retrace l’exode à travers le désert d’une famille africaine, entre sécheresse et conflits armés. Marion Hänsel, cinéaste engagée, raconte l’Afrique : ses drames, ses forces, son courage. Si le vent soulève les sables retrace avec authenticité l’exode d’une famille à travers le désert aride et meurtrier. La réalisatrice signe ici une adaptation poignante de Chamelle, un roman de Marc Durin-Valois. L’eau manque dans le petit village de Rahne, père de famille et fil conducteur du film. Le bétail meurt. Les habitants sont contraints de fuir à la recherche de puits exploitables. La caméra de Marion Hänsel suit avec pudeur le drame de Rahne, de sa femme, Mouna et de leurs trois enfants, pris entre la nécessité de trouver de l’eau et les conflits armés qui dévorent la région. Tourné à Djibouti, paysages agressifs au sol craquelé par la sécheresse, roches ciselées par le Vous avez trois minutes… ■ Lors de cet événement, les réalisateurs ont moins de trois minutes pour vous convaincre. Ils ont testé tous les genres : fiction, documentaire, animation et images de synthèse, pour séduire le jury, présidé par Claude Chabrol. Le festival des Très Courts se déroulera simultanément dans 28 villes françaises et 22 villes à l’étranger. Festival des Très Courts au Cinéma des cinéastes, 7, avenue de Clichy, Paris 17e. Tél. : 01 53 42 40 20. Les 4, 5 et 6 mai. www.trescourt.com Une histoire d’espoir et de fatalité. Pur week-end, avec Kad Merad et Bruno Solo. vent, montagnes accidentées, décors volcaniques décuplent le calvaire des personnages, qui entament une lente procession à travers le désert. Quand l’eau vient à manquer, seul le courage et l’espoir maintiennent en vie. Si le vent soulève les sables, en salle. DR Kad Merad est au téléphone dans sa concession de 4x4, Bruno Solo est plongé dans son ordinateur portable à bord d’un avion : le générique présente les personnages de Pur week-end, au son de la chanson All Star de Smash Mouth (la musique de Shrek). Le message semble clair : on est en plein dans une comédie.Tous les personnages se préparent pour leur randonnée annuelle au col de l’Iseran. C’est un groupe de potes. Sept amis d’enfance qui, lors d’un voyage en colonie de vacances, ont été les seuls à survivre à un accident de la route. Ils se sont juré de toujours se réunir en mémoire de ce tragique événement. Le week-end débute sans embûche. Mais quand David, condamné à trois ans de prison pour consommation de cannabis, profite de sa permission pour s’évader en gagnant la frontière italienne, il embarque le groupe dans une drôle de cavale. Philippe Lefebvre, scénariste de Ne le dis à personne et de Mon idole, est à l’origine du projet de Pur week-end. L’idée du CULTURE 15 CINÉMA film est d’explorer le comportement d’un groupe confronté à une question : jusqu’où aller pour sauver l’un des siens ? Comment s’engager ? De vrais dangers mettent à l’épreuve une amitié commune. On passe alors d’une comédie à un film d’aventures. Pur week-end est réalisé par Olivier Doran, d’abord acteur, puis scénariste. C’est son deuxième long-métrage après Le déménagement, en 1997, qui racontait aussi une histoire de potes en crise, avec Danny Boon et Emmanuelle Devos. Olivier Doran, avec ce nouveau film choral, a su tirer le meilleur de ce groupe d’acteurs indéniablement complices. Servi par le chef-opérateur de Ne le dis à personne, le film se transforme en véritable film d’action en plein cœur des Alpes, gangsters à la clé. Des hélicoptères, de la tendresse et du suspense, un duo de flics avec une capitaine spécialiste des interrogatoires musclés, et un François Berléand en commandant placide, des femmes au bord de la crise de nerfs et des preuves d’amitié : un pur week-end au programme. Ṗur week-end, de Olivier Doran, en salle.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :