Direct Soir n°113 19 fév 2007
Direct Soir n°113 19 fév 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°113 de 19 fév 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : Ehud Olmert premier ministre israélien, rendez-vous pour la paix

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Directsoir t Lundi 19 février 2007 8 F.S. WESTMORLAND/PHOTONONSTOP ACTU MONDE H5N1/Russie et Égypte sévèrement touchées Deux foyers contaminés par la grippe aviaire ont été repérés en périphérie de Moscou. L’Egypte recense sa treizième victime. h Pour la première fois, près de Moscou, la présence du virus H5N1, sous sa forme hautement pathogène, a été détectée samedi dans deux fermes où des volailles ont été retrouvées mortes. « Nous prenons toutes les mesures nécessaires pour empêcher la propagation de la grippe aviaire », a indiqué le chef du département de contrôle vétérinaire du ministère de l’Agriculture, Nikolaï Vlassov. Les fermes ont été décontaminées, les volailles abattues et l’accès aux villages concernés, Domodedovo et Zvenigorod, limité. Une enquête menée par les services vétérinaires a révélé que le virus provenait d’un marché aux oiseaux de la périphérie de Moscou où les volailles avaient été achetées. Les autorités soupçonnent l’existence d’autres foyers contaminés, aux portes de la capitale, dans les régions de Taldom et de Poldolsk. COLOMBE PRINS,FRANÇOIS DENAT,DAVID LEFORT Mais aucun cas de contamination humaine n’a été observé. Ce qui n’est pas le cas en Egypte, où une jeune femme est décédée des suites du virus malgré l’administration de Tamiflu, un antiviral, portant ainsi à 13 le nombre de victimes liées à la grippe aviaire. Une mutation du virus détectée sur certains cas humains en Egypte réduit en effet l’efficacité du Tamiflu. L’Egypte, qui compte CHASSE À LA BALEINE/Le Japon au cœur du débat Chasse à la baleine au Japon. h L’intention est louable : à quelques mois de la prochaine réunion de la Commission baleinière internationale (CBI), où les débats entre pro et antichasse sont toujours très houleux, l’agence des pêches japonaise voulait « dépassionner les négociations ». La semaine dernière, les 72 pays membres de cette commission, intéressés par une gestion rationnelle des populations de baleines, étaient conviés à une conférence à Tokyo. Mais vingt-six nations occidentales, dont la France et une majorité de pays anglosaxons, ne se sont pas rendues à l’invitation. Depuis juin 2006, date de la dernière réunion de la CBI, le camp favorable à la reprise de la chasse à la baleine a la majorité. Mais il faut deux tiers des voix pour remettre en cause le moratoire instauré depuis 1986 et qui interdit la chasse commerciale. Pour Bernard Derty, porte-parole pour la France de l’association écologiste IFAW, « le but des Japonais était évidemment de consolider les soutiens dans le camp pro-chasse. Ils disposent aujourd’hui d’une très courte majorité à la CBI, et pour remettre en cause le moratoire il faut deux tiers des votes ! » Pour le porte-parole France d’IFAW, les pays qui s’opposent à la reprise commerciale de la chasse doivent s’organiser : « La France a pour mission de communiquer en direction des pays d’Afrique Dans une rue du Caire. près d’un milliard de volailles, est l’un des pays les plus touchés par la grippe aviaire, malgré les efforts de prévention déployés par les autorités. Le ministre français de la Santé, Xavier Bertrand, en visite hier au Caire, a annoncé l’aide de la France qui s’effectuera à travers la production de vaccins par l’Institut Pasteur la fourniture de masques professionnels et un échange d’experts entre les deux pays.francophone, replacer les enjeux et expliquer, de nouveau, la nécessité du moratoire ». Cette dernière remarque trouve de nombreux échos. Les associations écologistes, Greenpeace en tête, accusent les délégués, présents à la conférence et venant pour une bonne part de pays en développement, d’être « achetés » par le Japon. « Certains n’ont même pas de littoral, pas plus de bateau, ils votent pour la reprise de la chasse, en échange d’aides financières au développement », lâche Aurèle Clémencin, de Greenpeace France en charge de la campagne baleine. Que vont faire les Japonais à présent ? Aurèle Clémencin ne voit pas l’agence des pêches japonaise créer une commission parallèle : « Cela semble difficile aux yeux de la communauté internationale et surtout contre-productif en terme diplomatique. » Bernard Derty, lui, n’imagine pas que les Japonais sortent du jeu. « Abandonner la CBI, non ! Ils préféreront tenter de changer de l’intérieur les orientations de gestion ». D’autant, ajoute le porte-parole d’IFAW « qu’en vingt ans cela ne les a pas empêchés de chasser des milliers de baleines sous couvert de recherche scientifique ». La flotte japonaise a planifié de tuer 850 baleines de Mink et dix roquals communs d’ici le mois de mars. Cette campagne est suspendue pour le moment après un incendie survenu sur le bateau-mère. Un homme d’équipage est toujours porté disparu. T. TODRAS-WHITEHILL/REUTERS EN BREF INDE-PAKISTAN/ATTENTAT DANS LE TRAIN DE LA PAIX Le « train de l’amitié » reliant l’Inde au Pakistan a fait l’objet d’un attentat cette nuit, faisant au moins 66 morts et 30 blessés. Le ministre indien des Chemins de fer, Lalu Prasad Yadav, a précisé que des explosifs à base de kérosène avaient été retrouvés. « Les intentions sont évidentes : c’est une tentative pour déstabiliser le processus de paix entre l’Inde et le Pakistan », a-t-il ajouté. Le ministre pakistanais des Affaires étrangères, Khurshid Kasuri, a condamné « l’horrible acte de terrorisme » dont « la plupart des victimes sont pakistanaises ». THAÏLANDE/NEUF MORTS ET 44 BLESSES DANS LE SUD MUSULMAN Des rebelles séparatistes islamistes ont profité du nouvel an chinois pour perpétrer une série de 49 attaques spectaculaires dans le sud musulman de la Thaïlande hier soir. Un bilan fait état de neuf morts et 44 blessés ce matin. Ces violences sont intervenues alors que la Thaïlande et la Malaisie, où la majorité de la population est bouddhiste, souhaitent entrer en négociation avec plusieurs groupes rebelles musulmans. Certains d’entre eux, proches de la mouvance radicale islamiste, refusent tous pourparlers avec Bangkok. AUTONOMIE ÉLARGIE POUR L’ANDALOUSIE 87,4% des électeurs andalous se sont prononcés par référendum hier pour un statut d’autonomie élargie de leur région, selon des résultats quasi définitifs. Un score sans surprise qui explique le taux d’abstention important, de près de 64%. Après la Catalogne en décembre et probablement avant la Communauté de Valence dans les prochains mois, l’Andalousie est la deuxième région à se doter d’un tel statut. A l’exception d’un parti régionaliste, toutes les forces politiques se sont retrouvées autour du texte, qui prévoit entre autre la création de l’Agence fiscale andalouse. THEMIS VA LEVER LE VOILE SUR LES AURORES BORÉALES La Nasa, l’agence spatiale américaine, a lancé samedi avec succès une fusée avec cinq satellites à bord qui vont tenter de percer le mystère de l’origine des aurores boréales. « Il s’agit d’un projet ambitieux pour expliquer le mécanisme de ces lueurs qui témoignent de l’existence de la magnétosphère terrestre qui nous protège des effets mortels des vents solaires », selon Frank Snow, le responsable de la mission, baptisée Themis, qui va durer deux ans. Les satellites devraient former une constellation et identifier le lieu exact de la formation de ces phénomènes lumineux multicolores.
EN COUVERTURE EHUD OLMERT/Une négociation décisive Le David Citadel Hotel de Jérusalem accueillait ce matin la rencontre entre la secrétaire d’Etat américaine, Condoleezza Rice, le premier ministre israélien, Ehud Olmert, et le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas. Il existe une possibilité de négociations avec les Palestiniens », déclarait Ehud Olmert mercredi. Un commentaire laconique qui ne remet pas en question la rigueur affichée par le Premier ministre israélien à l’encontre des représentants palestiniens. Hier matin, il s’est exprimé avec fermeté en rappelant « qu’un gouvernement palestinien qui n’accepte pas les conditions du Quartette ne peut pas prétendre à la reconnaissance et il n’y aura pas de coopération avec lui », avant d’ajouter : « J’en ai parlé vendredi avec le président des Etats-Unis et je puis vous dire que les positions israélienne et américaine sont parfaitement identiques. » Les conditions du Quartette (Etats-Unis, UE, Russie et ONU) impliquent la reconnaissance d’Israël, la renonciation à la violence et le respect des accords de paix intérimaires en contrepartie de quoi les sanctions financières qui pèsent sur l’Autorité palestinienne depuis l’arrivée du Hamas au pouvoir, pourraient être levées. Outre le respect de ces conditions, Ehud Olmert a aussi appelé à la libération du soldat israélien Gilad Shalit comme condition de l’approfondissement des discussions. Nouvelle et véritable tentative de relance des négociations de paix depuis l’échec du sommet de Camp David en E. EDMONDS/AP O. POPOV/REUTERS Mahmoud Abbas, Condoleezza Rice et Ehud Olmert, aujourd’hui à Jérusalem. juillet 2000, cette réunion tripartite devait permettre d’aborder les grandes lignes du plan élaboré en décembre dernier par Condoleezza Rice et son homologue israélienne, Tzipi Livni. Cette reprise des discussions, qui étaient au point mort depuis presque sept ans, intervient alors qu’un accord a été signé le 8 février à La Mecque entre les deux organisations palestiniennes rivales, le Fatah et le Hamas. Cet accord, qui prévoit la constitution d’une équipe gouvernementale d’union nationale, stipule en particulier que « le nouveau gouvernement devra respecter les résolutions internationales et les accords signés par l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) ». Un engagement qui ne satisfait guère l’Etat hébreu, qui souhaite Les dernières tentatives de pourparlers Sommet de Taba (2001) Le sommet de Taba (ouest du Sinaï), qui se déroule du 21 au 27 janvier 2001, intervient six mois après l’échec du sommet de Camp David et environ quatre mois après le déclenchement de la seconde Intifada. Réunissant Bill Clinton, Ehud Barak et Yasser Arafat, les discussions se focalisent essentiellement sur les concessions territoriales, le statut de Jérusalem, le problème des réfugiés et la question de la sécurité. Malgré des efforts de part et d’autre, ce sommet ne parvient pas aux résultats espérés. Cependant, les négociations entreprises permettent de déboucher sur l’Initiative de Genève. M. GARTEN/AP obtenir des précisions sur « la ligne de conduite de ce nouveau gouvernement palestinien ». Défiant à l’encontre des engagements palestiniens et strict dans la définition du cadre des négociations, Ehud Olmert demeure cohérent avec ses positions depuis le retrait d’Ariel Sharon hors de la vie politique en avril 2006. Si la position du Premier ministre israélien apparaît rigide de prime abord, l’évolution du contexte pourrait lui conférer plus de souplesse. La présence de Condoleezza Rice sur place indique sans doute une volonté des Etats-Unis de relancer le processus de paix, en particulier pour redorer le blason de l’administration Bush, terni par le bourbier irakien. L’action récente de la diplomatie dans le dossier nord-coréen sem- L’Initiative de Genève (2003) Signée le 1 er décembre 2003, l’Initiative de Genève regroupe parmi ses principaux négociateurs Yossef Beilin, ancien ministre de la Justice israélien, et Yasser Abd Rabbo, ancien membre du comité exécutif de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP). L’Initiative de Genève prévoit entre autres le partage de la souveraineté de Jérusalem, l’évacuation par Israël de 98% de la Cisjordanie et de la totalité de la bande de Gaza et l’indemnisation des réfugiés palestiniens. Désapprouvée par Ariel Sharon, qui l’estime dangereuse pour Israël, elle fait l’objet d’un soutien timide de la part de l’Autorité palestinienne. ISRAEL SUN/REA ACTU ble confirmer cette volonté de détente. Les Américains, soutiens fidèles d’Israël, sont susceptibles d’inciter Ehud Olmert à davantage de souplesse. L’infoenplus Olmert sceptique Le Premier ministre israélien ne croit pas à la pérennité d’un gouvernement d’union nationale palestinien : « Il s’effondrera de toute façon », a-t-il déclaré le 12 février. Le sommet de Charmel-Cheikh (2005) Ce sommet, qui se déroule le 8février2005 dans le sud du Sinaï, est l’occasion pour Mahmoud Abbas, nouvellement élu président de l’Autorité palestinienne, et Ariel Sharon, alors Premier ministre israélien, de se rencontrer pour la première fois. Il permet d’aboutir à la proclamation d’un cessez-le-feu général ainsi qu’à l’arrêt de toutes les opérations militaires. En parallèle, d’autres mesures sont âprement négociées, parmi lesquelles la libération de prisonniers palestiniens. Directsoir t Lundi 19 février 2007 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :