CNews n°1787 30 nov 2015
CNews n°1787 30 nov 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1787 de 30 nov 2015

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Matin Plus S.A.

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 41

  • Taille du fichier PDF : 14,0 Mo

  • Dans ce numéro : la planète au centre du monde.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
Spécial COP21 10 N°1787 LUNDI 30 NOVEMBRE 2015 WWW.DIRECTMATIN.FR P.GOLDSTEIN/EXODUS/REX/SIPA A surveiller LA COP21 S’OUVRE AUJOURD’HUI POUR DEUX SEMAINES DANS UN CLIMAT D’URGENCE Parmi les conséquences dramatiques du phénomène, près d’un tiers de la biodiversité pourrait disparaître de la surface du globe. Les dirigeants du monde entier sont réunis à Paris. L’enjeu  : trouver un accord pour limiter à 2 °C la hausse globale des températures. Toute la planète a les yeux rivés sur Paris. Alors que la banquise ne cesse de fondre et que des records de chaleur s’accumulent, 147 chefs d’Etat et de gouvernement sont au Bourget pour tenter de freiner le réchauffement climatique. Réunis sous haute sécurité, les participants de la COP21 ont jusqu’au 11 décembre pour trouver un consensus. L’objectif est de limiter à 2 °C d’ici à 2100 la hausse du thermomètre, alors que les experts estiment qu’elle pourrait atteindre jusqu’à 5 °C. « L’humanité est en état d’urgence, à un cheveu du point de rupture », a averti hier dans Le Soudan Ce pays d’Afrique orientale est situé dans la zone du globe la plus exposée aux phénomènes de sécheresse. Un risque maximal pèse sur son agriculture, et donc sur l’alimentation de sa population. Le JDD Nicolas Hulot, envoyé spécial pour la protection de la planète. Même son de cloche pour Laurent Fabius  : en cas d’échec « notre planète deviendra invivable », avait-il déclaré. Des conséquences redoutables Le discours est tout autant alarmiste pour les climatologues. Ils prédisent des conséquences dramatiques  : d’ici à la fin du siècle, le niveau de la mer pourrait monter d’un mètre, engloutissant des espaces où habitent aujourd’hui 400 millions de personnes. Près de 30% de la biodiversité pourraient être amenés à disparaître, si rien n’est fait. Les catastrophes naturelles, comme les cyclones et les ouragans, risquent également de se multiplier. Pressés par l’urgence, les pays présents à la COP21 ont été amenés à publier, depuis janvier, leurs contributions nationales. Sur 195 pays, 183 l’ont déjà fait. Les négociateurs les ont prises en consi - dération afin de parvenir à un texte concis (une cinquantaine de pages), et applicable par tous les pays. Il fixera sur le papier des objectifs chiffrés et une date pour plafonner les émissions de gaz à effet de serre. En revanche, il n’y sera pas question des moyens. Les pays seront libres de choisir le type d’énergies renouvelables à développer pour réduire leurs énergies fossiles. Des blocages à craindre Pour qu’un accord soit valable, il faut le rendre acceptable aux yeux de tous. L’archipel de l’océan Indien est très bas en altitude (moins de 5 m au-dessus du niveau de la mer). Par conséquent, ses 1 200 îles pourraient disparaître au cours des deux prochains siècles. En envoyant 65 e-maits, un individu émet autant de CO2 (à cause du fonctionnement de son ordinateur) qu'en parcourant 1 km en voiture. Les Maldives Les Philippines A. GUALLAR/SIPA SUPERSTOCK/SIPA A. FAVILA/AP/SIPA EN CHIFFRES 7 gaz à effet de serre différents participent au réchauffement climatique  : le dioxyde de carbone, le méthane, le protoxyde d’azote, le trifluorure d’azote et trois types de gaz fluorés. 80% d’augmentation des émissions de gaz à effet de serre ont été observés depuis 1970. 3,7 à 4,8 °C de hausse de température menacent la planète d’ici à 2100, si aucun engagement n’est pris. 606 000 personnes sont mortes en vingt ans, dans le monde, en raison de catastrophes climatiques. La majorité des décès ont été enregistrés dans des pays à faibles revenus. 14% des émissions des gaz à effet de serre sur la planète sont liés au secteur des transports, et concernent le CO 2 mais aussi le protoxyde d’azote et le méthane. Sources  : Citepa/IPCC/GIEC/ONU Ce pays asiatique figure parmi les territoires les plus vulnérables aux événements extrêmes liés au réchauffement climatique. De violents typhons le menace, comme Haiyan en 2013. a Mais les intérêts divergent et les blocages possibles ne manquent pas. Les pays en voie de développement ne veulent pas hypothéquer leurs opportunités de croissance. Ils estiment aussi qu’ils représentent une infime partie des émissions CO 2. Du côté des pays développés, c’est la nature juridique de l’accord qui risque de générer des tensions. Les Etats-Unis ne veulent pas d’un accord contraignant. La Chine, plus gros pollueur au monde, a, quant à elle, annoncé qu’elle ne ferait pas de concessions supplémentaires. L’info en + En envoyant 65 e-mails, un individu émet autant de CO 2 (à cause du fonctionnement de son ordinateur) qu’en parcourant 1 km en voiture.
dl I" rom.,L..,_.. Oeil JI..i'mffli, e -.. "len 1111 1111 mn Illiiim i 1 11.:1-rueee 4_% 9 f têOEL IrktUL\Ltu'\t'Ut:1UL. kii. 1 ni. ii, tuât.:i. Ill 1 ï0.4. ; ; Aip-)\J:\t Ire UW..Q p ii_i tt Utor  : itri  : TF't'da ; levIPH4'K\f/rt t Vir'\\ttlet t ett te Uattitt KY'êle 1.. ». e-111 il1iiiIIA I +fin,ns ». wi- v-:.7t\, MIllaille kt, Oitiswitill i mil 111 Maliiiiii 1./pinille,iumumel. 11 f na\I ga II III CI.Ut, t LCUleltilL"ltt l'e. ii 1I -..,  : 1 MM * t 114 de - _-_-= -_, r J _, ttttiabb Marseille, France. Veolia chauffe l’eau d’une piscine olympique à 27°C en captant l’énergie des eaux usées, ce qui évite l’émission de 230 tonnes de CO 2 par an. Découvrez comment sur veolia.com/cop21. L’énergie est notre avenir, économisons-la ! Ressourcer le monde/G VEOLIA – Illustration  : RUDE. 1 i'1



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :