CNews n°2441 27 jun 2019
CNews n°2441 27 jun 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2441 de 27 jun 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Matin Plus S.A.

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 25

  • Taille du fichier PDF : 9,8 Mo

  • Dans ce numéro : vague de chaleur, le pays s'organise.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
12 J. NICOLAS/SIPA JAUBERT/SIPA Année après année, le constat est le même  : il est de plus en plus difficile de trouver un logement quand on est étudiant. L’offre est particulièrement tendue dans les grandes villes. Selon une enquête Ipsos pour BNP Paribas, 89% des Français considèrent qu’il est difficile pour les jeunes de trouver un logement. Interrogés, ces derniers confient AVIGNON La cité des Papes recèle de vrais trésors derrière ses façades imposantes, et les investisseurs ne s’y trompent pas. Le marché fait un bon de 11,6% sur un an, selon Lpi-Seloger. A l’intérieur des remparts, les biens partent vite. à 42% qu’ils ont réellement eu des difficultés à trouver le lieu dans lequel ils habitent actuellement. Parmi eux, la moitié avance comme principale difficulté le prix (57%) mais aussi les cautions et les garanties demandées par les propriétaires (42%). Ils sont d’ailleurs 86% à les juger « strictes ». Dans les faits, il n’est pas rare que la caution apportée par les parents ne soit même plus suffisante. Les propriétaires, de leur côté, pointent leurs problèmes  : une part non négligeable d’entre eux (36%) a déjà rencontré des retards de loyers et 26% des loyers impayés. Actuellement, il existe des services de garantie (Caution Locative Etudiante, Loca-Pass, Visale). Ces derniers semblent relativement méconnus. Un rapport vient d’être remis au gouvernement. Baptisé « Louer en confiance », il vise à réconcilier propriétaires et locataires. n IMMOBILIER N°2441 JEUDI 27 JUIN 2019 CNEWS.FR LE FONCTIONNEMENT ET L’ENTRETIEN DES COPROPRIÉTÉS GRIMPENT DE 5% DES CHARGES EN FORTE HAUSSE Il n’y a pas que le prix de la pierre qui grimpe  : les charges qui y sont liées tout autant. Selon l’Observatoire des charges de copropriété (Oscar), lancé par l’Association des responsables de copropriété (Arc), elles ont augmenté de 5% entre 2017 et 2018. C’est quatre fois plus que l’inflation enregistrée sur la même période. Parmi les postes les plus chers figure le chauffage collectif  : c’est celui qui a le plus augmenté (+9,8%) en 2018. A lui seul, il pèse près d’un tiers sur le budget de la copropriété, avec 14,60 euros par m2 et par an. La revalorisation tarifaire prévue pour le gaz et l’électricité dès juillet ne devrait pas inverser cette tendance. Viennent ensuite les contrats d’assurance avec 6,9% de hausse en moyenne sur un an, selon l’Arc. Enfin, les frais de gestion représentent la troisième plus forte hausse de l’année (+6,5%). Les facturations de prestations particulières pèsent très lourd dans la note, notamment l’immatriculation de la copropriété. n LES PROPRIÉTAIRES EN QUÊTE DE GARANTIES LA GALÈRE DES ÉTUDIANTS L’offre reste tendue dans les villes. Le chauffage collectif, les contrats d’assurance et les frais de gestion sont les trois postes qui augmentent le plus. En bref BOURGES La préfecture du Cher fait partie des villes qui s’inscrivent dans une tendance à la baisse. Selon le dernier baromètre Lpi- Seloger, le prix moyen de la pierre perd 8,5% sur un an. Les biens peinent à trouver des acquéreurs rapidement. PREMIÈRE VENTE RÉALISÉE PAR UNE BLOCKCHAIN La première transaction immobilière française utilisant une blockchain a eu lieu. Elle concerne l’hôtel particulier AnnA, situé à Boulogne- Billancourt, pour un montant de 6,5 millions d’euros. Deux promoteurs, Valorcim et Sapeb, ont accepté de tenter l’expérience. UN LOGEMENT MAL ISOLÉ PÉNALISÉ LORS D’UNE VENTE ? Un amendement LREM prévoit qu’en cas de vente d’un logement mal isolé « une part du produit soit sous séquestre ». La somme, qui ne pourra excéder 5% de la vente, sera débloquée pour les travaux. Le texte doit être adopté par les députés. F. LABIT L’EXPERTE Estelle Laurent, porte-parole du groupe Credixia TOUJOURS PLUS BAS La situation est exceptionnelle. Les taux des crédits sont his - toriquement bas, autour de 1% sur 20 ans, mais on parle encore de baisses possibles. Le problème est que les banques sont submergées. Le délai pour le traitement d’un dossier s’allonge. Les achats passent en priorité sur les rachats de crédit. Pour gagner du temps, je conseille d’opter pour une condition suspensive d’au moins 60 jours lors de la signature du compromis. Par ailleurs, on peut lancer sans tarder une souscription d’assurance en délégation pour gagner du temps. » X. FRANCOLON/SIPA GOOGLE STREET VIEW



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :