Direct Matin n°2363 30 jan 2019
Direct Matin n°2363 30 jan 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2363 de 30 jan 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Matin Plus S.A.

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 3 Mo

  • Dans ce numéro : les républicains à l'offensive.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 V. HACHE/AFP Mal en point depuis la présidentielle, le parti de Laurent Wauquiez entend s’affirmer en vue du scrutin de mai. Il mise sur un sursaut. C’est avec l’espoir de relancer la droite que Les Républicains amorcent leur campagne pour les européennes, à quatre mois du scrutin. Le compte à rebours a été lancé hier soir, lors de la commission d’investiture de leur tête de liste. L’enjeu est de taille, car, depuis la défaite à la présidentielle de François Fillon, qui avait pourtant été un temps favori, le parti traverse une mauvaise passe. Dont son président, Laurent Wauquiez, espère sortir pour s’imposer comme la « seule alternative républicaine » à Emmanuel Macron. Une ligne clarifiée et assumée Après avoir reconnu, fin décembre, que LR n’avait « pas toujours su convaincre » en 2018, son patron entend désormais occuper davantage de terrains, toujours sur la même ligne idéologique. A savoir une « droite vraiment de droite », décomplexée et conservatrice. La famille politique « ne se reconstruit pas en baissant la tête, elle n’avance pas quand elle s’excuse de ses idées », a-t-il martelé. Depuis plusieurs semaines, Laurent Wauquiez a donc multiplié les initiatives locales pour revenir dans la lumière. Que ce soit en GRAND ANGLE N°2363 MERCREDI 30 JANVIER 2019 CNEWS.FR LES RÉPUBLICAINS TABLENT SUR LES EUROPÉENNES POUR SE REDRESSER L’HEURE DE LA RECONQUÊTE Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes a multiplié les initiatives pour revenir sur le devant de la scène. envoyant une lettre à la population pour concurrencer celle du chef de l’Etat, en annonçant un plan de 8 millions d’euros pour soutenir les commerçants d’Auvergne-Rhône-Alpes, région qu’il préside, ou en effectuant, dès vendredi, un « tour de France » pour ouvrir un « vrai dialogue avec les Français » – par opposition au grand débat lancé par l’Etat. Sans compter le mouvement des gilets jaunes, sur lequel il tente de surfer, arguant qu’il porte leurs revendications depuis toujours. Mais c’est en priorité sur les européennes, premier scrutin depuis la présidentielle, que mise Laurent Wauquiez. Et plus précisément sur un trio  : la vice-présidente d’Ile-de-France, Agnès Evren, l’eurodéputé Arnaud Danjean, et la tête de liste François-Xavier Bellamy. Avec cet élu versaillais de 33 ans, méconnu du grand public et conservateur assumé sur le plan sociétal (anti-IVG notamment), LR « fait à la fois le choix du renouvellement et de la radicalisation pour séduire l’aile droite », explique le politologue Philippe Moreau Chevrolet. Au risque de crisper les ténors plus modérés du parti, tels la présidente de région Valérie Pécresse, le maire de Nice, Christian Estrosi, qui se prononcera « en fonction du projet », ou l’ex-Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, qui se dit « plus près du projet de Macron » sur la question européenne. DES DÉFECTIONS DE POIDS U. AMEZ/SIPA REPÈRES 23 AVRIL 2017. Visé par une affaire judiciaire, François Fillon est battu au 1er tour de la présidentielle, arrivant derrière Macron et Le Pen. 10 DÉCEMBRE. Avec près de 75% des voix, Laurent Wauquiez est élu président de LR dès le 1er tour. Il promet que « la droite est de retour ». 16 FÉVRIER 2018. Le patron de LR est sous le feu des critiques après la révélation des déclarations chocs, enregistrées à son insu, devant des étudiants d’une école de Lyon. 17 JUIN. La numéro 2 du parti, Virginie Calmels, est limogée par Laurent Wauquiez, sur fond de désaccords idéologiques. 14 OCTOBRE. Aurane Reihanian, soutien de Laurent Wauquiez, remporte la présidence des Jeunes Républicains, mais des soupçons de fraude ont été évoqués. Un virage crucial pour l’avenir Quoi qu’il en soit, c’est sa survie que LR va jouer. Le parti a d’abord beaucoup à perdre  : s’il avait emporté plus de 20% des voix en 2014, soit 16 sièges (sur 74), il n’est actuellement crédité que de 12,5% d’intentions de vote, derrière LREM (23,5%) et le RN (20,5%). En outre, alors que Wauquiez prône une ligne à la fois libérale économiquement et souverainiste, il risque d’être pris en tenaille entre deux camps, les fédéralistes et les nationalistes. « Entre un leader qui ne fait pas l’unanimité, un chef de l’Etat qui chasse sur ses terres, et sans figure de proue susceptible de prendre la relève, LR pourrait disparaître », estime Philippe Moreau Chevrolet. Une solution serait de mettre en avant, après les européennes, des têtes d’affiche moins clivantes, ou d’assumer un axe encore plus droitier. Un choix qu’il va être amené à faire rapidement. n L’INFO EN PLUS La moyenne d’âge des têtes de liste aux européennes est passée de 55 ans à 38 ans entre le scrutin de 2009 et celui de cette année. Preuve des divisions chez les Républicains, nombre de ténors ont quitté le navire depuis l’élection de Laurent Wauquiez, en décembre 2017. Moins de 24 heures après celle-ci, c’est Xavier Bertrand, président des Hauts-de-France, qui avait annoncé son départ, disant ne « plus reconnaître [sa] famille politique ». Début janvier, le président du parti a dû faire face à deux nouvelles défections  : le maire de Bordeaux, Alain Juppé, qui avait déjà pris ses distances, et l’ex-ministre Thierry Mariani, qui a rejoint le Rassemblement national pour les européennes.
EN - RCS NANTERRE B 414 949 172 C NEWS C UN JOURNAL C UNE CHAÎNE C UNE APPLI C UN SITE C NEWS ON S’Y RETROUVE



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :