Direct Matin n°2321 19 oct 2018
Direct Matin n°2321 19 oct 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2321 de 19 oct 2018

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Matin Plus S.A.

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 40

  • Taille du fichier PDF : 10,5 Mo

  • Dans ce numéro : et si le Brexit faisait pschitt ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
18 S. ALLAMAN/SIPA N°2321 VENDREDI 19 OCTOBRE 2018 SPORTS CNEWS.FR MALÉAN POUR CNEWS LA GROSSE KRONIK DE PIERRE MÉNÈS OÙ EN SONT LES TRICOLORES ? Que retenir des deux matchs des Bleus ? C’est la question la plus basique qu’on est en droit de se poser. Mais Didier Deschamps se la poset-il ? Est-il vraiment en phase de réflexion vis-à-vis de son équipe, et même de son effectif ? On peut légitimement penser que non, puisqu’à part Samuel Umtiti, remplacé par Presnel Kimpembe, l’équipe qui a péniblement battu l’Allemagne (2-1) était celle de la finale de la Coupe du monde. Dans l’esprit du sélectionneur, les vingt-trois de Russie ont gagné le droit d’être là. Pas pour l’éternité, bien sûr. « DD » sait mieux que quiconque que le maintien quasi intégral des champions du monde 1998 avait coûté cher en Corée du Sud et au Japon, en 2002. Une équipe qui ne sait plus perdre Mais cette équipe de France est jeune et a de l’avenir, à condition de garder son état d’esprit du Mondial. Bref, de ne pas reproduire la première période assez lamentable contre la Mannschaft. La vraie question que je me pose est de savoir si Deschamps n’attend pas qu’une sélection naturelle se fasse. Où est-on en droit de se poser des questions ? Au poste d’arrière droit, pour lequel, clairement, Benjamin Pavard vit sur son sublime but contre l’Argentine. En charnière, Kimpembe, si brillant avec le PSG, s’est totalement planté. Et puis, il y a toujours le cas Olivier Giroud, qui n’a pas marqué lors des deux rencontres. Même si j’ai apprécié son activité face aux Allemands, il n’est jamais dangereux et ne se crée pas d’occasions. Mais il y a aussi des choses qui vont bien. Hugo Lloris, Raphaël Varane, Lucas Hernandez, éblouissants contre l’Allemagne, sans oublier N’Golo Kanté, Antoine Griezmannet Kylian Mbappé. Cela fait déjà six certitudes, auxquelles on peut ajouter Il y aurait donc des soupçons de corruption autour de l’Etoile Rouge de Belgrade, lors de sa large défaite au Parc des Princes en Ligue des champions (6-1). Certains en font beaucoup plus que leurs choux gras. Tout est orienté pour qu’on puisse croire que la responsabilité du PSG est engagée, alors qu’il ne s’agit, pour l’instant, que d’une rumeur pourrie. En fait, il n’y a qu’une chose qui m’interpelle dans cette polémique sans intérêt. C’est la manière dont le club parisien se défend, ou plutôt ne se défend pas. Comme si les dirigeants parisiens voulaient garder une image clean coûte que coûte. Comme si la volonté de ne pas faire de vagues était un choix éternel. Comme s’ils ne se sen- Paul Pogba, pas bien transcendant, mais certainement perturbé par sa guéguerre avec José Mourinho. Maintenant, les Bleus sont très bien placés en Ligue des nations, et c’est l’essentiel. L’équipe de France semble ne plus savoir perdre. C’est déjà très bien. n LE PSG DOIT APPRENDRE À MONTRER LES DENTS Nasser al-Khelaïfi et les dirigeants parisiens se drapent dans leur dignité. Pierre Ménès est une figure du paysage footballistique. Ex-reporter à L’Equipe, cette intarissable grande gueule officie aujour d’hui en qualité d’expert pour le Canal football club. Chaque vendredi, il tient sa Grosse kronik dans les colonnes de CNEWS. Antoine Griezmannet Kylian Mbappé font partie des certitudes. D’autres, comme Benjamin Pavard, déçoivent. taient pas totalement chez eux. Après, quand un ou plusieurs médias salissent votre image, on attaque devant les tribunaux. Même chose avec l’UEFA, qui ne cesse de harceler le PSG avec son fairplay financier, qui ne repose sur rien au niveau juridique. Paris sait qu’en attaquant en justice, il va gagner et n’est pas sans ignorer qu’au sein même de l’UEFA, certains dirigeants se disent ulcérés par le zèle de la commission juridique qui a décidé de rouvrir le dossier. Piétiné par Javier Tebas, le président de la Liga, le club se drape dans sa dignité. Mais on reconnaît aussi une institution forte lorsque celle-ci est sans cesse attaquée. Montrer les dents, c’est important. Et, là aussi, Paris doit progresser. n SCOOP DYGA/ICON SPORT
SPECIAL 1 JEUX VIDEO SQUARE ENIX EPIC GAMES



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :