Direct Matin n°2361 28 jan 2019
Direct Matin n°2361 28 jan 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2361 de 28 jan 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Matin Plus S.A.

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 2,8 Mo

  • Dans ce numéro : les gilets jaunes en ordre dispersé.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 S. GRANGIER/CNEWS CLÉS DU JOUR N°2361 LUNDI 28 JANVIER 2019 CNEWS.FR L’ŒIL DE... BON À SAVOIR L’HISTOIRE Romain Desarbres « MOI, JE… » Le grand débat ne doit pas être l’addition de cas particuliers. Ça y est, le grand débat national est lancé. Certains échanges sont retransmis en direct à la télévision, ceux avec le président. On y expose son point de vue. Mais un écueil à éviter m’est vite apparu  : que chacun ne soit le représentant que de ses propres intérêts. « Moi, je paie trop d’impôts », « Moi, je veux une plus grosse retraite », « Moi, je veux davantage de services publics » … Un débat n’est pas l’addition de cas particuliers. Ça doit être une confrontation. On doit chercher où est l’intérêt général. Intérêt général  : deux mots que l’on entend malheureusement de moins en moins. Les politiques cherchent à satisfaire séparément les retraités, les salariés, les fonctionnaires, les demandeurs d’emploi. Et si, par exemple, on demande aux retraités de faire un effort pour les salariés (qui paient leurs retraites), ça bloque. Le grand débat n’aura au final d’intérêt que s’il est général et non particulier. Romain Desarbres, à retrouver du lundi au vendredi, de 6h à 9h, dans La matinale de CNEWS. À RETROUVER SUR.FR EUROVISION  : QUI EST BILAL HASSANI ? Tout savoir sur le chanteur de 19 ans, qui représentera la France lors du concours de l’Eurovision le 16 mai prochain. POURQUOI LE BEURRE SALÉ EST-IL TRÈS RÉPANDU EN BRETAGNE ? Dans les crêpes, les gâteaux ou bien sur du pain, le beurre salé est l’une des spécialités bretonnes, et ce depuis le Moyen Age. Jusqu’à cette époque, l’ensemble des Français avait l’habitude de mettre du sel dans le beurre, car cela permettait de mieux le conserver. Or, en 1343, le roi Philippe VI a décidé d’instaurer la gabelle, un L’IMAGE très lourd impôt sur le sel. Ce dernier est donc devenu une denrée de luxe dans le royaume, mais pas dans le duché de Bretagne, qui était indépendant et exempté de cette taxe. Récolté en grande quantité dans les nombreux marais salants situés sur la côte, ce produit a par conséquent continué à être courant en Bretagne. Cette exception a duré jusqu’à la Ré - volution française, qui a entraîné l’abolition de la gabelle, mais l’habitude culinaire, elle, a subsisté dans la région. DES BONSHOMMES DE NEIGE Seulement vêtues de leurs sous-vêtements, d’une bonne paire de baskets et parfois d’un bonnet, des dizaines de personnes ont pris part samedi à un défi pour le moins surprenant, à Belgrade, en Serbie. Avec une température avoisinant les 0 °C, ces courageux sportifs ont dû courir dans la neige, le long du Danube, à l’occasion de la « Belgrade Underpants Run ». UNE COURSE DE CHIENS DE TRAÎNEAUX EXTRÊME En République tchèque, les participants de la Sedivackuv Long ont bouclé un parcours de 300 km en cinq jours.L. VU/SIPA M. CIZEK/AFP GALMICHE/TF1/SIPA MARTIN LEE/REX/SIPA A. ISAKOVIC/AFP AUX TOILETTES, ELLE SE FAIT MORDRE LES FESSES Grosse frayeur au petit coin. Helen Richards, une Australienne de 59 ans habitant Brisbane, a récemment eu une très désagréable surprise en se rendant aux WC. Alors qu’elle était assise sur la cuvette, elle a en effet senti une morsure sur les fesses. Elle s’est alors précipitée sur l’interrupteur pour allumer la lumière et apercevoir… un serpent dans le fond des toilettes. Après une rapide photo, Helen a eu le sang froid de piéger le reptile en posant des pots de fleurs sur l’abattant, avant d’appeler une entreprise spécialisée. L’agent dépêché en urgence a finalement réussi à retirer le serpent, un python de 1,50 m de long, et a rassuré la victime en indiquant que le reptile n’était pas venimeux et qu’il avait « sans doute eu peur ». C’EST ARRIVÉ... UN 28 JANVIER La construction de la tour Eiffel débute (1887). Imaginée pour l’Exposition universelle de 1889, la structure de 300 mètres sort de terre. Malgré les critiques, deux millions de personnes la visiteront dès la première année. La navette « Challenger » explose au décollage (1986). L’engin se désin - tègre après soixante-treize secondes de vol. Sept astronautes perdent la vie, dont la première non professionnelle, l’enseignante Christa McAuliffe. L’ÎLE AUX ENFANTS  : CASIMIR A PERDU SON AMI Patrick Bricard, qui interprétait l’acolyte du dinosaure orange dans la célèbre émission, est décédé ce week-end, à 69 ans. CHAMELEONS EYE/REX/SHUT/SIPA
Après un acte XI marqué par un recul de la mobilisation et un grand débat qui prend forme, le doute s’installe. En quête d’un second souffle, mais lequel ? Après un acte XI qui a rassemblé, samedi, près de 70 000 personnes dans l’Hexagone, soit une mobilisation en recul mais tenace, les gilets jaunes s’interrogent désormais sur la stratégie à suivre pour perdurer. Si la question se fait de plus en plus pressante depuis le lancement du grand débat national par l’exécutif, mais aussi à l’approche des élections européennes, les dissensions et les querelles qui ont éclaté dans leurs rangs ces dernières semaines ont mis en lumière certaines fractures. Preuve que le mouvement, qui se voulait jusqu’ici unitaire, évoluant quasiment d’un seul bloc depuis plus de deux mois, avance plus que jamais en ordre dispersé. Des désaccords sur la suite Premier sujet de discorde chez les gilets jaunes  : le grand débat national (GDN). Comme espéré par le gouvernement, plusieurs milliers de Français se prêtent volontiers à l’exercice. A tel point que, sur le site dédié à l’opération, plus de 1 660 événements étaient déjà déclarés, hier soir, à travers le pays, mais aussi GRAND ANGLE CNEWS.FR N°2361 LUNDI 28 JANVIER 2019 3 F. SCHEIBER/SIPA DES DIVISIONS AU SEIN DU MOUVEMENT SUR LA STRATÉGIE À ADOPTER DES GILETS DÉCOUSUS ? Samedi dernier, près de 70 000 personnes étaient encore mobilisées dans de nombreuses villes de l’Hexagone. parmi les communautés d’expatriés à l’étranger. Reste que, dès lors que l’exécutif a exclu tout changement de cap ou « détricotage » de ses réformes, comme la suppression de l’ISF, nombre de gilets jaunes doutent déjà ouvertement de l’utilité de la consultation, dénonçant une « mascarade » destinée à étouffer la grogne – et ce, comme deux Français sur trois (67%), selon un récent sondage OpinionWay. Résultat, ils sont partagés entre exprimer leurs revendications par la voie officielle, ou continuer la lutte sur le terrain, au risque de violences. « Avancer hors de tout cadre institutionnel ou syndical peut être une force, mais c’est aujourd’hui une faiblesse à cause des différents courants internes », relève le spécialiste des mouvements sociaux Stéphane Sirot. Autre dossier clivant, les européennes. Annoncée la semaine dernière, la constitution d’une liste gilets jaunes ne fait déjà pas l’unanimité, à en croire les réactions sur les réseaux sociaux, dont celle d’Eric Drouet, l’un des initiateurs du mouvement, qui fustige une « récupération abjecte ». « Ce n’est pas un scrutin de proximité, donc il est difficile de le voir comme un prolongement de la contestation », ajoute Stéphane Sirot, qui rappelle que les eurodéputés ont une image de « technocrates » – ce qu’ont toujours dénoncé les gilets jaunes. Pire, d’autres estiment qu’un candidat du mouvement mordrait sur les partis extrêmes et faciliterait ainsi la victoire de LREM. Une fronde qui veut perdurer Malgré les divisions, les gilets jaunes réfléchissent à de nouveaux moyens pour garder l’initiative. Et ce, notamment en diversifiant leurs actions. En plus des rendez-vous, chaque samedi, des opposants appellent à une « grève illimitée » dès le 5 février, prévoient des actions nocturnes (comme la première « nuit jaune » qui a eu lieu samedi, sans grand REPÈRES 17 NOVEMBRE 2018. Premier samedi de mobilisation de la part des gilets jaunes, qui protestent contre le prix des carburants. 15 DÉCEMBRE. Cinq jours après une série de mesures dévoilée par Emmanuel Macron, la mobilisation faiblit, avec 33 500 manifestants. 9 JANVIER 2019. Les rangs des gilets jaunes grossissent à nouveau et les manifestations sont marquées par des violences. 15 JANVIER. Le grand débat national est lancé. 23 JANVIER. Des gilets jaunes annoncent la création d’une liste pour les élections européennes. 26 JANVIER. L’acte XI des gilets jaunes regroupe 69 000 manifestants à travers la France. succès), voire de créer leurs propres réseaux de médias (Vécu, Born to be jaune…). L’objectif  : occuper le terrain, afin d’être le plus visible possible. Alors que « la mobilisation a marqué les esprits par son originalité (ronds-points investis, défilés non encadrés, aucun leader…) », selon Stéphane Sirot, les gilets jaunes pourraient tenter de se relancer avec la même stratégie. n L’INFO EN PLUS LES FOULARDS ROUGES EN ACTION K. ZIHNIOGLU/AP/SIPA A Nîmes (Gard), le restaurant Bar Joe sert un burger « Gilles & John », composé de pain jaune, d’un « steak rondpoint » et de sauce « lacrymogène ». Une « marche républicaine » a été organisée, hier, à Paris, par le collectif des foulards rouges, lassés par les manifestations des gilets jaunes. Estimant répondre à un « appel de la majorité silencieuse, qui reste terrée chez elle depuis dix semaines », ils ont dénoncé les blocages à répétition et les violences qui ont émaillé le mouvement. Selon un bilan communiqué par la préfecture, le cortège a rassemblé environ 10 500 personnes, comme l’espéraient les organisateurs. Au vu de ce nombre, ils n’excluaient pas, hier soir, d’organiser, à leur tour, un « acte 2 ».



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :