Direct Matin n°1199 10 déc 2012
Direct Matin n°1199 10 déc 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°1199 de 10 déc 2012

  • Périodicité : quotidien

  • Editeur : Matin Plus S.A.

  • Format : (210 x 270) mm

  • Nombre de pages : 32

  • Taille du fichier PDF : 6,4 Mo

  • Dans ce numéro : Recherche profs désespérement

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
4 N°1199 LUNDI 10 DÉCEMBRE 2012 WWW.DIRECTMATIN.FR Grand angle 43 000 ENSEIGNANTS DOIVENT ÊTRE RECRUTÉS D’ICI À 2014 DES FUTURS PROFS À SÉDUIRE L’ÉCOLE EN FRANCE 12 125 300 élèves ont fait leur rentrée en septembre dernier dans le système éducatif français, selon les prévisions du ministère pour l’année 2012-2013. Ils sont 6 716 300 en primaire, et 5 409 000 dans le secondaire. 849 650 enseignants composent le corps professoral français dans les écoles, les collèges et les lycées. 64 835 établissements, publics et privés, accueillent les élèves français. On compte 53 418 écoles, 7 046 collèges et 4 291 lycées dans le pays. La pénurie de candidats aux concours de l’enseignement épargne le primaire, mais se fait lourdement sentir dans le secondaire. L’Education nationale entame aujourd’hui une vaste campagne de recrutement d’enseignants. Mais les candidats risquent de se faire désirer. La tâche s’annonce ardue. Le ministère de l’Education nationale lance aujourd’hui dans les médias une campagne nationale de recrutement des enseignants. Son objectif est ambitieux : il faut trouver, d’ici à deux ans, pas moins de 43 000 professeurs, soit une part majeure des 60 000 embauches promises par François Hollande lors de sa campagne présidentielle, hors renouvellement des départs à la retraite. Les deux tiers seront affectés au primaire, et le reste au secondaire. L’an prochain, 22 000 postes d’enseignants seront donc ouverts aux concours en vue de la rentrée 2013. Une deuxième vague de 21 000 enseignants doit rejoindre en théorie les classes à la rentrée 2014. Mais le ministère fait face à un obstacle de taille : le manque de candidats pour venir enseigner dans les classes. Une image dévalorisée Le plus beau métier du monde ne fait en effet plus rêver aujourd’hui. Si l’enseignement en primaire est dans l’ensemble épargné par la crise des vocations, collège et lycée souffrent, eux, d’une véritable pénurie de candidats. Illustration de ce phénomène : à la rentrée 2012, 706 postes étaient restés vacants aux concours du Capes (secondaire), soit près de 15% des places à pourvoir. Les mathématiques, l’anglais et les lettres sont les matières les plus touchées. « Les 11 000 postes nécessaires pour la rentrée dernière n’ont pas été remplis, s’inquiète ainsi Daniel Robin, cosecrétaire général du syndicat SNES-FSU. Alors, avec 43 000 enseignants à mettre dans les classes, le saut quantitatif est énorme. » Ce manque de vocations a plusieurs explications, selon le responsable syndical. D’une part, un simple constat démographique. Le nombre de professeurs ayant l’âge de partir à la retraite est massif, alors que dans le même temps, la génération d’étudiants en âge de se lancer dans l’enseignement est faible. Autre écueil, les conditions de travail. Pris entre des classes surchargées, parfois Le projet de loi sur la refondation de l’école, qui sera présenté vendredi prochain devant le Conseil supérieur de l’éducation, entend réinstaller la semaine de 4,5 jours en primaire d’ici à 2014 pour toutes les communes. Autre objectif : la scolarisation dès 2 ans des enfants en maternelle dans © B. CHIBANE/SIPA © S. DE SAKUTIN/AFP 96,6 milliards d’euros ont été dépensés en 2011 par l’Etat, les collectivités territoriales, les entreprises et les ménages pour l’enseignement scolaire en France. Source : ministère de l’Education nationale. avec 35 élèves à gérer, et un rythme accru au quotidien, l’écrasante majorité des enseignants s’inquiète pour son avenir et pour la dégradation du métier, selon un récent sondage de la CGT. La violence en milieu scolaire, qui fait régulièrement la une des médias, noircit encore un peu plus le tableau. Résultat, les étudiants, découragés, sont plus facilement tentés de travailler ailleurs que dans l’enseignement. Le manque de formation est également pointé du doigt : de jeunes recrues se retrouvent propulsées face à des classes difficiles avec, pour seul bagage pédagogique, quelques jours d’initiation. L’aspect financier, enfin, entre en ligne de compte. Un professeur commence aujourd’hui sa carrière à 1 700 euros net, pour la finir, au mieux, aux alentours de 3 000 euros. « C’est trop peu, il faut inverser la vapeur », estime Daniel Robin. Mais un coup de pouce salarial n’est pas d’actualité. « Nous le ferons lorsque nous aurons les moyens de le faire », a promis hier le ministre Vincent Peillon dans Le JDD. Sans plus de précision.• Sur Le décryptage complet du cosecrétaire général du SNES-FSU, Daniel Robin. LES RÉFORMES EN COURS les secteurs d’éducation prioritaire. Le texte vise également la réduction progressive du nombre de redoublements et l’instauration obligatoire, dès le CP, de l’apprentissage d’une langue vivante étrangère. La morale laïque, enfin, pourrait devenir une discipline à part entière en 2014.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :