Direct Matin n°813 21 jan 2011
Direct Matin n°813 21 jan 2011
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°813 de 21 jan 2011

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Matin Plus S.A.

  • Format : (202 x 270) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 10,7 Mo

  • Dans ce numéro : arrestations, représailles, démissions..., la Tunisie tourne la page Ben Ali.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
16 France N°813 VENDREDI 21 JANVIER 2011 WWW.DIRECTMATIN.NET pour Direct Matin Pour vos vacances à la neige, vous avez déjà tout organisé : les billets de train, la location d’appartement et même les réservations de matériel de ski. Tout sauf… votre préparation physique. Grave erreur. Durant l’hiver 2009-2010, 106 400 personnes se sont blessées en dévalant les pentes enneigées. « Trois pics d’accidents sont enregistrés durant une semaine de vacances type, explique le médecin Alain Simon, spécialiste en traumatologie du sport. Le premier jour, quand le skieur se lance en étant trop fatigué et trop peu préparé, le troisième jour, quand il prend trop d’assurance, et enfin le dernier jour, quand la fatigue est là mais qu’il veut amortir son forfait jusqu’au bout. » Les vacances de février démarrant dans quelques semaines, voici des conseils d’experts pour être prêt. Des exercices chez soi C’est la formule la plus économique mais qui demande le plus de courage. Il s’agit de « se déverrouiller sans pour autant en faire trop et se faire mal », prévient Antoine Dénériaz, ancien champion olympique de descente. Pour le docteur Alain Simon, « il faut monter tous les escaliers que l’on rencontre : au travail, dans les transports… pour muscler quadriceps, mollets et fessiers. » Deuxième conseil : faire des abdos et quelques pompes, un jour sur deux, « pour favoriser le maintien et éviter l’affaissement et le mal de dos. » Enfin, réaliser un exercice « extraordinaire » : la chaise. Il s’agit de se mettre dos au mur, de fléchir les jambes pour s’asseoir sur une chaise invisible et de tenir autant que l’on peut. Avec un coach ou en club C’est une solution plus simple mais plus onéreuse : pour recourir à un coach privé, il faut compter entre 45 et 80 euros de l’heure. Une astuce, cependant, pour faire baisser ces prix, grâce au crédit d’impôt si cette personne est agréée « service à la personne ». C’est le cas d’Alice Geffard, coach à domicile à Caen (Calvados). « Je conseille aux sédentaires deux séances par semaine pour préparer principalement les cuisses et les abdos, explique-t-elle. Les confirmés ne feront, eux, qu’une séance hebdomadaire. Ils travailleront la proprioception en renforçant les réflexes afin de mieux gérer les appuis en sols accidentés et Béquilles. Le meilleur moyen de ne pas ramener un plâtre en souvenir de ses vacances à la montagne est de bien se préparer. A quelques semaines des congés de février, c’est maintenant qu’il faut commencer les séries d’exercices. Préparation physique avant la saison de ski À LA UNE DU MONDE MAGAZINE Le jour J, il est important de bien faire ajuster ses fixations pour ne pas risquer l’entorse. la pliométrie pour mieux encaisser les bosses. » L’autre solution est de participer à des cours collectifs. Le marché étant porteur, un grand nombre d’enseignes de gym se sont engouffrées dans la brèche. Dans les Waou Club Med Gym, la formation « snowfit » prépare les citadins aux pentes neigeuses. Mais il faut être abonné (1 250 euros l’année ou 275 euros pour un mois). La chaîne Lady Fitnessinaugure également cette année un « circuit spécial glisse », à réaliser sur différentes « machines » favorisant la musculation et l’entraînement du cœur à l’effort. L’accès est gratuit pour les membres (650 euros par an), mais il est possible d’acheter 25 séances de « circuit glisse » pour 250 euros. Etirements et fixations A l’image des Scandinaves, de plus en plus de stations et d’hôtels proposent un réveil musculaire. « On peut s’étirer comme on le fait naturellement le matin dans le lit puis « Le dernier jour est risqué : la fatigue est là mais on veut encore amortir son forfait. » Alain Simon, médecin faire travailler en douceur toutes les articulations : décoller les talons l’un après l’autre, monter les genoux vers la poitrine, mobiliser le cou, les poignets, le bassin », explique le coach sportif Sylvie Alonso. Mais ce n’est pas tout. Une fois la journée finie, le médecin du sport Marc Giaoui, du Centre médico-chirurgical Paris-V, préconise « 5 à 10 minutes d’étirement, en prenant des postures de 40 à 50 secondes en évitant les à-coups ». On peut ainsi « s’allonger et essayer de toucher ses pieds avec ses mains », explique-t-il. Poser ses paumes contre le mur, bras tendus, et éloigner doucement ses pieds en cherchant à poser les talons au sol. Puis, pour conclure, « s’allonger sur le sol et enrouler le dos jusqu’à ce que les genoux atteignent le niveau de la tête. » Enfin, faites ajuster vos fixations. Plus d’une entorse du genou sur deux est causée par un mauvais réglage.• Laure Belot et Martine Picouët GAZ DE SCHISTE : LA NOUVELLE COLÈRE DE JOSÉ BOVÉ BORDAS/SIPA
France WWW.DIRECTMATIN.NET N°813 VENDREDI 21 JANVIER 2011 17 Veiller aussi à l’équilibre de son alimentation Tartiflette, raclette, fondues, tarte aux myrtilles, vin chaud… les vacances de ski évoquent indéniablement des agapes mémorables. Pour autant, selon les nutritionnistes, il est nécessaire de faire attention pour profiter au maximum de ces quelques jours d’exception. « Une mauvaise alimentation avant le départ est un facteur négatif », avertit le docteur Jean-Pierre Herry de l’Ecole nationale de ski et d’alpinisme à Chamonix. Trois jours avant le début des vacances, Isabelle Mischler, docteur en nutrition, conseille « d’augmenter la part des glucides complexes, comme les pâtes et le riz, pour avoir de bonnes réserves » avant de se lancer. Une fois sur place, au-delà d’une alimentation équilibrée, il est préférable « d’augmenter la part des sucres lents dès le petit déjeuner » explique Isabelle Mischler. Outre l’habituel produit laitier et le classique jus de fruit, il faut ainsi, dès le matin plutôt privilégier « un muesli riche en fruits secs plutôt que des céréales au chocolat très grasses ou alors se rabattre sur le traditionnel painbeurre-confiture tout en évitant les pâtes à tartiner chocolatées particulièrement riches en graisses. » Car contrairement aux idées reçues « tout ce qui est gras ne protège pas du froid », rappelle Jean-Pierre Herry. Un avertissement pour tout achat compulsif de fromages, charcuterie et autres assiettes de frites servies en haut des pistes. Dans son sac à dos, ne pas hésiter à glisser « amandes, noisettes, pruneaux ou abricots secs plutôt que des barres chocolatées », ajoute Isabelle Mischler. Autre denrée essentielle à ne pas oublier dans le sac, le liquide. En faisant du ski, le corps se déshydrate beaucoup plus vite car l’air est plus sec et on transpire beaucoup plus. « Il faut donc consommer au minimum un demi-litre Attention, tout ce qui est gras ne protège pas du froid. par heure d’effort », explique-telle. Pas besoin pour autant de dépenser des fortunes en boissons énergétiques ou autres sodas hypersucrés, « qui ne permettent pas de se réhydrater ». Isabelle Mischler livre sa recette miracle : « Un litre d’eau, quatre cuillères à soupe de sucre, une pincée de sel et éventuellement un peu de sirop pour le goût. » Dans tous les cas, il convient de privilégier une eau riche en bicarbonates (comme Vichy Saint- Yorre) pour « lutter contre l’acidité créée pendant l’effort, ajoute-elle. Quant à l’alcool, il semble réchauffer certes, mais il est plutôt à bannir dans la journée, car il diminue la résistance du corps au froid. » •L. B et M. P.« Il faut consommer au minimum un demi-litre d’eau par heure d’effort. » Isabelle Mischler, docteur en nutrition WIDMANN/TPH/SIPA



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :