CNews n°2385 15 mar 2019
CNews n°2385 15 mar 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2385 de 15 mar 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Matin Plus S.A.

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 7,3 Mo

  • Dans ce numéro : grand débat, l'heure du bilan.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
4 S. GRANGIER/CNEWS CLÉS DU JOUR N°2385 VENDREDI 15 MARS 2019 CNEWS.FR L’ŒIL DE... BON À SAVOIR L’HISTOIRE Laurence Ferrari C’est une histoire universelle, celle des tourments de la séparation. LES MOTS BLEUS DE KEREN ANN Elle nous offre aujour d’hui un huitième album très personnel, intitulé Bleue, et qui résonne comme une caresse ou comme une vague dans l’océan. Bleue au féminin pour dire l’eau qui file comme l’amour, pour dire le chagrin qui coule comme la pluie, pour dire le féminin tout contre le masculin. Pour notre plus grand bonheur, Keren Ann, cette musicienne nomade et citoyenne du monde, a choisi ici le français pour raconter une histoire intime et universelle, celle d’une peine de cœur et des tourments de la séparation amoureuse. Et s’il y a une grande délicatesse dans tout ce disque pop romantique, il y a aussi la force des mots et du texte. On y retrouve la belle et délicate maturité d’une artiste mélancolique, mais aussi lucide, qui chante si bien « Ce regard bleu merveilleux, bleu amoureux, bleu d’entre deux, bleu d’adieux ». Laurence Ferrari, à retrouver du lundi au jeudi, à 18h, dans Punchline, sur CNEWS. À RETROUVER SUR.FR LE RAP INATTENDU DE DENIS SHAPOVALOV A Indian Wells, le jeune tennisman canadien a fêté sa victoire face au Croate Marin Cilic en montrant son sens du « flow ». D’OÙ VIENT L’EXPRESSION « RENTRER BREDOUILLE » ? Lorsqu’une personne se lance dans un projet et n’obtient pas ce qu’elle veut, on peut dire qu’elle rentre bredouille. Une expression qui tire son origine d’un jeu particulièrement en vogue au XVII e siècle. Nommé « trictrac », ce dernier – qui s’apparente au backgammon – se pratiquait à deux à l’aide de dés, de petits pions et d’un marqueur L’IMAGE L’HABIT FAIT LE MOINE de points appelé « bredouille ». Lorsque l’un des deux joueurs remportait la partie sans que son adversaire ne parvienne à marquer le moindre point, on disait que le perdant avait été mis « bredouille ». L’expression a ensuite été utilisée afin de parler des femmes qui rentraient d’un bal sans un cavalier. Puis, à partir du XIX e siècle, elle a permis de désigner les chasseurs qui rentraient chez eux sans avoir pu trouver de gibier, avant de s’élargir, au fil du temps, à toute forme d’échec. Un représentant bouddhiste, noyé dans l’assistance, a pris part cette semaine à la séance de clôture de la Conférence consultative politique du peuple chinois, à Pékin. Réunie une fois par an, cette assemblée permet au Parti communiste de consulter les divers groupes ethniques, politiques et autres organisations avant de décider des nouvelles lois à mettre en place dans le courant de l’année. LES FRANÇAIS RÉTICENTS À LA VACCINATION ? Alors qu’un premier décès dû à la rougeole a eu lieu en France cette année, les autorités pointent un défaut de vaccination. CAPTURE ATP TENNIS TV M. GILE/SIPA FACEBOOK/BYRON ROMAN CHANTELAT/SIPA F. DUFOUR/AFP UNE INOUBLIABLE BLAGUE D’ANNIVERSAIRE C’est le canular de l’année. A quel - ques jours de l’anniversaire de leur père Chris, qui fêtera demain ses 62 ans, deux Américains ont décidé de lui faire une petite blague. Les plaisantins ont loué une immense affiche publicitaire et y ont placardé la photo de leur paternel, accompagnée de son numéro de téléphone et d’une phrase qui pourrait paraître anodine  : « Souhaitez-lui un joyeux anniversaire. » Sauf qu’en peu de temps, tout le monde s’est pris au jeu, notamment grâce aux réseaux sociaux, et le sexagénaire a reçu plus de 15 000 appels, provenant des Etats-Unis, du Népal ou encore des Philippines. Dépassé par la plaisanterie, Chris a même dû changer le message de son répondeur, afin de remercier tous ceux qui l’appelaient. Et il l’avoue volontiers  : il en a un peu marre. C’EST ARRIVÉ... UN 15 MARS Jules César est assassiné (44 avant J.-C.). Nommé dictateur à vie, le général romain est tué par un groupe de conspirateurs. C’est le fils d’une de ses maîtresses, Brutus, qui portera le vingt-quatrième et dernier coup de poignard. L’escalier mécanique est inventé (1892). Ce système est déposé par Jesse W. Reno. Quatre ans plus tard, il sera installé pour la première fois comme attraction dans un parc à Coney Island, aux Etats-Unis. « TRASHTAG CHALLENGE », LE DÉFI ÉCOLO DU WEB Nettoyer un endroit pollué et poster le résultat sur les réseaux sociaux, c’est le défi qui fait fureur dans le monde entier. TWITTER@CHRISTOPHERFERRY
A. DE CSABAY ÉDITORIAL CNEWS.FR N°2385 VENDREDI 15 MARS 2019 DES OUVRAGES À LA PELLE, DES MOTS À LA CHAÎNE VENDREDI 15 MARS Ouverture du Salon du livre, à Paris, Porte de Versailles, le 39 e du nom. Enfin, le nom, c’est beaucoup dire ! Il faudra qu’on m’explique pourquoi il a été décidé de l’appeler « salon Livre Paris » – et non pas « salon DU livre DE Paris ». Quelle maladie pousse à vouloir tout réduire, tout tronquer dans la langue française ? Si l’on suivait ce penchant, il faudrait écrire « président République », « Parc Princes », « station métro » ou encore « place Concorde ». Pourquoi supprimer les « de », les « du » ? Cela n’est pas bien grave. Ce qui va compter, ce sera, je l’espère, un franc succès pour cette manifestation. Nous avons la chance, en France, de voir le livre survivre à l’assaut des écrans, des tweets, de la VOD, du podcast et autres éléments susceptibles de faire régresser cette indispensable activité, la lecture, avec l’appui admirable de cette profession qui est une vocation, libraire. C’est un tel plaisir que d’entendre les clients demander  : « Qu’est-ce que je peux lire cette semaine ? » Tant qu’il y aura des librairies, tant que nous pourrons dialoguer avec leurs animateurs, tant que les statistiques continueront d’indiquer que les Français préfèrent encore le livre à la tablette – pour 83% des jeunes âgés de 15 à 25 ans, le format papier est le principal support de lecture –, tout ira bien ! Le hasard fait qu’avec les membres de deux jurys différents, j’ai pu annoncer les lauréats de deux prix littéraires  : d’abord, le Grand Prix RTL-Lire, attribué à Joseph Ponthus pour A la ligne – Feuillets d’usine (éd. La table ronde). Il s’agit de la vie et des sensations d’un homme qui découvre les jobs intérimaires – 6h du matin à l’usine, dans les conserveries de poissons et de crustacés, avec ce que cela signifie de répétitions dans les gestes, de fatigue, de visions hallucinantes d’un univers impitoyable. Pour ces « feuillets d’usine », l’auteur a choisi, sans LA SEMAINE DE PHILIPPE LABRO ponctuation, comme pour un poème, de décrire les dépotages de « bigorneaux, bulots, crabes royaux, langoustines », en écrivant « à la ligne ». C’est proprement étonnant, dense, puissant, passionnant, avec, pour le sauver de la routine de la vie dans les abattoirs, un recours à l’amour des chansons (Charles Trenet est son maître) et des écrivains. J’ai rarement lu un tel ouvrage. La dimension médiatique que va lui apporter ce prix – RTL étant la première radio de France – fera de Joseph Ponthus l’une des révélations de la vie littéraire en 2019. L’autre prix, c’est celui que la Matmut sponsorise depuis 2013 et qui donne sa chance à un manuscrit d’un écrivain jamais publié. La maison d’édition Denoël accompagne l’auteur, en lui prodiguant suffisamment de conseils pour améliorer son ouvrage et le publier. Ainsi, un autre inconnu émerge, Philippe Laidebeur, avec son J’ai d’abord tué le chien, surprenante fiction mettant en scène un SDF qui élimine un homme et usurpe son identité. Retenez donc ces deux titres et leurs auteurs  : Joseph Ponthus, qui m’a beaucoup impressionné. Je l’ai aimé, ne fût-ce que parce qu’il se réfère souvent à mon poète préféré, Apollinaire (« C’est fantastique tout ce qu’on peut supporter ») , et puis Philippe Laidebeur avec son premier roman d’une grande insolence. DU LUNDI 11 AU VENDREDI 15 MARS Entre la contestation en Algérie, le grand débat national, les résultats ahurissants des matchs de la Ligue des champions, les chiffres attristants des victimes de la pollution (qui ferait 67 000 morts par an en France) et autres soubresauts d’une actualité qui donne le vertige, il reste toujours la joie d’aller au cinéma. On parle beaucoup du Chant du loup d’Antonin Baudry, et j’attends avec curiosité Philippe Labro est écrivain, cinéaste et journaliste. Tous les vendredis, pour CNEWS, il commente ce qu’il a vu, vécu et observé pendant la semaine qui s’est écoulée. Un bloc-notes toujours subjectif, libre, et sans langue de bois. Comme chaque année, les passionnés de belles lettres se donnent rendez-vous à la Porte de Versailles, à Paris. le nouveau film de Bertrand Blier avec Christian Clavier et Gérard De - par dieu – réunion de trois talents qui justifie un titre aussi parlant  : Convoi exceptionnel. La critique est réservée. Mais que dira le public ? n Philippe Labro p.labro@cnewsmatin.net L’étonnant conteur Joseph Ponthus. E. NGUYEN/LIVRE PARIS P.MATSAS/OPALE/EDITIONS LA TABLE RONDE 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :