Direct Matin n°2317 15 oct 2018
Direct Matin n°2317 15 oct 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2317 de 15 oct 2018

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Matin Plus S.A.

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 5,5 Mo

  • Dans ce numéro : Merkel à la peine.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 PUBLIC ADDRESS/ACTION PRESS/REX/SHUTTERSTOCK/SIPA Les défaites électorales se succèdent, et la dirigeante peine de plus en plus à se faire entendre sur le continent. Une spirale sans fin. A la tête d’une CDU affaiblie, Angela Merkel a toutes les peines du monde à maintenir à flot la coalition complexe qui forme le pouvoir allemand. Hier encore, la CSU, alliée bavaroise historique du parti de la chancelière, représentée au gouvernement par le ministre de l’Intérieur, Horst Seehofer, a essuyé un important revers. Le parti n’a en effet obtenu que 35,5% des voix aux élections régionales en Bavière, 12 points de moins que lors du précédent scrutin. Les sociaux-démocrates du SPD, l’hémisphère gauche de la coalition, ont eux aussi subi un violent camouflet, n’atteignant que 10% des suffrages. Une déconvenue de plus pour Angela Merkel, qui devra affronter un autre scrutin régional crucial, dans deux semaines, en Hesse. Une hégémonie contestée L’an dernier, il avait fallu près de six mois à la chancelière pour parvenir à former un gouvernement. Aujourd’hui, force est de constater que l’alliance qu’elle a mise en place menace d’imploser à tout moment. Les sociaux-démocrates, ralliés au gouvernement après d’âpres négocia- GRAND ANGLE N°2317 LUNDI 15 OCTOBRE 2018 CNEWS.FR LA CHANCELIÈRE FRAGILISÉE EN ALLEMAGNE COMME À L’INTERNATIONAL ANGELA MERKEL À LA DÉRIVE Depuis plusieurs mois, la chef de file de la CDU est critiquée pour sa politique migratoire et son manque d’autorité. tions, ne cachent pas leur déception. « Il n’a pas été possible, jusque-là, de faire en sorte que le travail de cette coalition se déroule sereinement », a récemment déclaré la présidente du SPD, Andrea Nahles. Elle a notamment reproché à la chancelière de ne pas « imposer son autorité à ses ministres ». Dans le viseur, sa relation avec le Bavarois Horst Seehofer, qui a conduit le gouvernement au bord de la rupture en exigeant un durcissement de la politique migratoire. Alors que l’arrivée de plus d’un million de réfugiés depuis 2015 reste très contestée, le ministre de l’Intérieur garde ses distances avec le discours d’ouverture d’Angela Merkel. Pendant la campagne pour la CSU en Bavière, il a renoncé au traditionnel meeting avec la dirigeante, préférant s’afficher avec le chancelier autrichien Sebastian Kurz, anti-migrants et allié de l’extrême droite. Un épisode qui illustre les difficultés d’Angela Merkel sur le plan européen. De nouvelles alliances idéologiques se nouent au sein de l’UE, avec l’arrivée de partis populistes en Autriche et en Italie, après des évolutions similaires en Pologne et en Hongrie. Dans ce cadre, la ligne libéraleprogressiste incarnée par le couple franco-allemand a perdu sa position dominante, et l’influence d’Angela Merkel décroît. LA RELÈVE ASSURÉE T. SCHWARZ/AFP REPÈRES SEPTEMBRE 2017. La CDU/CSU enregistre le pire score de son histoire (33%) aux législatives. NOVEMBRE 2017. Angela Merkel reconnaît l’échec de ses négociations avec les libéraux et les écologistes pour former une coalition. MARS 2018. La chancelière prend finalement la tête d’un gouvernement auquel participent les sociaux-démocrates du SPD. JUILLET 2018. La dirigeante s’accorde avec le ministre de l’Intérieur Horst Seehofer, qui menaçait de fermer les frontières si la politique migratoire n’était pas durcie. AOÛT 2018. Après l’arrestation d’un Syrien et d’un Irakien pour un homicide à Chemnitz, dans l’Est, les manifestations d’extrême droite anti-migrants se succèdent. Des rivaux divisés Malgré ces difficultés, Angela Merkel, à la tête de la première économie d’Europe depuis treize ans, n’a pas dit son dernier mot. A l’intérieur, elle fait face à une opposition virulente mais morcelée et affaiblie. La popularité du SPD baisse en effet plus rapidement que celle de la CDU/CSU, et si l’extrême droite et les écologistes progressent, aucun ne pourrait l’emporter sur les conservateurs. Au niveau européen, le camp populiste est dépourvu de leader clair, chaque gouvernement se focalisant sur ses intérêts nationaux. Ainsi, la Hongrie et l’Italie, malgré leur proximité idéologique, s’affrontent sur la question migratoire, Rome voulant répartir les migrants arrivés sur son sol, et Budapest refusant de les accueillir. Dans ce contexte, Angela Merkel reste incontournable à la fois en Allemagne et en Europe, faute d’alternative réellement crédible. Mais jusqu’à quand ? n L’INFO EN PLUS Pour la première fois depuis 2008, Angela Merkel n’est pas partie en vacances l’été dernier, annulant sa traditionnelle randonnée estivale. Consciente du besoin de renouveau au sein de la CDU, Angela Merkel a pris soin de mettre en avant une figure montante favorable à sa politique. Elle a ainsi nommé secrétaire générale, en début d’année, Annegret Kramp-Karrenbauer, ex-présidente de la Sarre. Très populaire, « AKK » s’applique à renouveler le programme de la CDU en vue des prochaines échéances électorales. Si elle y parvient, celle que la presse surnomme « la Merkel de la Sarre » pourrait bien succéder à l’originale à la présidence du parti, voire à la tête du pays.
EN SUPPRESSION DES COTISATIONS CHÔMAGE ET MALADIE POUR LES SALARIÉS OCTOBRE 2018 +138 € de gain de pouvoir d’achat en 2018 pourun salarié gagnant 1500 € par mois. Suppression totale en octobreaprès une première baisseenjanvier 2018. 2019 +266 € par an. Pour en savoir plus  : www.economie.gouv.fr



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :