Direct Soir n°122 13 mar 2007
Direct Soir n°122 13 mar 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°122 de 13 mar 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,0 Mo

  • Dans ce numéro : Hugh Grant british séduction

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Directsoir t Mardi 13 mars 2007 6 ACTU EN COUVERTURE HUGH GRANT/Eternel romantique A l’affiche du film de Marc Lawrence, Le Come-Back, dès demain sur les écrans, Hugh Grant interprète, au côté de Drew Barrymore, le rôle d’une star de la pop déchue. Dans les années quatre-vingt, le chanteur Alex Fletcher, incarné par Hugh Grant, connaît les sommets de la célébrité. Aujourd’hui devenu « has been », il en est réduit à fréquenter les podiums des parcs de loisirs pour continuer à chanter. Mais une dernière chance s’offre à cette vedette tombée dans l’oubli : écrire et enregistrer une chanson du prochain album de Cora Corman, jeune diva. L’arrivée propice de Sophie Fischer (Drew Barrymore) ravit le musicien en mal d’inspiration. Le réalisateur américain Marc Lawrence réunit, dans Le Come-Back, tous les ingrédients de la comédie romantique. Un genre que Hugh Grant connaît bien et dans lequel il excelle. Car, contrairement à son personnage, le comédien est encore loin d’être passé aux oubliettes. Sorti depuis un mois aux Etats-Unis, ce long métrage, classé à la huitième place du boxoffice nord-américain ce week-end, a déjà engrangé près de 3,8 millions de dollars de recettes. La bande originale du film est aussi un succès, en tête des téléchargements de i-Tunes aux Etats-Unis. Avec ce film, l’acteur britannique fête sa vingtième année de carrière.A ses débuts, en 1987, il s’est illustré dans le film Maurice, de James Ivory, dans lequel il tenait le rôle d’un homosexuel dans l’Angleterre victorienne, qui lui a COLOMBEPRINS MGM/CORBIS S. CARDINALE/PEOPLE AVENUE/CORBIS valu le prix d’interprétation au Festival de Venise. Mais c’est surtout Quatre mariages et un enterrement, de Mike Newell, qui le lance en 1994 et lui permet de remporter un Golden Globe. Il y incarne le rôle de Charles, un jeune célibataire. Même si l’acteur britannique diversifie son répertoire (Raison et sentiments en 1996, Mesure d’urgence en 1997), c’est tout de même dans la peau d’un jeune homme romantique qu’il séduit davantage son public, a fortiori féminin : Coup de foudre à Notting Hill (1999), Love Les femmes de Hugh Grant Les actrices L’acteur britannique a toujours su bien s’entourer, dans la plupart de ses films, donnant ainsi la réplique à de nombreuses femmes comme : Kristin Scott Thomas et Andie McDowell dans Quatre mariages et un enterrement, Julia Roberts dans Coup de foudre à Notting Hill, Renée Zellweger dans Le journal de Bridget Jones, Sandra Bullock dans L’amour sans préavis, et Tracey Ullman dans Escrocs mais pas trop. M. CRABTREE/ABACA Liz Hurley Actually (2003), Le journal de Bridget Jones 1 et 2 (2001 et 2004), Pour un garçon (2002). Le bel Anglais, qui véhicule une image de « gentleman so british », a vu sa réputation entachée par un écart de comportement en 1995. L’acteur, alors compagnon d’Elizabeth Hurley, avait été arrêté par la police en compagnie d’une prostituée. Mais le top model l’ayant pardonné, le public a semble-t-il lui aussi passé l’éponge. Hugh Grant demeure l’une des figures les plus populaires du cinéma international. Pendant treize ans, Hugh Grant et Elizabeth Hurley ont entretenu une relation amoureuse tumultueuse, qui a fini par se terminer en 2000. L’actrice et mannequin britannique s’est d’ailleurs mariée avec l’homme d’affaires indien Arun Nayar, vendredi 2 mars, dans un château de l’ouest de l’Angleterre, entourée d’invités prestigieux comme Elton John, Donatella Versace ou David Beckham. Son ex-compagnon n’a pas été convié, comme l’avait indiqué l’agent de l’acteur. M. STEWART/CAMERAPRESS/GAMMA Jemima Khan Clin d’œil Un Anglais qui aime la France L’acteur britannique aime la France et sa capitale. « N’importe où en France je suis charmé », a-til expliqué dans un entretien au quotidien 20 minutes. Et il paraîtrait même qu’il parlerait français. Jemima Khan, l’ex-femme du joueur de criquet pakistanais, était la compagne de Hugh Grant depuis trois ans, succédant ainsi à Liz Hurley. Mais à la fin du mois de février, ils ont « décidé de se séparer amicalement », selon une information du porte-parole de l’acteur, publiée sur le site Internet du magazine People. Le couple était pourtant apparu ensemble lors de la première du film Le Come-Back,à Londres et à Los Angeles.
www.directsoir.net POLITIQUE/Jacques Chirac se met au vert Dans son allocution télévisée de dimanche, le chef de l’Etat a confirmé ce que tout le monde pressentait. La fin de son mandat marquera la fin de sa carrière politique. Si la question de la reconversion est épineuse pour tous ceux qui ont occupé la fonction suprême, elle le sera sans doute un peu plus pour Jacques Chirac, qui exerce des mandats électifs depuis 1965. Pour de nombreux observateurs, l’hypothèse la plus probable destinerait le président Chirac à endosser un rôle de défenseur de la planète. Pour Nicolas Hulot, incarnation médiatique du combat pour l’écologie et source d’inspiration des grands discours « verts » du chef de l’Etat, il en aurait « la stature, la conviction, et la connaissance ». Il est vrai que son exhortation, en 2002, à la tribune onusienne du sommet sur le développement durable, à Johannesburg, à « ouvrir les yeux » sur une « nature mutilée, surexploitée », avait marqué les esprits. Même si certains n’avaient pas manqué de rappeler que l’une de ses premières décisions après sa prise de fonction à l’Elysée, en 1995, avait été la reprise des essais nucléaires dans le Pacifique. Depuis 2005, Jacques Chirac a plusieurs fois appelé de ses vœux la création d’une « organisation des Nations unies pour l’environnement », qui fonctionnerait sur l’exemple de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Et le fait qu’il ait inclus, dans les cinq messages adressés à la JUSTICE/Les historiens soutiennent Badinter h D’un côté, l’ex-professeur d’université Robert Faurisson, 77 ans, qui a proclamé que le génocide des juifs durant la Seconde Guerre mondiale est « un mensonge historique », et a transformé les chambres à gaz en de simples « douches ». De l’autre, l’ancien ministre de la Justice Robert Badinter, accusé par Faurisson de diffamation. Il avait qualifié l’historien de « faussaire de l’Histoire » en novembre, dans une émission diffusée sur Arte. Devant le tribunal de grande instance (TGI) de Paris, Robert Faurisson réclame 15 000 euros de dommages et intérêts. Pour sa défense, l’ancien garde des Sceaux a bénéficié de témoignages d’historiens de renom, comme Nadine Fresco du CNRS et Annette Wieviorka. Une situation inhabituelle pour un tribunal plus habitué à examiner des plaintes allant à l’encontre d’historiens accusés de révisionnisme. France lors de sa dernière intervention télévisuelle, une mise en garde face à « la révolution écologique qui s’engage (…), défi majeur du XXI e siècle », témoigne d’une préoccupation sincère pour cette cause. Au moment de faire son choix, le futur ex- Président pourra méditer les exemples de quelques-uns de ses glorieux prédecesseurs. Aux Etats-Unis, le président Bill Clinton s’est investi dans plusieurs causes humanitaires, comme la lutte contre la pauvreté, le changement climatique ou le sida (avec la création de la Fondation Clinton). Jimmy Carter a, lui, été récompensé par le prix Nobel de la Paix, en 2002, pour son action à la tête du Centre Carter, qui œuvre à la résolution des conflits et à l’aide au développement. À savoir Après son départ de l’Elysée, Jacques Chirac passera de n°1 à n°6 dans l’ordre de préséance des personnages de l’Etat. Les anciens présidents, « dans l’ordre de préséance déterminé par l’ancienneté de leurs prises de fonctions », passent avant les membres du gouvernement, à l’exception du Premier ministre, n°2 de l’Etat. DR ÉNERGIE/Un clic pour la planète h La première Journée nationale de chasse au gaspillage énergétique sur les campus universitaires se déroule aujourd’hui. Cinquante associations étudiantes se font le relais du mouvement Solar Generation de Greenpeace, qui organise l’opération « Just a clic ». Le but est simple : pendant 24 heures, sur une dizaine de campus, il faut faire la chasse au gaspillage énergétique. « On pourra considérer l’opération comme un succès à partir de 15% d’économie », estime Clémentine Thierry, chargée de projet pour Solar Les étudiants se mobilisent. FRANCE Quelle reconversion pour Jacques Chirac ? Generation. « On peut y parvenir. Il y a un an, une journée-test a été menée dans une école d’ingénieurs, à Marseille. Résultat : 18% d’économie. » Coté dispositif, pas question de relâcher la vigilance pendant la nuit. « Les étudiants assisteront les gardiens dans leur ronde nocturne, pour éliminer les sources de gaspillage : une fenêtre ouverte, une lumière allumée, un ordinateur resté en veille… Pour mesurer le résultat, la consommation d’énergie a été relevée en amont, pendant plusieurs semaines. Une consommation de référence a donc été établie, elle sera comparée aux mesures réalisées durant cette journée. Enfin, dans quelques jours, les candidats à l’élection présidentielle, devraient recevoir un bilan. « Nous voulons montrer que l’on peut prendre les choses en main, mais c’est aussi l’occasion de demander l’aide des politiques », explique Clémentine Thierry. Et de réclamer un « passage à la vitesse supérieure en terme de réduction de consommation d’énergie ». Renseignement : www.solargeneration.org P.KOVARIK/AFP ACTU EN BREF L’économie au crible des Nobel v La France doit retrouver le goût du travail : c’est l’analyse faite par cinq prix Nobel d’économie dans le journal Les Echos. Selon Edmund Phelps (Nobel 2006), les Français sont « les moins motivés au travail » parmi les habitants des pays les plus industrialisés. Une analyse nuancée par Robert Solow (Nobel 1987) qui constate la productivité élevée du travail. Pour ces économistes, les 35h ont été un échec. Leur solution : rendre le marché du travail plus flexible. 460 signatures pour José Bové v « Nous sommes à 460 signatures recueillies hier soir », a annoncé ce matin le candidat altermondialiste José Bové sur France 2. Le prétendant à la course à l’Elysée a de nouveau dénoncé le « blocage des partis institutionnels » et notamment du PS, précisant que s’il ne pouvait pas se présenter « à cause du Parti socialiste », ce dernier « paierait très cher les consignes données à leurs élus sur le terrain ». Borloo livre son programme v Le ministre de la Cohésion sociale, Jean-Louis Borloo, publie aujourd’hui un livre-programme dans lequel il présente ses objectifs et méthodes de gouvernement, organisés autour de quatre thèmes : emploi, formation, équité et logement. Il a envoyé à Nicolas Sarkozy, auquel il n’a toujours pas annoncé officiellement son soutien, un exemplaire de ce livre, qu’il considère comme la « feuille de route » du futur président. Ségolène Royal défend l’identité nationale v La candidate du PS Ségolène Royal s’est engagée à défendre « l’identité nationale » contre le défi de la mondialisation devant un parterre d’intellectuels et d’artistes réunis au gymnase Japy (Paris 11 e). Etaient présents notamment les acteurs Jeanne Moreau, Emmanuelle Béart et Charles Berling, l’historien Jean-Pierre Azéma et Pierre Bergé, le président de la fondation Yves Saint Laurent. ANTONIN MOSER,DAVID LEFORT,COLOMBE PRINS,ALEXANDRE GIRAUD,XAVIER PLASSON Directsoir t Mardi 13 mars 2007 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :