CNews n°1356 30 sep 2013
CNews n°1356 30 sep 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1356 de 30 sep 2013

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Matin Plus S.A.

  • Format : (202 x 270) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 3,5 Mo

  • Dans ce numéro : qui peut travailler le dimanche ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
8 N°1356 LUNDI 30 SEPTEMBRE 2013 WWW.DIRECTMATIN.FR L. VENANCE/AFP « J’ai renoncé à tous mes avantages, tous mes privilèges, je suis radié des cadres de la haute fonction publique. Je suis libre. » Bruno Le Maire, ancien ministre UMP de l’Agriculture, hier dans « Le Parisien ». ENFERMÉE DANS UNE BOÎTE LA FILLETTE EST DÉCÉDÉE LE BEAU-PÈRE SERAIT VIOLENT Les policiers avaient été alertés jeudi. Elle n’a pas survécu à ses blessures. La petite fille de trois ans, retrouvée jeudi dans une boîte en plastique dans laquelle son père l’avait enfermée à son domicile à Montgeron (Essonne), est décédée dans la nuit de vendredi à samedi. Une autopsie doit IBO/SIPA être pratiquée pour connaître les causes du décès. Selon les enquêteurs, la fillette avait également reçu des coups à la tête. Le père, interpellé, a été hospitalisé d’office. « Son état mental est incompatible avec une garde à vue », a indiqué le procureur. Les policiers avaient été alertés jeudi par la mère de famille. Cette dernière avait porté plainte contre son mari, l’accusant d’avoir frappé à plusieurs reprises leur garçon de cinq ans. Mais lors de l’intervention, les forces de l’ordre ont découvert sous une cou ette le deuxième enfant du couple. Enfermée dans une boîte en plastique, la petite fille, victime d’un malaise, a alors été transportée d’urgence à l’hôpital où elle est décédée ce week-end. Son frère, pris en charge par les secours, portait également des traces de coups.• France 60 TONNES de chaussures ont été collectées ce week-end dans trente villes de France dans le cadre de l’opération Pyramide organisée par Handicap International. L’objectif était de sensibiliser l’opinion sur les mines antipersonnel et les bombes à sous-munitions qui continuent à tuer et mutiler dans le monde. DISPARITION DE FIONA Berkane Makhlouf, à son arrivée au palais de justice de Clermont-Ferrand, jeudi. La violence de Berkane Makhlouf est désormais au centre de l’enquête sur la disparition de Fiona. Alors que le corps de la fillette de 5 ans reste introuvable, une plainte déposée par la grand-mère de l’enfant accrédite la thèse de l’excès de violence du beau-père. La plainte indique que Berkane Maklouf aurait porté des coups sur Eva, 3 ans, la petite sœur de Fiona. La fillette présenterait « des hématomes sur le cuir chevelu et au niveau d’une oreille », sans qu’aucune « trace de violences sexuelles » n’ait été relevée, selon une source pro che du dossier citée par Midi Libre. Ces derniers éléments appuient l’explication donnée par la mère de Fiona, Cécile Bourgeon, qui accuse son compagnon d’avoir frappé mortellement l’enfant au visage, le soir du 11 mai. Selon elle, Fiona aurait été retrouvée morte, couverte de vomi, le lendemain, date de la prétendue disparition de la fillette. La victime a ensuite été enterrée nue en présence d’Eva, « à la lisière d’une forêt » près de Clermont-Ferrand. Selon les avocats de La petite sœur de Fiona présenterait des hématomes sur la tête. Cécile Bourgeon, cette dernière était sous l’emprise de son conjoint et aurait elle-même subi des violences. Elle était « couverte de bleus », d’après des constatations médicales. Deux versions contradictoires De son côté, le beau-père a nié avoir frappé violemment Fiona, expliquant qu’il ne lui avait donné qu’une simple fessée. Selon lui, la fillette est morte étouffée dans son vomi. Le couple a été placé jeudi en détention provisoire, l’homme étant mis en examen pour « coups mortels » aggravés. Les enquêteurs espèrent désormais retrouver rapidement la dépouille de Fiona afin qu’une autopsie soit réalisée et puisse confirmer l’une ou l’autre version. A Clermont-Ferrand, dans le Puy-de-Dôme, une centaine de personnes se sont par ailleurs réunies hier après-midi pour rendre hommage à la mémoire de Fiona. Des habitants du quartier et des anonymes ont déposé des mots, des bouquets de fleurs ou encore des bougies devant l’ancien immeuble de ses parents.• T. ZOCCOLAN/AFP
B. CHIBANE/SIPA F. TANNEAU/AFP WWW.DIRECTMATIN.FR N°1356 LUNDI 30 SEPTEMBRE 2013 9 POLÉMIQUE SUR LES ROMS VALLS SOUTENU PAR DES ÉLUS PS Evacuation d’un camp de Roms à Roubaix (Nord), vendredi, par les forces de l’ordre. Après avoir créé la polémique la semaine dernière avec ses propos sur les Roms, le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, a reçu hier le soutien de plusieurs de ses camarades socialistes. Dans une tribune publiée dans Le Journal du Dimanche, seize élus PS, dont l’ancien ministre Daniel Vaillant, ou le maire de Lyon, Gérard Collomb, ont salué son action contre les campements illicites de Roms. Sur la même ligne que le ministre de l’Intérieur qui a affirmé que la solution de l’intégration des Roms était « illusoire », les signataires, tous maires ou premiers adjoints, estiment que l’avenir de ces communautés « est principalement dans leur pays d’origine ». Selon un sondage BVA publié samedi dans Le Parisien, une large majorité de Français (77%) partagerait cette UNIVERSITÉ DE RENTRÉE DU MODEM BAYROU EN RECONQUÊTE François Bayrou, hier à Guidel. Pari réussi pour François Bayrou. Le président du Modem s’est employé, ce week-end, lors de l’université de rentrée de son parti à Guidel (Morbihan), à convaincre ses troupes du opinion. Le débat permet une nouvelle fois de constater la ligne de fracture qui divise la majorité. Samedi, le ministre de l’Economie sociale et solidaire, Benoît Hamon, a de son côté critiqué Manuel Valls, sans toutefois le citer. « Certains s’égarent dans des formes de transgression qui ne me plaisent pas », a-t-il regretté devant ses amis de l’aile gauche du PS. Sur le même créneau, la ministre du Logement, Cécile Duflot, s’est quant à elle vivement emportée, jeudi, lors des journées parlementaires d’EELV, contre son collègue de l’Intérieur, lui reprochant d’être allé « au-delà de ce qui met en danger le pacte républicain ». Des propos qui ne sont pas restés sans réponse. Manuel Valls a jugé hier sur BFMTV que les critiques émises par l’écologiste étaient « insupportables ».• bien-fondé du rapprochement qu’il a initié depuis plusieurs semaines avec l’UDI de Jean-Louis Borloo. « L’immense majorité est d’accord » et il n’y a pas eu de « réticences », s’est-t-il félicité. « Il n’y a pas eu de porte qui claque », a confirmé Robert Rochefort, vice-président du Modem et député européen. François Bayrou en a également profité, hier, lors de son discours de clôture, pour donner des gages supplémentaires à son futur partenaire, Jean-Louis Borloo, en fustigeant les promesses « oubliées » du président François Hollande et en vantant en miroir le « courage » politique de la chancelière allemande, Angela Merkel.• France En bref LOT-ET-GARONNE : LES POMPIERS DÉBORDÉS APRÈS LES ORAGES Les pompiers ont effectué, dans la nuit de samedi à dimanche, plus de 150 interventions en Lot-et-Garonne, principalement dans le nord-est du département, contre une trentaine en Gironde, à la suite des orages qui ont éclaté dans le Sud-Ouest. Les problèmes à gérer étaient principalement des caves inondées ou encore des chutes de branches. A Castelmoron, quelques pensionnaires de la maison de retraite ont dû être relogés. MANIFESTATION CONTRE LA « FERME DES 1000 VACHES » Près de 800 personnes ont manifesté samedi dans le calme contre le chantier de la ferme laitière dite des « 1 000 vaches » près d’Abbeville (Somme). Elles protestaient contre la taille jugée « démesurée » du site et l’élevage industriel. Soutenus par la Confédération paysanne, les riverains dénonçaient un projet « contre nature ». MUNICIPALES 2014 PRIORITÉ AU TERRAIN A six mois des élections municipales, une majorité de Français estime que son vote sera d’abord dicté par des considérations locales et non par des enjeux nationaux. Selon un sondage Ifop publié hier dans Le Journal du Dimanche, 61% des personnes interrogées privilégieront les questions locales pour faire leur choix. En revanche, 26% des sondés auront « la volonté de sanctionner la politique du président de la République et du gouvernement ». Un chiffre en augmentation de 5 points par rapport au précédent sondage effectué par l’institut avant les municipales de 2008. Seulement 10% comptent au contraire la soutenir.• C’est l’action locale qui motive le vote. M. GILE/SIPA



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :