CNews n°2384 14 mar 2019
CNews n°2384 14 mar 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2384 de 14 mar 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Matin Plus S.A.

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 6,3 Mo

  • Dans ce numéro : en première ligne pour le climat.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 E. BLONDET/SIPA Le chef de l’Etat se veut le fer de lance de la lutte sur la scène internationale, malgré les critiques dans l’Hexagone. En première ligne du combat climatique. Le président français Emmanuel Macron copréside aujourd’hui la troisième édition du « One Planet Summit », qui se déroulera toute la journée à Nairobi, au Kenya. Accompagné de son homologue et hôte Uhuru Kenyatta, il prendra la parole pour clôturer les débats, en détaillant les engagements pris au niveau mondial pour la défense de l’environnement. Un rôle de fer de lance pour défendre la planète sur la scène internationale, qu’il endosse de plus en plus régulièrement. Un leader à l’étranger Face aux chefs d’Etat, chercheurs ou entrepreneurs réunis à Nairobi, Emmanuel Macron va à nouveau revêtir le costume qui lui a permis, le 26 septembre dernier, d’être désigné « champion de la Terre » par les Nations unies. Un titre honorifique, décerné aux « leaders environnementaux exceptionnels [et] exemplaires », et qui avait surpris à l’époque. Pour le président, c’était surtout une reconnaissance de ses prises de position. Peu après son élection, en mai 2017, il avait ainsi été à l’initiative du premier GRAND ANGLE N°2384 JEUDI 14 MARS 2019 CNEWS.FR EMMANUEL MACRON COPRÉSIDE LE ONE PLANET SUMMIT AU KENYA EN TÊTE POUR LE CLIMAT Le locataire de l’Elysée a été désigné « champion de la Terre » en 2018, mais peine à convaincre ses concitoyens. « One Planet Summit » en France, qui s’était déroulé en décembre de la même année. Il y avait annoncé, entre autres, les promesses de plusieurs entreprises et institutions, comme la Banque mondiale, de ne plus participer au financement d’explorations sur les énergies fossiles, mais à investir en revanche pour les pratiques durables. Une posture qui rappelait celle déjà tenue quelques mois plus tôt, lorsqu’il s’était élevé contre le choix de Donald Trump de retirer les Etats-Unis de l’accord de Paris sur le climat, en détournant le slogan du président américain en « Make our planet great again » (« rendons à notre planète sa grandeur »). Tout récemment, dans une tribune pour l’Europe diffusée le 4 mars, Emmanuel Macron a une nouvelle fois tenu à s’afficher comme le chef de file du Vieux Continent pour l’environnement, en proposant « une banque européenne du climat ». Son credo  : que celle-ci puisse, à terme, financer la transition écologique à une échelle internationale. Un message ambitieux, mais qui peine à trouver écho chez ses homolo gues des grandes puissances mondiales, semblant lui laisser volontiers ce combat. REPÈRES 12 DÉCEMBRE 2017. La première édition du One Planet Summit est organisée en France, à l’initiative d’Emmanuel Macron. 19 DÉCEMBRE 2017. Le Parlement adopte le projet de loi sur la fin des recherches et des exploitations d’hydrocarbures d’ici à 2040. 28 AOÛT 2018. Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique, annonce sa démission du gouvernement. 19 NOVEMBRE 2018. Le maire de Grande-Synthe dépose un recours contre l’Etat pour son inaction climatique. Des associations doivent l’imiter aujourd’hui. 24 JANVIER 2019. Le président déclare que la France ne parviendra pas à sortir « à 100% » du glyphosate dans les trois ans. Une vive opposition en France Défenseur numéro un de la planète à l’international, Emmanuel Macron n’a pas le même succès en France. L’opinion publique est remontée et il subit des critiques féroces. Les « exercices de communication » sont « destinés à faire oublier l’inaction et les reculs sur le plan domestique », regrette Clément Sénéchal, porteparole de Greenpeace France. Ces opérations seraient du « greenwashing », selon lui, pour se donner une image écologique et répondre aux attaques. Ces dernières se sont d’ailleurs amplifiées depuis la démission de Nicolas Hulot. Celuici avait, à l’époque, porté un coup dur au gouvernement en dénonçant un manque d’implication. Une accusation accentuée par la reculade sur l’interdiction du glyphosate, en janvier. Dans ce contexte, plusieurs ONG doivent déposer aujour - d’hui un recours en justice contre l’Etat, pour son inaction climatique. Une « mar - che du siècle » pour l’environnement est prévue pour samedi, tandis que des actions identiques sont menées tous les vendredis par des lycéens et des étudiants. Pour eux, il est temps de passer des belles paroles aux actes. n L’INFO EN PLUS UN SOMMET TOURNÉ VERS L’AFRIQUE DR Pour dénoncer « l’inaction climatique du gouvernement », une association enlève le portrait du président dans des mairies. Elle l’a déjà fait 22 fois. Organisé pour la première fois en Afrique, le « One Planet Summit » 2019 sera résolument tourné vers ce continent. Les organisateurs indiquent en effet que 65% de sa population est considérée comme directement touchée par le changement climatique, alors qu’il ne produit que 4% des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Les énergies renouvelables – notamment solaires –, ainsi que la capacité d’adaptation des écosystèmes locaux, seront les deux axes principaux du sommet. Des innovations et des engagements doivent aussi y être présentés.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :