Direct Soir n°104 6 fév 2007
Direct Soir n°104 6 fév 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°104 de 6 fév 2007

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (210 x 280) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : Brésil : Lula « le président des pauvres »

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
Directsoir t Mardi 6 février 2007 4 EXCLUSIVITÉ INTERVIEW MICHELA MARZANO De corps et d’esprit De Pinocchio à Barbie en passant par le marquis de Sade et Fellini, Le dictionnaire du corps*, ouvrage ambitieux, réhabilite notre enveloppe charnelle. Quelle est l’influence du cerveau sur le corps ? Le cerveau est l’organe clé. Dans le passé, on parlait d’âme ou d’esprit pour évoquer le cerveau. Le corps pouvait se réduire au cerveau. On a tendance aujourd’hui à réduire un certain nombre de comportements physiques à un simple mécanisme chimique : un influx nerveux du cerveau qui passe par les synapses et provoque un geste. Par exemple, la douleur et l’excitation passent par le cerveau. Or, cela met de côté le rôle de l’inconscient. Ce serait une erreur de tout réduire à des mécanismes chimiques. Notre corps est-il intelligent ? Il a une forme d’intelligence, oui. Il réagit par des symptômes physiques s’il ressent un malaise. Il faut savoir écouter ces signes. Nous sommes habitués dans notre société à aller voir le médecin dès que nous ne nous sentons pas bien ou à prendre des psychotropes dès que nous nous sentons un peu déprimés. Nous ne laissons plus le temps à notre corps de nous expliquer ce qui ne va pas. C’est aussi vrai pour les addictions. C’est en travaillant sur des symptômes corporels que la psychanalyse est née. Au 19 e siècle, Freud avait commencé à travailler sur les grands hystériques, notamment des femmes, qui ne pouvaient pas accéder à leurs désirs. A l’époque, la femme était prisonnière d’un clivage : elle devait être soit une « madone » soit une « pute ». Et devant ce choix impossible, elle devait se résoudre à une « conversion hystérique » qui se manifestait par une paralysie, un aveuglement ou un mutisme. Un symptôme qui n’a pas une origine organique mais psychique. Nous sommes dans une société du gavage Repères O. BARBE/CORBIS Le corps Les nains « Chaque individu est au monde par et dans son corps. Dans l’histoire de la philosophie, le corps a été un peu oublié, considéré comme une prison, un obstacle à la connaissance de la vertu. Mais c’est aussi par le corps que j’habite le monde, que je peux vous rencontrer. C’est une forme de communication. » PROPOS RECUEILLIS PAR BORIS EHRGOTT,CAROLINE ITHURBIDE AVEC XAVIER PLASSON S. HUET MERIA-OG/DIRECT8 BIOGRAPHIE Née à Rome, Michela Marzano est chargée de recherche au CNRS et travaille sur les questions d’éthique philosophique qui touchent à la personne et au corps. Elle a écrit plusieurs livres dont La pornographie ou l’épuisement du désir (Buchet/Chastel, 2003), La fidélité ou l’amour à vif (Buchet/Chastel, 2005), Je consens, donc je suis (PUF, 2006). Ces symptômes sont-ils toujours manifestes ? Ils sont plus rares, mais les psychanalystes sont souvent confrontés aux problèmes de dépendance. Le corps est gavé. Le problème n’est plus d’essayer de repérer son désir mais de satisfaire immédiatement un besoin. Quand un bébé pleure, nous sommes tentés de lui donner, tout de suite à manger pour arrêter ses cris. Nous sommes dans une société du gavage. Il y a des addictions évidentes, les stupéfiants par exemple, mais certaines sont beaucoup plus induites, comme le sport, la nourriture (boulimie), les images pornographiques, la sexualité, etc. « Le problème, c’est la visibilité du handicap. Quand on croise une personne de petite taille, on a tendance à la mettre à distance en tant qu’objet différent. On a peur de cette forme d’identification. Et pourtant, les nains sont des individus comme vous et moi : ils aiment, ils souffrent. » Michela Marzano, Nains et alors ?, photographies de Sylvie Huet, éd. Buchet/Chastel. Est-ce le même type de dépendance pour chacun de ces exemples ? Etymologiquement, l’addiction signifie que l’on donne son corps en esclavage. Nous perdons la liberté de décider de notre vie. L’esprit ne contrôle plus le corps, il est biaisé. Quel est le statut du corps ? Le corps est aussi un objet dont nous disposons. Nous pouvons faire une série de choses avec et sur notre corps. Nous pouvons en user et en abuser. Mais à la différence de tout autre objet, j’ai mon corps tout en l’étant, et je suis mon corps tout en l’ayant. Le statut est donc ambigu. Quelle est la place du cœur dans l’histoire de notre corps ? Le cœur a toujours joué un rôle déterminant dans l’histoire de la pensée. Le battement du cœur est longtemps resté le seul moyen de savoir si quelqu’un était mort. C’est un organe de vie. Cela pose d’ailleurs aujourd’hui un problème éthique car il n’est aujourd’hui possible de prélever les organes d’un corps dit « en mort cérébrale » que si le cœur continue de battre. Pourquoi faire figurer Federico Fellini dans votre dictionnaire ? Ce réalisateur a placé le corps au centre de son cinéma. Souvent, ses personnages sont caricaturaux et monstrueux. Il a voulu mettre le corps en scène même dans ses aspects les plus dérangeants. Cela titille chacun de nous car nous croyons que le monstre est toujours l’autre. Pourquoi notre société s’évertue-t-elle à faire disparaître les traces du temps sur le corps ? C’est un paradoxe.Alors que la mémoire est au cœur de notre société – se souvenir pour ne pas tomber dans les mêmes pièges – notre corps ne doit pas conserver les traces du temps. Et pourtant le corps doit avoir son âge, les rides sont un signe de l’expérience. Quand ma grand-mère me racontait une histoire, son vécu se voyait sur son physique. Aujourd’hui, les grands-mères ont presque l’âge de leur fille ! Effacer toute trace du temps est un idéal illusoire. Dictionnaire du corps, M. Marzano et collectif, PUF, 34 €.
PICTURES : GETTY - P.GRAD/Sport : STADIUM et DPPI/MI3 : Paramount/PETER PAN : Sony Pictures Television International/COMBIEN TU M'AIMES : Fidélité Productions MISSION ANTARCTIQUE : Martin Leclerc/LES BRONZÉS 3 : TPS/DESPERATE HOUSEWIVES : TPS/SPECTACLE : photo by BD Damir Yusupov www.eutelsat.fr Jamais l’émotion n’a été aussi bien partagée. Eutelsat. La télévision par satellite pour tous. Premier opérateur français, premier opérateur européen, c’est avec sa flotte de 23 satellites qu’Eutelsat nous ouvre les fenêtres du Monde. Diffusant aussi bien les chaînes nationales que les programmes internationaux, préparant résolument l’avenir avec la, l’image avec Eutelsat prend une dimension inégalée jusqu’alors. Maintenant le sport, la musique, le cinéma, l’information, les divertissements, les émissions jeunes, sont devenus le privilège de tous.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :