Direct Soir n°120 9 mar 2007
Direct Soir n°120 9 mar 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°120 de 9 mar 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : Demain soir les victoires de la musique

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Directsoir t Vendredi 9 mars 2007 8 ACTU FRANCE EN BREF Dominique Fernandez à l’Académie v C’est par 21 voix sur 31, que l’écrivain, âgé de 77 ans, a été élu dans la très convoitée institution. Auteur d’une soixantaine de romans, ce normalien et agrégé d’italien publie son premier ouvrage L’Ecorce des pierres en 1959 et reçoit les prix Médicis en 1974 et Goncourt en 1982. Il occupera désormais le fauteuil du professeur Jean Bernard, disparu le 17 avril dernier. TGV Est : Mêmes tarifs pour tout le monde v Que vous réserviez via la SNCF ou via son équivalent allemand, la Deutsche Bahn, un aller Paris-Francfort vous coûtera 99 euros en seconde classe et 171 euros en première. Actuellement, en seconde classe, un aller Paris-Francfort est facturé 86,80 euros pour un trajet de 6h15 contre 3h50 en TGV. Les voyageurs à destination de l’Allemagne pourront réserver leurs billets à partir du 10 avril pour une mise en service des trains le 10 juin. Nicolas Miguet devant la justice v En garde à vue depuis mardi, le président du Rassemblement des contribuables français (RCF) a été mis en examen hier pour suspicion de détournement de parrainages. Le candidat à l’élection présidentielle risque sept ans de prison et 100 000 euros d’amende. A Littell bit french v L'écrivain Jonathan Littell, lauréat du dernier prix Goncourt avec Les Bienveillantes, a été naturalisé français aux termes d'un décret paru hier au Journal officiel. Né en octobre 1967 à New York, il a grandi en France, passé son bac au lycée Fénelon à Paris, et s'est forgé une solide culture littéraire avant de fréquenter les universités américaines. X. MOUTHON SOCIÉTÉ/Tendance slam C’estdit « Je suis fait pour être champion. (...) Mais je ne veux pas être un simple champion. Je vais être un grand champion. » Brahim Asloum, boxeur, ce matin dans L’équipe « Il y a le feu au lac, je n’hésite pas à le dire. La montée en puissance de Bayrou dans les sondages (j’inclus leur dimension manipulatoire dans mon analyse) menace bel et bien de jeter tout le paysage politique cul par-dessus tête et il est bien temps de réagir. » Jean-Luc Mélenchon, sénateur de l’Essonne, sur son blog www.jean-luc-melanchon.fr CAROLE TOLILA,ALEXANDRE GIRAUD,RENAUD CHARLES,DAVID LEFORT, SÉBASTIEN DUPORT, Tournée des scènes françaises où la poésie se déclame Natacha s’approche du micro, c’est la première à « slamer » ce soir sur la scène de la Guinguette Pirate, navire amarré dans le 13 e arrondissement de Paris. Sa démarche est sûre, elle est habituée. « Je ne sais pas encore ce que je vais te raconter. » Elle tutoie le public, ces quarante personnes venues voir, entendre, dire de la poésie. Natacha se lance. Elle joue avec les mots, les rimes, elle manipule le français. Un texte, trois minutes, pas de musique, pas de costume : les règles du slam sont simples. Natacha termine son poème et, comme à tous les courageux qui affrontent le public, un verre lui est offert. C’est Tsunami qui anime la soirée. L’homme de 46 ans a découvert le slam en 1999 mais il connaît son histoire par cœur. « Le slam est né à Chicago en 1984. C’est le nom donné à un concours de poésie organisé par le poète Mark Smith dans un club de jazz. » Et la recette a pris. Les scènes se sont multipliées aux Etats-Unis avant de débarquer en Europe dans les années 90. Aujourd’hui, Tsunami vit de son art. Il espère que le slam, porté par la vague médiatique, conservera sa « philosophie d’écoute et de partage ». L’animateur appelle le poète suivant. Une quarantaine d’années, la voix rauque, il raconte les Trois petits cochons. L’histoire est revisitée, l’humour est grinçant. Sourires dans le public.Tous les styles ont leur place dans la « slam session ». Olivia est appelée. Elle se lance dans une interprétation en suédois. Elle se dandine sous les projecteurs, articulant des mots incompréhensibles pour la majorité du public. Ovation. C’est au tour de SheinB, qui fait partie du collectif Slam ô Féminin. Elle évoque ses souffrances. La jeune femme de 28 ans « slame » depuis bientôt sept ans. Elle a commencé à écrire à 16 ans, sur son lit d’hôpital. Une tumeur au cerveau et elle devint aveugle de l’œil gauche. « SheinB, c’est le diminutif de chienne de vie, explique-t-elle. L’écriture et l’interprétation me libèrent de la rage que j’ai accumulée. » La soirée continue. Elo prévient immédiatement : « C’est la première fois que je slame ». Le public l’encourage, l’applaudit. Elle lit son poème écrit sur un morceau de papier. Elle tremble, hésite, accroche des mots. Aucun problème, la « poésie a gagné » comme aime à préciser Tsunami. ANNIVERSAIRE/Les Parcs naturels régionaux ont quarante ans h Les Parcs naturels régionaux fêtent leurs quarante ans cette année. Le coup d’envoi des manifestations qui marqueront cet anniversaire, a été donné mercredi au travers d’une exposition-photo itinérante, intitulée Une autre vie s’invente ici. Avec le dernier-né, en janvier, dans le massif des Alpilles, la France compte quarante-cinq parcs naturels régionaux. L’ensemble couvre 13% du territoire. Un territoire habité, car il ne s’agit pas de mettre la nature sous cloche, au sein des PNR, agriculteurs, vaches et marmottes cohabitent. Chacun à sa place bien sûr, on ne craint pas le confinement. Quarante et un habitants en moyenne au kilomètre carré et à peu de chose près, autant de surfaces agricoles que de forêts (40% chacun) sur la totalité des PNR. C’était la base du projet né il y a quarante ans : de la chlorophylle, des vielles pierres et des savoirfaire locaux. Le principe fonctionne toujours, la recette séduit, et les parcs sont aujourd’hui l’écrin du « tourisme vert ». Ce sont des lieux vivants, authentiques, riches en sites classés, ou encore inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco, comme la réserve de Scandola en Le chanteur de slam Carel. L’info en plus Pour la Semaine de la langue française qui débute demain, la Caravane des dix mots propose des ateliers de slam dans les MJC, foyers d’accueil, maisons de retraite, centre sociaux… www.semainelf.culture.fr Corse et les bords de la Loire. Outre les missions de protection, de gestion du patrimoine, de développement économique, les PNR sont aussi des lieux d’accueil et d’éducation, les premiers écomusées sont nés au sein des PNR. Aujourd’hui ce ont aussi des laboratoires à ciel ouvert pour la recherche. Le second rendez-vous de cette année anniversaire, sera La Nuit de la chouette, le 31 mars, puis l’ensemble des Parcs participeront à la première Fête de la nature les 19 et 20 mai prochain. Réserve de Scandola, en Corse. D. JOUBERT/CIT EN SCENE SMEONE/PHOTONONSTOP
A. MITA/AFP M. LIMA/AFP www.directsoir.net ÉTATS-UNIS/L’importante tournée de George W. Bush en Amérique latine Le Président a quitté Washington hier pour se rendre au Brésil, première étape d’une tournée visant à renforcer les relations économiques avec le continent sud-américain. h C’est un moment très dangereux, les intérêts à long terme des Etats-Unis pourraient être profondément menacés. » Kenneth Rogoff, ancien chef économiste au Fonds monétaire international (FMI), souligne l’importance de la tournée en Amérique latine entamée hier par George W. Bush. Au Brésil jusqu’à ce soir, puis demain en Uruguay, avant de rejoindre la Colombie puis le Guatemala lundi et enfin le Mexique mardi, l’hôte de la Maison Blanche aura fort à faire. Celui-ci doit resserrer les liens actuellement distendus entre les Etats-Unis et le continent sudaméricain, depuis l’émergence d’une nouvelle gauche castriste-bolivariste, incarnée par le Bolivien Evo Morales ou le Vénézuélien Hugo Chávez. Ce dernier, bête noire des Etats-Unis, organise aujourd’hui et demain des rassemblements d’opposition en Argentine et en Bolivie. Ordre du jour de George W. Bush : CHYPRE/La chute du mur de Nicosie h « Maintenant, nous verrons si les troupes de la Turquie se retirent. » Le mur qui divise Chypre depuis 33 ans a commencé à être abattu hier dans la capitale, Nicosie. Il s’agit d’une double surprise : d’abord parce que la démolition n’avait pas été annoncée préalablement, ensuite parce qu’en avril 2004, ce sont les Chypriotes grecs qui avaient refusé l’initiative de l’ONU pour réunifier cet Etat membre de l’Union européenne. Pendant les travaux, la nuit dernière, une petite foule s’est rassemblée pour acclamer et applaudir. « C’est un premier pas positif, en signe de bonne volonté de notre part », a expliqué le porte-parole du gouvernement, Christodoulos Pasiardis. Reste que sans retrait des troupes turques, la rue Ledra, l’avenue qui symbolise la division de l’île, ne pourra être ouverte à nouveau. Les Casques bleus devront vérifier la Laura et George W. Bush lors de leur arrivée au Brésil, hier. Rue Ledra, à Nicosie, hier. présence de mines sur le point de passage. Le Premier ministre de la partie turque, Ferdi Sabit Soyer, a lui aussi parlé d’un « développement positif », et promis que son administration entamerait dans les plus brefs délais les opérations techniques nécessaires à la réouverture du passage. A l’heure actuelle, il existe déjà cinq points de passage, mais aucun dans la capitale. En 1974, les Chypriotes grecs avaient tenté un coup d’Etat pour permettre le rattachement du territoire à la Grèce. L’armée turque avait répondu en envahissant le nord de l’île. Les deux parties sont séparées par une « ligne verte » gardée par les Casques bleus. La communauté internationale n’a jamais reconnu la partie turque de l’île, toujours occupée par 40 000 soldats d’Ankara. En décembre dernier, les Turcs avaient procédé à la démolition d’une passerelle controversée, qu’ils avaient érigée en 2005. A l’époque du démantèlement, les autorités du Nord avaient déjà appelé à un geste de celles du Sud, qui arrive finalement. Au bout de 33 ans, une réunification de Chypre pourrait permettre à Bruxelles de reconsidérer certaines de ses réticences à l’entrée de la Turquie dans l’Union européenne. AFP PHOTO/MAP MONDE ACTU relations économiques et commerciales, lutte contre la drogue et la question de « la pauvreté et l’espoir de vie meilleure ». Les bons rapports qu’entretient le locataire de la Maison Blanche avec le président brésilien Lula expliquent le choix du Brésil comme première étape. Populaire et influent sur son continent, l’ancien syndicaliste apparaît comme le meilleur rempart contre la gauche anti-américaine menée par Hugo Chávez, héritier autoproclamé de Fidel Castro. George W. Bush déplore que « les Etats-Unis ne sont pas assez reconnus pour leur générosité envers le souscontinent latino-américain en proie à des problèmes de pauvreté ». Le président des Etats-Unis avait promis à son accession au pouvoir de faire de l’Amérique latine une priorité. Le 11-Septembre l’a entraîné dans une autre direction, les guerres en Afghanistan et en Irak l’ayant détourné des enjeux de la partie sud de son continent. Malgré une aide doublée depuis 2000, portée à 1,6 milliard de dollars par an, les démocrates lui reprochent d’avoir « perdu l’Amérique latine ». MAROC/Le cerveau des attentats de Madrid arrêté h A Casablanca, les Services de sécurité marocains ont arrêté le cerveau présumé des attentats de Madrid et Casablanca. Saad Houssaini, alias « Mustapha » ou « Nabil », recherché depuis 2002, appartient au Groupe islamique combattant marocain. Ce chimiste est considéré comme un des acteurs clés dans les attaques qui avaient ensanglanté la capitale espagnole le 11 mars 2004, en faisant 191 morts et plus de 1 500 blessés. Le procès de ces attentats se tient en ce moment à Madrid, 29 inculpés dont 15 Marocains seraient impliqués. Avant l’Europe, Saad Houssaini aurait planifié la série d’attaques simultanées qui avait semé la terreur à Casablanca, le 16 mai 2003. L’opération, qui visait un hôtel international, le cimetière juif de l’ancienne médina, un restaurant italien tenu par un juif marocain, le cercle de l’Alliance israélite et la Casa Espana avait coûté la vie à 45 personnes, dont trois Français. EN BREF IRLANDE DU NORD/GOUVERNER ENSEMBLE Ian Paisley. Les élections en Irlande du Nord qui se sont tenues hier doivent sans surprise amener au pouvoir les principaux mouvements catholiques et protestants de l’île, DUP (Parti unioniste démocrate) et SinnFéin. Le scrutin représente le dernier espoir de relancer les institutions créées par les accords du « Vendredi Saint », en 1998. Jusqu’à ce jour, toutes les tentatives de donner une dimension institutionnelle à cette paix, dans l’ensemble respectée, avaient échoué. « J’ai la conviction que dans peu de temps, nous aurons un gouvernement dans ce pays qui sera engagé, enchaîné et lié à la démocratie », a déclaré à la presse Ian Paisley, leader protestant du DUP, qui devrait assurer la direction du gouvernement. Londres avait menacé de réimposer définitivement sa tutelle sur la province si les deux parties ne parvenaient pas à un accord d’ici le 26 mars. Analyses et réactions avec Alexandre Adler, sur Direct8, samedi à 17h. TÉHÉRAN/L’AIEA RENFORCE SES SANCTIONS Les délégués de 35 pays membres de l’Agence internationale de l’énergie atomique ont décidé hier à Vienne de suspendre 22 programmes d’assistance technique à la République islamique. Ces sanctions interviennent après le refus de Téhéran de suspendre son programme d’enrichissement de l’uranium conformément aux vœux de la communauté internationale. ATHÈNES/UNE MANIFESTATION ÉTUDIANTE DÉGÉNÈRE Une manifestation géante de 20 000 personnes qui se tenait hier à Athènes a été le cadre d’affrontements avec les forces de l’ordre. Vingt personnes ont été blessées et une cinquantaine interpellées. Depuis le début de l’année, les étudiants protestent contre un projet de réforme de l’Enseignement supérieur qui prévoit la possibilité de créer des universités privées. AUSTRALIE/DEUX MORTS DANS UN CYCLONE Le cyclone George, qui a balayé la côte nord-ouest du pays, a coûté la vie à deux personnes. Vendredi matin, les vents ont atteint jusqu’à 275 km/h. Un bilan provisoire fait état d’au moins 20 blessés, dont certains graves. Tous les ans, entre novembre et avril, l’Australie est frappée par cinq cyclones en moyenne. PETER/AFP SAMUEL ROUSSEAU,FRANÇOIS DENAT Directsoir t Vendredi 9 mars 2007 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :