Direct Soir n°118 7 mar 2007
Direct Soir n°118 7 mar 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°118 de 7 mar 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,4 Mo

  • Dans ce numéro : Jean Dujardin au sommet de la vague

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Directsoir t Mercredi 7 mars 2007 8 ACTU FRANCE EN BREF Airbus : « Pas d’urgence pour une augmentation de capital » v Hier, la journée d’action sur les sites de l’avionneur a été massivement suivie. Louis Gallois, président d’Airbus, a déclaré qu’il n’y avait « pas d’urgence pour une augmentation de capital » d’EADS. La maison mère du constructeur accueille Michel Pébereau, président du conseil d’administration de BNP-Paribas, nommé administrateur d’EADS. Nicolas Miguet en garde à vue v Le président du Rassemblement des contribuables français était encore entendu ce matin par la brigade de répression de la délinquance faite aux personnes. En garde à vue depuis hier, il est soupçonné de détournement de parrainages dans le cadre de la campagne présidentielle. Des élus ont reçu des « guides officiels à destination des élus, parrainages des candidats », leur demandant d’envoyer leur signature à une mauvaise adresse. La salle Pleyel accueille l’Amérique v Pour sa deuxième saison, la salle Pleyel, rénovée, accueillera quatre des plus prestigieux orchestres américains venus de Boston, Chicago, Los Angeles et Cincinnati. L’auditorium Art déco qui, depuis sa réouverture en septembre, a enregistré un taux de remplissage de 95%, fêtera en octobre prochain son 80 e anniversaire. Villepin veut mesurer le progrès durable v Le Premier ministre a annoncé hier avoir demandé à l’Insee de créer des indicateurs qui permettent de mesurer le « progrès durable ». Pour Dominique de Villepin, « l’Etat ne doit pas se contenter de la croissance comme indicateur de la santé économique du pays ». De son côté, le ministère de l’Economie a affirmé que la croissance française devrait être comprise entre 2 et 2,5% en 2007 et 2008. APPRENTISSAGE/Le gouvernement lance une nouvelle campagne Atout pour les entreprises, l’apprentissage serait aussi une solution pour résorber le chômage des jeunes. Le ministère de l’Emploi, de la Cohésion sociale et du Logement poursuit son action de valorisation de ces formations avec une nouvelle campagne 2007 intitulée « Apprentissage et alternance, un grand plus pour réussir ». « Les deux précédentes campagnes de promotion ont permis d’améliorer l’image de l’apprentissage, une voie royale vers l’emploi qui bénéficiait en 2006 de 92% d’opinions positives. L’objectif est de parvenir à 100% en 2007 », a déclaré le ministre de l’Emploi, Jean-Louis Borloo, lors d’une conférence de presse. Le chiffre de 500 000 apprentis en 2009 devrait être atteint aisément, si l’on en croit les résultats. Le nombre de contrats était estimé à plus de 405 000 à la fin 2006, contre 330 000 en 2004. « Rappelons que plus de 271 000 contrats ont été signés pour la seule année 2006 », souligne Gérard Larcher, ministre délégué à l’Emploi. Si l’apprentissage concerne les secteurs du bâtiment, des travaux publics, de l’hôtellerie et de l’industrie, il se développe de plus en plus dans l’enseignement supérieur. 10 000 nouveaux apprentis se lancent chaque année dans la préparation de diplômes de niveau bac+3 et plus. L’Essec a été la première école de management à adopter en 1994 le dispositif de l’apprentissage. Pour encourager ce type de formation, des aides sont accordées aux employeurs. C’estdit HADRIEN LECŒUR,ALEXANDRE GIRAUD,COLOMBE PRINS,CHARLOTTE MARSAL B.GUAY/REUTERS « Même si nous n’appartenons pas au même parti politique, l’alchimie était très bonne. » Ségolène Royal, lors de sa rencontre avec Angela Merkel à Berlin (International Herald Tribune) « Heureusement que j’ai deux petites filles. Ce sont elles qui m’ont sensibilisé à l’écologie. Depuis, j’ai laissé tomber mon 4x4, on trie les déchets à la maison. » Yannick Noah, parrain de la WWF (Le Parisien) La loi a institué pour chaque apprenti employé un crédit d’impôt d’un montant annuel de 1 600 €. Les dispositions réglementaires facilitent aussi les procédures administratives. Pour chaque entreprise de 250 salariés et plus, un seuil progressif pour l’effectif des jeunes en alternance a été fixé à 2% en 2007. Les conseils régionaux sont invités à s’impliquer davantage en finançant la création de centres de formation d’apprentis (CFA). A ce jour, les 26 régions (métropole et outre-mer) ont signé des contrats d’apprentissage. « Il faut offrir une vraie alternative et favoriser la professionnalisation. Nous devons rompre avec la voie traditionnelle de l’université. Les jeunes doivent être en contact avec la réalité, comme c’est déjà le cas en Allemagne et au Royaume-Uni », a affirmé SALON DE L’AGRICULTURE/Opération séduction des candidats h Les candidats à l’élection présidentielle se sont succédé hier à Paris au Salon international de l’agriculture pour une opération de séduction. Premier arrivé, François Bayrou a affirmé que le nouveau gouvernement devra « défendre la vocation agricole de notre pays et une politique agricole commune qui prenne en charge le soutien des exploitations familiales ». Fils d’agriculteur du Béarnet lui-même éleveur de chevaux, le président de l’UDF estime que l’agriculture est un « secteur d’avenir » indispensable à « la sauvegarde de la souveraineté alimentaire » de la France. Le candidat centriste souhaite par ailleurs qu’il y ait « un moratoire sur les cultures d’organismes génétiquement modifiés (OGM) ». S’il est élu, il demandera un débat national sur les OGM « nourri par un rapport présenté par les scientifiques de notre pays ». Durant sa visite de cinq heures, François Bayrou a été plutôt bien accueilli au Salon. L’engouement se traduit dans les sondages puisque le baromètre Ifop de mars publié aujourd’hui dans Paris-Match le crédite de 75% de bonnes opinions devant Nicolas Sarkozy (58%) et Ségolène Royal (55%). Autre candidat à Centre d’apprentissage à La Roche-sur-Yon (Vendée). Gérard Larcher. Selon un sondage Ifop réalisé en septembre 2006, 95% des moins de 26 ans considèrent l’apprentissage comme un « passeport pour l’emploi ». Plus de 8 jeunes sur 10 ayant choisi cette formule trouvent un poste à la fin de leur formation. C’estdit « L’apprentissage a pris des couleurs, ce n’est plus une roue de secours pour les jeunes. » Gérard Larcher, ministre délégué à l’Emploi. Jusqu’au 31 mars, télé, radio et presse vont relayer le message. l’Elysée qui a arpenté les allées du Salon hier : Jean-Marie Le Pen, qui a soutenu que le « métier de paysan va devenir le grand métier de l’avenir ». Selon lui, l’accroissement de la population mondiale, en particulier la Chine et en Inde, relancera la profession en France. Il s’est aussi prononcé pour des mesures nationales en faveur de la ruralité comme une « dotation rurale d’équité sociale ». Dernier candidat croisé hier Porte de Versailles, Philippe de Villiers (MPF) a dénoncé une « Europe en train de démanteler » l’agriculture française. Selon lui, il faut sortir les produits agricoles de l’OMC et créer une organisation internationale spéciale pour les gérer. François Bayrou. DENIS/REA MEHDI FEDOUACH/AFP
M. LYSTSEVA/ABACA www.directsoir.net STRATÉGIE/Guerres asymétriques : quand les petits dominent les grands Guerre au Sud-Liban, crise irakienne, opération en Afghanistan, les armées classiques doivent faire face à des phénomènes de guérilla. Décryptage. h Entretien avec Catherine Croisier, chercheur associé à l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris), et Etienne de Durand, chercheur à l’Institut français des relations internationales (Ifri). Les principaux théâtres de conflits actuels mettent aux prises des armées traditionnelles et des groupes d’insurgés. Ce phénomène est-il nouveau ? Catherine Croisier : Les guerres asymétriques existent depuis la nuit des temps. Qu’il s’agisse de l’évocation qui en est faite dans la Bible avec David contre Goliath ou bien des conflits qui ont jalonné la guerre froide (Vietnam, Afghanistan, etc.), le principe reste le même : le faible s’attaque au fort en s’appuyant sur les faiblesses de ce dernier et en l’attirant sur des terrains pour lesquels il n’est pas préparé. Etienne de Durand : La supériorité des forces militaires occidentales est devenue telle que leurs adversaires n’ont plus d’autre choix que de déserter le terrain de la guerre conventionnelle. Pour éviter l’affrontement, ces derniers ont recours à des moyens détournés qui se situent hors du cadre des règles traditionnelles de la guerre : instrumentalisation des civils, actes de terrorisme, refus du port de l’uniforme militaire, etc. Depuis de nombreuses années, les armées occidentales s’équipent pour faire face à des guerres technologiques, dites de quatrième génération. Vont-elles devoir adapter leur stratégie pour contrer les tactiques de guérilla qui s’imposent à elles ? C.C. : Le « tout technologique » n’est pas adapté pour lutter contre ces phénomènes de guérilla. En outre, les armes utilisées par les rebelles sont de plus en plus dangereuses. Certaines d’entre elles sont même capables de percer le blindage d’un char. Les Américains l’ont bien compris et c’est pourquoi ils ont créé, au sein du Pentagone, un sous-département chargé d’étudier la façon de contrer ces types d’armes. Fait significatif en 2007, le président Bush a demandé au Congrès de faire passer RUSSIE/Interrogations autour du « suicide » d’un journaliste h Le journaliste russe Ivan Safronov, mort vendredi en tombant du quatrième étage de son immeuble à Moscou, enquêtait sur des ventes d’armes russes à la Syrie et à l’Iran.Kommersant, le quotidien qui l’employait, doute de la thèse du suicide et penche en faveur de l’assassinat politique. Pour Jean-François Julliard, responsable de l’information chez Reporters sans frontières (RSF), rien ne Ivan Safronov (à droite). permet encore de conclure à une telle hypothèse. Il qualifie l’ouverture d’une enquête pour « incitation au suicide » de « bon signe », en rappelant qu’il existe « une longue tradition d’assassinats de journalistes en Russie », évoquant le cas récent d’Anna Politkovskaïa, connue pour son opposition à la politique du président Vladimir Poutine. Depuis l’arrivée au pouvoir de l’ex-officier du KGB (les anciens services de renseignements soviétiques), 21 journalistes ont perdu la vie prématurément. Dans la plupart des cas, l’impunité règne selon Jean-François Julliard, qui déplore « une situation très difficile pour les journalistes en Russie, pays où la liberté éditoriale bénéficie de moins en moins d’espace ». Il ajoute que, progressivement, les autorités « prennent en main » les médias. Alors que, jusqu’à présent, les chaînes de télévision étaient les principales touchées par ce muselage, MONDE ACTU Un artisan pakistanais prépare des armes pour les rebelles afghans. le budget de ce sous-département de 6 à 12milliards de dollars. Les conflits asymétriques sont-ils ingagnables ? E. de D. : Il est dans l’intérêt des rebelles de faire durer la guerre, car plus le conflit s’allonge, plus ils infligent des coups politiques à leur adversaire. Favoriser la stabilité politique du pays est un élément fondamental pour espérer vaincre les actions de guérilla.C.C. : En effet, il ne suffit pas de déclencher les hostilités. Il faut s’interroger sur le risque d’enlisement et surtout sur la manière de ramener la paix après les combats. la presse écrite perd dangereusement sa liberté depuis quelques années. Pour RSF, il existe de véritables « raisons de s’inquiéter ». Preuve en est, la Russie se retrouve en 147 e position (sur 168) au classement mondial de la liberté de la presse établi par l’organisation en octobre 2006. Les doutes émis par Kommersant apparaissent légitimes. L’Union des journalistes de Russie (SJR) envisage de mener sa propre enquête sur la mort d’Ivan Safronov. Igor Iakovenko, secrétaire général de la SJR, estime que « la probabilité qu’il s’agisse d’un meurtre lié à l’exercice de sa profession est extrêmement élevée ». Le journaliste avait dit à ses confrères « ne pas vouloir écrire dans l’immédiat parce qu’on l’avait mis en garde contre le risque d’un grand scandale international et d’une enquête du FSB (les services spéciaux russes – NDLR) pour divulgation de secrets », selon Kommersant. T. MAHMOOD/AFP M. BEHROUZ/AFP EN BREF AHMADINEJAD DÉFEND LE NUCLÉAIRE IRANIEN Confronté aux critiques intérieures croissantes sur le coût éventuel pour l’Iran d’une poursuite de son programme nucléaire, Mahmoud Ahmadinejad a choisi de monter au créneau. « Des gens, qui se qualifient d’analystes et de politiciens, au lieu de se dresser contre les ennemis qui veulent piétiner les droits de l’Iran, demandent aux gens « Pourquoi vous dressez-vous contre les ennemis et ne pliez pas ? » » a déclaré le président iranien avant d’ajouter : « En ce moment, nous sommes à la croisée des chemins et vous devez tous travailler dur pour effectuer votre mission. » L’Iran risque de nouvelles sanctions du Conseil de sécurité de l’ONU à cause de son refus de suspendre ` son enrichissement d’uranium. PALESTINE : VAGUE D’ARRESTATIONS L’armée israélienne a mené ce matin un raid contre le siège des services de renseignements militaires de l’Autorité palestinienne, à Ramallah. Dix-huit Palestiniens, recherchés pour des attaques et des tentatives d’enlèvement contre des civils israéliens, ont été arrêtés. Au total, selon le chef des renseignements militaires palestiniens, 55 membres et officiers du service ont été arrêtés. L’Autorité palestinienne a condamné ce raid, qui « risque d’avoir de graves conséquences ». SOMALIE : LE GOUVERNEMENT ACCUSE LES ISLAMISTES Suite aux attaques survenues hier au premier jour du déploiement de la force africaine de paix (Amisom), les autorités somaliennes ont accusé des islamistes « liés à des terroristes internationaux » d’entretenir l’insécurité à Mogadiscio. Le gouvernement somalien s’est engagé à travailler avec les soldats de l’Amisom pour mettre fin à la violence meurtrière qui trouble la capitale depuis des semaines. BOSNIE : UN FUGITIF DU TPI RECHERCHÉ La police serbe bosniaque a indiqué aujourd’hui avoir mené une opération visant à localiser le fugitif serbe bosniaque Stojan Zupljanin, inculpé de crimes de guerre par le Tribunal pénal international (TPI) pour l’ex-Yougoslavie. Les forces spéciales ont fouillé plusieurs maisons, le siège d’une société commerciale et un hôtel, à Banja Luka et Maslovare, appartenant au cousin du fugitif, Slobodan Zupljanin. Le TPI recherche encore six fugitifs serbes et serbes de Bosnie, dont Zupljanin, et les ex-chefs politiques et militaires des Serbes de Bosnie, Radovan Karadzic et Ratko Mladic. RENAUD CHARLES,FRANÇOIS DENAT,MATTIS MEICHLER Directsoir t Mercredi 7 mars 2007 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :