Direct Soir n°138 4 avr 2007
Direct Soir n°138 4 avr 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°138 de 4 avr 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,6 Mo

  • Dans ce numéro : Nathalie Baye parcours sans faute

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Directsoir t Mercredi 4 avril 2007 8 ACTU FRANCE MÉDIAS/La TNT modifie le PAF Les ventes d’équipements multimédias ont fortement progressé. h Les Français âgés de quatre ans et plus regardent deux minutes de moins la télévision par jour : 3h24 contre 3h26 en 2005. Telle est la conclusion rendue publique hier par Médiamétrie. Une diminution de la durée d’écoute qui n’est pas alarmante pour l’industrie audiovisuelle. D’autant que les ménagères de moins de 50 ans ont, quant à elles, passé trois minutes de plus devant le petit écran. Il faudra attendre les prochaines études afin de savoir si Internet ou les autres nouveaux médias peuvent être tenus pour responsables de ce tassement. La baisse de 7% chez les 15/24 ans pourrait être une indication. Mais si l’on se réfère à l’étude « Media in Life », publiée en février, il semblerait que les nouvelles pratiques ne se substituent pas aux médias traditionnels. Lors de la présentation des résultats, Olivier Appé, directeur du département Télévision de Médiamétrie, a souligné également la « forte progression des équipements multimédias ». Les ventes de téléviseurs haute définition, lecteurs DVD, home-cinéma et adaptateurs TNT décollent. Depuis le lancement de cette dernière il y a deux ans, 8,2 millions de récepteurs ont été vendus ou loués. Dans les KIOSQUES Comme chaque mois, retrouvez Picsou Magazine et ses 96 pages de BD, et un super-gadget. A lire l’interview déjantée d’Eric et Ramzy. 3,50 €. CAROLE TOLILA,CHARLOTTE MARSAL IPS/PHOTONONSTOP PRÉSIDENTIELLE/Demandez le programme A moins de trois semaines du premier tour, les candidats en course pour l’Elysée se concentrent sur leur programme. Cette semaine, Nicolas Sarkozy, Ségolène Royal et François Bayrou ont repris leurs propositions dans des ouvrages destinés aux électeurs. C’estdit « J’ai été très ému quand on a franchi les premiers ponts qui surplombent la ligne. Il y avait beaucoup de gens qui agitaient des drapeaux (…). C’était surprenant et très émouvant de voir la passion du public. » Eric Pieczac, conducteur de la rame TGV V V150 (Le Parisien) François Bayrou aimerait affronter ses adversaires sur Internet François Bayrou, hier, pendant sa conférence de presse. Un débat entre les candidats avant le premier tour estil envisageable ? François Bayrou le souhaite. Il a déclaré vouloir affronter Nicolas Sarkozy, Ségolène Royal et Jean- Marie Le Pen sur Internet afin de contourner les obligations relatives au Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA). Mais Nicolas Sarkozy n’est pas favorable à une confrontation. François Bayrou a avoué ce matin sur France Info « être déçu » de ce refus. Les débats d’idées s’effectuent à distance et par pupitres interposés. Cette semaine, les trois prétendants à l’Elysée ont étayé leurs propositions. Que ce soit le « pacte présidentiel » de Ségolène Royal, le « programme d’action » de François Bayrou ou encore le » programme présidentiel » défendu par Nicolas Sarkozy, la forme reste la même : un discours, un livret distribué à des millions d’exemplaires et une version numérique téléchargeable sur le site du candidat. François Bayrou avait donné rendez-vous à la presse hier dans un hôtel parisien pour présenter son programme. Le candidat UDF a déclaré « vouloir être un Président apaiseur face à ceux qui attisent les tensions ». Estimant que la France « traverse la crise la plus grave de son histoire récente », il plaide pour une « majorité centrale » afin de rassembler les sociaux-démocrates ou les socialistes républicains et les gens de la droite. Deuxième axe de réflexion pour Bayrou : la mobilité sociale pour que chacun puisse accéder aux plus hautes fonctions de l’Etat. Ségolène Royal a, elle aussi, édité un livre, Maintenant, et un livret qui synthétise les 100 propositions de son « pacte présidentiel ». L’une de ses mesures est la défense des consommateurs face aux abus bancaires. La candidate a annoncé le plafonnement des frais bancaires, l’annualisation du calcul des découverts et la rémunération des comptes courants. La présidente de la région Poitou-Charentes tiendra elle-même un point-presse quotidien, excepté lorsqu’elle sera en déplacement en province. Elle a indiqué qu’elle mettra en place, pour modifier la Constitution, un conseil consultatif composé notamment de parlementaires, d’élus locaux et d’un jury de citoyens. « Je veux réduire le côté monarchique de l’exercice du pouvoir en France. Je le ferai, toute Royal que je suis ! », plaisante-t-elle. Le candidat UMP veut montrer qu’il est prêt à entrer à l’Elysée et a publié son livre, Ensemble. « Le Président doit incarner une vision. Les Français doivent l’élire pour ce qu’il propose (…) mais ils doivent le choisir pour ce qu’il est », a-t-il expliqué. Sans remettre en cause les institutions de la V e République, il promet de « gouverner autrement » autour de trois principes de transparence, de culture du résultat et de concertation. Nicolas Sarkozy propose qu’une partie des cotisations sociales soit transférée vers la TVA. Pour François Bayrou, il s’agirait plutôt d’un prélèvement sur la valeur ajoutée créée par les entreprises. Ségolène Royal est, pour sa part, hostile à l’idée d’une « TVA sociale ». Dans cette dernière ligne droite, quatre des douze candidats n’ont toujours pas dévoilé leur programme. Trois partis, d’ailleurs, ne souhaitent pas le faire. Olivier Besancenot, le candidat LCR et Gérard Schivardi (le candidat de maires soutenu par le Parti des travailleurs) préfèrent le principe du manifeste.Arlette Laguiller (LO) ne veut pas « faire de catalogue ». « On est des étudiants, on avait l’envie simple d’être heureux ensemble et d’écrire une belle histoire. Là, ça en est une, c’est même un livre. » Joakim Noah, après la victoire des Florida Gators (L’Equipe) « Seuls les politiques qui restent obstinément attachés aux vieilles formules devraient désirer que notre avenir politique soit le fruit d’intrigues et de complots d’arrière-cour. L’Ukraine doit désormais montrer que ces méthodes appartiennent bel et bien au passé. » Viktor Iouchtchenko, le président de l’Ukraine, à propos de la dissolution du Parlement ukrainien (The Financial Times) P.WOJAZER/REUTERS G. GARANICH/REUTERS
L. BESHARA/AFP www.directsoir.net SYRIE/Visite controversée de Nancy Pelosi La présidente de la Chambre des représentants américains est arrivée hier à Damas pour rencontrer le président syrien, Bachar al-Assad. Une visite critiquée par George W. Bush. h Après Jérusalem et Beyrouth, la présidente de la Chambre des représentants américains, Nancy Pelosi, est arrivée hier à Damas. Elle a rencontré aujourd’hui le président syrien, Bachar al-Assad. Il y a plusieurs années qu’aucun responsable politique américain ne s’était rendu en Syrie. La visite de Nancy Pelosi a suscité les critiques de la Maison Blanche. Le président George W. Bush a estimé hier qu’aller en Syrie « envoyait des messages contradictoires dans la région ». Selon lui, ce type de visite « fait croire aux responsables gouvernementaux syriens qu’ils font partie de la communauté internationale, alors qu’en fait, leur Etat soutient le terrorisme ». L’administration américaine boycotte Damas depuis l’assassinat de l’ancien Premier ministre libanais, Rafic Hariri, le 14 février 2005. Nancy Pelosi, accueillie mardi à Damas par le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid Moallem. UKRAINE/Le pays s’enfonce dans la crise h En prononçant la dissolution du parlement ukrainien lundi, le président Viktor Iouchtchenko va tenter de résoudre la crise politique que traverse le pays. Des élections législatives anticipées sont prévues pour le 27 mai. Selon Suzanne Nies, directeur de recherche à l’Institut des relations internationales et stratégiques, cette échéance sera « décisive ». Au plus bas dans les sondages, Viktor Iouchtchenko n’est « pas donné capable de gérer le pays par nombre d’observateurs ». Le scrutin paraît ainsi très incertain. Madame Nies estime cependant qu’il faudra probablement attendre l’élection présidentielle de 2009 pour espérer sortir de la crise. A court terme, plusieurs scénarios sont possibles. La coalition pro-russe pourrait faire annuler la dissolution. C’est dans cette perspective qu’elle a saisi hier la Cour constitutionnelle. La destitution du Président représente une alternative peu probable. Il lui serait presque impossible de mener Manifestation pro-russe. S.SUPINSKY/AFP l’action à son terme. Le dénouement le plus inquiétant serait la confrontation armée entre les deux camps, voire la scission du pays entre l’Est russophone et l’Ouest nationaliste et pro-occidental. En difficulté depuis plusieurs mois, Viktor Iouchtchenko tente d’assurer la pérennité de la « Révolution orange » qui a eu lieu de novembre et décembre 2004, et qui l’a mené au pouvoir. Il a connu depuis une série de crises qui ont érodé sa marge de manœuvre. Le 8 septembre 2005, suite à des accusations de corruption, il limoge le gouvernement de Ioulia Timochenko, qui appartient également au camp pro-occidental. Des tensions apparaissent alors au sein de la coalition. Six mois plus tard, M. Iouchtchenko subit une lourde défaite aux élections législatives. Au bout de quatre mois, le Président se résout à nommer comme Premier ministre, le pro-russe Viktor Ianoukovitch. Madame Timochenko prend alors la tête de l’opposition parlementaire. Le chef du gouvernement mène une politique de rupture avec celle des pro-occidentaux. Il annonce dès les premières semaines de son mandat une « pause » dans le processus d’intégration de l’Ukraine à l’Otan. Les partisans du camp pro-russe devaient manifester ce matin sur la place centrale de Kiev contre le président Iouchtchenko. Les organisateurs attendaient de 30 à 40 000 personnes. MONDE ACTU Une enquête de l’ONU a révélé que des hauts responsables syriens avaient été impliqués dans cet assassinat. Nancy Pelosi a maintenu sa visite malgré les pressions, considérant qu’il est « important d’engager le dialogue » avec la Syrie. « Le but de cette rencontre fait partie de notre responsabilité sur la sécurité nationale des Etats-Unis » a-t-elle déclaré depuis Beyrouth, où elle s’est entretenue lundi avec plusieurs responsables libanais. Madame Pelosi devait rester sur la ligne édictée par l’administration Bush, en demandant à Bachar al-Assad de mettre fin au soutien que Damas apporterait au « terrorisme ». En d’autres termes, le Hamas palestinien, le Hezbollah libanais et les combattants anti-américains en Irak. Côté syrien, cette visite est interprétée comme un « rééquilibrage » de la politique américaine dans la région. « Les parlementaires américains, aussi bien démocrates que républicains, sont conscients que la politique américaine dans la région (…) est un fiasco qu’ils doivent réparer » a commenté lundi,Techrine, le quotidien gouvernemental. SÉNÉGAL/Investiture présidentielle h Abdoulaye Wade a été investi hier à la présidence de la République du Sénégal. Il avait été élu au premier tour des élections présidentielles le 25 février dernier. Une vingtaine de chefs d’Etat africains et près de 60 000 Sénégalais étaient présents dans les travées du stade Léopold-Sédar-Senghor, à Dakar, pour assister à la cérémonie. Un choix symbolique puisque c’est ici qu’évoluent habituellement les « Lions de la Teranga », l’équipe nationale de football du Sénégal. Suite à sa première élection à la fonction présidentielle, en 2000, Abdoulaye Wade avait décidé de revenir sur la tradition qui consistait à organiser les cérémonies d’investiture au sein de l’Assemblée nationale. Il souhaitait ainsi marquer le virage démocratique qu’il incarnait. Au lendemain de sa réinvestiture, Abdoulaye Wade préside aujourd’hui le défilé organisé à l’occasion du 47 e anniversaire de l’indépendance du Sénégal. Le président sénégalais, Abdoulaye Wade. F.O’REILLY/REUTERS J. GALEANO/AP EN BREF ESPAGNE-CUBA/NORMALISATION DIPLOMATIQUE Miguel Angel Moratinos, chef de la diplomatie espagnole, a effectué hier la première visite d’un ministre des Affaires étrangères espagnol à Cuba depuis près de dix ans. Il s’est entretenu avec le président cubain par intérim, Raúl Castro, lui remettant une lettre souhaitant « un prompt rétablissement » à son demi-frère Fidel. L’Espagne et Cuba ont signé à cette occasion un accord prévoyant un « mécanisme » de consultations politiques incluant un « dialogue sur les droits de l’Homme ». L’Espagne souhaite que l’Europe renoue des relations diplomatiques avec Cuba, estimant que la démocratie pourra progresser par le dialogue. RUSSIE/LE DÉMANTELÈMENT DE IOUKOS CONTINUE Le groupe pétrolier italien Eni a racheté ce matin un lot d’actifs détenus par la société pétrolière russe Ioukos. Celui-ci comprend 20% de la société pétrolière Gazprom Neft. Eni a déboursé pour cela 4,36 milliards d’euros. Le groupe Ioukos a été démantelé suite à sa mise en faillite, et son ancien dirigeant, Mikhaïl Khodorovski, est toujours emprisonné en Sibérie. CHINE/LES FAST-FOODS EN ACCUSATION Une enquête officielle des autorités chinoises a confirmé que trois chaînes de fast-food réputées (McDonald’s, Kentucky Fried Chicken et Pizza Hut) enfreignaient la loi en versant des salaires trop bas à leurs employés. Sont concernés des salariés à temps partiel travaillant dans des restaurants de Canton, capitale de la province du Guangdong, dans le sud de la Chine. Ils étaient payés entre 4 et 5 yuans de l’heure (environ 52 cents américains), alors que le salaire minimum est de 7,5 yuans. ÎLES SALOMON/URGENCE POST TSUNAMI Alors que le dernier bilan dutsunami qui a touché les îles Salomon dimanche s’élève à 30 morts, les secours commencent seulement à arriver. Les besoins en eau potable, médicaments et abris ne sont pas comblés et les risques d’épidémie sont réels. Trois tonnes de matériel de secours et de nourriture ont été expédiées depuis la Nouvelle-Calédonie. On dénombre près de 5 400 sans-abri. Les sinistrés se sont installés sur les collines, dans la crainte d’un nouveau raz-de-marée. Ce matin, deux secousses sismiques de magnitude 6 ont touché les îles, sans faire de dégâts. MATTIS MEICHLER,FRANÇOIS DENAT Directsoir t Mercredi 4 avril 2007 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :