CNews n°2405 12 avr 2019
CNews n°2405 12 avr 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2405 de 12 avr 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Matin Plus S.A.

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 6,0 Mo

  • Dans ce numéro : en attendant le président.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
8 F. MORI/AFP Au bout de trois mois de concertations, le président doit annoncer du concret. Mais l’opposition l’attend au tournant. Le pays dans l’expectative.Après la synthèse du grand débat national, restituée cette semaine par le Premier ministre, Edouard Philippe, tous les regards sont désormais tournés vers l’Elysée. Très discret depuis le début de l’opération, à l’exception de ses interventions marathons, Emmanuel Macron dévoilera ses premiers arbitrages dimanche ou lundi, selon Le Parisien. Des décisions « puissantes et concrètes », promet Matignon, qui se traduiront par de « grands chantiers » destinés à répondre au « besoin de transformation » exprimé par les Français. De quoi susciter une grande attente de l’opposition et des citoyens, à commencer par les gilets jaunes. Les mesures seront scrutées Si le président sera bel et bien le maître des annonces dans quelques jours, plusieurs propositions sont déjà sur la table. Première d’entre elles, selon Matignon  : la baisse des impôts, afin de répondre à « l’exaspération fiscale », avec, en contrepartie, des coupes dans les dépenses publiques, « mal réparties ». Mais, alors que l’exécutif dit aussi vouloir « remettre du service public sur le terrain », GRAND ANGLE N°2405 VENDREDI 12 AVRIL 2019 CNEWS.FR LE CHEF DE L’ÉTAT S’APPRÊTE À TRANCHER APRÈS LE GRAND DÉBAT NATIONAL LE SUSPENSE DE MACRON L’Elysée doit rendre des arbitrages dans les jours à venir, et espère ainsi endiguer la grogne sociale qui dure. l’équation s’avère difficile. Autre concession envisagée  : renforcer la démocratie délibérative et le devoir d’exemplarité des élus, afin de briser le « mur de défiance » qui sépare les citoyens de leurs représentants. Dans la même veine, l’Etat entend retisser le lien entre métropoles et communes, par exemple via une refonte de l’urbanisme ou des transports en commun. Face à l’urgence climatique désignée comme priorité, il s’est contenté d’exclure tout nouvel impôt pour financer la transition écologi - que – que ce soit pour les parti culiers ou les grosses entreprises. Le tout, avec, en ligne de mire, la réduction de « la dette, témoin de nos faiblesses », avertit Matignon. Une stratégie risquée. « L’exécutif fait comme si les conclusions du débat s’alignaient sur son programme. Ce qui donne le sentiment que les revendications n’ont servi à rien, si ce n’est à gagner du temps avant les européennes », juge le politologue Philippe Moreau Chevrolet. D’ailleurs, le gouvernement a tracé des lignes rouges. Ce sera « non » au retour de l’ISF, à la TVA à 0% sur les produits de première nécessité ou encore au référendum d’initiative citoyenne (RIC), pourtant plébiscités. Périlleuse, la prise de parole d’Emmanuel Macron ne pourra « pas se résumer à quelques mesures symboliques », a précisé hier la porte-parole du gouver - nement, Sibeth Ndiaye. Au risque de conforter l’opinion, qui pense à 68% que l’exécutif ne tiendra pas compte de ses propositions (Elabe), mais surtout de relancer la mobilisation des gilets jaunes, qui ont prévu de manifester demain. La menace d’un printemps social Qu’elle satisfasse ou déçoive, la réponse de l’Elysée sera décisive. Car les gilets jaunes, potentiellement revigorés par le printemps, sont loin d’être les seuls contestataires. Entre les retraités, dans la rue hier, et les enseignants, de plus en REPÈRES UN DÉBAT PEU REPRÉSENTATIF ? D. MEYER/AFP 27 NOVEMBRE 2018. L’Elysée annonce une « grande concertation de terrain » pour répondre aux gilets jaunes, mobilisés depuis dix jours. 15 JANVIER 2019. Emmanuel Macron donne le coup d’envoi des discussions, avec un échange marathon devant 600 maires, dans l’Eure. 15 MARS. Le grand débat national prend officiellement fin. S’ensuivent des conférences de citoyens tirés au sort, les week-ends, dans les régions. 2-3 AVRIL. Après plus de deux mois de concertations, les parlementaires des deux Chambres délibèrent des revendications qui en sont issues. 8 AVRIL. Le Premier ministre restitue la synthèse du 1,5 million de propositions des Français. Le lendemain, il fait un discours à l’Assemblée nationale, et au Sénat le surlendemain. plus mobilisés, en passant les jeunes, qui manifestent aujourd’hui pour le climat, les signaux sont à l’orange. Or, pour Philippe Moreau Chevrolet, « à force de donner l’impression de gouverner tout, tout seul, Macron risque de faire face à une fronde sociale radicale sur le long terme, et sans intermédiaire syndical qui ferait tampon ». A l’image de celle des gilets jaunes ? n L’INFO EN PLUS La synthèse complète du grand débat est en accès libre sur le site officiel depuis lundi. Au total, elle compte environ 1000 pages de documents. Quelle que soit la réponse au grand débat, sa représentativité même est contestée. Première critique  : les participants sont en majorité diplômés, retraités et/ou propriétaires d’un logement, d’après le Cevipof. Par ailleurs, le média Les Jours a révélé, cette semaine, que près de la moitié des 24 000 contributions spontanées (hors questionnaire sur Internet) ont été ignorées par l’exécutif. Sans compter les décalages entre certaines conclusions de l’Etat, qui affirme par exemple que seuls 10% des Français sont pour le retour de l’ISF, alors que les sondages les estiment à 70%.
UNE SÉRIE ORIGINALE NETFLIX GAD ELMALEH EST HUGEeN FRANCE ÀHOLLYWOOD, C’EST UNE AUTRE HISTOIRE. TOUS LES ÉPISODES DISPONIBLES DÈS MAINTENANT



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :