CNews n°2387 19 mar 2019
CNews n°2387 19 mar 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2387 de 19 mar 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Matin Plus S.A.

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 6,9 Mo

  • Dans ce numéro : maintien de l'ordre, la réponse de l'état.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
6 ZAKARIA ABDELKAFI/AFP Les graves débordements parisiens ont poussé l’exécutif à agir sans tarder, afin d’éviter un nouvel embrasement. Vitrines brisées, magasins pillés, agence bancaire et restaurant incendiés sur les Champs-Elysées… Pour ne plus voir les scènes de violences de l’acte XVIII des gilets jaunes se reproduire, l’exécutif a dévoilé hier une série de mesures d’urgence. Elles doivent permettre aux autorités de ne plus connaître les mêmes « dysfonctionnements », reconnus par Matignon, dans leur dispositif de sécurité. Réunis autour du président Macron, Edouard Philippe, Christophe Castaner, Laurent Nuñez et Nicole Belloubet ont participé à l’élaboration de la réponse, très attendue, du gouvernement. Des manifestations interdites La première décision dévoilée concerne l’interdiction des manifestations de gilets jaunes dans les quartiers les plus touchés par les débordements ces derniers mois, si la présence à venir « d’éléments ultras » est avérée. Les Champs-Elysées, à Paris, la place Pey-Berland de Bordeaux ou le Capitole à Toulouse sont notamment concernés. Dans le même ordre d’idée, les personnes participant à ces regroupements interdits, ou à GRAND ANGLE N°2387 MARDI 19 MARS 2019 CNEWS.FR DES MESURES D’URGENCE APRÈS LES VIOLENCES SURVENUES SAMEDI L’ÉTAT AFFICHE SA FERMETÉ Le montant des amendes sanctionnant les personnes participant à des manifestations interdites sera augmenté. une mobilisation non déclarée, seront punies par une contravention dont le montant sera très nettement augmenté, pour atteindre 135 euros au lieu des 38 actuels. Regrettant une stratégie des forces de l’ordre qui n’a pas été correctement appliquée samedi, le Premier ministre a indiqué hier que des unités anti-casseurs verront le jour, en rem - placement des détachements d’action rapide. Plus autonomes et mobiles, elles agiront au milieu des fauteurs de troubles, en allant plus durement au contact. Elles seront appuyées par des drones et par l’usage de produits marquants (peinture ou dispositif chimique), pour identifier les délinquants. Edouard Philippe a également officialisé une décision plus politique, en annonçant le remplacement, dès demain, du préfet de police de Paris Michel Delpuech par Didier Lallement, qui dirigeait jusque-là la préfecture de Nouvelle-Aquitaine. Régulièrement critiqué pour sa gestion de l’ordre public dans la capitale, il se voit reprocher « des consignes inappropriées » concernant l’utilisation des décriés lanceurs de balles de défense, peu utilisés samedi. Une séquence politique importante Si l’exécutif a tenu à apporter rapidement ces réponses, c’est qu’il connaît l’importance du moment. Alors que le grand débat touche à sa fin, Emmanuel Macron et son gouvernement espéraient en sortir en position de force, avant les élections européennes à venir. Une volonté mise à mal par ce samedi de violences. « Le président avait gagné des points grâce à un électorat très sensible sur les questions de sécurité », analyse Bruno Cautrès, politologue au CNRS. « Mais l’exécutif n’avait pas le droit à l’erreur, ça va coûter dans les sondages. » L’opposition n’a d’ailleurs pas manqué l’occasion de pointer les faiblesses du pouvoir sur ce sujet. Laurent Wauquiez s’en est ainsi pris à Christophe Castaner, UNE GRÈVE SOUS TENSION I. HARSIN/SIPA EN CHIFFRES 1 500 AGENTS des forces de l’ordre et 2 200 manifestants ont été blessés depuis le début du mouvement des gilets jaunes, selon les autorités. 170 MILLIONS D’EUROS de dégâts liés à la fronde sont à déplorer, note la Fédération française de l’assurance (FFA) – sans compter les nouveaux saccages de samedi dernier. 9 000 PERSONNES ont été interpellées dans le cadre du mouvement social, la plupart pendant des manifestations, selon les autorités. 80 BÂTIMENTS PUBLICS ont subi des « dégradations majeures » depuis quatre mois, d’après l’Intérieur. 49% DES FRANÇAIS soutiennent toujours les gilets jaunes, selon un sondage OpinionWay, publié diman - che dernier, mais réalisé avant les violences de l’acte XVIII. dimanche sur les réseaux sociaux, en l’accusant d’avoir « sous-estimé la violence », et estimant que sa « crédibilité est maintenant gravement atteinte ». Pour reprendre la main, le gouvernement « va désormais devoir accélérer ses annonces sociales », imagine Bruno Cautrès. Une façon, aussi, de ne pas miser sur le tout-répressif, dans un contexte déjà tendu. n L’INFO EN PLUS Les « black blocs » sont apparus dans les années 1980 en Allemagne, à Berlin-Ouest, parmi le mouvement autonome d’extrême gauche. Les casseurs vont-ils se mêler aux cortèges ? C’est avec une certaine appréhension des violences que les syndicats se retrouvent dans la rue, aujourd’hui, pour une journée nationale de manifestations et de grèves. L’objectif, exprimer leurs revendications sur le pouvoir d’achat, pour ne « pas être spectateurs, ni cautions de décisions » sociales prises à l’issue du grand débat, selon FO. Si la crainte est légitime après le chaos de samedi dernier, les services d’ordre des syndicats seront présents pour sécuriser les cortèges et expulser les manifestants qui voudraient en découdre.
BIENVENUE DANS VOTRE NOUVEL AÉROPORT Le nouveau Paris-Orly, c’est 1, 2, 3,4 fois plus d’espace. Nos équipes sont fières de vous présenter le nouveau Paris-Orly avec son terminal unique et son nouveau bâtiment de jonction de plus de 80 000 m². Plus d’informations sur parisaeroportchange.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :