Direct Soir n°115 21 fév 2007
Direct Soir n°115 21 fév 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°115 de 21 fév 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,1 Mo

  • Dans ce numéro : Clint Eastwood légende vivante

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
Directsoir t Mercredi 21 février 2007 12 CULTURE D.R. CINÉMA/Romance en entreprise Est-il compliqué de tomber amoureux quand on a 40 ans ? Réponse avec Sandrine Bonnaire et Vincent Lindon dans « Je crois que je l’aime ». Lucas (Vincent Lindon), 43 ans, ne quitte jamais son costume-cravate et gère ses affaires d’une main de maître. Mais côté vie privée, c’est plus difficile ! Un jour, il voit sa routine d’homme divorcé bouleversée par l’arrivée d’Elsa, 38 ans, interprétée par Sandrine Bonnaire. Céramiste, elle peint une fresque dans le hall de son entreprise quand ils se rencontrent. Lucas tombe sous son charme. Belle, énergique, elle a tout de la femme indépendante. « Si je devais la résumer d’un mot, je dirais que c’est une fille couillue », remarque l’actrice dans un style pour le moins direct. Ce charisme inquiète Lucas. Pourquoi donc une femme aussi « bien » est-elle célibataire ? Roland Christin, Cinéma/Hymne à la vie u Quatre ans après le succès de la comédie Mariages !, la réalisatrice Valérie Guignabodet retrouve Mathilde Seigner pour Danse avec lui, un drame tout en nuances : Alexandra, frappée par un deuil, va réapprendre à vivre grâce à la rencontre d’un maître d’équitation et de son cheval. Porté par la beauté majestueuse des images, le film est une troublante histoire entre deux êtres brisés que tout oppose, exceptée leur passion immodérée pour les chevaux. Mathilde Seigner nous prouve encore une fois son talent, et Sami Frey irradie le film par son élégance. Un bel hymne à la vie. Danse avec lui, de Valérie Guignabodet. En salles aujourd’hui. TOPDESTOPS Meilleures ventes de films en DVD Inspiré de l’attraction du parc à thèmes Disneyland en Floride, le film Pirates des Caraïbes, le secret du coffre maudit, a été un énorme succès international, rapportant dans le monde plus de 653 millions de dollars. 1 2 3 4 5 le détective privé de son entreprise (François Berléand) n’hésite pas à utiliser les grands moyens pour mener son enquête… Cela faisait longtemps que le réalisateur Pierre Jolivet avait envie de faire un film d’amour. Mais « parler d’amour, ça fait presque aussi peur que l’amour lui-même », explique-t-il. Pour écrire le scénario, il s’est une fois de plus offert les services de son acolyte Simon Michael. Et dans le casting, il a intégré Liane Foly, affublée d’un joli accent québecois. Dans le rôle de Jeanne Larozière, elle est « rigide, perverse, et intéressée par l’argent ». Je crois que je l’aime, de Pierre Jolivet. Avec Sandrine Bonnaire, Vincent Lindon, Vincent Lindon. En salles aujourd’hui. Pirates des Caraïbes 2 (=) Buena Vista Home Entertainment Nos jours heureux (=) Warner Home Video Les Aristochats (+1) Buena Vista Home Entertainment La colline a des yeux (-1) Fox Pathé Entertainment Merlin l’enchanteur (=) Buena Vista Home Entertainment Sandrine Bonnaire et Vincent Lindon. Mathilde Seigner et Sami Frey. LÉGENDE DE CE TOP HEBDO : (+1) : progression d’une place (-1) : perte d’une place Source : Virgin OLIVIA DE BUHREN,EMMANUELLE DE PEYRON,EMILIE POYARD,DAVID GAUTHIER,GRÉGORY GALIFFI,LAURIE CALLIER,THÉO PHAN,LINDA LABIDI D.ANGELI/ALAIN GERRARD EN DIRECT de CINÉRAIL Train spécial Jusqu’au 26 février, La Cinémathèque française et le cinéma l’Entrepôt accueillent la 15 e édition du festival Cinérail, parrainé cette année par la réalisatrice Yamina Benguigui. Plus de 80 courts et longs-métrages, venus du monde entier, y sont projetés. Ils entraînent le spectateur dans les gares, les wagons et les rames, et font de ces lieux des scènes où le fantastique réussit à se déployer. www.cinerail-fest.com Cinéma/Clovis Cornillac, machine à gagner u Aujourd’hui sort en salles Scorpion, un film de Julien Celi, avec Clovis Cornillac dans le rôle-titre. Un film de combats, de free fight, où tous les coups sont permis. Angelo ne vit que pour la boxe thaï. Mais, écarté du ring, il tue accidentellement son challenger lors d’un combat de rue. Il est condamné à six ans de prison. A sa sortie, Angelo n’est plus le même : par amour, il décide de devenir le « Scorpion », une véritable machine à cogner, à gagner les combarts de rue. On retrouve dans ce long métrage tout le talent et le charisme de Clovis Cornillac. L’acteur déclare avoir été séduit par ce type de film, rare en France. « Par rapport à beaucoup de films de bagarre, il y avait une histoire, des enjeux. » L’équipe s’est donnée à fond pour ce film : ainsi, Clovis a appris la discipline du free fight et les chorégraphies associées. Son partenaire à l’écran, Jérôme Le Banner, s’est même cassé le bras pendant le tournage, mais a courageusement continué les scènes de combats. Scorpion, de Julien Celi, avec Clovis Cornillac. D.R. DR
www.directsoir.net SORTIR Y ALLER Y ALLER Y ALLER/Y ALLER/Y ALLER/Y ALLER/Y ALLER VIM/ABACA WARNER BROS CINÉMA ✱ RETOUR À IWO JIMA L’île japonaise d’Iwo Jima a été le théâtre de l’un des plus violents affrontements de la guerre du Pacifique en 1945. Lettres d’Iwo Jima est le deuxième film que Clint Eastwood consacre à cette bataille. Dans Mémoires de nos pères, sorti fin 2006, le réalisateur traitait le conflit sous l’angle américain. La caméra est cette fois-ci posée du côté des lignes japonaises. Le film suit le parcours du général Kuribayashi qui résista avec ses hommes aux assauts américains pendant quarante jours. Près de 7 000 soldats américains et plus de 20 000 japonais y ont perdu la vie. Deux films et deux points de vue pour démontrer que, au-delà des armes, cette guerre fut aussi la confrontation de deux cultures. (Lire aussi page 9). Lettres d’Iwo Jima, de Clint Eastwood. En salles. ✱ PETIT DRAME EN FAMILLE Le troisième long métrage de Joachim Lafosse évoque la difficulté de passer à l’âge Armelle, comédienne. A l’affiche du Voyage en Armélie, au Mélo d’Amélie. ✜ SON LIEU Mon lit. Il est confortable. adulte et de s’extraire du cocon familial. Dans Nue propriété, Pascale (Isabelle Huppert) vit dans une ancienne ferme avec ses fils, François et Thierry. Lorsque Pascale prend la décision de vendre la maison, ils comprennent que tout va changer pour eux. Jusque-là fusionnelle, sa relation avec ses fils se dégrade brutalement. Frères dans la vie, Jérémie et Yannick Renier sont réunis pour la première fois devant la caméra. Le premier est davantage connu par le public, qui l’a vu notamment dans L’enfant, des frères Dardenne. Nue propriété, de Joachim Lafosse. En salles. D.R. THÉÂTRE ✱ PAROLES D’ENFANTS Il y a Océane, la petite fille ingrate, Timothée, le garçon qui ressemble à une fille ou encore Kelly, qui est « nulle » à l’école. Avec Les contes de la petite fille moche, au théâtre des Déchargeurs, on est loin des contes de fées. Seul en scène, Julien Daillère interprète chacun de ces enfants. Face au public, il parle comme s’il se confiait à son journal intime. Vêtu d’un costume LA FERME EN FOLIE Film pour enfants à partir de 10 ans de SteveOedekerk. Peps la souris, Freddy le furet, Bec le coq, Porc le cochon : tous ces animaux mènent une vie tranquille autour d’Otis, une vache bien décidée à protéger ses amis des prédateurs. Laurent Gerra, qui n’a jamais craint les défis de ce type, double avec talent les quatre personnages. En salles. sombre d’écolier, le comédien change de masque au fil VIES NOCTURNES d’Armelle ✜ SON BAR Les bars des grands hôtels : luxe, calme, volupté. ✜ SON RESTO Le Café Corazza 1782, (Paris 1 er), dans l’enceinte du Palais-Royal. Trop bon ! ✜ SA SALLE Le cinéma La Pagode (Paris 7 e). Pour le côté « chi-noa ». ✜ SON DVD Barry Lindon (Warner Home Video). des interventions. Acteur, il est aussi auteur puisqu’il a écrit les textes avec Rémy Cortési, le psychotérapeuthe travaillant auprès d’enfants et d’adolescents, qui s’est chargé de la mise en scène. Ce professionnel a collaboré à la conception du texte, mais a aussi mis le spectacle en scène. Le spectateur ne peut s’empêcher de se reconnaître et replonge dans l’univers doux-amer de l’enfance. Le premier que je me suis acheté, avant même d’avoir le lecteur. ✜ SA MUSIQUE Les grandes voix, pour la vibration. ✜ SON LIVRE L’irrégulière (LDP) une biographie de Gabrielle Chanel par Edmonde Charles-Roux. Une vraie œuvre et une bio, comme celles écrites par Stefan Zweig. ✜ SON SITE La météo. Pour m’habiller. D.R. Les contes de la petite fille moche, jusqu’au 3 mars. Les Déchargeurs, 3, rue des Déchargeurs, Paris 1 er. Tél. : 01 42 36 70 56. RESTAURANT ✱ LA CLASSE À BAS PRIX Pour assouvir ses pulsions gastronomiques, Jean Imbert a tout lâché. Fils d’industriel, il intègre l’Institut Bocuse de Lyon et suit des stages avec les chefs étoilés Michel Rostang et Antoine Westermann. Après un passage aux Elysées du Vernet (8 e), il reprend, il y a trois ans, L’Acajou, un petit établissement du 16 e arrondissement. La maturité culinaire de Jean Imbert est surprenante. Le sucré-salé est très présent dans sa cuisine, avec par exemple des langoustines crousti-basilic-tandoori accompagnées d’une fricassée de carottes multicolores au miel ou encore des Saint-Jacques d’Erquy (Côtes d’Armor) dorées au curry, bouillon de poule citronelle-gingembre. Le cadre est élégant, le service irréprochable. Tout cela dans un éventail de prix très abordable : de 20 à 40 euros. L’Acajou, 35 bis, rue de la Fontaine, Paris 16e. Tél. : 01 42 88 04 47 C. DELETTRE/REA D.R. DR Directsoir t Mercredi 21 février 2007 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :