Direct Soir n°137 3 avr 2007
Direct Soir n°137 3 avr 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°137 de 3 avr 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : Rania de Jordanie son combat pour l'enfance

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Directsoir t Mardi 3 avril 2007 6 ACTU EN COUVERTURE RANIA DE JORDANIE/Une femme d’exception En visite aujourd’hui au siège de l’Unesco, à Paris, la reine Rania de Jordanie réaffirme son engagement humanitaire en signant un accord de coopération avec l’institution internationale. La reine Rania de Jordanie rencontre aujourd’hui à Paris les ambassadeurs de bonne volonté de l’Organisation des Nations unies pour l’Education, la Science et la Culture. Elle signera un accord de coopération entre la Jordan River Foundation et l’institution internationale. Cette organisation non gouvernementale, qu’elle a fondée en 1995, vise à encourager les projets de développement en matière sociale, économique et culturelle dans son pays. Cet accord de coopération avec l’Unesco a pour objectif de mettre en place des projets communs en matière de protection de l’enfance, de lutte contre l’analphabétisme, de formation des enseignants et de protection du droit des enfants. Cette action en faveur des enfants est un engagement de très longue date, elle s’en est expliquée récemment lors d’un entretien au Jordan Times : « S’il y a une chose que m’a appris le fait d’être mère, c’est que je ne suis pas simplement une mère pour mes propres enfants mais envers chaque enfant que je rencontre. Ils partagent tous la même innocence et la même vulnérabilité, tous sont précieux et portent en eux la promesse d’un énorme potentiel. » Elle a reçu en janvier 2007 la distinction d’Eminent défenseur des enfants par l’Unicef, et participera à ce titre à une plus grande sensibilisation A. MAHER/CORBIS SYGMA VÉRONIQUE FORGE Une destinée royale Son enfance orientale Rania de Jordanie est née le 31 août 1970 de parents palestiniens. Issue d’un milieu aisé (son père est médecin), elle reçoit une éducation occidentale, tout d’abord à l’école anglaise, au Koweït puis à l’université américaine du Caire. En 1991, elle se réfugie avec ses parents à Amman (Jordanie) après l’invasion du Koweït par l’Irak. Elle commence à travailler pour la Citibank puis devient chargée d’affaires pour la marque Apple. BALKIS PRESS/ABACA L’engagement de Rania de Jordanie en faveur des enfants s’inscrit dans le temps. aux problèmes de l’enfance et à la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement.Femme engagée, elle l’est aussi en faveur de la cause des femmes et n’a pas peur de déplaire aux franges les plus orthodoxes de l’islam. Au Corriere Della Serra, elle a déclaré « qu’imposer un voile à une femme est contraire aux principes de l’islam », le port du voile doit demeurer « un libre choix personnel ».Au sein de la Jordan Foundation River, elle promeut l’entreprenariat des femmes jordaniennes afin de A. MAHER/CORBIS SYGMA leur permettre d’acquérir une indépendance économique. Mais au-delà de son action humanitaire, Rania de Jordanie n’hésite pas à s’exprimer sur des sujets plus politiques, comme le dialogue entre les cultures. Dans une interview au Figaro en octobre dernier, elle avait condamné les actions terroristes de tous bords et s’était montrée inquiète concernant la fracture entre l’Occident et le monde arabe. Devenir un pont entre les cultures est l’une des ambitions de cette femme d’exception. Mariage princier Rania rencontre le prince Abdullah de Jordanie lors d’un dîner, en 1993. C’est un véritable coup de foudre et cinq mois plus tard, ils se marient, le 10 juin 1993. Rania devient reine de Jordanie le 7 février 1999, à 29 ans. Le couple a quatre enfants : le prince Hussein, né le 28 juin 1994, la princesse Iman, née le 27 septembre 1996, la princesse Salma, née le 26 septembre 2000 et le prince Hashem, né le 30 janvier 2005. J. GRAYLOCK/ASSOCIATED PRESS Pour retrouver toutes les actions menées par la reine de Jordanie, il suffit de vous connecter sur son site : www.queenrania.jo L’icône du monde arabe Présidente de nombreuses associations dont la Jordan Foundation et l’institution pour l’ostéoporose, Rania de Jordanie est aussi devenue en quelques années une véritable icône, tant elle allie grâce et beauté. Très souvent à la une des magazines people, certains de ses admirateurs l’ont même baptisée « la nouvelle princesse Diana ». Rania a su imposer son propre style, mélange de tradition et de modernité et gagner le cœur de ses sujets jordaniens : « On ne devient reine que si l’on contribue au développement et au bien-être de la société. »
www.directsoir.net La première exposition sur le développement durable a été un succès. La suite était-elle attendue ? Oui, et il y en aura au moins deux autres encore. Le principe est déjà repris ailleurs, dans les écoles belges, anglaises et coréennes. La première exposition, née de La Terre vue du ciel répondait à la question : « Pourquoi le développement durable ? » Cette fois, il s’agit de sensibiliser les enfants à la biodiversité. C’est encore un terme neuf, méconnu. Comptez-vous sur les enfants pour passer le message ? Les enfants ne sont pas responsables de l’avenir qu’on leur prépare. S’ils passent le message à leurs parents, tant mieux, mais c’est à nous d’agir avant tout. Le monde a changé et dites-vous que chacune de vos actions a un effet sur six milliards d’autres individus. Quel regard portez-vous sur le pacte écologique de Nicolas Hulot ? Tout d’abord, j’aime beaucoup Nicolas et ce qu’il fait. Le pacte écologique est un message, une prise de conscience mais je ne suis pas convaincu par l’engagement de circonstance, la démagogie des politiques… Par ailleurs, on ne peut pas demander la révolution à nos politiques si l’on n’est pas capable de s’astreindre à ce que cela entraîne. En clair, je dis souvent qu’il y aurait plus de pistes cyclables s’il y avait plus de personnes qui se déplaçaient en vélo. Vous dites avoir la conviction de faire partie intégrante de la biodiversité, thème de cette deuxième exposition. Quand est né ce sentiment ? Dans les années soixante-dix, je suis parti avec mon épouse en Afrique. Nous avons suivi une famille de lions et réalisé des photos pendant trois ans. Je pense que c’est là-bas que je me suis senti faire partie de cette nature, d’un ensemble vivant. J’ai passé des journées à observer ce groupe de fauves, à me fondre dans le décor, à me faire accepter… Je me suis intégré à la biodiversité. FRANCE SEMAINE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE/EN BREF Comprendre la biodiversité Nicolas Sarkozy YannArthus-Bertrand vient de présenter le deuxième volet de l’opération « Le développement durable, pourquoi ? ». Une exposition qui servira de support pédagogique aux écoles de France. COLLECTE DES ORDURES/Mouvement de grève h Les poubelles vont-elles rester dans les rues en région parisienne ? Sept syndicats de SITA Ile de France, une filiale du groupe Suez employant 2000 personnes, ont entamé hier une grève illimitée. Un mouvement qui serait même très suivi : la direction parle de 80% parmi les éboueurs chargés de la collecte d’ordures des collectivités, et 34% dans la collecte d’ordures industrielles. Hier, les ordures de 200communes franciliennes ainsi que celles de trois arrondissements parisiens (10 e, 18 e et 19 e) dont s’occupe la SITA n’ont pas été collectées. Les syndicats réclament une augmentation rétroactive de 3% de leur salaire à partir du 1 er janvier, puis de 1% au 1 er juillet. « Cela fait plusieurs années que nos augmentations couvrent à peine le coût de la vie », rappelle Mario David, délégué FO de SITA. h Trois chercheurs français ont découvert la possibilité d’utiliser des enzymes pour convertir les groupes sanguins A, B et AB en groupe 0, c’est-à-dire en donneur universel. La découverte de Gerlind Sulzenbacher, Yves Bourne et Bernard Henrissat, chercheurs au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) de l’université Aix-Marseille, publiée dans la revue Nature Biotechnology d’avril, pourrait révolutionner la gestion du don du sang et les services d’urgences des hôpitaux. Depuis 1900 et les travaux de KarlLandsteiner, le système dit « ABO » est scrupuleusement respecté lors des transfusions sanguines. Les donneurs du groupe 0 sont dits « universels » car leur sang peut être injecté à n’importe quel patient (A, B, AB et O). Le problème pour les hôpitaux est d’avoir suffisamment de sang issu du groupe 0 pour répondre à la demande. Notamment dans les services des urgences, où le groupe sanguin du patient n’est pas toujours connu. On injecte donc au malade d’abord du sang O par mesure de précaution, pour éviter toute incompatibilité, puis du sang de son groupe une fois celui-ci analysé YannArthus-Bertrand, acteur pédagogique de la biodiversité. Sur la Toile Des fiches pédagogiques correspondant aux thématiques de l’exposition sont à la disposition des enseignants sur : www.education.gouv.fr et de YannArthus-Bertrand : www.ledeveloppementdurable.fr RECHERCHE/Vers la fin des groupes sanguins ? (A s’il est du groupe A, B s’il est du groupe B, A ou B s’il est du groupe AB). Ceci impose une gestion coûteuse des stocks pour les établissements hospitaliers et une forte mobilisation des donneurs appartenant au groupe 0. La découverte du CNRS est saluée par l’Etablissement français du sang (EFS), qui souligne cependant l’importance de « ne pas baisser la garde ». Selon Jean-Marc Ouazan, directeur de la communication de l’EFS, « il se peut que la découverte ne puisse s’appliquer que dans 4 ou 5 ans ». L’EFS, qui collecte 2,6 millions de poches de sang par an, devrait prochainement faire un nouvel appel au don. A212 EKA/REPORTER REA ACTU prône la TVA sociale Dans son nouveau livre Ensemble, paru hier, Nicolas Sarkozy s’est déclaré favorable à « l’expérimentation » d’une forme de TVA sociale qui résulterait du transfert d’une partie des cotisations sociales vers la TVA. Le candidat à la présidentielle estime « peu probable » que cette mesure pousse les prix à la hausse. La TVA sociale existe déjà au Danemark et en Allemagne. Les 7 piliers de Ségolène Royal « Avec vous le changement. Le vrai. L’ordre juste et le désir d’avenir. » C’est le slogan choisi par le parti socialiste pour une brochure de 24 pages distribuée hier dans les fédérations. Tiré à 13 millions d’exemplaires, cet outil de campagne décline « les 7 piliers du pacte présidentiel » : croissance, pouvoir d’achat, éducation, protection sociale, environnement, lutte contre les violences et force de la France. Le document ne mentionne ni la réduction du nucléaire dans la production d’énergie, ni la hausse du Smic à 1 500 euros. Batasuna appelle à manifester Le parti indépendantiste basque Batasuna a appelé à manifester aujourd’hui à Bayonne, lors de la visite de Jacques Chirac. Le président de la République vient rendre hommage aux forces spéciales basées dans la ville basque. Batasuna estime que ce régiment est lié « à tous les coups tordus de l’armée française ». Le Jardin des Plantes va reverdir Le plus riche herbier du monde, situé au Muséum d’histoire naturelle à Paris, va bénéficier dès 2008 d’un programme de modernisation et d’informatisation. Il devrait lui permettre de maîtriser l’important développement de ses collections qui comptent aujourd’hui 10 millions d’échantillons. COLOMBE PRINS,BENJAMIN FRANÇOIS,DAVID LEFORT,INÈS DE LA MOTTE SAINT PIERRE,XAVIER PLASSON Directsoir t Mardi 3 avril 2007 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :