Direct Matin n°2285HS 16 jui 2018
Direct Matin n°2285HS 16 jui 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2285HS de 16 jui 2018

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Matin Plus S.A.

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 9,4 Mo

  • Dans ce numéro : numéro collector, bleus rois.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
14 F. SECO/AP/SIPA HORS-SÉRIE - LUNDI 16 JUILLET 2018 SPÉCIAL MONDIAL CNEWS.FR L’ÉQUIPE DE FRANCE EST SORTIE VICTORIEUSE D’UNE FINALE ÉPIQUE SUR LE TOIT DU MONDE Antoine Griezmanna grandement participé au triomphe des Bleus en tirant le coup franc à l’origine de l’ouverture du score et en transformant un penalty. Les vice-champions d’Europe ont joué avec le feu, hier, pour venir à bout (4-2) des Croates, exemplaires de courage. C’était écrit. Vingt ans après 1998 (3-0 face au Brésil), l’équipe de France est de nouveau sur le toit du monde après avoir vaincu la Croatie (4-2), hier, au stade Loujniki de Moscou, au terme d’un âpre combat. Une finale complètement folle, qui a jeté aux oubliettes les scores étriqués des dernières éditions (1-0 en 2014 et 2010). Un break signé Pogba Il n’y avait en effet jamais eu autant de buts dans le dernier match d’un Mondial depuis 1966 (Angleterre-RFA, RÉACTIONS VLADIMIR POUTINE Le président russe s’est déclaré « fier » d’avoir réussi l’organisation du Mondial « dans tous ses aspects », après avoir assisté à la finale remportée par la France. 4-2 a.p.). Pour cette troisième finale de l’histoire du football français, après 1998 et 2006, les Bleus ont dû venir à bout d’une très belle équipe croate. Pour y parvenir, il aura fallu plusieurs coups de pouce du destin. Un but de Mario Mandzukic contre son camp (19 e) et un penalty d’Antoine Griezmann, validé grâce à l’arbitrage vidéo, ont lancé les débats, même si, entretemps, Ivan Perisic avait remis les équipes à égalité (28 e). Au retour des vestiaires, alors que les coéquipiers de Luka Modric, élu meilleur joueur de lar, f dà O.compétition, se sont montrés de nouveau dangereux, les Bleus ont enfoncé le clou grâce à Paul Pogba à l’heure de jeu (59 e), avant que Kylian Mbappé n’y aille également de son but (65 e). La frayeur de Lloris Après de longues minutes à trembler, la France semblait alors se diriger vers la victoire finale. Mais c’était sans compter l’erreur monumentale d’Hugo Lloris, pourtant impérial durant l’ensemble du tournoi. Un crochet raté face à Mandzukic, encore lui (69 e), permettait à l’attaquant croate de réduire la marque et d’entretenir l’espoir. Mais la solidité défensive des Bleus, qui avait éteint les Belges et les Urugayens auparavant, a une nouvelle fois fonctionné. « On n’a pas fait un énorme match, mais on a montré beaucoup de mental, a expliqué DONALD TRUMP Le président américain a félicité l’équipe de France pour son « jeu extraordinaire ». Il a salué son homologue russe pour la parfaite organisation du Mondial. K. KUDRYAVTSEV/AP/SIPA O. DOULIERY/AFP DOM ERY/AFP G. VANDEN WIJNGAERT/AP/SIPA le) Didier Deschamps après la rencontre. On est parti de loin quand même, mais à force de travail, on a réussi. » Cette rencontre face à la Croatie aura finalement été à l’image du Mondial des Bleus, oscillant entre maîtrise et instants de fébrilité. Un tourbillon d’émotions pour les supporters français, qui sont désor mais, avec les joueurs, « sur le toit du monde pendant les quatre prochai - nes années », selon la formule lancée hier soir par Didier Deschamps. n L’INFO EN PLUS Elu meilleur jeune du tournoi, Kylian Mbappé est devenu le plus jeune buteur en finale depuis le roi Pelé lors du Mondial 1958. ANGELA MERKEL La chancelière allemande, dont le pays avait remporté la Coupe du monde en 2014, a félicité les Bleus, « pour leur deuxième étoile dans ce grand tournoi ».
r CNE EN CHIFFRES K. KUDRYAVTSEV/AFP SPÉCIAL MONDIAL CNEWS.FR HORS-SÉRIE - LUNDI 16 JUILLET 2018 15 25,6 ANS de moyenne d’âge pour l’équipe de France, qui était en Russie la deuxième nation la plus jeune, derrière le Nigeria (25,5 ans). En 1998, les Tricolores avaient en moyenne 26,7 ans. 4 BUTS ont été inscrits dans cette Coupe du monde par Kylian Mbappé et quatre autres par Antoine Griezmann, qui sont les deux meilleurs buteurs tricolores en Russie. 1 ont été utilisés au total par Didier Deschamps, sur les 23 sélectionnés pour ce Mondial. Seuls le gardien Alphonse Areola et le défenseur Adil Rami n’ont pas joué durant la compétition. 21 JOUEURS 400 000 EUROS de prime vont être perçus par chacun des joueurs de l’équipe de France, qui avaient décidé, avant même cette finale, de reverser une partie de cette somme à des associations. PELÉ La légende du foot brésilien a souhaité la « bienvenue » à Kylian Mbappé dans le club des jeunes joueurs ayant marqué lors d’une finale de Mondial. DESCHAMPS LA GAGNE Sur l’Olympe du sport français. Le coup de sifflet final avait à peine retenti dans le stade Loujniki de Moscou, que ses joueurs se sont rués vers lui. Porté en triomphe, célébré par ses vingt-trois champions, Didier Deschamps venait (encore) d’écrire une des plus belles pages de l’histoire du football français. Après avoir mené ses troupes à la victoire en 1998 et à l’Euro 2000, les crampons au pied et le brassard de capitaine au bras, c’est dans son costume de sélectionneur qu’il a, cette fois, touché le trophée le plus convoité du globe. Vingt ans après la première étoile de champion du monde, le natif de Bayonne en a brodé une deuxième sur le maillot tricolore. Ils n’étaient que deux à avoir réalisé cet exploit avant lui. Le Brésilien Mario Zagallo, vainqueur deux fois comme joueur puis une fois comme sélectionneur, et l’Allemand Franz Beckenbauer, sacré une fois de chaque. Les leçons de 2016 Pour suivre leur voie, Didier Deschamps a dû reconstruire sur les ruines de la déroute de Knysna, dans le sillage des deux années effectuées par Laurent Blanc. Intronisé en 2012, le technicien n’avait rien révolutionné sur le terrain, préférant insuffler une nouvelle mentalité dans son vestiaire. Sa première compétition à la tête des Bleus, le Mondial 2014 au Brésil, avait marqué l’arrivée de ses futurs cadres Paul Pogba et Raphaël Varane. Battu en quart de finale par le futur champion allemand (0-1), Deschamps avait profité des deux années suivantes pour mieux installer Antoine Griezmann, Blaise Matuidi, N’Golo Kanté ou encore Samuel Umtiti. La défaite en VISUAL/ICON SPORT J.-M. HAEDRICH/SIPA J. WITT/SIPA Malgré les critiques, le sélectionneur a façonné une équipe à son image. finale de l’Euro 2016, à domicile face au Portugal (0-1), avait été dure à encaisser. Mais elle a participé, en réalité, au sacre d’hier. Réputé défensif, décrit comme « gagne-petit » par certains, qualifié de chanceux par d’autres, Didier Deschamps est finalement celui qui fait triompher la France. Après le match, le sélectionneur a regardé ses joueurs faire la fête. Comme lui, vingt ans plus tôt. n LA FIERTÉ DES CROATES MALGRÉ TOUT Toute la tristesse de Domagoj Vida. FRANÇOIS HOLLANDE L’ancien président a salué la victoire des Bleus, appelant à « utiliser ces moments trop rares » d’unité pour « assurer davantage de cohésion » dans le pays. Touchés au cœur, mais bons joueurs. Si les larmes ont coulé à flots chez les Croates après la victoire des Bleus, la fierté était aussi présente dans le regard des vaincus. Et pour cause  : après avoir réalisé un véritable exploit en se hissant pour la première fois de leur histoire en finale de la Coupe du monde, les « Vatreni », menés par Luka Modric, sacré meilleur joueur du tournoi, ont tenu la dragée haute aux Français jusqu’à la fin de la rencontre. Un combat notamment mené par Domagoj Vida en défense, à l’image du parcours fantastique réalisé en Russie. « La Croatie peut être fière. Nous devons applaudir nos garçons », a ainsi analysé le commentateur de la télévision nationale HRT, Drago Cosic, juste avant l’ultime coup de sifflet. Avant de reconnaître  : « Une grande nation du football s’est montrée plus maligne, pratiquant un jeu pragmatique à défaut d’être tellement dominateur. La France reste un casse-tête pour la Croatie. » Présente lors de la rencontre, la présidente de la Croatie, Kolinda Grabar-Kitarovic, s’est elle-même montrée chaleureuse et fairplay, tant avec les joueurs français qu’avec son homologue Emmanuel Macron. Qualifiée de génération dorée, la bande à Ivan Rakitic rêvait d’aller beaucoup plus loin que ses illustres aînés, emmenés par Boban et Suker. Une mission qui devra attendre encore quatre ans au minimum. n ANNE HIDALGO La maire de Paris n’a pas tardé pour remercier les Bleus. « Quel bonheur ! C’était un rêve, vous en avez fait une réalité », a-t-elle écrit sur Twitter. D. VINCENT/AP/SIPA



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :