Direct Soir n°113 19 fév 2007
Direct Soir n°113 19 fév 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°113 de 19 fév 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : Ehud Olmert premier ministre israélien, rendez-vous pour la paix

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
Directsoir t Lundi 19 février 2007 6 ACTU FRANCE EN BREF Retour d’Augustin Legrand au canal Saint-Martin v Le comédien et fondateur de l’association des Enfants de Don Quichotte a déclaré aujourd’hui qu’il se réinstallait sur le campement « car rien n’a avancé » et a demandé la démission de Catherine Vautrin, ministre à la Cohésion sociale, jugée incompétente par le porte-parole. Il dénonce aussi l’absence totale de travailleurs sociaux pour encadrer la centaine de SDF. Alerte à l’ambassade du Canada à Paris v Une alerte nucléaire, radiologique, bactériologique et chimique (NRBC) a été déclenchée, puis levée à 11h15 ce matin à l’ambassade du Canada à Paris. Un courrier a été réceptionné et ouvert par une employée qui a été prise d’un malaise et se serait mise à saigner très légèrement. L’enveloppe, qui contenait un tissu imbibé d’un liquide non déterminé, devrait être analysée par le laboratoire de la préfecture de police. Disparition d’une enfant à Beauvais v Un bébé de 18 mois, que sa mère avait confié à une adolescente de 14 ans en fugue depuis environ un mois, est activement recherché depuis samedi par une dizaine de policiers. Le parquet de Beauvais, chargé de l’enquête a indiqué ce matin qu’il n’y avait pas de nouveaux éléments pour le moment. 50000 poules carbonisées près de Provins v 50000 poules ont péri carbonisées, hier soir, dans un incendie qui a ravagé un hangar agricole dans une ferme de Cerneux, près de Provins (Seine-et-Marne). D’origine indéterminée, le sinistre s’est déclaré dans un entrepôt où sont habituellement stockés des cartons, avant de se propager au poulailler. Plusieurs casernes de pompiers ont combattu le feu pendant quatre heures avant de parvenir à le maîtriser. CONGRÈS/Dernière réunion avant élection Les députés et sénateurs ne devraient pas revenir à Versailles avant quelques mois.Aujourd’hui, et pour la quatorzième fois de l’histoire de la V e République, les 905élus étaient réunis en congrès à Versailles pour adopter trois révisions de la Constitution. Cette réunion, que Jacques Chirac voulait à tout prix, sonne comme un point final à son quinquennat, avec trois de ses engagements présidentiels au programme : le gel à la date de 1998 du corps électoral néo-calédonien, l’inscription de l’abolition de la peine de mort et la réforme du statut pénal du chef de l’Etat. Ces trois textes ont déjà été examinés et adoptés par les deux chambres. Non sans peine. Après l’Assemblée nationale en décembre, le Sénat s’est prononcé en janvier pour le projet de loi controversé sur le gel du corps électoral de Nouvelle- Calédonie. Ce texte stipule que seules les personnes installées dans l’archipel depuis dix ans, en 1998, pourront voter aux élections territoriales et provinciales de 2009 à 2014. Cette interprétation de l’accord de Nouméa de 1998, contestée par des élus UMP – dont Nicolas Sarkozy – faisait partie des engagements des socialistes quand ils étaient au pouvoir. La réforme du statut pénal du chef de l’Etat, qui organise une procédure de destitution du président en cas de manquement grave à ses devoirs, n’a été approuvée qu’au prix de modifications la rendant très difficile à mettre en œuvre. Le groupe socialiste arguait que la destitution du Président ne le priverait pas d’un siège à vie au Conseil constitutionnel, et que, compte tenu du mode d’élection du Sénat, seul SONDAGE/Famille, je vous aime h Qui a dit que les Français n’avaient plus le sens de la famille ? Alors que la canicule de 2003 semblait avoir illustré le manque d’entraide et de soutien au sein des familles, une étude du Credoc (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie) mène à des conclusions différentes. Selon cette enquête, neuf personnes sur dix ont aidé ou ont été aidées (garde d’enfant, bricolage, aide financière, ou simple présence…) par un membre de leur famille au cours de l’année passée. Le soutien familial financier est surtout dirigé vers les jeunes, puisque 32% des 18-24ans ont reçu de l’argent dans l’année, contre 5% des sexagénaires. Mais les seniors ne doivent pas redouter l’abandon, puisque 65% des Français affirment qu’ils seraient prêts à héberger un parent dépendant. Et 51% pourraient même déménager pour l’aider. ANTONIN MOSER,ALEXANDRA MONTALDIER,GUILLAUME ZELLER,MARION SOUZEAU,BENJAMIN FRANÇOIS Pour la quatorzième fois de l’histoire de la V e République, Versailles accueillait les 908 élus. un chef d’Etat de gauche serait passible de la Haute Cour. Il a pourtant joint ses voix à celles de l’UMP à l’Assemblée et s’est abstenu au Sénat. Des trois textes, seule l’inscription de l’abolition de la peine de mort n’a posé aucun problème. Vingt-cinq ans après la promulgation de la loi, tous les groupes politiques – excepté une quinzaine de députés UMP – ont apporté leur soutien au projet de loi qui ajoute un article 66-1 à la Constitution, disposant que « nul ne peut être condamné à la peine de mort ». Pour être entérinés, les trois projets doivent recueillir trois cinquièmes des suffrages exprimés par les parlementaires. L’adoption définitive semble acquise. Même si les socialistes s’abstiendront sur le statut pénal du chef de l’État. D’autres élus ont fait savoir qu’ils voteront contre les trois textes. C’est le cas de SÉGOLÈNE ROYAL/Le rendez-vous qui compte h Ségolène Royal est l’invitée de Patrick Poivre d’Arvor ce soir pour l’émission J’ai une question à vous poser sur TF1 à 20h50. Elle répondra en direct à une centaine de Français représentatifs, sélectionnés par la Sofres. L’exercice s’annonce déterminant pour la candidate du parti socialiste. D’après la majorité des observateurs, ce rendez-vous télévisé pourrait être celui de la dernière chance après les récents remous de sa campagne. Les nouvelles études, dont le baromètre TNS-Sofres publié hier pour RTL- Le Figaro-LCI, la donne perdante au second tour avec 45% des voix face à Nicolas Sarkozy : son plus mauvais score depuis l’annonce de sa candidature. L’effet mitigé de son discours à Villepinte le 11 février, la démission d’Eric Besson, responsable des questions économiques au PS, expliquent en partie cette désaffection de l’opinion. Pour autant, les analystes ne manquent pas de souligner qu’en 1995, Edouard Balladur était donné gagnant face à Jacques Chirac, de même qu’en 2002, Lionel Jospin avait devancé pendant longtemps le président A savoir A côté du Versailles des rois, il existe un Versailles de la République. L’une des ailes du château abrite depuis 1995 le musée « Les grandes heures du Parlement ». Renseignements sur le site Internet de l’Assemblée nationale. Jacques Myard, député UMP des Yvelines, qui fustige la « révisionnite aiguë » des élus : « Aucun des trois projets de révision soumis au Congrès n’a le caractère d’urgence et de nécessité. Ils sont en réalité des promesses électorales et ne répondent pas à l’exigence de réformer la loi fondamentale pour améliorer le fonctionnement des institutions et de l’Etat », dénonce-t-il dans un communiqué. sortant dans les sondages. In fine, il n’avait pas franchi le premier tour. Pour le moment, forte de ces enseignements, Ségolène Royal affiche une certaine sérénité. Jeudi, elle doit annoncer une réorganisation de son équipe de campagne que Michel Sapin, interrogé ce matin sur Europe 1, définissait comme « plus structurée, plus solidaire », dont l’objectif sera de « faire connaître le pacte présidentiel », selon les termes de Jean-Louis Bianco, toujours ce matin, sur RTL. L’émission de ce soir peut constituer un tournant. Rodée par l’« exercice des débats participatifs », Ségolène Royal dispose d’atouts substantiels pour affronter les questions des citoyens, et dès lors, redresser la barre (voir aussi page 17). Ségolène Royal. G. BASSIGNAC/GAMMA M. FREY/FEDEPHOTO
www.directsoir.net ECONOMIE/Le Smic à 1500 euros anime la campagne A quelques mois de la présidentielle, la question de la hausse du Smic fait toujours débat dans les sphères politiques et économiques. Première revendication de la CGT, la mesure soulève de nombreuses objections côté patronat. La controverse autour du passage du Salaire minimum interprofessionnel de croissance (Smic) à 1500 euros bruts divise toujours autant politiques et économistes à quelques mois de la présidentielle. Jugé « extrêmement bas » par Marie-Pierre Iturrioz, chargée des questions salariales à la CGT et interrogée hier par l’AFP, il s’élève aujourd’hui à 1254 euros bruts par mois, soit 984 euros nets pour une personne travaillant à temps plein. Au programme du pacte présidentiel de la candidate socialiste, Ségolène Royal, la question de la hausse du Smic fédère également le parti communiste comme et Lutte ouvrière, dirigé par Arlette Laguiller. L’objectif affiché est de soutenir d’urgence le pouvoir d’achat, bien que cela provoque une levée de boucliers côté patronat, qui juge le coût du travail trop élevé et pénalisant pour l’emploi. L’analyse du secrétaire général de la CGPME (Confédération générale des petites et moyennes entreprises), Jean-Eudes du Mesnil du Buisson, interrogé hier par l’AFP est sans appel : « Quand le coût du travail est plus important, la compétitivité de la France recule. » De même, la confédération estime que si la mesure entrait en vigueur brutalement, cela pénaliserait les PME, qui emploient davantage de salariés payés au Smic que les grandes entreprises. « Les supermarchés, par exemple, pourraient essayer de remplacer les caissières par des machines parce que les caissières vont devenir plus chères », expliquait hier à l’AFP, Henri Sterdinyak, professeur à l’université Paris-Dauphine. Des inquiétudes que partagent certains économistes qui évaluent à 25% l’alourdissement du coût du travail peu qualifié, ce qui pourrait pousser des sociétés à licencier. Pour autant, la CGT défend sa revendication par la nécessité de relancer la demande par des salaires « corrects », insiste Marie-Pierre Iturrioz.Tandis que le dernier rapport du Conseil de l’emploi, des revenus et de la cohésion sociale (Cerc) mentionne qu’un ménage salarié ne disposant que d’un Smic à plein-temps est à peine au-dessus du seuil de pauvreté, même avec les transferts sociaux. Ainsi, la question du bon C’estdit « La République a décidé de retirer la croix de commandeur de la Légion d’honneur à Maurice Papon, il n’est plus commandeur de la Légion d’honneur, c’est tout. Ensuite, ouvrir les cercueils, c’est quelque chose qui me déplaît. » Michèle Alliot-Marie (Le grand rendez-vous Europe 1/TV5 Monde/Le Parisien-Aujourd’hui en France La question du Smic fait état de l’ensemble de la grille des salaires. niveau du Smic fait état, par ricochet, de l’ensemble de la grille des salaires qui a eu tendance à s’écraser vers le bas. A cela, le candidat de l’UMP à la présidentielle, Nicolas Sarkozy table dans son programme sur un effort à faire sur les salaires, grâce à l’augmentation de la quantité de travail. Sur ce même thème, d’autres économistes avancent des pistes de réflexion quant à l’utilisation en France des dispositifs de soutien aux bas salaires pour accroître l’emploi plutôt que le pouvoir d’achat. Mais tous s’accordent à dire que la portée de la mesure dépendra du calendrier, puisque le Smic est automatiquement revalorisé chaque année. Donc « il sera à peu près à 1450 euros dans cinq ans même si on ne fait rien », rappelle Henri Sterdinyak. Loin d’être seulement dédié aux personnes à faible qualification, le Smic concerne aujourd’hui diplômés et autres personnes expérimentées. Une hausse du salaire minimum interprofessionnel de croissance à 1500 euros coûterait près de 9 milliards d’euros en année pleine. Plus de 2 millions de Français étaient rémunérés sur la base de ce minimum l’an dernier. « On me dit que le moment est compliqué. Si je devais attendre un moment qui n’est pas compliqué pour venir au Proche-Orient, je ne monterais jamais dans l’avion. » Condoleezza Rice (Le Figaro) « Les bons sondages, cela a une vertu, mes amis me laissent tranquille. » Nicolas Sarkozy (Le Parisien) Grève des postiers à Paris, le 14 novembre dernier. T. COEX/AFP DENIS/REA FRANCE DES PROMESSES POUR LA RECHERCHE h A grand renfort de promesses électorales, la recherche s’invite dans la campagne présidentielle. Vendredi, à Strasbourg, Ségolène Royal s’est engagée à augmenter les crédits à la recherche et à l’enseignement supérieur de 10% par an pendant cinq ans. Invitée par la Confédération des jeunes chercheurs, la candidate à l’Elysée s’est dite favorable à une revalorisation des allocations de recherche. « Nos chercheurs sont l’avenir et pourtant ils sont maltraités », a déclaré Corinne Lepage, seule autre candidate à la présidentielle présente à ces Etats généraux. En début de semaine, Nicolas Sarkozy a appelé à une « réforme profonde de l’organisation de notre système universitaire et de notre appareil de recherche ». Le collectif « Sauvons la recherche », fer de lance de la grogne des chercheurs en 2003 et 2004, a adressé une série de questions à destination des candidats. Budget du ministère, statut des chercheurs et grandes orientations des politiques de recherche figurent dans ce document. Dans les KIOSQUES Tendance très contrastée pour le nouveau numéro de Elle qui paraît ce lundi. Un témoignage à propos d’un caïd de la mafia, mais aussi, en matière de mode, le « nouveau chic » italien. G. HORCAJUELO Directsoir t Lundi 19 février 2007 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :