Direct Matin n°2360 25 jan 2019
Direct Matin n°2360 25 jan 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2360 de 25 jan 2019

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Matin Plus S.A.

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 16

  • Taille du fichier PDF : 3,8 Mo

  • Dans ce numéro : déjà trop tard pour le climat ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 2 - 3  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
2 3
2 S. GRANGIER/CNEWS CLÉS DU JOUR N°2360 VENDREDI 25 JANVIER 2019 CNEWS.FR L’ŒIL DE... BON À SAVOIR L’HISTOIRE Laurence Ferrari LA MAGIE DE COSMA C’est l’homme aux 500 musi - ques de film. Celui qui a composé les bandes originales du Grand blond avec une chaussure noire, des Aventures de Rabbi Jacob, de L’aile ou la cuisse, d’Un éléphant ça trompe énormément, de Diva, et bien sûr le fameux Concerto de Berlin, composé en 1984 pour le film La 7 ème cible, de Claude Pinoteau. Ce géant, c’est Vladimir Cosma. Il sera ce week-end sur la scène du Grand La musique est considérée comme un acteur à part entière du cinéma. Rex, à Paris, pour deux concerts exceptionnels, accompagné d’un orchestre philharmonique et d’un chœur de 80 chanteurs. L’occasion de voir le maestro diriger ses œuvres et de redécouvrir ses mélodies, qui font désormais partie du patrimoine culturel français. L’occasion, aussi, de rappeler que la musique est un acteur à part entière du cinéma. Car si elle n’a pas besoin d’images pour exister, les images, elles, ont besoin du lyrisme de la musique pour emporter les spectateurs dans un tourbillon d’émotions. Laurence Ferrari, à retrouver du lundi au jeudi, à 18h, dans Punchline, sur CNEWS. À RETROUVER SUR.FR À LA DÉCOUVERTE DU MANGAKA TSUTOMU NIHEI Le dessinateur japonais, qui est au festival de la BD d’Angoulême, se livre sur sa vision du futur. POURQUOI DIT-ON AVOIR « LA SCOUMOUNE » ? Lorsqu’une personne est parti - culièrement malchanceuse, à l’image de l’acteur Pierre Richard dans La chèvre, on dit parfois qu’elle a « la scoumoune ». Un terme dont l’origine est liée à la religion chrétienne. Il provient en effet du latin « excommunicare », signifiant excommunier, qui a ensuite été repris en Italie en « scomunicare ». Depuis le Moyen Age, dans ce pays de tradition catholique, être banni de la communauté chrétienne – pour hérésie ou violence sur les clercs, notamment – était considéré comme l’un des pires malheurs possible. Au fil du temps, cette idée de malchance liée à l’excommunication a été reprise dans L’IMAGE UN CHAMP DE VISION d’autres zones du bassin méditerranéen proches de l’Italie  : la Corse et l’Afrique du Nord. Ces populations ont alors parlé de « scomun », puis « scoumoune », avant de populariser ce terme en France dans la première moitié du XX e siècle. Baptisé « Les yeux du ciel », ce projet, signé de l’architecte et urbaniste français Antoine Grumbach, est lancé aujourd’hui près de l’aéroport de Roissy, en région parisienne. Imaginée en vue des JO de 2024, cette création de « land art » de 800 m de long au total, réalisée avec des arbres pour les contours et des pierres blanches pour l’intérieur, sera visible par les passagers des avions qui s’apprêteront à atterrir. EN AUSTRALIE, DES BIÈRES CONTRE LA CANICULE Alors que le pays connaît une vague de chaleur écrasante, des pubs ont décidé d’offrir une pinte à chaque client. TSUTOMU/NIHEI/KODANSHA B. POLLOCK/AP/SIPA JPDN/SIPA CAPTURE YOU TUBE ECT/AFP UN BOUCHER GÉNÉREUX AVEC LES BLAGUEURS « Qu’est ce qui est vert et qui descend de la montagne ? … Un skiwi ! ». En ce moment, les clients de la boucherie De Kapblok, dans la ville flamande de Heverlee, en Belgique, ne tarissent pas d’humour. Et pour cause, Erwin Mertens, le patron de l’établissement, élu meilleur boucher du pays à plusieurs reprises, a mis en place une drôle d’offre cette semaine  : 250 g de viande gratuite, en échange d’une… bonne blague. Sur Facebook, il a ainsi lancé sa « semaine contre les aigris », regrettant en effet que « les blagues se perdent. Maintenant, les gens sont trop pressés dans les magasins ». Ce joyeux drille n’en est pas à son coup d’essai pour donner le sourire  : un été, il avait déjà offert 20% de réduction à ceux qui se présentaient à la boutique en maillot de bain. C’EST ARRIVÉ... UN 25 JANVIER André Citroën se lance dans l’automobile (1919). L’ingénieur décide de transformer son usine militaire afin de produire des voitures. Il gardera le logo en forme de chevrons de son ancienne société d’engrenages. La révolution égyptienne commence (2011). Portés par le printemps arabe, des milliers d’Egyptiens se rassemblent au Caire, contre la corruption. Trois semaines et 850 morts plus tard, le président Moubarak démissionnera. LES DÉBUTS DE L’IMPÔT PRÉLEVÉ À LA SOURCE Les entreprises ont anticipé les changements engendrés par le nouveau système fiscal, pour qu’il se passe le mieux possible. FACEBOOK ERWIN MERTENS DE KAPBLOK
ÉDITORIAL CNEWS.FR N°2360 VENDREDI 25 JANVIER 2019 A. DE CSABAY LA PAROLE AUX CITOYENS, LES ACTES D’UN PRÉSIDENT MERCREDI 23 JANVIER Ainsi donc, la France s’est mise au diapason du « débat ». Le « grand débat » comme le petit. Celui que veut animer, dans chaque région, le président de la République et tous ceux qui se déroulent aux quatre coins de notre pays – ce pays du verbe. Cela se passe dans les mairies, les salles de sport, parfois les bistros  : les gens parlent, lancent leurs idées, leurs préoccupations, leurs questions. On dirait qu’ils sont avides de paroles. On dirait qu’un grand barrage a cédé et que les eaux de la contradiction et de la réflexion viennent nourrir les rivières de la vie quotidienne. Nous voici au cœur d’une immense discussion. Personne ne peut s’en plaindre, ni critiquer ce phénomène. Une synthèse sera-t-elle possible ? Vous qui lisez ce journal dans les transports en commun, et qui participez peut-être aussi à ce grand remue-méninges, qu’attendez-vous ? Qu’attendons-nous ? On pourra se féliciter si ce grand débat national permet d’écarter les violences, d’apaiser les tensions, de remettre les extrémistes à leur place. Si, d’une certaine manière, il repousse l’intolérance et la tentation du totalitarisme, il aura été formidablement utile. Les réponses seront-elles à la hauteur des attentes ? Le printemps sera-t-il la saison de la vérité ? Le 10 décembre 2018, Emmanuel Macron disait  : « Nous ne reprendrons pas le cours normal de nos vies, comme trop souvent par le passé dans des crises semblables, sans que rien n’ait été vraiment compris et sans que rien n’ait changé. » JEUDI 24 JANVIER Parfois, lorsque l’actualité est chargée, un livre permet de mieux comprendre les acteurs de la vie politique. Ainsi, Nicolas Domenach et Maurice Szafran publient, chez Albin Michel, un portrait, un récit, une histoire  : Le tueur et le poète – il s’agit d’Emmanuel Macron. Son parcours et sa victoire que l’on connaît, mais ensuite les évolutions du LA SEMAINE DE PHILIPPE LABRO pouvoir, ce qui n’est plus du tout un « conte de fées ». La vertu de cet ouvrage, très bien rédigé, bourré de formules et de citations (de Balzac ou d’Audiard), c’est qu’il n’est ni une critique acerbe, ni un éloge courtisan. Les pièges de la cour, d’ailleurs, y sont répertoriés, ainsi que les embûches du pouvoir, une fois conquis. Ce n’est pas le premier ni le dernier des livres consacrés à l’actuel chef de l’Etat, mais il marque par son indépendance et ses qualités littéraires. Des fulgurances aussi – quand Nicolas Domenach et Maurice Szafran évoquent Brigitte Macron (chapitre 34, intitulé « Elle ») , il y a cette belle phrase  : « A-t-on jamais vu amour de cet or-là ? » Dans un autre chapitre, à propos des hommes politiques  : « Ce sont des violettes qui s’épanouissent dès qu’on les arrose, les flatte ou les caresse. » Le chapitre 37, le dernier, relate l’ultime rencontre entre le président et les auteurs. C’est assez passionnant  : « La gravité l’habite. Il le reconnaît. Le poids de l’Histoire, de la tragédie, est sur ses épaules, une charge comme un paletot dont on ne pourrait se défaire. » Le phénomène « gilet jaune » n’est mentionné qu’une seule fois. Il est vrai que ce livre s’est arrêté à la veille de ce mouvement inédit, inattendu, ce qui méritera peut-être, un jour, un deuxième volume. VENDREDI 25 JANVIER Et si, pour une fois, on oubliait la politique ? Au cinéma, vient de sortir La mule, le dernier Clint Eastwood (bien, comme toujours avec lui). En sport, le beau parcours des handballeurs français (ils pourraient être, à nouveau, champions du monde), la « perf’ » de Lucas Pouille en tennis (brillant à l’Open d’Australie et écrit peut-être, enfin, un nouveau chapitre dans la décevante histoire des Tsonga, Monfils ou encore Gasquet), les espoirs des Bleues en football Philippe Labro est écrivain, cinéaste et journaliste. Tous les vendredis, pour CNEWS, il commente ce qu’il a vu, vécu et observé pendant la semaine qui s’est écoulée. Un bloc-notes toujours subjectif, libre, et sans langue de bois. Le « grand débat », qui se déroule aux quatre coins du pays, permet aux Français de parler et de lancer des idées. (elles peuvent, elles aussi, devenir championnes du monde, on les attend avec impatience en juin). Les femmes qui, à la fin, gagnent toujours. n Philippe Labro p.labro@cnewsmatin.net NICOLAS DOMENACH MAURICE SZAFRAN LE TUEURei LE POÈTE 0 Ce qu'on n'avait encore jamais osé écrire Les coulisses du pouvoir. ALBIN MICHEL A. MOURAD/SIPA 3



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :