Direct Soir n°140 24 avr 2007
Direct Soir n°140 24 avr 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°140 de 24 avr 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,0 Mo

  • Dans ce numéro : Yann Arthus-Bertrand l'amour de la Terre

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Directsoir N°140/Mardi 24 avril 2007 8 EN COUVERTURE Faire naître chez les jeunes générations un profond respect, et une responsabilité envers la nature YannArthus-Bertrand (ici en visite dans une école primaire) a monté une opération pédagogique en concertation avec l’Education nationale. Ses photos servent de support pour expliquer aux élèves le concept de développement durable. La plus petite boutique de souvenirs du plus petit aéroport du monde compte un exemplaire de La Terre vue du ciel sur ses rayons. Après l’énorme succès de librairie, YannArthus-Bertrand est désormais une des nouvelles icônes écolo de la télévision. Son émission, Vu du ciel, est programmée en première partie de soirée sur France 2. La semaine dernière, elle a séduit 21% de téléspectateurs en mettant l’accent sur la beauté mais aussi sur les menaces qui pèsent sur les océans de la planète. L’actu de Y. ARTHUS-BERTRAND ÇA TOURNE ! ■ Le début du tournage de Boomerang est prévu cette semaine. Ce film environnemental associe YannArthus-Bertrand et Luc Besson. Première séquence à mettre en boîte : la déforestation et les plantations de soja au Brésil. « Tous les maux de la Terre sont liés, et le film en sera l’illustration », annonce le photographe. L’HOMME ET SON PAYSAGE En travaillant sur La Terre vue du ciel, YannArthus-Bertrand avait très vite senti « qu’il manquait au portrait aérien du monde une profondeur de témoignage ». C’est ainsi qu’est née l’idée de 6 milliards d’autres. Après un inventaire des espaces naturels de la planète, YannArthus- Bertrand a lancé ses équipes dans une nouvelle quête. Parcourir le monde à la rencontre de ses habitants, recueillir leur témoignage singulier et sensible. Déjà soixante-cinq pays visités. Ce nouveau grand projet du photographe est né d’un constat : « Je me suis UN PRIX SUR LA CROISETTE ■YannArthus-Bertrand a reçu, mardi dernier à Cannes, le Green World Award, récompensant l’engagement d’une personnalité du monde audiovisuel dans la protection de l’environnement. « C’est très bien que la profession commence à prendre conscience de l’importance de parler d’environnement à la télévision », a-t-il déclaré. E. ESTRADE/AFP rendu compte sur le terrain qu’on ne pouvait pas dissocier l’homme de son paysage ». Pendant ce temps, un deuxième volet de son exposition destinée aux établissements scolaires, Le développement durable, pourquoi ? tourne dans les classes. Cette fois, il est question de biodiversité. Lors de la présentation à la presse de cet outil pédagogique, YannArthus-Bertrand a répété ce qui est véritablement une profession de foi : « On ne peut pas attendre tout des autres, agir une fois que le mouvement est amorcé. J’ai parfois suivi des initiatives. Aujourd’hui je veux donner l’élan ». N. TAVERNIER/REA VU PAR Hervé de La Martinière, éditeur « Il a un œil qui voit ce que les autres ne voient pas » ■ « Le jour où il est entré dans mon bureau, il a déboulé dans ma vie. Aujourd’hui, c’est un ami de trente ans. J’ai été témoin de son mariage et lui du mien. Il est le parrain de mon fils. Nous avons fait une trentaine de livres ensemble. Il a un œil qui voit ce que les autres ne voient pas. Il faut voler avec lui, immédiatement il repère le sujet, la lumière. Le pilote a intérêt à suivre. Certains disent qu’il écrase tout sur son passage, trouvent qu’il avance trop vite ou qu’il a pris la grosse tête. C’est faux : la nature l’émerveille toujours et sa modestie est tout le contraire de l’image qu’il donne parfois. La Terre vue du ciel a été un déclic. Depuis, il a pris une envergure qui l’a dépassé lui-même. » Hervé de La Martinière. UN POISSON NOMMÉ ALBAN ■ L’un des nouveaux projets du photographe s’adresse aux 6-12 ans. Un petit poisson nommé Alban navigue dans les photos d’Arthus-Bertrand et les décrypte. Cette série est le fruit de quatre années de travail. La Terre vue d’Alban, à partir du mois de juin sur Ma Planète. LUDOVIC/REA
à partir de Vienne, Prague, Budapest, Bratislava, LA PREMIERE COMPAGNIE AERIENNE A LA MODE.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :