Direct Soir n°141 25 avr 2007
Direct Soir n°141 25 avr 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°141 de 25 avr 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,3 Mo

  • Dans ce numéro : Hillary Clinton une femme à la Maison Blanche ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
M. STEWART/CORBIS Directsoir N°141/mercredi 25 avril 2007 8 EN COUVERTURE Soutiens ton homme, quoi qu’il arrive et quoi qu’il ait pu te faire Tammy Wynette Hillary en 1979, jeune avocate, mariée depuis quatre ans à un certain William J. Clinton. la charge de réfléchir aux réformes du système de santé, mais elle échoue dans cette entreprise. Rien, dès lors, ne lui sera épargné. Elle fait l’objet d’enquêtes judiciaires à propos de terrains qu’elle aurait achetés grâce à des informations obtenues par son cabinet. Elle dépose sous serment devant la justice. Le Tout-Washington va même la soupçonner d’avoir entravé l’enquête sur la mort jamais élucidée de son conseiller. Mais le coup le plus cruel lui sera porté par son propre mari, lors de l’affaire de la stagiaire Monica Lewinsky. Alors que les mensonges du Président menacent de lui faire perdre son poste, elle fait preuve de stoïcisme et de patience. Elle racontera plus tard dans son autobiographie, Mon histoire, (vendue, aux Etats-Unis, à plus d’un million et demi d’exemplaires), comment elle avait voulu croire aux dénégations de Bill jusqu’à ce qu’il finisse par lui avouer la vérité. « Je pouvais à peine respirer. Je me suis mise à pleurer et crier. Qu’est-ce que tu veux dire ? Pourquoi m’as-tu 3 événements HILLARY RÉAGIT R. F. BUKATY/AP Les paroles (citées en haut à gauche) d’une célèbre chanson de Tammy Wynette, Stand By Your Man, conviennent bien à un couple qui a pu rester uni malgré les orages. Ici, avec son mari, Bill Clinton, et leur fille, Chelsea. menti ? J’étais de plus en plus furieuse. » Le couple menace d’exploser. Les intimes chuchotent que la colère d’Hillary – en apparence si maîtresse d’elle-même – retentit à travers les murs du palais présidentiel. Les lampes volent dans la chambre conjugale dont elle lui interdit l’accès. Elle se conformera au code des femmes du Middle West, immortalisé par la chanson Stand By Your Man, autrement dit « Soutiens ton homme, quoi qu’il arrive et quoi qu’il ait pu te faire… » MASSACRE À VIRGINIA TECH « En tant que parent, je suis emplie de douleur pour les mères et les pères, soudainement confrontés à la perte insupportable de leur fils ou de leur fille. » Après le massacre de 32 personnes sur le campus de Virginia Tech à Blackburg (Virginie) le 16 avril, Hillary Clinton a fait part de sa compassion pour les victimes et leurs familles. L’INSTINCT DU « KILLER » Les destins se renversent aujourd’hui. Bill Clinton, très actif dans toutes sortes de fondations humanitaires, va soutenir son épouse. Elle aura 60 ans en octobre. Pour quiconque l’a observée en campagne (ce fut mon cas, alors qu’elle briguait le siège de sénateur de l’Etat de New York) ou l’a rencontrée (au cours d’un dîner privé parisien), la candidate Clinton suscite curiosité, voire admiration. Elle possède la dialectique de l’avocate, la franchise du propos avec le don d’écouter l’interlocuteur, de dominer une salle, et cette subtile façon de ne pas être trop femme tout en l’étant suffisamment. Si elle a souvent irrité les autres Américaines, c’est qu’elles détestaient son féminisme « politiquement correct » et son opportunisme trop flagrant. (Elle a voté pour l’intervention en Irak et a laissé George W. Bush réduire une partie des libertés civiles de ses concitoyens). Mais elle a convaincu ces mêmes critiques par son opiniâtreté, sa passion pour les dossiers sociaux et son bon sens. Mais Barack Obama est là, porteur d’armes redoutables : jeunesse, origine afro-américaine, génie du discours, sourire ravageur. Le principal adversaire d’Hillary Clinton est un homme, et qui appartient à son propre camp. Ainsi, le combat d’Hillary ne fait que commencer. Dans le regard céruléen de cette femme qui a, jusqu’ici, triomphé de tous les obstacles, on peut voir briller autant l’inquiétude que l’instinct du « killer » et la croyance en son étoile. LE DÉBAT SUR L’AVORTEMENT Le 18 avril, la Cour suprême a validé une loi interdisant une technique chirurgicale d’avortement tardif dite « par naissance partielle ». Il s’agit du premier dispositif restrictif adopté aux Etats-Unis depuis 1973 et la libéralisation de l’avortement. George Bush s’en est félicité. Hillary Clinton a dénoncé « un retour en arrière de quarante ans ». K. KULISH/CORBIS VU PAR Bernard-Henri Lévy, philosophe « Comment vit-on quand le pays, la planète, sont entrés dans votre chambre à coucher pour vous épier ? » ■ « Savait-elle ? Tolérait-elle ? A-t-elle maintenant pardonné ? Est-elle vraie cette histoire de divan où il (Bill Clinton,ndlr) raconte, dans ses mémoires, qu’elle l’a consigné avant de passer l’éponge ? Est-ce possible que l’on fonctionne ainsi chez les Clinton, comme chez n’importe quel couple petit-bourgeois ? Degré de complicité, dans ce cas ? Parts respectives de la solidarité et de la rancune ? Comment vit-on quand le pays, la planète, sont entrés dans votre chambre à coucher pour vous épier ? Et la Maison Blanche ? (…) Comment une femme bafouée pourrait-elle, sans y penser au moins un peu, envisager d’entrer, de travailler, de venir et revenir tous les matins et les soirs de la vie, dans le lieu de son humiliation ? Pourquoi, dans ce cas, le fait-elle ? » Extrait de American Vertigo de Bernard-Henri Lévy, (Grasset, 2006). Bernard-Henri Lévy. LA JOURNÉE DE LA TERRE Pour la Journée mondiale de la Terre qui s’est déroulée dimanche dernier, Hillary Clinton a souligné son attachement à la cause écologique devant un auditoire réuni au Luther College de Decorah (Iowa). « Nous avons le devoir de protéger la création de Dieu et nous avons la responsabilité de réparer les dégâts que nous faisons », a-t-elle affirmé. A. ROBERT/APERCU
à partir de Vienne, Prague, Budapest, Bratislava, LA PREMIERE COMPAGNIE AERIENNE A LA MODE.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :