Direct Soir n°1 6 jun 2006
Direct Soir n°1 6 jun 2006
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1 de 6 jun 2006

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Direct Soir S.A.

  • Format : (285 x 380) mm

  • Nombre de pages : 28

  • Taille du fichier PDF : 8,3 Mo

  • Dans ce numéro : Kouchner défend Ségolène : les éléphants se trompent énormément

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
Directsoir t Mardi 6 juin 2006 8 L’ACTU FRANCE Infos du jour Les plus de 55 ans ne sont que 37% à travailler. Dominique de Villepin a voulu y remédier en présentant ce matin son plan national d’action en faveur de l’emploi des seniors. Parmi les mesures énoncées, le « Contrat à Durée Déterminée Senior » spécifique pour les chômeurs de plus de 57 ans. Par ailleurs, les salariés n’auront plus la possibilité de négocier leur départ anticipé en retraite avant 65 ans. Enfin, travailler au-delà de 60 ans impliquera un bonus pour la retraite de 3% par année validée. Emile Louis comparaît en appel dès aujourd’hui et ce jusqu’au 30 juin. Agé de 72 ans, il avait été condamné en novembre 2004 à la réclusion criminelle à perpétuité par la cour d’Assises de l’Yonne pour les assassinats de sept jeunes filles à la fin des années 1970. 4 975 tués dans les accidents de la circulation en 2005. La France passe ainsi sous la barre symbolique des 5 000 morts sur route et enregistre une baisse pour la quatrième année consécutive. Le ministre des Transports, Dominique Perben, s’en félicite. Ces résultats interviennent en marge du projet de réaménagement du permis à point qui limiterait le nombre de conducteurs sans permis. La commission d’enquête parlementaire d’Outreau devait voter les propositions pour réformer le système judiciaire malmené dans cette affaire. Supprimer le juge d’instruction unique et le remplacer par un collège de trois magistrats, autoriser les fenêtres de publicité « durant l’instruction », raccourcir la durée de détention provisoire et modifier les conditions de garde à vue sont les quatre points clés de la réforme. Jacques Chirac et Dominique de Villepin sont au coude-à-coude. Selon un sondage LH2-Libération, le Président de la République et le Premier ministre jouissent de 22% d’opinions positives, soit une chute de 2 points pour le chef de l’Etat et une progression de 2 points pour son dauphin. La Tour d’Argent perd de son éclat. On a appris ce matin la mort de Claude Terrail. Le propriétaire et président du célèbre restaurant parisien s’est éteint jeudi 1er juin à l’âge de 88 ans. Depuis le 29 avril 2003, c’est son fils André qui assure le service à cette adresse mondialement connue pour sa gastronomie, ses canards numérotés et son imprenable vue sur Notre- Dame... FÊTE DE LA MUSIQUE Demandez le programme ! 10 pays et 250 villes. La 25 e édition de la fête de la musique voit grand cette année. C’est la ville australienne de Sydney, une nouvelle venue, qui donnera le coup d’envoi des festivités le 21 juin prochain, fuseau horaire oblige. L’événement est placé cette année sous le signe de la francophonie et du partage. Nos missionnaires : la jeune garde française qui ira porter la bonne musique hors de nos frontières. Ceux qui Marchent Debout se produiront par exemple au Liban, Emilie Loizeau fera le bonheur des Péruviens et Dominique A enflammera les coeurs londoniens. Pour les malchanceux qui ne quitteraient pas le sol français, pas de panique. La fête de la musique reste un événement national très couru. A Paris, le long de la Seine et des canaux de la capitale, il y en aura pour tous les mélomanes. Ne ratez donc pas la reine Cesaria Evora ou les festifs Sergent Garcia sur la place de la Bastille. Si vous êtes d’humeur plus rock, soyez présents devant la bibliothèque François Mitterrand pour suivre la performance des sautillants Hushpuppies, ou des minots de Second Sex. Enfin, si vous voulez faire trembler le dancefloor, nous ne saurions trop vous conseiller les sets d’Antoine Clamaran et Bob Sinclar qui se produiront sur les Champs- Elysées. En province, le spectacle sera bien évidemment au rendez-vous. Toutes les informations nécessaires sont disponibles sur le site, depuis ce matin : www.fetedelamusique.culture.fr Caroline Halazy, Anne Deverre, Bérengère de Termont, Thomas Liard, Samantha Szwec, Guillaume Zeller JULES/SIPA ANNIVERSAIRE/Passeport pour l’au-delà h Il y a juste soixante-deux ans, le 6 juin 1944, plusieurs dizaines de milliers d’Alliés débarquaient. Parmi eux, seulement 177 Français. Un des derniers survivants, Maurice Chauvet, 88 ans, nous raconte. Quand apprenez-vous que le Débarquement est imminent ? Quelques jours avant, on nous a présenté des photos, des plans. Mais tout était sans aucune indication de lieu. On ne savait pas du tout où on allait. De l’argent nous a été remis. C’était de l’argent imprimé aux Etats- Unis avec le drapeau français. Tous les Français étaient enchantés. Ils étaient persuadés qu’ils seraient de retour chez eux en moins de huit jours. Mais ils se faisaient des illusions… On nous a donné ensuite une fiche d’embarquement en deux parties : nous devions remettre la première en montant dans les bateaux et garder la seconde dans la poche droite de notre « battle dress ». C’était le document qui serait pris en cas de décès. Gwen-Aël Bolloré, l’un des commandos, âgé de 18 ans, l’appelait le « passeport pour l’au-delà ». Vous passez la nuit du 5 au 6 juin à bord des navires qui vous emmènent en France. Comment se passe cette veillée d’armes ? On a très peu dormi. On nous avait annoncé qu’un gars sur deux ne reviendrait pas, et donc j’avais tendance à regarder les copains d’à côté en me disant : « Tout de même, c’était de bons camarades, je ne vais peut-être pas les voir longtemps ». Au cours de la nuit, nous avons été survolés par les avions qui remorquaient des planeurs ou qui emportaient les parachutistes de la 6 th Airborne Division. Vous finissez par vous assoupir. Pas pour longtemps… Réveil à 5 heures du matin. Nous montons tous sur le pont : il y a une brume épaisse et une mer déchaînée. Nous entendons un fort bombardement aérien au loin. Je cherche du café mais il n’y en a plus ; je trouve alors une boîte de beans à la tomate, que j’avale. Des barges de débarquement ont dépassé notre navire. Sur l’une d’elles, on a vu le colonel Dawson qui commandait notre unité. Il nous saluait. Au petit matin, c’est le grand moment. Les hommes du commando Kieffer, votre unité, se jettent à l’eau… Nous avons débarqué à 7h45. Quand je me suis présenté pour descendre dans l’eau, l’avant de la barge avait été abîmé par un obus. En voyant la terre, je ne pense qu’à ma mission ; je dois faire la liaison entre l’état-major britannique et les commandos français. Les balles sifflent de partout. Le premier type sur lequel je butte, c’est le commandant Kieffer, qui avait été blessé à la cuisse. Au garde-àvous, je lui propose mon aide mais il m’ordonne de passer à tout prix. Une fois sur le sable, que faitesvous ? Arrivé sur la plage, je pars tout seul vers le casino de Ouistreham aux abords duquel je tombe sur quelques hommes du bataillon. C’est là qu’a été tué le capitaine Lion, notre médecin. Ça tirait dans tous les coins. Au cours de la seule journée du 6 juin, le commando a eu dix tués et trentehuit blessés évacués. Est-ce que le 6 juin a été la journée la plus importante de votre vie ? Peut-être pas : j’ai beaucoup vécu. Mais c’est celle qui m’a le plus marqué. A lire : It’s a long way to Normandy, Maurice Chauvet, Jean Picollec Editeur, Paris, 2004. IMAGE FORUM
www.directsoir.net POLITIQUE/ « Golden carte » pour immigrés Deux points clés du projet de loi de Nicolas Sarkozy sont vivement critiqués par l’opposition : le principe d’immigration choisie et le durcissement des conditions du regroupement familial. L’examen du projet de loi sur l’immigration et l’intégration du ministre de l’Intérieur a commencé aujourd’hui au Sénat. Il avait été adopté le 17 mai dernier, après déclaration d’urgence, par l’Assemblée nationale. La commission des lois de la Chambre a d’ores et déjà enregistré quelques modifications lors de l’adoption. Mais celles-ci restent marginales et le noyau dur du texte intact : durcir les règles d’entrée et de séjour des étrangers sur le territoire, et passer ainsi d’une immigration subie à une immigration choisie. Un concept qui repose sur des critères professionnels et de formation. Les meilleurs auront la chance de décrocher la carte « compétences et talents ». Les autres devront correspondre aux quotas définis chaque année par le gouvernement. Aujourd’hui, « l’immigration travail » ne représente que 7% du flux migratoire, le reste étant relatif au regroupement familial. Objectif pour le ministre de l’Intérieur : inverser la vapeur. Le rapporteur du projet et sénateur UMP, François-Noël Buffet, défend fermement la légitimité du projet. « Depuis plus de trente ans, la France a subi sa situation en matière d’immigration. Jamais elle n’avait mis en place une démarche positive. Il appartient au pays de fixer les règles d’accession à son territoire. [...] Aujourd’hui, « l’objectif est de développer l’immigration travail, bénéfique pour le pays. » Golden carte de l’immigration Un discours jugé inacceptable par l’opposition. « Le gouvernement cherche à instaurer une ‘golden carte’de l’immigration, s’indigne Bernard Frimat, sénateur socialiste et ancien vice-président de la commission sur l’immigration clandestine. Il suffit de voir quelle a été la réaction du président du Sénégal »... A l’occasion d’une visite en France, Abdoulaye Wade s’était en effet insurgé contre le projet de Nicolas Sarkozy. « Ce n’est pas honnête de vouloir nous prendre nos meilleurs fils alors que je dépense beaucoup d’argent pour les C’estdit « Si tous les habitants du globe atteignaient le niveau de vie d’un Américain, il faudrait (…) cinq à six planètes supplémentaires ! » Jean-Marie Pelt, écrivain former », avait-il alors déclaré. Comme lui, d’autres chefs d’Etat africains ont accusé le gouvernement français d’orchestrer une fuite des cerveaux à leurs dépens. François-Noël Buffet dément. « Cette immigration contribue aussi à la croissance du pays d’origine. » Il met en avant le principe de codéveloppement prévu par le projet de loi. L’article 12 stipule que la personne qui bénéficie d’une carte « compétences et talents » est tenue d’apporter son concours à des actions de développement « Aujourd’hui, l’objectif est de développer l’immigration travail, bénéfique pour le pays. » culturel, économique ou humanitaire avec son pays d’origine. Autre point litigieux : le durcissement des conditions du regroupement familial. Pour être rejoint par sa famille, un ressortissant étranger devra justifier de 18 mois de séjour en situation régulière au lieu de 12 et d’un revenu au moins égal au SMIC sans les allocations auxquelles il peut prétendre. Le but est d’assurer aux ressortissants légaux une intégration réussie. L’opposition dénonce cependant l’effet pervers de ces mesures. « Elles auront pour effet de voir les chiffres de l’immigration clandestine se multiplier, explique Bernard Frimat. L’immigrant fera quand même venir sa famille, mais dans l’illégalité. » Les sénateurs rendront leur copie jeudi prochain. « Il est ridicule de vouloir réintroduire des ours dans les Pyrénées : ça bouscule tout un écosystème qui n’y est plus familiarisé. » « Mon geste bio quotidien ? Je prends le RER et le métro tous les jours, et je trie mes déchets. » Dominique Voynet Jean-Louis Etienne, explorateur JOEL SAGET/AFP CREDIT PHOTO FRANCE IMMIGRATION Sarkozy s’adoucit ? h Après Ségolène Royal, qui prend la gauche à contre-pied, voilà Nicolas Sarkozy qui s’assouplit. Le ministre de l’Intérieur est finalement revenu sur sa décision. Une partie des élèves sans papiers menacés d’expulsion au 30 juin prochain, date de la fin du sursis accordé par Nicolas Sarkozy, seront régularisés. Cette décision « ne s’apparente pourtant pas à une régularisation massive », selon le ministère de l’Intérieur. Une procédure au cas par cas sera privilégiée pour déterminer les nouveaux bénéficiaires de titres de séjour. Les seules familles régularisées devraient être celles dont les enfants sont nés en France, ont toujours été scolarisés et ne parlent pas la langue de leur pays d’origine. SCIENCES POURQUOI LES GLAÇONS COLLENT AUX DOIGTS h Pourquoi le fil du téléphone s’entortillet-il ? Comment se déplace une foule ? Comment une gomme efface-t-elle ? Comment l’eau éteint-elle le feu ? Pourquoi se voit-on dans un miroir ? Autant de questions loufoques, insolites et inattendues, et pourtant… chacune a son explication scientifique. Mac Lesggy, le « monsieur sciences » de l’émission E = M6, répond ainsi à plus de cent questions dans ce petit livre très bien fait, à emporter partout. Exit le jargon incompréhensible de certains scientifiques ; ici, les explications sont courtes et claires, ludiques et pertinentes. Histoire que chacun comprenne, entre autres questions, pourquoi les glaçons collent aux doigts. Si vous êtes devenus, grâce à ce livre, un éminent scientifique des questions de tous les jours, sachez que Mes drôles de questions sur… se décline aussi en trois autres tomes aussi ludiques et instructifs : le corps humain, l’histoire de France et les animaux sauvages. Mes drôles de questions sur la vie quotidienne, Mac Lesggy, M6 Editions, 176 pages, 7,80 €. JOEL SAGET/AFP Directsoir t Mardi 6 juin 2006 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :