Direct Matin n°2296 14 sep 2018
Direct Matin n°2296 14 sep 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2296 de 14 sep 2018

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Matin Plus S.A.

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 5,5 Mo

  • Dans ce numéro : le virage social.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 S. GRANGIER/CNEWS CLÉS DU JOUR N°2296 VENDREDI 14 SEPTEMBRE 2018 CNEWS.FR L’ŒIL DE... BON À SAVOIR L’HISTOIRE Laurence Ferrari L’ARTISTE COMPLÈTE C’est la plus française des sopranos italiennes. Cecilia Bartoli, qui a chanté sous la baguette des plus grands chefs – Karajan, Barenboim ou Harnoncourt –, sort, le 21 septembre, chez Decca, pour la première fois, un coffret de l’intégrale de ses enregistrements de Rossini. On y retrouve ses plus grands rôles, de Rosine, du Barbier de Séville, qu’elle a interprété à seulement 19 ans, jusqu’à l’inoubliable Angelina Cecilia Bartoli a chanté sous la baguette des plus grands. de La Cenerentola. Cecilia Bartoli, qui se produit dans le monde entier, a aussi décidé d’aider les jeunes chanteurs en leur dédiant une collection, toujours chez Decca. Une activité qu’elle combine, en artiste complète, avec son rôle de directrice du festival de Pentecôte de Salzbourg. Certes, son prochain passage à Paris est encore lointain (le 3 décem bre). Mais n’hésitez pas à aller jusqu’à la Philharmonie pour l’écouter dans Vivaldi, vous aurez entendu l’une des plus grandes divas du monde ! Laurence Ferrari, à retrouver du lundi au jeudi, à 18h, dans Punchline sur CNEWS. À RETROUVER SUR.FR UNE RANDONNEUSE TUÉE PAR UN COUGAR ? Selon les premières analyses, une Américaine de l’Oregon aurait subi une attaque de cougar sauvage, aussi appelé puma. D’OÙ VIENT L’EXPRESSION « SE RETIRER SOUS SA TENTE » ? Lorsqu’une personne abandonne une activité brusquement, par colère ou par dépit, on dit parfois qu’elle « se retire sous sa tente ». Une expression dont l’origine remonte à l’Antiquité. Elle est tirée de l’Iliade, récit légendaire de la guerre de Troie écrit par le poète grec Homère, aux alentours de 800 avant J.-C. Ses premiers vers font référence à Achille, invincible guerrier grec et membre de l’armée du roi Agamemnon. Or, le héros est furieux, car son sou - verain lui a pris Briséis, l’esclave dont il était amoureux. En signe de mécontentement, Achille quitte les combats pour se retirer et s’isoler sous sa tente. Sans son champion, L’IMAGE UN PARTERRE À TOMBER l’armée grecque essuie les défaites et d’innombrables pertes. Elle ne renoue avec la victoire que plusieurs mois plus tard, lorsqu’Achille accepte de sortir de sa tente, afin de venger la mort de son cousin, Patrocle, tué par les Troyens. Des visiteurs profitaient récemment d’une balade dans un champ de sauges, au sein du Kuju Flower Park, dans la ville de Taketa, située sur l’île japonaise de Kyushu. Environ 40 000 fleurs rouges, bleues et blanches s’épanouissent sur 3 500 m² de collines. Et si le paysage est déjà remarquable sur ce cliché, les responsables du parc estiment que c’est à la fin du mois d’octobre que les fleurs sont les plus belles. PREMIÈRES IMPRESSIONS SUR L’IPHONE XR Avec son design coloré et un prix un peu plus abordable, le nouveau smartphone vise à séduire un public plus large. E. GODDEN/FUTURE PIBL/REX/SIPA M. J. SANCHEZ/AP/SIPA A. GHNASSIA/SIPA WARNER/YOUTUBE K. TANAKA/AP/SIPA UN JEUNE ÉMIGRÉ GAGNE DEUX FOIS LE GROS LOT Un incroyable coup double. Melhig, un jeune Erythréen de 28 ans vivant au Canada, a récemment bénéficié non pas d’un, mais de deux coups de pouce du destin. Passé par le Soudan, il menait depuis deux ans une vie modeste avec sa femme et ses enfants dans un petit appartement de la ville de Winnipeg. Mais tout a basculé en avril, lorsque Melhig a validé un ticket à gratter gagnant. Il a alors remporté 1,5 million de dollars, ce qui lui a permis d’installer sa famille dans une confortable maison. Puis, cinq mois plus tard, en dépit de toutes probabilités, le jeune homme a touché un second pactole, de 2 millions de dollars. Une veine à peine croyable que le désormais multimillionnaire compte bien mettre à profit pour « aller à l’école » et s’acheter un commerce. C’EST ARRIVÉ... UN 14 SEPTEMBRE La bataille de Marignan s’achève (1515). Tout juste couronné, François I er mène son armée en Italie pour prendre le duché de Milan, défendu par les mercenaires suisses. Les troupes françaises, alliées aux Vénitiens, l’emportent après deux jours de combat. L’Opep voit le jour (1960). Lors d’une conférence organisée à Bagdad, l’Irak, l’Iran, l’Arabie saoudite, le Koweït et le Venezuela créent l’Organisation des pays exportateurs de pétrole, pour pallier la baisse des prix du baril. UNE EX-MISS FRANCE AUX HÔPITAUX DE PARIS Sur Twitter, Marine Lorphelin, miss France 2013, a indiqué qu’elle allait devenir interne en médecine générale à l’AP-HP. N. KAMM/AFP
A. DE CSABAY ÉDITORIAL CNEWS.FR N°2296 VENDREDI 14 SEPTEMBRE 2018 LE RECUEILLEMENT D’UN PEUPLE, UNE POPULATION EN ALERTE MARDI 11 SEPTEMBRE Voici ma lettre d’Amérique – où je me trouve pour quelques jours. Une Amérique, comme toujours, partagée entre plusieurs événements. Il y a d’abord, et cela ne changera jamais, la célébration du 11 Septembre. Cela fait dix-sept ans – et cela demeure un jour sacré, un jour maudit. Il est 9h59, à la minute où la tour sud du World Trade Center s’était effondrée, et je vois, sur les écrans, défiler les parents des 2 983 victimes qui se relaient pour lire les noms de celles et ceux qui ont disparu. Ce rite est immuable. Une minute de silence. Uniformes divers. Visages graves. Un journaliste de CNN qui avait « couvert » la catastrophe a du mal à retenir ses larmes. Au même moment, cérémonie similaire au Pentagone, mais aussi à Shanksville, en Pennsylvanie, dans un champ d’herbe où s’était écrasé le vol 93 – le quatrième avion, celui qui se dirigeait vers la Maison Blanche et dont les passagers, en sacrifiant leurs vies, parvinrent à forcer les pirates et périrent avec eux. Ce champ devenu une terre protégée, sanctuarisée, et que le président Trump a choisi, aujourd’hui, de saluer. Toutes ces cérémonies simultanées, cette sobre et sombre matinée, ne sont qu’un volet d’une actualité pleine et contradictoire. Ainsi, au même moment, mais ailleurs, sur la côte est, au Sud, entre la Caroline et la Virginie, c’est l’alerte, l’alarme, avec ce mot d’ordre  : – Evacuez ! Près de deux millions de gens sont forcés de fuir, sous la menace du plus violent ouragan depuis cinquante ans, le mal nommé Florence, qui va dévaster les villes au bord de la plage, les régions trop proches dont les habitants savent qu’ils risquent de perdre leurs maisons, leurs vies. Alors, la grande transhumance s’est enclenchée, avec d’interminables files de voitures, des stations essence embouteillées, des durs à cuire qui décident de rester et LA SEMAINE DE PHILIPPE LABRO barricadent leurs demeures, des familles qui s’entassent dans leurs caravanes. C’est une grande partie d’un pays qui ne se préoccupe pas du tout du 11 Septembre à New York, sachant que l’image de l’œil noir du cyclone dans un nuage blanc tourbillonnant, prise par satellite, fait la une de tous les journaux. Florence, catastrophe en mouvement, a pris le pas sur le dix-septième anniversaire d’une catastrophe figée dans le passé. Quant au présent, celui de Trump, il est, là encore, contradictoire. D’un côté, ce matin, de nouveaux sondages indiquent que 58% des Américains lui sont défavorables. Il chute. De l’autre, on apprend que 69% de ces mêmes Américains se félicitent de la bonne santé de l’économie. Or, un bon observateur vous dira que tant que l’économie est bonne, un président ne risque rien. Il n’empêche, nous sommes à plus d’un mois des élections de mi-mandat  : Trump les perdra-t-il ? Si oui, tous ses problèmes juridiques, financiers, toutes ses violations des pratiques usuelles de gouvernance l’enverront au désastre. Si non, si son parti tient le coup, il demeurera. « Nous allons, me dit le brillant essayiste Adam Gopnik, vers une crise majeure. » Sombre mardi aux Etats-Unis ? Pas vraiment, non, j’ai aussi rencontré des Américains satisfaits. Ils ont du boulot – le chômage n’a jamais été aussi bas –, des entreprises nouvelles voient régulièrement le jour, et malgré toutes les dissensions raciales, lorsqu’il faut se réunir autour de la bannière étoilée, ils sont là. Etrange nation d’où sortent tous les outils de la modernité, d’où ont émergé des groupes aux revenus plus puissants que les budgets de certains pays (Google est tellement riche et omniprésent qu’il faudra bien y mettre un frein) et qui, néanmoins, accepte un président rétrograde et ultraconservateur. Les nominations effectuées par Trump à la Philippe Labro est écrivain, cinéaste et journaliste. Tous les vendredis, pour CNEWS, il commente ce qu’il a vu, vécu et observé pendant la semaine qui s’est écoulée. Un bloc-notes toujours subjectif, libre, et sans langue de bois. Comme chaque année depuis dix-sept ans, la tristesse a envahi les New-Yorkais, en souvenir du 11 Septembre. Cour suprême vont peser sur le pays pour les décennies qui viennent. On peut s’attendre à tout, ici – au pire comme au meilleur. Le pire s’appelle Florence. Aucune sensation de panique. Les Américains disent qu’ils sont prêts. n Philippe Labro p.labro@cnewsmatin.net Le gigantesque ouragan Florence. D. ANGERER/GETTY/AFP NOAA/RAMMB/AFP 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :