Direct Soir n°110 14 fév 2007
Direct Soir n°110 14 fév 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°110 de 14 fév 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2,8 Mo

  • Dans ce numéro : Mohammed VI le roi de l'ouverture

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
Directsoir t Mercredi 14 février 2007 4 EXCLUSIVITÉ INTERVIEW DOMINIQUE VOYNET L’exigence écologique La candidate des Verts à la présidentielle était ministre de l’Environnement lors de la catastrophe de l’« Erika », dont le procès s’est ouvert lundi. Elle suivra avec attention les conclusions du tribunal. Vous étiez ministre de l’Environnement au moment de la catastrophe de l’Erika, et on vous avait reproché une phrase malheureuse : « L’Erika ce n’est pas la catastrophe écologique du siècle ». Quelques années plus tard, qu’attendezvous du procès qui s’est ouvert lundi ? Je suis allée au procès pour manifester mon intérêt pour un drame qui a dévasté la côte Atlantique, mais aussi pour dire que j’assume totalement la responsabilité de ce qui a été fait à cette époque. Je veux qu’on aille à l’essentiel, c’est-à-dire reconnaître que la loi permet l’indemnisation du préjudice économique mais qu’elle ne permet pas encore l’indemnisation du préjudice écologique ni du préjudice moral, et que c’est un problème. Dans cette affaire, audelà des coûts qui ont été engagés pour la dépollution des plages et des rochers, on a l’impression que les dégâts faits à la nature, les blessures faites aux habitants et aux riverains ne sont pas prises en compte. L’Etat français doit se réorganiser. Actuellement, tout ce qui concerne la mer, la sécurité maritime et la protection du littoral est émietté entre sept ministères qui ont tendance à se renvoyer la balle en cas de problème. Il n’est pas anodin que ce soit le ministre qui disposait des plus faibles moyens pour intervenir sur le terrain qui soit alors en première ligne, alors que tous les autres ministères étaient absents. Les côtes bretonnes sont-elles mieux protégées depuis la catastrophe de l’Erika ? La réglementation internationale évolue peu à peu au niveau de l’organisation maritime. L’indemnisation des catastrophes progresse elle aussi. Mais pour l’essentiel, des progrès ont été constatés au niveau européen, avec l’adoption de directives, de règlements communautaires. Ce qui manque, c’est le passage à l’acte, c’est-à-dire la transposition des directives européennes dans le droit national, et c’est aussi la mobilisation des moyens pour permettre d’agir. Le réflexe d’une compagnie pétrolière, c’est de prendre le bateau qui lui coûtera le moins cher. C’est une mauvaise chose. Quand vous voulez aller d’un point à un autre, si vous prenez une voiture dont vous savez pertinemment qu’elle n’a pas de freins et pas de direction, d’abord vous Ce n’est pas aux Verts que Nicolas Hulot prenait des voix Repères P.BESSARD/AFP MATTIS MEICHLER AFP M. TAAMALLAH/ABACA allez vous planter, ce qui sera bien fait pour vous, et vous risquez aussi de tuer quelqu’un et on pourra vous poursuivre en justice. Serez-vous vraiment candidate, et combien de parrainages vous manque-il ? J’en ai 420. Nous sommes confrontés à des maires qui répugnent à nous donner leur signature. Cela résulte en grande partie de la décision du parti socialiste de ne pas parrainer d’autres candidats que ceux de leur camp. C’est révoltant. Comment fonctionne le rapport de force avec le PS ? N'êtes-vous pas en position de faiblesse ? Si, mais lui aussi ! Le PS ne peut pas espérer voir l’une des siens l’emporter si elle (Ségolène F.FIFE/AFP Royal,ndlr) n’est pas capable de réunir la gauche au deuxième tour. Pourquoi y a-t-il un tel écart entre la conscience écologique des Français et leurs intentions de vote ? Nicolas Hulot faisait 10% dans les sondages… Ce n’est pas aux Verts que Nicolas Hulot prenait des voix, c’est à Nicolas Sarkozy et à Ségolène Royal. Pour beaucoup de gens de gauche, comme de droite, manifester en plus une sensibilité écologique, c’était de l’ordre du possible.Adopter vraiment l’ampleur et l’exigence des Verts pour transformer la donne, c’est difficile ! Pour l’essentiel, les partis politiques adorent parler d’environnement et détestent en faire. La quasi totalité des candidats qui ont signé le pacte écologique de Nicolas Hulot et se prévalent de cet acte militant considère que cela suffit. On vit dans un monde médiatique assez curieux. On a eu quelques semaines consacrées à la priorité écologique, ensuite on a parlé du logement, et dès que les caméras se sont détournées, c’était fini. Propos recueillis par Valérie Trierweiler et Dominique Souchier au Grand8 de Direct8. Pionnière Ministre Candidate Dominique Voynet est pionnière de l’écologie politique. En 1984, elle participe à la fondation des Verts. A ses côtés, on trouve entre autres Yves Cochet, Guy Hascoët ou encore Antoine Waechter. PROFIL 1984 : participe à la fondation des Verts 1985 : médecin anesthésiste, elle est élue à la tête des Verts de Besançon 1989 : élue conseillère municipale à Dole et députée européenne 1991 : porte-parole des Verts 1995 : candidate à la présidentielle 2002 : secrétaire nationale des Verts, elle pilote la campagne présidentielle de Noël Mamère 2004 : sénatrice de Seine-Saint-Denis En 1997, elle intègre le gouvernement de Lionel Jospin comme ministre de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement. Elle participe aux négociations du protocole de Kyoto. Dominique Voynet est la candidate des Verts à l’élection présidentielle 2007. C’est sa deuxième campagne présidentielle après celle de 1995, à l’issue de laquelle elle avait obtenu 3,32% des suffrages.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :