Direct Soir n°114 20 fév 2007
Direct Soir n°114 20 fév 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°114 de 20 fév 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,8 Mo

  • Dans ce numéro : Ségolène Royal audience record

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
Directsoir t Mardi 20 février 2007 4 EXCLUSIVITÉ INTERVIEW JEAN-PIERRE MOCKY Tonton flingueur « Vos gueules, je tourne ! » Le titre de ce chapitre, extrait du dernier livre* de Jean-Pierre Mocky, résume le combat d’un cinéaste unique, libre et grande gueule, auteur de 50 films en 50 ans. Mocky restera-t-il dans l’histoire du cinéma ? Nous sommes pas mal de confrères, y compris les plus grands, comme Renoir ou Becker, à avoir fait des films qui n’ont pas marché et sont maintenant considérés comme des classiques. Je crois que lorsqu’un film marche, c’est qu’il n’est pas bon. C’est un peu con de dire ça, c’est probablement par jalousie. Mais le public ne peut pas adhérer à un film nouveau qui traite d’un sujet différent des films actuels. Prenez Bonsoir, par exemple. Après vingt-trois passages à la télé, il est passé d’une à trois étoiles dans les magazines. Un film sans style se détériore au fil des années et devient un film jetable. A l’origine, vous vouliez appeler votre livre J’accuse (titre d’un article publié par Zola dans L’Aurore du 13 janvier 1898, en faveur de Dreyfus,ndlr). Pourquoi ? Zola est un grand bonhomme. C’est le premier à avoir pris parti pour le capitaine Dreyfus. C’est un type qui avait une paire de c…, contrairement à Flaubert ou Balzac, qui écrivaient des choses très bien, mais qui étaient moins combatifs. Vous êtes connu pour votre franc-parler. Avez-vous le sentiment que l’on peut s’exprimer librement en France ? En cinquante ans de métier, j’ai lutté contre la censure. Certains de mes derniers films sont des films de combat. Par exemple, j’ai traité le problème des bénévoles qui ont fait un procès après qu’on leur ait fait ramasser des galettes de pétrole sans protection. Le film a été interdit. Ensuite, j’ai parlé des réseaux de pédophiles. Mon film parlait des notables qui s’organisent. Je ne visais aucune profession en particulier mais j’ai fait figurer un député. Et encore une fois, le film a été interdit. L’argent est-il votre premier combat ? Dans mon livre, je reproduis une lettre de 40 pages qu’un jeune cinéaste m’a écrite. Il me demande comment j’ai pu faire 50 films sans un rond, sans appartenir à un parti politique, Un film sans style se détériore au fil des années et devient un film jetable Repères PROD DB ATICA - ELPENOR - SIRIUS/DR PROD DB P.E.A/DR MERIA-OG/DIRECT8 sans avoir épousé une femme très riche, comme beaucoup de mes confrères… Le cinéma français est en train de mourir. Avant, Jean Vigo, Renoir travaillaient dans des ateliers d’artistes. Aujourd’hui, on tourne Astérix pour 78 millions d’euros, alors qu’on peut faire un très beau film pour deux millions. Comment réussissez-vous à faire tourner des stars sans les payer ? J’ai terminé il y a deux jours un film avec Thierry Frémont, Tom Novembre et Bruno Solo. J’avais récupéré Berling dans Grabuge, Villeret dans Le furet. Nous arrivons à faire venir des artistes qui acceptent pendant quelques jours de tourner « en participation ». PROD DB RTZ PRODUCTION/DR A propos de stars, Clint Eastwood est de passage en France et son dernier film, Lettre d’Iwo Jima, sort en salle demain. Clint Eastwood était mon ami. C’est un type merveilleux. Sa carrière est exceptionnelle car au départ c’était un peintre qui ne voulait pas forcément devenir acteur et puis il a remplacé Gary Cooper en faisant le cow-boy. Il a eu une carrière que j’envie. J’ai la chance de le connaître. Je suis très content qu’il ait reçu la Légion d’honneur, d’ailleurs Chirac lui a fait les honneurs, d’habitude c’est le ministre de la Culture qui fait la bise. Pourquoi écrivez-vous qu’« il n’y a rien de si beau que ce qui n’est pas encore tourné » ? Nous avons beaucoup de projets.Tenez, je m’apprête à tourner un film sur les indemnisations avec Thierry Frémont et Jean Dujardin. Des milliers de gens attendent d’être indemnisés et les assurances bloquent le processus dans le seul but de faire baisser le prix de ces indemnisations. *Cette fois je flingue, de Jean-Pierre Mocky, Florent Massot, 260 pages. Jeune premier Marginal professionnel Serrault, son clown « Je ressemblais à Gérard Philipe, en moins beau (…) Jean- Paul Belmondo était mon camarade de Conservatoire dans la classe d’Annie Girardot, de Claude Rich et de Philippe Noiret. C’est pour ça que j’ai choisi de ne plus m’appeler Jean-Paul mais Jean-Pierre. Il ne pouvait pas y avoir deux Jean-Paul ! » PROPOS RECUEILLIS PAR BORIS EHRGOTT BIOGRAPHIE Jean-Paul Mokiejewski est né le 6 juillet 1929 à Nice. Sa date de naissance a été modifiée par son oncle pour le sauver de la déportation. Il serait né en 1933. Il choisit de s’appeler « Mocky », du nom de la perceuse de tranchée inventée par son grand-père. Il a ajouté un « c », une 5 e lettre, en guise de porte-bonheur. Jean-Pierre Mocky est le réalisateur, chef monteur, dialoguiste, producteur et scénariste de ses films (plus de cinquante). Il lui arrive aussi d’être comédien. « J’étais un pro : assistant de Fellini (photo) sur La Strada à 19 ans. Mes confrères de la Nouvelle Vague n’étaient pas des professionnels mais des journalistes. Ils ne trouvaient pas de femmes. Avec le cinéma, ils pensaient pouvoir se taper quelques actrices. » « J’ai fait onze films avec Michel Serrault. Mais il n’a pas besoin de moi pour faire le pitre. Aux césars, il se renverse un plat de spaghettis sur la tête ! Comme Bourvil ou Villeret, ce sont des clowns déguisés qui faisaient de la caricature. Les acteurs d’aujourd’hui sont sans charisme, identiques aux gars du supermarché. Aujourd’hui, les comiques ne sont plus vraiment drôles. »



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :