CNews n°2441 27 jun 2019
CNews n°2441 27 jun 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2441 de 27 jun 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Matin Plus S.A.

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 25

  • Taille du fichier PDF : 9,8 Mo

  • Dans ce numéro : vague de chaleur, le pays s'organise.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 P.GUYOT/AFP Alors qu’une large partie de la France va atteindre des températures records ces jours-ci, la mobilisation est totale. Le mercure grimpe, la prévention suit. Alors que la canicule devrait atteindre son pic aujourd’hui et demain, l’Hexagone mouille la chemise pour s’organiser en conséquence. Dans le centre et le sud du pays, tous les secteurs – des crèches aux maisons de retraite, en passant par le monde agricole ou le milieu carcéral – s’apprêtent à affronter des températures extrêmes, qui pourraient dépasser les 40 °C. Une vague de chaleur inédite venue du Sahara, qui ravive le souvenir de l’épisode d’août 2003, au cours duquel 19 000 personnes avaient péri sur le territoire en deux semaines. Preuve que la prudence n’est pas de trop. C’est donc avec appréhension, mais préparation, que les 78 départements désormais en vigilance orange s’organisent pour éviter le pire. La fièvre des services publics Au-delà des messages de prévention diffusés par les autorités et relayés un peu partout, la fournaise annoncée a d’abord conduit les métropoles, comme Paris, à prendre une série de mesures d’urgence, telles l’installation de brumisateurs, la distribution de gourdes aux sans-abri, GRAND ANGLE N°2441 JEUDI 27 JUIN 2019 CNEWS.FR CIRCULATION RESTREINTE, HORAIRES DE TRAVAIL DÉCALÉS, ÉCOLES FERMÉES… LE PAYS EN ALERTE ROUGE Les pics de chaleur, qui pourraient dépasser les 40 °C, ont poussé les villes à prendre des mesures d’urgence. mais aussi des réductions sur les transports en commun, ou encore des restrictions de circulation, afin de ne pas aggraver la qualité de l’air. Que ce soit à Lyon, Strasbourg, Grenoble ou Marseille (une première), seuls les véhicules les moins polluants sont ainsi autorisés à rouler aujourd’hui. Un coup de frein qui n’épargne pas grand monde. Si cafetiers et glaciers vont devoir faire du zèle, les entreprises du BTP, de l’énergie ou des transports ont, elles, décalé les horaires de travail, ralenti les cadences de production et surveillent de près matériel et infrastructures. Quant aux agriculteurs, ils se montrent exceptionnellement vigilants à leurs bêtes et à leurs cultures. Même les équipes de la Coupe du monde féminine de footballauront droit à des boissons spéciales contre la déshy - dratation. Côté services publics, la prévention est aussi de mise. Alors que les collégiens passeront finalement le brevet la semaine prochaine, plusieurs centaines d’écoles fermeront leurs portes jusqu’à lundi, pour « la sécurité des élèves ». Dans les établissements de santé, une « réserve sanitaire » composée de soignants pourra être mobilisée, afin de renforcer les services en surchauffe, à commencer par les urgences, en grève depuis plus de trois mois pour dénoncer le manque de moyens humains et matériels. La canicule s’annonce également très longue derrière les barreaux, le mercure rendant encore plus déplorables les conditions d’incarcération des 71 000 détenus du pays. Et les quelques mesures pour y remédier (distribution de ventilateurs, arrosage des façades de prisons, accès facilité aux douches…) restent largement insuffisantes, estiment les associations. Quelles solutions au long terme ? Ces pics de chaleur risquant de se répéter à l’avenir, tout l’enjeu est d’apporter une réponse sur la durée. Or, le Haut UNE FOURNAISE EUROPÉENNE G. BOUYS/AFP EN CHIFFRES 13 MILLIARDS D’EUROS, c’est au moins ce qu’a coûté à l’Europe la canicule d’août 2003 (soins de santé, agriculture, sécheresse, forêts…). 56,7 DEGRÉS Celsius ont été enregistrés le 10 juillet 1913 dans la Vallée de la Mort, aux Etats-Unis. C’est la température la plus élevée jamais observée sur notre planète. 153 MILLIARDS D’HEURES de travail ont été « perdues » à travers le monde pendant la canicule de 2017. Soit un peu plus de quatre milliards de semaines à 35 heures. 257% DE DÉCÈS supplémentaires causés par les chaleurs extrêmes devraient être enregistrés d’ici à 2050, selon une récente étude britannique. 5 MILLIARDS DE CLIMATISEURS existeraient dans le monde en 2050. Un fléau pour l’environnement. conseil pour le climat, créé par l’Elysée fin 2018, a lui-même appelé l’Etat à revoir sa stratégie contre le réchauffement de la planète. Pour le comité d’experts, il faut un train de réformes structurelles pour mettre le climat « au cœur de l’action publique », tout en inscrivant l’enjeu dans la loi. Quitte à remettre en question le modèle économique en partie responsable du dérèglement ? n L’INFO EN PLUS Dans le Val-de-Marne, un père a offert dix ventilateurs à la maternelle de son fils. Pas « homologués », l’Education nationale a toutefois dû les refuser. L’Hexagone n’est pas le seul pays européen touché par la canicule. En Espagne, 33 provinces sur 50 devraient être demain en alerte orange à cause d’un mercure qui pourrait atteindre 44 °C. La chaîne nationale TVE a surnommé cet épisode « la semaine de l’enfer ». En Allemagne, où un feu de forêt a déjà ravagé 100 hectares depuis lundi, la température devrait culminer à 39 °C. En Grèce, nombre de villes redoutent des incendies, tandis qu’au Luxembourg, la plupart des écoles seront fermées. En Europe de l’Est, enfin, orages et vents violents devraient faire rage.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :