Direct Soir n°132 27 mar 2007
Direct Soir n°132 27 mar 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°132 de 27 mar 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : Renaud retour à Bercy

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
Directsoir t Mardi 27 mars 2007 4 EXCLUSIVITÉ FLAVIA PRODI La politique du cœur Le président du Conseil italien Romano Prodi et sa femme Flavia témoignent de leur engagement en politique et de leur vie commune. Un livre qu’ils ont écrit à deux. Comment est né ce projet d’écrire un livre en couple ? C’est une idée de la maison d’édition San Paolo, qui m’a demandé d’expliquer mes positions sur divers sujets, comme l’éducation, la famille, l’économie, la religion. J’ai tout de suite voulu joindre mon mari au projet, car notre expérience de couple amène à des réflexions diverses et complémentaires sur ces notions. Nous avons donc décidé de nous partager les chapitres, chacun relisant ce que l’autre avait écrit. A votre niveau de responsabilité, peut-on écrire librement sur des questions personnelles ? Ce livre n’est pas une biographie. Nous avons voulu donner un témoignage personnel sur un demi-siècle d’histoire italienne et européenne, pour ne pas en donner que des principes généraux. Nous parlons de notre quotidien en famille, dans la société, également dans le monde politique, mais en gardant une certaine pudeur. On raconte aussi bien des anecdotes familiales que des conversations avec Hillary Clinton, Bernadette Chirac, Helmut Kohl ou Jean-Paul II. Quel rôle jouez-vous dans la réflexion et l’action politique de votre mari Romano ? Je ne fais pas de politique, mais je suis juste à côté, ce qui me permet de donner dans le livre un témoignage d’observateur privilégié. Et je suis surtout à côté de mon mari, j’essaie de lui apporter toute ma contribution possible, dans les domaines qui relèvent de mes compétences, notamment en sciences sociales. Nous continuons simplement à faire ce que nous avons fait toute notre vie : échanger nos idées et nos points de vue. Comment vivez-vous la notoriété publique de votre couple ? La visibilité de notre couple est inévitable même si en Italie, contrairement aux Etats- Unis, on ne confie pas de rôle particulier aux femmes des gouvernants. Je ne sais pas s’il existe un droit des électeurs à connaître la vie privée de ceux pour qui ils doivent voter. Mais je crois qu’il est plus important de connaître leurs programmes et de vérifier qu’ils les réalisent. C’est pourquoi, surtout les premières années, j’ai été très réticente à accepter des interviews sur les « us et coutumes » de la famille. Toutefois, avoir accepté d’écrire ce livre est le signe que finalement, je me comporte un peu différemment de ce que je m’étais initialement promis à moi-même. Notre vie est un peu particulière, et pourtant toute simple. Repères DR PROPOS RECUEILLIS PAR ARIANE D’HAUTEFORT A. CALANNI/AP S. ORTOLA/REA Vous évoquez, dans un long chapitre de votre livre, les racines chrétiennes de l’Europe. Remettent-elles en cause la notion de laïcité ? En Italie, ça ne pose pas de problème de faire référence à ces racines chrétiennes. Les principes de base du projet de Constitution européenne et les droits fondamentaux qui y sont inscrits s’inspirent directement de l’espérance chrétienne. Nous voulions les mentionner dans la Constitution. Mais en France, la laïcité est un sujet de tension dans les débats. Elle doit F. LENOIR/REUTERS au contraire être comprise comme un art de vivre le pluralisme envers les autres. Un Etat laïc ne peut être réduit à une culture uniforme, et doit reconnaître aux religions leur rôle d’interlocuteurs. Cinquante ans après la signature du traité de Rome, quelle est votre vision de l’Europe ? Je crois que l’Europe n’est pas une affaire qui concerne uniquement les banquiers. C’est surtout un modèle politique, qui ouvre à d’autres cultures, et aide à construire la paix. La politique du cœur, éd. Nouvelle Cité. Un livre à deux mains Le couple, la famille La politique Dans leur ouvrage La politique du cœur, Romano et Flavia Prodi se livrent àun témoignage personnel unique, en s’exprimant à tour de rôle sur l’histoire sociale, politique et culturelle de leur pays. PARCOURS Flavia et Romano se sont connus dans leur ville natale, Reggio Emilia. Elle devient spécialiste en sciences sociales, lui entre en politique après une longue période d’enseignement et de direction industrielle. Il fonde l’alliance de centre gauche, « l’Olivier ». Il est président du Conseil des ministres italien de mai 1996 à octobre 1998, puis président de la Commission européenne de 1999 à 2004. Depuis avril 2006, il est à nouveau président du Conseil, à la tête de la coalition de « l’Unione ». Pour préserver leur vie familiale, les Prodi ont fait le choix de rester vivre à Bologne depuis leur mariage en 1969, malgré la carrière vagabonde d’« ll Professore ». La porte est ouverte en permanence aux amis, enfants et petits-enfants. « J’ai suivi avec bien plus de tension Romano président du Conseil que Romano président de la Commission européenne », explique Favia Prodi.
2 Zéro abonnement.complication.. wffit ""'"'fQuip6. """"". 1 ZéroL.. TNT, ç'bt11 -Pour'- Pour. la TNT vou._.. JI 1 tnWUl'I0...\111 titOtpf:IOn.c'"'IDIIC.. 1 TNT ltl ou\IIW fOIUDcllt HW Y01,. O « 



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :