Direct Soir n°114 20 fév 2007
Direct Soir n°114 20 fév 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°114 de 20 fév 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : Ségolène Royal audience record

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Directsoir t Mardi 20 février 2007 6 ACTU EN COUVERTURE SÉGOLÈNE ROYAL/Son grand oral peut-il être son grand tournant ? Pendant plus de deux heures sur TF1, Ségolène Royal a écouté les Français. Avec un discours concret, elle a voulu donner une image de proximité, de sincérité et de compétence. Devant les sondages en baisse de ces dernières semaines et après la démission d’Eric Besson, secrétaire national du PS à l’économie et la fiscalité, Ségolène Royal, invitée de l’émission J’ai une question à vous poser sur TF1, se devait de rassurer et démontrer ses capacités de rebond et de leadership. Après quelques minutes de tension, elle est apparue à l’aise dans cet exercice auquel s’était déjà prêté Nicolas Sarkozy le 5 février. Debout devant le pupitre, sachant jouer de ses mains et de son sourire, elle a donné l’image d’une candidate proche des préoccupations des Français. Au cours de ces deux heures, elle a abordé ses sujets de prédilection : les petites retraites qu’elle souhaite revaloriser de 5% par an sur 5 ans, le pouvoir d’achat dont « il faut surveiller le mode de calcul ». La première partie de l’émission fut marquée par des gestes de compassion à l’égard d’un homme en fauteuil roulant, au bord des larmes, ou du père d’une jeune fille malentendante qui reprochait le manque d’équipement adapté à ce handicap. Mais l’enjeu de cette rencontre avec les Français avait aussi pour but de convaincre de la viabilité de son programme économique. Elle s’est dit vouloir « remettre debout la maison France » et « réconcilier BLAIZAC/VISUAL la France avec l’entreprise » : ce sont les messages forts de son intervention d’hier soir. Citant à de nombreuses reprises le modèle économique et social des pays du nord de l’Europe, elle a voulu démontrer que cette « réconciliation » passerait par la qualité du dialogue social, la sécurisation du travail et la formation professionnelle. Déterminée à redéployer l’aide économique aux entreprises en fonction de leur capacité à créer des emplois et à investir dans l’innovation, elle a insisté sur l’emploi des jeunes et la création de « bourses tremplin » de Ajustements de campagne Des sondages en baisse Après des débuts en fanfare, Ségolène Royal peine à trouver un second souffle dans les sondages. Dans une étude Ipsos à paraître jeudi dans Le Point, elle perd encore 4 points et est désormais à 23% d’intentions de vote au premier tour. Au second tour de l’élection présidentielle, elle serait battue par Nicolas Sarkozy par 54% contre 46%. Ses sondages ne tiennent pas compte de sa prestation d’hier soir mais François Rebsamen (photo), son codirecteur de campagne, a reconnu aujourd’hui « un effritement certain de la position de Ségolène Royal ». Ségolène Royal, hier soir, sur le plateau de J’ai une question à vous poser. ALEXANDRE MONTALDIER,LAURE DEGOUY,XAVIER PLASSON,BENJAMIN FRANÇOIS,FRANÇOIS DENAT C. PLATIAU/REUTERS 10 000 euros pour la création d’entreprise. Quant à la question des salaires et du Smic à 1500 euros, elle a expliqué qu’elle ne voulait pas « d’écrasement des salaires ».A ses détracteurs qui dénonçaient des mesures non chiffrées et s’interrogeaient sur sa capacité à conduire la politique de la France, elle s’est dite « prête » avant de lancer qu’elle assumait son choix de faire de « la politique autrement ». La prestation de la candidate, hier soir sur TF1, aura-t-elle un effet de rebondissement ? Réponse rapide et très attendue dans les prochains sondages. La presse anglaise la juge Selon The Independant, Ségolène Royal « a réalisé une prestation confiante, particulièrement sur les questions de l’éducation, de la famille, de la santé et de la sécurité sociale ». Le Times, journal conservateur, juge qu’elle n’a pas réussi à « ranimer la flamme ». Enfin, selon l’éditorialiste du International Herald Tribune, John Vinocour, « dans sa recherche d’un rebond, le meilleur levier de madame Royal pourrait maintenant être de faire passer monsieur Sarkozy comme l’homme dominant qui agit comme s’il avait déjà gagné ». B. GUAY/AFP Asavoir Audimat record pour Royal Ségolène Royal a fait mieux que Nicolas Sarkozy. Hier soir, plus de 8,91 millions de téléspectateurs l’ont regardée, contre 8,241 millions pour le candidat de l’UMP, deux semaines auparavant. Ses prochains rendez-vous Ségolène Royal devrait annoncer jeudi la réorganisation de son équipe de campagne. Elle l’a confirmé hier soir dans l’émission. François Hollande plaide pour une équipe « élargie » autour de la candidate. Mis à part ces « ajustements », Ségolène Royal continue sa campagne de terrain : elle inaugure mercredi l’un de ses premiers gros meetings régionaux à Rennes. La capacité de la salle a été revue à la hausse selon Le Monde, elle permettra d’accueillir près de 10000 personnes. Elle se rendra dans la foulée en Basse-Normandie pour rencontrer des militants. B. GUAY/AFP
www.directsoir.net INGRID BETANCOURT/Cinq ans de captivité de trop La candidate écologiste à la présidence de la Colombie a été enlevée par la guérilla des Farc le 23 février 2002. Les comités et personnalités qui réclament sa libération se mobilisent en cette semaine d’anniversaire. C’estdit « Le président de la République y tenait, nous venons pour lui exprimer notre reconnaissance. Ne pas venir, c’était lui signifier que sa voix ne comptait plus. Or il est encore président. Et je suis sentimental. On peut formuler toutes les critiques, mais Chirac est si sympathique ! » Léonce Deprez, député UMP, à propos du Congrès à Versailles (La Croix) « Jusqu’ici, le gouvernement français a montré de la compassion. Ça ne suffit plus ! » Mélanie Delloye, fille d’Ingrid Betancourt, hier, à l’hôtel de ville de Paris. Non à un deuxième quinquennat pour Ingrid Betancourt ! Tel est le mot d’ordre à quelques jours du cinquième anniversaire de l’enlèvement de la candidate écologiste à la présidence de la Colombie par la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc). Les comités de soutien à l’otage mènent leur propre campagne. Ce matin, sur RTL, Mélanie Delloye, la fille de l’otage, a vivement accusé Dominique de Villepin de ne pas avoir « utilisé tous les moyens qui sont à (sa) disposition » pour faire libérer sa mère. Les revendications tiennent en sept points, qui constituent le Manifeste pour la libération d’Ingrid Betancourt. Première priorité : « Engager la France à mettre en place tous les moyens diplomatiques pour aboutir à la libération » de la Franco-Colombienne, en veillant à « refuser absolument toute opération militaire (…), tant le risque qu’elle soit exécutée par les Farc est grand ». Seule issue possible : « Privilégier un accord humanitaire permettant l’échange de 57 otages politiques des Farc contre 500 guérilleros emprisonnés. » La fille de la prisonnière poursuit en « cette semaine d’anniversaire difficile », les rencontres avec les candidats à la présidentielle afin qu’ils s’engagent publiquement à obtenir cette libération s’ils sont élus. Après Marie-George Buffet et Dominique Voynet qui ont signé le texte, François Bayrou et Nicolas Sarkozy qui « ont approuvé plusieurs de ces principes », la jeune femme devrait s’entretenir avec Ségolène Royal jeudi. Les députés devraient également être sensibilisés. « Jusqu’ici, le gouvernement français a montré beaucoup de compassion, reconnaît Mélanie Delloye. Mais cela ne suffit plus. Il faut maintenant qu’ils fassent preuve de volonté politique ». « Qu’ils agissent parce que ce n’est plus acceptable ! », s’énerve Fabrice Delloye, le père de Mélanie et ex-mari d’Ingrid. Rompre les relations diplomatiques avec la Colombie si Bogotá décide de mener une opération militaire, considérer la libération d’Ingrid comme une priorité dans les relations France/Etats-Unis, provoquer une réunion de crise… Au menu des « actions concrètes », les idées ne manquent pas. A grand renfort d’affiches et de mails téléchargeables sur le site Internet de soutien, un « kit » a été conçu pour les citoyens qui veulent se mobiliser. « Il ne faut jamais oublier ceux qui sont prisonniers. La seule chose qui marche, c’est de braquer les projecteurs sur eux », insiste l’écrivain Marek Halter. Et pour attirer les regards des politiques et de la population tout entière, rien ne vaut le soutien affiché de personnalités. Hier soir, le maire de Paris Betrand Delanoë accueillait, dans l’un des salons de l’Hôtel de Ville, un concert lyrique, « Récital en liberté majeure », présenté par Eve Ruggieri. Le metteur en scène Robert Hossein et les chanteurs Sheila et Alain Chamfort avaient tenu à s’associer à l’événement. En déplacement à Caen, où il donnera ce vendredi – le jour de l’anniversaire de l’enlèvement– le premier concert de sa tournée, Renaud avait laissé « un message de solidarité et d’affection ». « Je suis persuadé qu’Ingrid Betancourt, d’où elle se trouve, sait que nous sommes mobilisés », confie Betrand Delanoë. Pourtant, en cinq ans de captivité, rares ont été les nouvelles en provenance de la jungle, où les Farc retiennent plus de 800 otages. Certes, la guérilla a multiplié l’an dernier les déclarations assurant qu’Ingrid Betancourt va bien. La dernière vidéo de la Franco-Colombienne date de mai 2003. Cinq ans de captivité, trois ans et demi sans nouvelles. « Un truc énorme », soupire sa fille. « Avec ce huitième de finale, on va entrer dans quelque chose qu’on ne connaît pas. Mais sortir des poules, ce n’est pas une fin en soi. Nous n’avons pas l’intention de nous arrêter là. » Grégory Tafforeau, capitaine de l’équipe de football de Lille (L’Equipe) « Tant que des gens se souviendront de moi, je serai un peu vivant, mais après, c’est terminé. La postérité existe surtout pour les peintres, les sculpteurs, les grands compositeurs et les écrivains. » Charles Aznavour, (Le Parisien) T. ORBAN/ABACA M. TAAMALLAH/ABACA FRANCE SANTÉ/Les bienfaits du chocolat h Il se confirme que le chocolat est bon pour le cerveau. A ses bienfaits cardio-vasculaires, déjà révélés scientifiquement, s’ajouterait un effet favorable sur la circulation sanguine cérébrale, selon les résultats de deux études annoncées dimanche soir dans le cadre de la conférence annuelle de l’Association américaine pour la promotion de la science (Aaas). En effet, deux professeurs ont mené chacun leur enquête, en Angleterre et aux Etats-Unis. Les deux études ont révélé un net accroissement du flot sanguin dans le cerveau des personnes ayant consommé une boisson riche en flavonoïde. Cette substance, antioxydante, contenue dans les fèves de cacao, doperait leurs fonctions mentales. Selon l’un des professeurs, des recherches plus poussées pourraient aboutir à un traitement pour les personnes âgées ayant subi de petites attaques cérébrales ou qui souffrent de démence. Des essais cliniques plus étendus seraient nécessaires pour vérifier ces effets. Les deux professeurs ont mis en garde contre l’abus de chocolat, sachant que celui que l’on trouve dans le commerce ne contient pas de flavonoïde. Les fabricants retirent cette substance pour éviter le goût amer. Des cabosses, fruits du cacaoyer. Dans les KIOSQUES France Football s’est refait une beauté. En soixante ans d’existence, le bihebdomadaire a changé seulement quatre fois de formule. La maquette est plus aérée et les articles sont relayés par un site Internet revu et corrigé. MAURITIUS/PHOTONONSTOP Directsoir t Mardi 20 février 2007 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :