CNews n°2384 14 mar 2019
CNews n°2384 14 mar 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2384 de 14 mar 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Matin Plus S.A.

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 6,3 Mo

  • Dans ce numéro : en première ligne pour le climat.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 A. ROBERT/SIPA CHAMELEONS EYE/REX/SIPA N°2384 JEUDI 14 MARS 2019 FRANCE CNEWS.FR Les écarts étaient trop importants pour emporter la présidentielle, mais j’aurais pu faire un meilleur score. J’étais crevée [pendant le débat d’entre-deux-tours]. Marine Le Pen, présidente du RN, dans un extrait de « L’émission politique », ce soir sur France 2. DES VIOLENCES CONJUGALES MEURTRIÈRES LES FEMMES EN DANGER Le nombre de victimes reste stable. Des chiffres affolants. En 2017, le ministère de l’Intérieur a recensé 109 femmes tuées par leur conjoint « officiel » (concubin, époux, pacsé), selon une étude rendue publique aujourd’hui. Un constat préoccupant qui n’a pas varié par rapport à l’année précédente. Pire, en incluant les couples « non officiels » (petits amis, amants…), le nombre d’homicides recensés au sein du couple s’est élevé à 151 morts en 2017 (129, étaient des femmes). Donnée accablante, 42% des victimes avaient déjà subi des violences (physique, sexuelle ou psychologique) avant leur décès. Les mobiles les plus fréquents de ces crimes sont les disputes, les jalousies et les refus de séparation. En dehors des homicides, les viols constituent le deuxième crime le plus fréquent. En 2017, 2 410 viols ont ainsi été commis par un conjoint ou exconjoint (98% de victimes femmes). n En bref 566 SDF SONT MORTS DANS LA RUE EN 2018 En 2018, 566 personnes sans domicile fixe sont mortes dans la rue, en France, contre 511 l’année précédente, a informé hier le collectif Les morts de la rue. Selon cette association, les victimes avaient en moyenne 48 ans. Parmi elles, cinquante étaient des femmes et treize des mineurs, dont six de moins de 5 ans. CLINIQUES ET HÔPITAUX  : 300 MILLIONS D’EUROS DÉBLOQUÉS PAR L’ETAT La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a déclaré hier que les établissements de santé publics et privés, qui ont moins dépensé que prévu l’an dernier, allaient recevoir 300 millions d’euros. Une rallonge qui s’ajoute au dégel intégral des 415 millions d’euros annoncés en décembre dernier. VINCENT LAMBERT  : UNE AUDIENCE LE 29 MARS DEVANT LE CONSEIL D’ÉTAT Le Conseil d’Etat examinera le 29 mars la décision d’arrêt des soins de Vincent Lambert, a-t-on appris hier. En janvier dernier, la justice avait confirmé la validité de la procédure d’arrêt des soins, mais les parents du patient, tétraplégique depuis dix ans, avaient déposé un recours devant la plus haute juridiction administrative du pays. ROUGEOLE  : UN PREMIER DÉCÈS EN FRANCE EN 2019 Un premier décès dû à la rougeole a eu lieu cette année dans l’Hexagone, a annoncé hier Santé publique France. L’agence sanitaire n’a pas communiqué plus de détails « afin de protéger l’anonymat de la patiente décédée ». Elle a toutefois précisé que, depuis janvier, la maladie a touché 350 personnes (contre 966 en 2018, à la même période). 105 MILLIONS DE VUES de fausses informations liées au mouvement des gilets jaunes via Facebook ont été recensées depuis novembre, a fait savoir hier l’ONG Avaaz. PLAN PAUVRETÉ UNE FUSION DES AIDES ? Le mille-feuille administratif en ligne de mire. Annoncé il y a six mois par l’Elysée, le plan pauvreté doit prendre forme aujourd’hui, selon RTL, avec le lancement des travaux sur le revenu universel d’activité. Une allocation destinée à sortir au moins 5 millions de Français de la misère. Au sommaire, la fusion de plusieurs prestations (RSA, prime d’activité…), qui s’accompagnera d’obligations supplémentaires pour les bénéficiaires, mais aussi la création d’un service public d’insertion pour faciliter le retour à l’emploi, via un « guichet unique ». La réforme devrait entrer en vigueur d’ici à 2020. n La réforme est prévue pour 2020. UN MORT PAR BALLES REPRÉSAILLES À MARSEILLE Une enquête a été ouverte après qu’un individu a été tué et son frère grièvement blessé au fusil d’assaut, mardi soir, dans un règlement de comptes au cœur d’un quartier sensible du nord de Marseille, a-t-on appris hier. Les hommes de 42 et 44 ans, connus de la police, se trouvaient en voiture lorsque quatre assaillants, également à bord de deux véhicules, ont fait irruption et tiré sur eux, avant de prendre la fuite. Deux d’entre eux ont été interpellés peu après et placés en garde à vue. Il s’agit du quatrième règlement de comptes dans les Bouches-du-Rhône depuis janvier. n CARO/DITTRICH/SIPA
CNEWS.FR KONRAD K./SIPA PURESTOCK/SIPA FRANCE 9 DERNIER JOUR POUR PARCOURSUP QUELS VŒUX APRÈS LE LYCÉE ? Les élèves doivent faire leur choix sur la plate-forme avant minuit, ce soir. Les heures sont comptées pour les élèves de terminale et les étudiants souhaitant changer d’orientation. Ils ont jusqu’à ce soir 23h59 pour émettre des choix de formation d’enseignement supérieur sur la plate-forme Parcoursup. Passé ce délai, il sera en effet trop tard. Les candidats peuvent formuler jusqu’à dix vœux, sans hiérarchisation. Une fois cette échéance passée, ils auront jusqu’au 3 avril pour confirmer leurs souhaits, écrire quelques lignes pour motiver leur projet de formation, ou compléter leur dossier pour les programmes qui le demandent. Les réponses, elles, tomberont ensuite, au fil de l’eau, du 15 mai Le format papier reste plébiscité. jusqu’au 19 juillet. Les élèves auront alors trois jours pour répondre aux propositions. Le calendrier a volontairement été resserré (la procédure principale s’étalait jusqu’au 5 septembre l’an dernier), afin d’éviter aux jeunes une trop longue attente avant de savoir s’ils ont été retenus dans au moins l’une des formations. Cet aspect avait d’ailleurs été l’un des gros reproches faits à Parcoursup, puisque certains avaient dû passer l’été à attendre des réponses. Dans le même souci, une seconde session de vœux est prévue, du 25 juin au 14 septembre, pour les profils n’ayant obtenu aucun retour positif. n LA LECTURE SÉDUIT NEUF PERSONNES SUR DIX DES FRANÇAIS À LA PAGE Parcourir les pages d’un roman est toujours aussi tendance chez les Français. Plus de neuf sur dix indiquent en effet avoir lu au moins un livre lors des douze derniers mois, a révélé hier une étude Ipsos pour le Centre national du livre. Lorsqu’on les interroge, 88% se déclarent spontanément lecteurs (4 points de plus qu’en 2017). Et alors que l’omniprésence des écrans pourrait laisser penser que le format papier perd du terrain, il n’en est rien. Sur un an, les Français ont lu dix-sept ouvrages physiques, et quatre numériques. Des chiffres stables par rapport aux précédentes enquêtes. Parmi les plus grands lecteurs (au moins vingt livres durant l’année), les femmes et les personnes de plus de 65 ans se détachent. Les 15-24 ans ne sont pas en reste, et participent à redessiner le marché du secteur, en augmentant les ventes des mangas-comics. Autres stars des libraires, les ouvrages sur le développement personnel. n



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :